Les « Bandol » du matin 03/07/2009

.





Article suivant : Bandol sur Facebook

7 Commentaires

  • Au prochain conseil municipal, une délibération concernera la procédure de délégation de service public d’exploitation des lots de plages pour quatre ans.
    Neuf lots sont à attribuer, six plage de Rènecros et trois plages Est (Casino, Est et grand vallat).
    La commission de délégation de service public s’est réunie deux fois. Le 18 décembre 2008 afin de dresser la liste des candidats admis à présenter une offre et le 13 janvier 2009 afin d’émettre un avis sur les offres.
    La procédure de présentation et d’examen des offres est rigoureuse et empêche les « copinages ».
    Dans notre cas, le 4 novembre 2008 un avis d’appel public à la concurrence a été adressé à la presse locale et spécialisée.
    La date de remise des offres a été fixée au 5 décembre 2008.
    La commission de délégation de service public est composée de six membres du conseil municipal dont un de l’opposition, d’un représentant de la Trésorerie et d’un représentant de la Direction Départementale du Commerce de la Concurrence et de la Répression des Fraudes.
    En général, le conseil municipal suit les recommandations de la commission.
    Si les plages demeurent convoitées, les rentabiliser est moins facile que dans les années soixante et soixante dix.
    A cette époque, les français prenaient quatre semaines de congé l’été, partaient peu à l’étranger et bronzaient soit disant idiots.
    Aujourd’hui, les français ne partent l’été qu’une ou deux semaines, vont aux sports d’hiver, profitent des week-ends rallongés par les RTT (merci les 35 heures) et partent plus souvent à l’étranger.
    je parle en connaissance de cause car lorsque j’étais étudiant à la fin des années soixante, je travaillais l’été dans les bars, la restauration et les discothèques et je constatais une plus forte consommation qu’aujourd’hui.
    Qui sont les responsables ?
    Là n’est pas le débat mais lorsque je compare un aller retour (421 euros) Toulon Paris par une compagnie aérienne connue et un séjour à Rome (249 euros) comprenant le vol Toulon Rome et deux nuits d’hôtel, je vois où est mon intérêt.
    Et la comparaison est pire pour la France en général et Bandol en particulier lorsque je vais au restaurant à Carthagène (Espagne) au niveau des prix et de l’accueil.

  • Ah! J’oubliais.
    Lors du prochain conseil municipal sera présentée une délibération sur la délégation de service public des jeux, c’est à dire la concession du Casino de Bandol.
    Cette délibération sera, peut être, moins sereine que celle de la concession des plages.
    Au sujet de la concession du Casino de Bandol, j’aimerais connaître l’avis des bandolais via bandolais.fr.
    Cet avis ne fera pas changer le mien (d’avis) mais j’aimerais savoir ce qu’en pensent nos concitoyens.
    Pour lancer le débat, j’annonce mon vote pour cette délibération.
    Je suis très attaché au Casino sur le port de Bandol. Cette proximité avec les commerces du port créent une synergie et des clients d’opportunité bénéficient aux deux pôles.
    De nombreux clients du Casino ne prennent pas leur véhicule au sortir des jeux mais vont se rafraîchir ou manger sur le port.
    De la même façon, des clients des commerces bandolais vont au Casino.
    En d’autres temps, j’aurais défendu becs et ongles le Casino sur le port.
    Aujourd’hui, je suis obligé de me rendre à l’évidence.
    Les finances de notre commune ne nous mettent pas en position de force pour discuter avec les casinotiers.
    La délégation de service public aurait dû être signée depuis des mois et le préfet ne nous permettra pas de prolonger indéfiniment cette situation provisoire.
    Les casinos n’ont plus la même rentabilité à cause de la crise et des jeux en ligne. Retarder la décision pourrait se faire au détriment de Bandol.
    En effet, les négociations menées par la municipalité actuelle sont très intéressantes et de nouvelles négociations risqueraient d’amener des conditions moins avantageuses pour notre commune.
    Je rappelle deux de ces conditions : vente du terrain des grands ponts relativement mal placé à un prix que j’estime surévalué et pourcentage maximum sur les jeux.
    En résumé, et vous l’avez tous compris je voterai pour la délibération proposée par la majorité actuelle dont je reste un opposant.
    L’opposant que je suis, et je l’avais dit à François Barois en 2001 qui n’avait d’ailleurs rien compris, ne poursuit qu’un objectif : défendre l’intérêt de Bandol et des bandolais.
    Je prétends que François Barois n’avait rien compris car s’il avait écouté quelques unes de mes recommandations il serait peut être encore premier magistrat de la commune.
    Je vous rassure, je suis très heureux qu’il fut sourd à mes remarques.

  • Bizare, bizare
    Je croyais que l’équipe élue à Bandol projetait de faire un complexe hotelier avec piscine pour les petits bandolais au stade du grand pont
    construction d’un grand parking enterré à la place du parking central
    Pour cette dernière promesse nous aurons droit à 40 places supplémentaires ( récupération sur le club nautique )
    Il est vrai que la municipalité n’est pas en position de force vis a vis des casinotiers comme toutes les autres municipalités , mais la réciproque est vrai aussi et le groupe partouche n’a aucun interet lui non plus à quitter bandol
    Je suis opposé à la vente du terrain et ce quel que soit le prix
    ensuite l’emplacement ne me parait pas tres judicieux
    si on poursuit la logique jusqu’au bout alors pourquoi ne pas vendre le parc du canet ; il est vrai que les socialistes ont été les champions toutes catégories sur les privatisations
    Autant on peut le comprendre pour la droite,autant c’est difficille à admettre de la gauche
    mais bon les promesses n’engagent que ceux qui y croient
    Tant qu’il n’y aura pas une réforme électorale concernant l’élection du Maire à la proportionnelle , tout Maire élu pourra faire tout ce qu’il veut pendant sa mandature
    En résumé pour ou contre cela ne change rien si une municipalité décide de faire quelque chose

  • Puisque dans le cadre de la loi SRU les communes sont obligées de construire un certain nombre de logements sociaux et compte tenu d’une part du peu de terrain sur Bandol , sans compter leur prix , d’autre part des pénalités imposées à la ville n’aurait il pas fallu envisager la construction de tels logements à cet endroit
    c’est vrai que la position géographique n’est pas excellente , mais il y a tout proche le Super U , des boulangeries, un boucher, un marchand de légumes et la desserte du bus bandolais
    je m’étonne que Mr DELAUD n’y ait pas pensé

  • @ JC Janicot: le projet de piscine, c’était un projet de Barois, dans un immeuble à vocation affaires (en fait construire de quoi accueillir une antenne bandolaise du Pôle d’Excellence Mer que doit devenir l’agglomération toulonnaise si je me souviens bien).
    Quant à faire du HLM au stade des grands ponts, permettez-moi de m’y opposer avec la dernière énergie: isolé de tout le reste de la ville, construire là un quartier ou une barre HLM sur un emplacement géographique effectivement peu sexy, c’est construire un ghetto à coup sûr. Il me semble qu’au moins tous nos politiques avaient à peu près intégré dans leur discours de campagne une volonté de faire de l’habitat social en préemptant des logements existants un peu partout en ville, pour garantir la mixité sociale. Sur Bandol, cela semble la plus sage option car nous ne saurions nous fabriquer une « cité » comme en connaissent trop de banlieues françaises.

  • J.C Janicot : je suis tout à fait votre raisonnement en ce qui concerne les projets de la municipalité Palix, impossible à mes yeux pour plusieurs raisons et pas des moindres :
    – la conjoncture actuelle.
    – l’ambition politique, griller les étapes pour être élu, je m’en expliquerai si vous le souhaitez.
    -on ne pas projeter un développement en toute connaissance de l’économie de notre ville – ce qui est de l’intox.
    – on reprend les mêmes élus et on recommence, 20, voire 30 ans la même chose, ce qui nous a conduit à ce que nous sommes à ce jour; si compétences il y avait, nous n’en serions pas là.
    la municipalité précédente n’a pas fait beaucoup de promesses, mais a tenu ses engagements. Si je reprends son programme – printemps 2001, bien que 7 années n’aient pas suffit, il ne fallait pas changer d’orientation et surtout ne pas céder à cette tentation culturelle quatre en un, qui en soi était louable mais pas à cet endroit, et pas tout de suite, ce qui lui a alu un échec sanglant qui sera difficile à remonter.
    je crois effectivment qu’il est important de réformer la forme électorale, ce qui permettrait une plus juste appréciation des décisisons municipales.
    Pour la loi S.R.U, elle oblige les communes à construire un pourcentage de logements sociaux par rapport à la population. Je voudrais simplement dire : donnons à chaque individu le pouvoir d’achat nécessaire à ses ambitions.
    Nous souffrons actuellement dans le sud de la France d’une donnée démographique en matière de mutation sociale inquiétante qu’il faudre régler au niveau national.
    Les logements sociaux sont essentiellement la demande de personnes au chomage, avec ou sans famille, personnes retraitées à faible revenus, comme dans toute la France, mais ce qui est inquiétant , c’est que la plupart des demandeurs d’aide viennent d’ailleurs; les politiques régionaux l’on bien compris; mais il y a un hic! le prix du foncier sur la côte méditérannéene n’est pas le même qu’en normandie ou en région centre; imaginons que Bandol soit transformée en ville complètement assistée: ou est l’économie de notre ville? Je crois que je ne suis pas loin de la réalité; Bandole : 8500 habitants et 80 professionnels de santé alors que des communes du centre de la france ont du mal à fidéliser un médecin, n’est ce pas l’économie de demain? Mais jusqu’a quand, car les caisses de tout bord sont vides et que seules la productivité de notre pays nous sauvera de cette fuite en avant, alors S.R.U ou pas, si l’adéquation n’est pas trouvée, bonjour les logements sociaux.

  • mais je reve ,comment peut on dire que le terrain du grand pont est un terrain sans valeur oui je reve monsieur DELAUD sachez que ce terrain se trouve prés d’une sortie d’autoroute, plat, alors que nos terrain restant ne proposent que des terrains pentus demandant de gros moyen de décaissement mais la ou je suis encore plus perplexe sur votre « sagesse politique » c’est sur le fait que ce terrain reçoit notre station de pompage du puit de « bourgarel » mais ou est donc votre esprit d’écologie.
    deplus je suis surpris sur le fait que vous puissiez encore revendiquer d’etre dans l’opposition alors que vous dites amen à toutes les délibérations mais je pense que vous etes certainement encore dans l’ancienne municipalité.
    monsieur BAROIS est mort, changez de cheval de bataille.