Le silence des « leaders » bandolais

Mon papier d’hier évoquait le silence des leaders bandolais, et incidemment, la cacophonie qui va régner au plus fort de la campagne, vous promettant un billet sur cette question, puisque Anthony Tinchi dans son discours de dimanche rappelait qu’on ne se dévoile pas trop tôt en campagne. Je ne voulais pas rallonger mon édito d’hier avec cette question périphérique. Mais voilà le rabe :

J’avais eu un échange sur ce blog avec Michel Sauzet à qui je reprochais d’avoir laissé son blog en jachère après l’élection de 2008 et de ne plus nous « parler » qu’au travers du conseil municipal. Je ne doute pas qu’il va se mettre à parler en en février ou mars, et abondamment. En février et mars, ils vont être 7 voire 8 listes, 10, 12, 20 figures de la politique bandolaise à vouloir nous parler, massivement, et tous en même temps. Vos journées (et même mes nuits) n’y suffiront plus, d’autant que nous aurons encore et toujours des débats entre nous aussi.

Je crains de finir cette campagne avec des problèmes d’audition, et avec la nausée devant des excès de démagogie (il ne restera plus que ça pour être entendu j’imagine). J’imagine qu’on se fera même engueuler si on n’a pas pris le temps de lire exhaustivement leurs sites et brochures quand on émettra une critique pour cause d’ignorance des détails qui vont jaillir soudainement partout.
J’interpellais Laetitia Quilici à son début de campagne en m’étonnant qu’on en soit encore à une phase d’audit de la volonté des habitants, alors que nous avons besoin de comprendre qui sont ceux qui aspirent à nos suffrages et d’étudier leur vision de notre futur, d’analyser leur discours, pour voter en connaissance de cause. Et que ça prend un peu de temps à l’électeur aussi.

  • François Barois le précédent maire, c’est une justice à lui rendre, a étonné son monde en tenant son rôle de premier opposant, là où beaucoup l’imaginaient quitter le conseil municipal rapidement après la défaite, et (avec ses fidèles) a fait vivre un blog d’opposition tout au long du mandat 2008-2014. Peu d’anciens édiles l’auraient fait. Il nous a parlé pendant ces 6 ans. Et même s’il semble se retirer de la scène locale aujourd’hui.
  • Jean-Paul Joseph nous a parlé pendant ces 6 ans : via des articles qu’il m’a proposé dès le début, puis avec son association citoyenne, avant de muer en équipe candidate.
  • Frédérique Connat n’a fait qu’une incursion en ligne, mais s’est activée hors ligne (via des tracts, des actions de type pétition ou recours en justice) à partir du moment où elle a quitté la majorité pour devenir une future candidate. Ca fait déjà quelques années qu’elle entretient une relation visible avec les bandolais.
  • Christian Delaud a toujours eu une activité en ligne notamment sur les commentaires de mon blog (j’avais recensé pas loin de 200 commentaires – souvent nourris – de sa part 2 ans en arrière au moment de ce débat avec Michel Sauzet) et a toujours parlé aux citoyens bandolais sous cet angle.
  • Thierry Revol et Anthony Tinchi ont une volonté manifeste de communiquer avec la population depuis deux ans.
  • Laetitia Quilici est rentré dans le dialogue depuis un an avec son colistier Jean-Yves Decroix
  • Beaucoup de figures locales ont pris leur place en s’associant au débat public depuis 6 ans, voire ont construit leur légitimité dans l’expression politique en participant à une conversation bandolaise qui a souvent eu lieu chez moi : on pourrait citer Muriel Anguenot, Roland Reverdy, Max Moutte, Prinz Karl, Patrick Lacaze (animateur d’un cercle de diffusion par mail), Christian Viala (Bandol-blog), Jacques Kauffmann (qui soutient une autre liste), Jean Sarrat, et je ne peux les citer tous.

Mais cette volonté de dialogue, cette réflexion politique, ce chemin à faire ensemble que de réfléchir à l’état de notre ville et à son futur, il faut bien mesurer que tous ne s’y sont pas impliqués de la même façon, pas avec la même énergie, pas avec la même ouverture, pas dans la même durée, pas avec la même qualité d’argumentation, et que certains, pourtant acteurs (élus) ont carrément choisi le silence, ou la seule scène du théâtre guignolesque qu’a trop souvent donné notre conseil municipal. Pour ce qui est de la communication de la mairie, j’en ferai un article propre tant il y a à dire (les archives de ce blog sont TRES largement consacrées à cette question).

Michel SAUZET me disait en réponse à mes critiques : il y a un temps pour chaque chose.
Pour faire campagne, certainement. Pour communiquer avec nous citoyens, je crains qu’il ne soit déjà bien tard. Et ceux qui ont pratiqué l’enfumage ou qui pensent que la politique, c’est s’adresser à l’électeur 15 jours tous les 6 ans vont avoir du mal à rattraper le coup, au moins avec la partie de la population qui aurait voulu ou aurait pu s’intéresser.
Faudra pas m’en vouloir si je suis plus sévère avec les muets soudain guéris, qu’avec ceux qui n’ont jamais méprisé mon cerveau. Rien ne sert de courir me disait-on. Ouais. Ben va quand même falloir galoper un petit peu maintenant.
Et tâchez d’être intéressants, parce que il y a des communicants qui partent de sacrément bas (et faire les articles suivis de faux commentaires sous pseudo pour meubler ne contribuera pas à relever le niveau). Allez, hue!

F.M. – www.bandolais.fr





10 Commentaires

  • […] avec… Je vous renvois ce matin directement sur le billet de Fred Metey sur son blog car je partage son avis encore uns fois en l’exprimant d’une toute autre […]

  • […] Je reprends le commentaire que PK a fait chez Fred (bandolais.fr). […]

  • Voila une vérité qu’elle est bonne à dire!….Comment prendre au sérieux l’argument qui consiste à démontrer qu’avoir rien dit participe d’une stratégie pesée et mesurée? L’électorat a changé, sa mémoire s’est façonnée par l’utilisation de nouveaux outils de communication. De toutes les hypothèses de mandature, plane au dessus des têtes, la démonstration, dans la durée, de l’intérêt manifesté pour l’autre quand l’autre justement a reçu mandat de ceux qu’il a ignorés.

  • heureusement vous avez mis leader entre guillemets ….

  • @ James :
    Merci de le relever. J’aime être lu avec autant de précision que j’en mets dans l’écriture.

  • Je suis bien d’accord avec vous la communication avec la population est essentiel pour nouer un véritable lien avec nos administrés.
    Il faut connaître leur besoin les exhausser si possible mais aussi s’enrichir des idées et des connaissances que chacune peu apporté dans l’échange
    La communication passe par les blogs les tracts ou juste une conversation, chaque bandolais a un avis, une opinion ou un désir a exprimés pour lui les siens ou pour sa commune
    Comme le faisait remarquer Fred il ne suffit pas de se réveiller la veille des élections enfile sa cape rouge et dire a la population je vous ai compris j’ai la solution
    Si l’on veut acquérir la confiance des bandolais ils faut avant tout qu’ils se sentent compris aime (c’est important oui) soutenue dans leur projet

  • J’ai trouvé, ci après, ce texte succulent sur les programmes électoraux… et en plus dans la langue du Québec… Savoureux… et plein de vérités… presque un jeu de devinettes sur des situations locales vécues…..

    http://www.inquisition.ca/fr/polit/prog/erreurs_typiques.htm

    ——————————————–
    NDLR : @ Prinz Karl
    me tenter, c’est mal !

  • Ah oui c’est savoureux ! …Merci Prinz ! (mais où va-t-il chercher tout ça !!)

  • « Je ne vais pas vous faire le détail point par point du programme, cela prendrait trop de temps et puis vous le savez bien qu’on ne se dévoile pas le premier soir.

    Tout le programme sera bientôt disponible dès février et dans les prochains jours sur notre site internet http://www.votez-Bandol.fr »

    Voilà ce que j’ai dit durant le discours en introduction de la déclaration de candidature du candidat Thierry Revol pour la liste « Votez Bandol ».
    https://www.youtube.com/watch?v=g8fyBm1hYYM

    Je dois reconnaître que je n’ai pas été assez précis sur ce point !
    Il est vrai, l’intégralité du programme avec tous les éléments d’explications (paragraphes explicatifs, photos…) seront disponibles courant février.

    Toutefois, depuis dimanche (discours du 12 janvier 2014) nous avons dévoilé les 8 thématiques sur lesquelles nous travaillons pour cette campagne. Pour chacune d’elle nous avons communiqué les premiers axes, avec nos premières propositions pour que les bandolais puissent avoir le temps de prendre connaissance de nos idées.

    D’ici fin janvier, les 8 thématiques avec les axes seront disponibles sur notre site.

    C’est toute une équipe qui a travaillé pour que le programme corresponde au mieux aux besoins et attentes des bandolais (de tous les âges, de tous les quartiers et de toutes les origines socio-professionnelles) tout en restant réaliste et ambitieux !

    Nous n’avons rien à cacher et je souhaite que notre programme suscite l’intérêt des Bandolais ou du moins alimente un débat constructif !

  • merci PK. pour ce lien . . . d’amitié avec nos cousins du canada .
    la preuve qu’on peut être un « rat de bibliothèque juridique » et en même temps en capacité de se régaler d’humour. J’aime bien le paragraphe 4 🙂
    pour revenir au sujet proposé, on comprend le mutisme des candidats qui supposent que le camp d’en face va leur piquer leurs meilleurs idées. Une tactique valable pour les déjà leaders mais pour les inconnus ? ? ?. Il aurait mieux valu prendre le risque de militer un peu plus et un peu plus tôt d’autant que les électeurs n’auront à choisir qu’un magma de candidats à peu près semblables avec comme dit par d’autres un programme . . . commun . . . d’une banalité inintéressante tout ça pour ne pas commettre de fautes et offrir son flanc à l’adversaire.
    le lien de PK se suffit à moi même 🙂

    Le fond du problème de communication ce n’est pas tant ce qui va s’énumérer ces deux prochains mois. On aurait aimé recevoir de temps en temps quelques feuilles de choux dans nos boîtes aux lettres de personnes qui tout au long d’un mandat serait venu nous interpeller sur un sujet d’importance. Une manière de montrer que les erreurs récurrentes d’une municipalité ne sont pas une fatalité et qu’il existe des personnes qui suivent les affaires « au quotidien » et qui seront à même le moment venu de proposer une alternative plus constructive avec plus d’imagination au pouvoir, avec des références larges, prises dans nos campagnes pour le bon sens, en Croatie pour le développement du littoral touristique, dans les stations de ski pour la gestion de flux migratoires, au japon pour leur science des ressources marines, sans oublier Zola pour le social plutôt que pour le « j’accuse » cher au maire/ministre de Toulon [NDLR : dossier LGV], etc. . .
    On aurait aimé avoir identifié « depuis longtemps » une équipe de type « open your mind » avec le militantisme en plus, une équipe incontournable qui rendrait peu vraisemblable la pléthore de listes actuelles qui confine au ridicule façon hobereau de province et surtout qui gaspille/disperses les forces novatrices de cette bourgade avec le résultat qu’on peut prévoir.
    Bel exemple de travers démocratique. Je prédit un déballage de banalités populistes et un déferlement de contre-vérités. Normal puisque les fondement d’un renouveau, avec une éthique démocratique réelle, n’ont hélas pas étés préparés de longue date.
    l’espoir fait vivre.