Le « ravi de la crèche » et les bons petits soldats: réponse à Jean Guitton

Suite à mon petit débrief sur la réunion « chez l’habitant » de Mrs Palix et Bogi hier soir, Jean Guitton (bandolais de coeur, expatrié à Paris et proche du Maire) a cru bon de me laisser un commentaire ironique, me trouvant bien trop facile à séduire, et succombant aux charmes de chacun des candidats. En gros il m’accuse de donner raison au dernier qui a parlé, et me promet qu’au vu de mes « dispositions » un orgasme intellectuel m’attend si je rencontre SON candidat, le Maire sortant. Ce qu’il y a de bien avec les commentateurs partisans, c’est qu’ils sont prévisibles, et je remercie Jean Guitton de me fournir une occasion de militer un peu moi aussi, à ma façon, et de clarifier certaines choses. Parce que contrairement à ce qu’il croit, …/…

…/… je ne suis pas totalement naïf, mais que mon blog défend lui aussi des valeurs, et une approche différente de ceux qui sont engagés aux côtés des candidats.

– je me méfie beaucoup de l’humanité

– j’ai une peur profonde de la foule

– j’ai une vraie curiosité pour les gens, les individus

– personne n’est ni blanc ni noir, nous sommes tous dans les nuances de gris

– je ne tiens pas ce blog pour militer en faveur de tel ou tel pour la prochaine échéance électorale

– quand je ne connais un candidat que par la rumeur publique, par les conversations de comptoir, je n’en découvre souvent que les aspects criticables

– quand je rencontre en personne un candidat, je me fais une opinion plus nuancée de la personne, plus réelle, plus « vraie »

– quand je vois des rangées de sympathisants applaudir à tout rompre dans un meeting politique, tous les propos de leur champion, quel que soit le niveau d’ânerie de ce qui est énoncé, sans aucun esprit critique, je me sens totalement blanchi de l’accusation de naïveté.

– quand dans les mêmes meeting, je vois des opposants venus « espionner » ou pêcher de quoi dénigrer, qui à chaque phrase prononcée par l’orateur, ne peuvent s’empêcher de maugréer, de commenter d’une phrase assassine et souvent stupide ce qui vient d’être dit ou la qualité de la personne, de façon SYSTEMATIQUE, j’ai un peu honte du genre humain.

Je suis convaincu qu’une rencontre avec François Barois (s’il était volontaire) me permettrait de me faire une autre idée du personnage, probablement plus séduisante, car Jean Guitton ne contestera pas l’image publique qu’il donne à la majorité des bandolais, un peu comme Christian Goux avant lui: des hommes fermés, vraisemblablement timides et gauches dans leurs rapports sociaux, qui oublient de saluer leurs administrés quand ils passent en ville. Beaucoup de gens qui ont eu affaire à lui ont dénoncé son caractère fermé, qui minimise l’écoute jusqu’à en oublier le savoir-vivre et les règles de courtoisie élémentaires que leurs parents leur ont pourtant inculqué. Toi Jean tu me dis que c’est un homme ouvert et disponible dans le privé, intelligent et travailleur, et par ailleurs je sais qu’il est apprécié par beaucoup de gens au sein des services municipaux, qui préféreraient le voir rester en poste plutôt que de voir arriver des hommes neufs, ou pire, des patrons qu’ils ont parfois déjà connu sans plaisir. Alors oui, si je le rencontre, je me ferai mon idée, et elle sera nuancée.

Je ne suis pas là pour détruire qui que ce soit. Et aucun candidat ne me paraît mériter mes foudres publiques pour tout ce qu’il représente. En tous cas, comme je peux me tromper, ma prise de parole citoyenne et publique m’impose au moins la prudence, et je ne me permets de devenir agressif et violemment critique que sur les points précis qui me paraissent idiots, déplacés, tricherie ou pervers. Pour le dénigrement systématique, vos équipes mutuelles s’en chargent très bien toutes seules entre elles.

Moi je suis là pour démontrer que ce genre d’activité citoyenne est possible, relancer l’intérêt de mes concitoyens pour la chose publique, inciter les modérés à prendre la parole et à faire entendre leurs voix, et en dehors des partis. Et c’est ça qui vous chagrine, qui vous frustre. On échappe à vos organisations, à vos pyramides de pouvoir, et la société peu à peu s’auto-organise. Etudiez l’internet, le réseau des réseaux, et vous apprendrez beaucoup sur le futur des organisations humaines. Vos appareils rigides et militaires qui font souvent insulte à l’intelligence humaine vont en prendre un coup dans les décennies qui viennent. Et finalement, ce qui peut-être en effraie le plus, c’est que c’est aussi la fin des systèmes clientélistes qui se profile.

Pour revenir à l’objet de ton commentaire, si le projet de Palix pour la ville me paraît en l’état présenter des vraies difficultés de mise en oeuvre, il a au moins le mérite d’être axé dans la droite ligne historique de ce qu’est Bandol: une station balnéaire au cadre exceptionnel qui lui donne une vocation touristique naturelle. Reste à savoir quel tourisme. Maintenant si le projet de Barois pour le stade des grands-ponts est également très intéressant, si on fait un sondage auprès des professionnels bandolais et gens impliqués dans la vie de la cité, INDEPENDAMMENT DE QUI PORTE LE PROJET, on constatera peut-être que sont majoritaires ceux qui pensent que Bandol a besoin en premier d’une vraie capacité hôtelière en trois étoiles…

Cher Jean Guitton, c’est mon honneur, et mon plaisir, que de m’attacher à souligner les points qui se détachent de mes rencontres avec les candidats, particulièrement les points positifs susceptibles de réintéresser mes lecteurs à la vie politique, et en étant prudent sur les aspects que je crois négatif. Dans ce processus d’électeur qui propose l’examen de son cerveau avec une relative transparence au fil des semaines de campagne, je propose cette tribune à ton poulain, convaincu que j’aurai plaisir à échanger avec le Maire et que sans doute je saurai déceler ses points forts. Si quelqu’un veut bien se proposer pour filmer la rencontre ou me fournir une caméra numérique avec un micro décent, je lui propose même d’initier la série d’entrevues vidéo (podcastées) dont j’ai rêvé pour cette campagne et pour mon blog. Arrêtez de vouloir me faire taper sur les personnes: autant que possible, il serait bon que les débats aient lieu projet contre projet, quitte à s’interpénétrer…





Article précédent : L’équation se complique

2 Commentaires

  • Merci Fred, de ce petit coup de gueule…mais je ne visais pas ton intégrité intellectuelle mais plutôt l’emphase syntaxique de ton article, on aurait cru découvrir jésus au milieu de la crèche…mais je suis certain que le fond du discours est bon pour ce qui te concerne…c’est juste que la forme est…marrante à qui la regarde régulièrement !
    Mais bon une bonne mise au point vaut mieux qu’un mauvais article (et je ne dis pas ça pour ton article concernant les réunions tupperware du Dct Palix !)

  • @ Jean Guitton: à la bonne heure, et je pense aussi que cette petite mise au point est bienvenue pour ceux qui découvrent ce blog et pourraient comme d’autres avant eux me croire partisan, ou naïf. A très vite lire tes prochains commentaires…