Le recrutement public à Bandol

J’avais fait un article sur les embauches municipales avant l’été, dont le succès s’est manifesté par un silence assourdissant des commentaires (à croire que vous avez tous quelqu’un de votre entourage qui travaille à la Mairie sans être passé par un recrutement « classique »). Je pensais bien y revenir, mais c’est le dernier Bandol Mag qui m’en sonne le rappel.

En effet en page 16, figure une annonce de recrutement pour l’Union Sportive Bandolaise: bon, en fait il s’agit de recruter des « bébés futurs footballeurs », mais ça me renvoie à la question que je me posais dans mon précédent article: si on peut passer une annonce de « recrutement » pour l’USB dans Bandol Mag, que n’est-ce donc possible et utilisé lorsque des postes sont à pourvoir dans les services municipaux?

C’est curieux que la Mairie n’utilise pas ses propres supports pour proposer ses emplois à ses propres concitoyens et administrés (dont la fibre bandolaise assure déjà une qualité qu’on recherche chez tout postulant à quelque poste que ce soit: l’implication).

Allez, je vous tends une nouvelle fois la perche: exprimez-vous…

F.M. – Bandolais.fr

P.S.: je précise que je ne vise pas la municipalité en place spécifiquement, ni même celle de Bandol précisément, car je ne pense pas que les mairies adoptant cette (bonne) pratique soient majoritaires (mais j’espère me tromper).





31 Commentaires

  • […] revenir sur le sujet des emplois à la Mairie de Bandol, c’était une promesse, après que ma deuxième tentative de parler de ce tabou ait donné (non sans maladresse de ma part) quelques réactions […]

  • MANZONI Salvatore

    Bonjour Fred
    votre article me laisse perplexe et je ne voudrais pas faire de faux pas en le commentant , et à ce titre vous prêter de mauvaises intentions.
    D’après ce que je lis,voilà ce que je comprends:
    -pour rentrer au service de la mairie il faut être pistonné puisque personne n’utilise les canaux traditionnels,
    -une certaine « cooptation » digne de la franc maçonnerie serait nécéssaire pour obtenir des postes vacants,
    -et bouquet final ,il serait normal que les vrais bandolais voire les indigènes ou autochtones soient uniquement employés au service des parachutés dorés qui viennent prendre leur retraite à Bandol ou en Provence, »mewci Bwana d’awoiw autant de considéwation pouw le peuple ».
    Comme dit l’humoriste Noëlle PERNA,je sens la « bouffaïs » qui me monte car depuis ma naissance je suis habitué à ce genre de sous entendu et ce qui me désole c’est que l’on puisse penser que chez nous ce soit un peu la mafia , personnellement à l’âge de 15 ans j’ai passé un concours pour rentrer dans une école technique assez côtée à l’époque avec 450 petits Provençaux et nous avons été 36 heureux élus et le « canal d’accés » n’était pas truqué croyez-moi;donc pour conclure votre blog est plutôt sympa,je le lis tous les jours depuis que je l’ai découvert(avec celui de Mr VIALA) mais de grâce continuez à faire des articles d’ordre général,des articles « événementiels » ou culturels mais ne vous immiscez pas dans notre mode de vie ,bien trop de gens se sont mêlés de notre existence à la Provençale et sachez que systématiquement lorsque je lirai une contre vérité sur ma région vous me trouverez sur votre chemin.J’espère que vous aurez compris que cette phrase un peu « sèche » n’est pas une menace ,surtout pas mais plutôt un conseil d’un autochtone toujours prêt à discuter avec un parisien qui ne connaît pas toujours les nuances de notre terre Provençale.
    Cordialement
    SM

  • MANZONI Salvatore

    Rebonjour Fred,
    je viens pour la deuxième couche,j’oubliais,allez demander à un employé municipal le montant de son salaire , la Provence connection paie bien mal ses employés,il est vrai qu’un polygame inactif trouve bien plus à gratter sur notre sol…
    Bonne journée,vous m’avez mis en forme pour la journée!
    A bientôt.
    Cordialement.
    SM

  • @Salvatore : Je vis a bandol et j’y paye mes impôts à ce titre j’ai tout les droits pour exprimer mon avis et fred aussi… Alors « de grâce » ne prenez pas Fred de haut il ne fait qu’exprimer tout haut ce que beaucoup de personnes on en tête…

    Il est d’usage (hélas) que les mairies recrutent « à la tête du client »… Sans allez jusqu’à la mise en place d’une mafia il y a toujours des retour d’ascenseurs, et si cela ne pose pas de problèmes quand il y a adéquation entre la personne et le poste … il peut y avoir des problèmes quand on se récupère des boulets sur des postes qui deviennent critique (je ne vise personne n’ayant pas personnellement connaissance de ces cas à la mairie de Bandol)

    @Fred : aux prochaines rencontres je te propose de lancer le sujet tu verras que beaucoup on un avis mais évite de se mettre en porte-à-faux le jours où ils en auront besoin pour un enfant un été…

  • MANZONI Salvatore

    Si vous avez bien lu mon commentaire,je ne prends pas Fred de haut bien au contraire , je ne tomberai pas dans votre provoc par contre dressez une liste de « pistonnés » et discutons ensuite
    SM

  • Mais c’est bien le problème on ne peut pas dresser une liste de pistonné pour 2 raisons :

    – Le pistonnage n’étant jamais explicite cela serait assimilé à de la diffamation…
    – Le problème n’est pas les pistonnés qui en eux même n’ont rien fait de mal a part demander un coup de main

    D’ailleurs je rebondi sur votre dernier commentaire « allez demander à un employé municipal le montant de son salaire » Il sera toujours plus élevé que celui d’un chômeur… et la je peux parler en connaissance de cause…

  • Bonjour à tous ceux que le sujet intéresse ou concerne;

    La fonction publique territoriale n’est pas un ramassis de « colleurs d’affiches ». Elle est surtout un monde de professionnels qui subit les aléas des alternances politiques et risque souvent de s’entendre dire qu’on est seulement propriétaire de son grade mais pas de sa charge.
    J’ai oeuvré 20 ans dans ce milieu et j’ai pu en apprécier le sérieux, la compétence, mais aussi le désarroi et la maltraitance morale et psychologique.
    Les employés communaux, dans la grande majorité ne sont ni des nantis ni des pistonnés, mais des travailleurs discrets et malheureusement transparents aux yeux de l’administré et ton idée, Fred, d’utiliser le bulletin municipal comme support de recrutement pour d’éventuels postes à pourvoir en mairie est bonne , à mon sens et sans devenir la gazette des communes, il prendrait plus d’importance qu’un simple catalogue d’évènements mineurs.
    Quant à l’éternelle chicanerie entre gens du sud et parisiens, elle est stérile et déplacée, au plan humain et surtout économique!

  • A propos de l’emploi par la mairie de Bandol, j’ai été surprise qu’un jeune automobiliste handicapé qui a grillé une priorité et percuté mon véhicule m’ait annoncé travailler à la Mairie de Bandol alors qu’il habite la Seyne-sur_mer. Nous n’avons donc pas assez d’handicapés à Bandol pour aller en chercher ailleurs ? J’en connais plusieurs qui seraient heureux d’avoir un emploi sur place.

  • ne nous voilons pas la face tout le monde sait que le piston et les relations sont tres utiles pour rentrer travailler dans une mairie
    ce n’est pas propre à bandol
    une bonne transparence voudrait que pour chaque poste il y ait annonce tant par l anpe que dans le courrier municipal
    quant à la qualité de résident sur bandol cela ne devrait pas rentrer beaucoup en ligne de compte on cherche avant tout quelqu’un de capable

  • Frédéric CAUDRON

    Quelqu’un de capable, oui, c’est là le problème, quand on voit un directeur de cabinet à pres de 5000 € net mensuel, pour une ville comme Bandol, faut pas déconner.
    D’ailleurs aux dernières infos le poste est vacant depuis son départ volontaire, il y a un poste a pourvoir, avec un salaire comme celui-ci, pas besoin de passer d’annonces, va y avoir des candidats.

  • ex- Jean-Paul P. pour Frédéric Caudron.

    Le Dir-cab est certainement le poste le plus important d’une mairie. Qu’y-a-t-il d’extraordinaire qu’une personne qui a des diplômes et des compétences touche un salaire important?
    Que ne postulez-vous pas à ce poste si vous pensez en être capable.
    Ce qui m’intéresse, ce sont ses capacités à faire fonctionner les différents rouages de la mairie.

  • Frédéric CAUDRON

    Justement, vous posez la bonne question, quels diplomes, quelles compétences, vendeur en téléphonie, il a été mis en place à la suite d’un accord écrit entre Bogi et Palix avant les élections, ça s’appelle comment çà? et ça a duré deux ans. Quel est son bilan, ses actions?

  • Jacques Kauffmann

    Ouh la la…

    Que le mélange des genres est facile…

    C’est un peu vite oublier un détail.

    Il y a deux types d’employés dans une maire et leur recrutement est fondamentalement différent.

    D’une part, les agents, qui bénéficient, pour avoir passé un concours d’admission, du statut de la fonction publique territoriale.

    Muni de leur statut, ils peuvent postuller à un poste ouvert par une commune. Ils sont sélectionnés sur une « liste d’aptitude ».

    C’est le CNFPT qui gère les recrutements dans la fonction publique territoriale. Il n’est pas question de petites annonces dans la presse ou de pole emploi.

    Le piston ne peut intervenir qu’en bout de chaine, c’est à dire une fois que le candidat a réussi son concours d’admission, et encore, le recrutement définitif est contrôlé par le prefet.

    Il n’y a que pour certains postes, à la fois techniques et peu qualifiés, qu’un recrutement peut être « direct ».

    Et il y a, d’autres part, les postes contractuels. Ce sont, pour l’essentiel, les postes dit « de cabinet ». Ces postes relèvent du droit privé. Ils ne bénéficient pas du statut de fonctionnaires.

    Il me semble normal que le Maire d’une commune puisse recruter directement ses plus proches collaborateurs, qui auront, en plus, à exercer le volet « politique » de son mandat.

    Comme ces postes sont précaires par nature (ils valsent à chaque alternance), ils sont mieux payés.

    Cependant, le salaire annoncé du Dir Cab, à le supposer juste, ne me choque pas. Cette fonction correspond à celui de Directeur Général dans une entreprise. Vu le budget et l’effectif de la ville, il aurait clairement plus dans le privé.

    Je ne suis pas en train de dire qu’il n’y a pas de piston ou de passe droit à Bandol, mais il ne s’agit pas non plus d’imaginer que tout se passe à la tête du client. Et ce n’est pas parce que l’on a pas obtenu un poste que celui qui l’a eu a forcément triché.

    Enfin, pourquoi réserver les emplois aux seuls habitants d’une ville ? Cette condition n’est pas exigée pour être élu, alors pourquoi le serait-elle pour travailler ?

    Jacques

  • MANZONI Salvatore

    Merci Jacques,
    enfin quelqu’un de sensé qui apporte une certaine sérénité dans ce débat!
    Bonne journée
    Cordialement
    SM

  • Merci à tous pour ces réactions passionnantes (passionnées). Pas le temps de commenter là maintenant, mais j’ai de la matière pour de nombreux articles (on va couper en tranches, hein?).
    Merci en particulier à Jean REVOLON et Jacques KAUFFMANN qui fournissent un éclairage trop rare sur ce dossier, d’autant plus intéressant qu’ils connaissent le sujet mieux que la moyenne (nous avons appris des choses), et ne sont pas impliqués à ce jour dans ce qui tourne autour de l’emploi public (qui n’est pas que la fonction publique territoriale).

    Si vous continuez à commenter, faîtes-le sans débordements (on aura l’occasion de reparler de ce thème), et je reviens moi-même dès cette nuit corriger certains excès (dont les miens).

  • Pour compléter les différents avis concernant le personnel territorial, il faut prendre en compte aussi le rôle d’employeur social de la mairie;
    En effet, certains personnels qui n’ont pas le niveau culturel pour ambitionner un emploi dans le privé deviennent employés de la Ville en tant que vacataires . Dans certaines villes , les cadres A donnent de leur temps pour permettre aux agents de préparer le concours qui les titularisera.
    Je pense qu’il est nécessaire de saluer cet humanisme et soyons très tolérants quant aux imperfections que nous constatons dans le fonctionnement des services municipaux.
    La fonction publique territoriale est une belle entreprise de service que l’on se doit de défendre et d’honorer.

  • @ Salvatore:

    effectivement, j’ai poussé le bouchon un peu plus loin sur l’idée répandue, idée reçue (que dans le précédent article qui n’avait obtenu aucune réaction), concernant ce qu’on appelle crûment le « piston ». C’est certainement excessif (ça l’est forcément sur un sujet aussi sensible), mais mission accomplie, je crois avoir réveillé l’intérêt pour cette question qui m’intrigue (c’est un monde que je connais mal), et avoir obtenu informations et matière à réflexion.

    Cependant, votre lecture de mon article me gêne:

    – sur le premier point, je suis fautif, puisqu’en brisant le tabou sur le soupçon commun, je favorise une lecture extrêmiste ou binaire et son expression.

    – sur le second, je ne suis pas d’accord avec votre vision de la cooptation. La franc-maçonnerie (pour qui je sens que vous appliquez ce constat comme un reproche) n’est pas seule à user de cooptation. Et c’est souvent un système de filtrage qui n’est pas inintéressant, même s’il ne doit pas s’appliquer à tout, et peut-être pas au service public (mais c’est un vaste débat qui peut nous écarter de Bandol – n’y entrons pas plus pour l’instant – je tâcherai de trouver l’inspiration ou un lecteur/rédacteur inspiré pour un vrai article sur ce point afin d’amorcer un débat avec quelques bases).

    – en revanche, on vous a demandé ce que venait faire le débat Paris/Provence dans cette affaire et je vous le demande aussi. Certes je parle de Bandol avec ma « tâche de parisien » au front, mais j’ai cru bon d’ajouter un post-scriptum qui précise que cette réflexion de ma part vaut pour toutes les mairies de France, et pour tous les bords politiques au cas où l’article pouvait n’être pas assez explicite.

    Enfin et c’est ce qui cause ce glissement de votre part vers une supposée critique de ma part d’un système mafieux local: où avez-vous vu écrit sous ma plume qu’il fallait réserver des emplois aux bandolais?
    Les réserver: sûrement pas!!! Mais qu’il faille les proposer me paraît le bon sens même (ne serait-ce qu’en regard de notre taux de chômage): à l’heure où on réfléchit à la réduction des déplacements, que ce soit pour les économies d’énergie comme pour la qualité de vie de parents qui seront plus tôt rentrés pour veiller à l’éducation de nos enfants (il paraît qu’elle n’est plus aujourd’hui ce qu’elle était dans le temps), à profils équivalents, je privilégie celui ou celle qui est géographiquement le plus proche (et qui a minima sera moins fatigué par les transports). Ca fait partie du B.A. BA de toute personne décisionnaire sur des embauches (je ne me souviens pas d’un seul entretien de recrutement où la question géographie/transport n’ait été abordée, que je sois candidat ou recruteur – dans le « privé »).
    Et je persiste: je veux croire qu’un employé travaillant dans le cadre d’une mission de service public directement liée à son cadre de vie a de bonnes chances de se sentir plus impliqué que quelqu’un qui ne vit ni ne paie ses impôts à cet endroit (ce n’est une critique contre personne, c’est humain, et ça doit comme souvent être valable pour 80% des cas et infirmée pour les 20% restants – loi de Pareto citée ici il y a peu par un commentateur): ça ne doit pas être un critère majeur, mais nommez-moi un seul recruteur qui ne soit pas sensible aux motivations de l’individu qu’il embauche…
    Rien n’empêche un salarié municipal de s’identifier autant à la ville où il travaille et vit 10 ou 12H par jour, qu’à la ville de son domicile, ni d’avoir le service public chevillé au corps. Mais j’en suis aussi un exemple: parce que Bandol c’est chez moi, ça me concerne et ma motivation m’amène même à tenir la nuit un blog qui me coûte du temps et de l’argent. L’implication est un moteur puissant.

    Vous ne vouliez pas faire de faux pas ni me prêter de mauvaises intentions: j’espère que ces précisions vous permettront d’avoir une idée plus exacte de ce qu’elles étaient.

    Je reviens bientôt sur ce thème avec des articles plus argumentés et je l’espère moins provocateurs (mais sans tabou).

  • MANZONI Salvatore

    Bonjour Fred et merci d’avoir accordé autant de temps à rédiger votre réponse , il est vrai que mon commentaire est un peu dur je vous l’accorde mais à 58 ans j’ai tellement été habitué aux insinuations par rapport à mon origine « sudiste » tant dans mon milieu professionnel ou associatif , il est vrai que souvent je m’emporte assez rapidement lorsque des gens extérieurs à ma région commencent à nous juger , à nous évaluer ,et ça ,ça me pompe l’air ; j’en ai tellement entendu du style:  » vous dans le Sud… » .Personnellement je ne me permets pas de juger les autres régions alors que l’on fasse de même avec les Provençaux , nous n’avons rien demandé !Il est vrai que chez mes amis Corses les jugements et estimations de tout poil n’ont pas lieu car les réponses sont plus… »radicales ».En ce qui concerne « l’appellation parisien » elle commence au dessus du Vaucluse et s’adresse à celles et ceux qui ne sont pas d’ici,Paris et Parisiens n’étant pas forcément visés!Ce n’est tout de même pas de ma faute si malheureusement certaines personnes lorsqu’elles s’installent chez nous se comportent comme le derniers des margoulins en pays conquis,j’aimerais bien avoir une conversation de vive voix à ce sujet avec vous autour d’un café.
    Je ne vous en veux pas d’avoir réanimé un débat qui pour moi n’était pas très utile si ce n’est les explications AIMABLES de Jacques KAUFFMANN qui a su expliquer clairement les choses.
    Bonne journée et continuez à animer votre blog:des pensées autres que celles de la municipalité sont bénéfiques à la démocratie et à l’information.
    Cordialement
    SM

  • Moi je voudrais simplement m’associer aux commentaires positifs exprimés par certains sur le Fonctionnaire Territorial. Lorsqu’en activité, à Marseille dans une Entreprise de Service Public, le Maire de l’époque: Robert.P.Vigouroux m’a demandé d’organiser le congrès des S.E.M (Marseille élue cette année là leader des municipalités), j’ai côtoyé et œuvré pendant 3 mois avec des Cadres et Employés de la Ville de Marseille. Venant d’une Entreprise privée j’ai découvert un degré d’implication que je ne soupçonnais pas. Nous avions des réunions de travail qui duraient jusqu’à 20 heures, sans problèmes. L’implication sans contraintes de tous ces fonctionnaires me laisse encore le souvenir qui me rassure sur la qualité de cette catégorie de salariés. Bien sur, à Bandol nous ne sommes pas à Marseille, mais tout de même, que penser de ces Élus éphémères qui s’octroient souvent le droit de placardiser des Pères et Mères de famille au prétexte que leur fonction les rapprochaient des précédents Élus éphémères. De quel droit un Élu issu d’un milieu souvent qui n’a rien à voir avec la Fonction Publique ou d’une Profession sans risques se permettrait-il de jauger et juger un salarié en place depuis plusieurs années? Je peux citer quelques exemples d’hommes et de Femmes détruits par l’obsession inappropriée d’un éphémère qui regardait ses chaussures quand on lui parlait et qui aujourd’hui rase les murs avec cette chance inouïe d’avoir eu affaire justement à des employés de la Fonction Territoriale car dans le privé les choses se seraient passées autrement.

  • A 5000€/ mois c’est quand meme cher payé
    je serai curieux de connaitre ses diplomes et son mode de recrutement

  • Chers Internautes.

    vous etes dans l’ensemble mal informés sur l »administration de votre commune beaucoup avance des informations érronées sur le personnel municipal .

    je peux me permettre de parler par connaissance sur ce sujet pour l ‘avoir vecu – ces differentes professions : Enseignant de la conduite auto école (privé) – elu Municipal (privé) – agent des collectivités territorilales – Toulon – la Seyne – Bandol. – Directeur Administratif de la Jeunesse en Réinsertion Sociale – toutes ces fonctions sont sous la législation de l’état et le recrutement depend du CNPTF

    cordialement Max

  • Rien à voir avec le recrutement- du personnel municipal, je ne suis pas un spécialiste en la matière, je m’abstiendrai donc de commenter, mais je profite de cet espace très lu pour vous proposer des plants d’artichauds!!!
    La semaine prochaine je vais dédoubler mes plans, donc si quelqu’un en veut pour son jardin, je les donnerai avec plaisir, si non ils iront allimenter le compost;

  • @Serge Gervais,
    Tes voisins en l’occurrence Michèle et moi-même sommes preneurs de tes plans d’artichauts. Puisque nous ne sommes qu’à quelques mètres à vol d’oiseau de tes panneaux voltaïques nous ne manquerons pas de te délester.
    Amitiés voisines

  • Bonsoir

    Je reviens pour préciser comme l’explique très bien Jacques : et Jean revolon il y a deux formes de recrutement ainsi que de très grandes disparités.
    Mais a un certain niveau de compétences c’est les diplômes reconnus qui seront pris en considération – relisez le texte de Jacques.
    Pour le directeur de cabinet ceux ci ont été recruté suivant les mandats ; ils sont des auxiliaires politiques car le gestionnaire réel est le Secrétaire général de la commune.

    Pour évoluer dans la hiérarchie municipal cela dépend de votre comportement surtout ne pas se faire remarquer en contredisant les supérieurs ; quand a changer de filière n’y penser pas avec des contradictions comme un agent administratif faire un travail technique sans contre partie de la prime du a la fonction ou un agent technique faire de l’administratif dans un bureau et percevoir une prime de risque.

    Dans certains services ; c’est l’incohérence dans la répartition des spécialités – le diplômé technique en matière bâtiment (électricien plombier etc.) fera de la maçonnerie ou de tondre le gazon des espaces verts. Vous pouvez vous adresser aux retraités communaux pour avoir plus de détails. Et ce n’est pas que pour Bandol.
    Cordialement Max

  • DROLE DE DEMISSION

    soit il avait un poste ailleurs
    soit il a été poussé à la démission
    mais démissionner de son propre chef à l’heure actuelle sans avoir d’autres solutions c’est bizzare
    esperons qu’il n’y aura pas un prochain litige aux prud’hommes

  • M° MAZZONI

    Permettez de vous rappeler un peu de l’histoire de votre nom et du mien qui sont issu d’origine de plusieurs nations du 4° au 12° siècle la Provence n’avait pas les frontières que vous donnez ; item pour l’Italie du nord.

    Ne soyez pas regionaliste nous sommes seulement des hommes égaux a la naissance et au décès – cordialement Max

  • MANZONI Salvatore

    A MOUTTE Max:
    STOP et FIN
    MERCI
    SM

  • M° MAZZONI..

    Ne vous en déplaise, je vous remercie de vos dernier message car ce matin dimanche a Bandol j’ai reçu maintes félicitations pour l’égalité : commencement de notre existence a sa terminaison pour vos propos qui sont mal perçus par certains non provençaux.
    Quand on se réclame d’un titre provincial ; il faut le prouver dont le lieu de naissance n’est pas pour autant l’origine généalogique de ces ascendants.
    La Provence est une merveilleuse région qui a deux origines distingues quand elle a été fondée par la colonisation romaine ou demeuraient le peuple Ligure jusqu’au Rhône (provençia) puis la partie de Nicé et Italie du Nord le peuple Etrusque : Voyez-vous ne porté pas préjudice a vos ancêtres..
    De même de quel droit pourriez vous faire la liste des pistonnés ainsi que vous parlez des Franc Macon coopté – reprenons votre texte <<> nous ferons appel a vous nous non provençaux et provençaux ancestral – je n’ai pas besoin de stop – mais je vous salue Max

  • MANZONI Salvatore

    Je réitère :
    STOP et FIN,
    je n’ai nullement l’intention de discuter avec vous,suis-je assez clair?
    Merci
    SM

  • j ai 42 ans je suis bandolais et je m occupe des jeunes au seins de l us bandol et en particulier de 18 a 35 ans je suis enormement decu des emplois que notre municipalite propose car malheuresement on ne peut que constater que des embauches de personne exterieur a la commune et poutant il y a plein de bon jeunes bandolais qui cherche du travail alors pour moi c est du gachi surtout que c est jeunes seront les futur electeurs qu on auras trompe et il n on pas la memoire courte je vous le garantis

  • Je ne sais pas si les emplois offerts aux personnes qui sont actuellement en poste, au service de notre commune ont été proposés à des Bandolais.
    Mais ce qui est certain à mes, yeux, c’est qu’une municipalité devrait appliqué ce j’appelle le principe de BON PERE DE FAMILLE.
    C’est à dire, comme tout père, faire le maximum pour que tout ses enfants ne soient pas en difficulté de vie en générale.
    Qu’il s’agisse d’emplois ou de permettre l’accès à la propriété.
    Une commune a sûrement des revenus réguliers qui devraient permettre un prévisionnel afin de financer des formations adaptée aux besoins économique de notre village.
    On ne peu trouver plus urgent que le bien être de nos concitoyens qui ne demandent qu’à vivre dans leur digitée d’être humain. Et la fierté de participer au maintien d’une bonne qualité de vie dans notre commune.

    J’ai 53 ans, toujours habité dans cette commune qui m’a vue grandir.
    Moi même, mes trois enfants et mon épouse avons usé les bancs des écoles de Bandol.
    Je pense que,par mes activités commerciale , avec l’aide de mes parents qui ont développé un restaurant, nous avons fortement contribué au développement économique de notre village.

    A ce jour, je n’ai pas d’emplois stable. Mais malgré mes nombreuses démarches en Mairie, aucune propositions de travail ne m’a été offerte. Même pas un poste de saisonnier, alors que toute sorte de nouveaux visages défilent dans tout les services de notre administration.

    On m’a demandé de ne plus écrire…

    Voila. Ce n’est qu’un « petit message ».