Le « faire savoir »

On pourrait penser qu’en tant qu’élu, on a intérêt à faire connaître ses réalisations positives du plus grand nombre (même si parfois il s’agit de gérer un héritage malheureux en tâchant de rattraper la sauce mal amorcée par un prédécesseur)…
Les politiques s’évertuent à toucher le plus large public possible quand ils sont en campagne (ils ont même recours à de nouveaux outils ou techniques, ils font des coups marketing pour ameuter la presse, etc.). Mais une fois en fonction, ils oublient comment s’adresser efficacement à tous les électeurs et administrés (à part certains politiques nationaux qui ne quittent jamais notre poste de télévision, procédé efficace s’il en est).

A la décharge du Dr Palix, il faut reconnaître qu’il a organisé plusieurs grandes réunions de concertation dans les semaines qui ont suivi son élection (notamment celle concernant les commerçants, celle sur l’audit des comptes, etc.), ce qui a semblé une pratique innovante et heureuse aux bandolais concernés. Concernés ET informés, parce qu’il y a parfois des ratés (j’ai personnellement une activité commerciale sur Bandol, certes basée à mon domicile donc sans vitrine, mais n’ai pas été invité à la réunion des commerçants – dommage, en plus je suis le premier qui peut le « beugler » sur les toits).
Bref, la communication ça compte, et quel dommage que les politiques si forts pour passer leur message en campagne soient si peu efficaces en communication une fois aux affaires, un peu comme le soulignait mon papier sur la newsletter du site municipal.

Exemple encore avec le commentaire de Danielle, qui a découvert bien tard (et moi encore plus), que le spectacle de Jacques Weber à la médiathèque était gratuit!!! Ca pose plein de questions pour le premier show qui s’y produit.

Autre exemple très étonnant:
Vous vous souvenez que je publiais l’officialisation via Var Matin du programme de la Médiathèque il y a quelques jours. Reprenez l’article et regardez la photo. On peut penser qu’elle a été prise …/…


…/…
dans la salle de spectacle de la Médiathèque. Une réunion interne de la Mairie? Avec un photographe de Var Matin invité? Pas une réunion publique quand même? Naaaan!
Nan parce que j’ai compté sur la photo, on n’atteint pas les 40 participants à cette présentation que je crois majeure (beaucoup de bandolais se demandent vraiment comment est l’intérieur de cette médiathèque, et comment elle va être utilisée, ce qui va y être proposé). Quelle communication aurait été mise en place pour parvenir à ne réunir que 40 bandolais sur l’annonce de ce qui va se passer à la Médiathèque?
Le café philo (toujours pas réactivé et là non plus aucune info) réunissait plus de monde, et j’arrive à en réunir presque 20 tous les mois pour prendre un verre payant grâce à mon pauvre blog.

Comprenez-moi, je suis heureux que le service animation ait planché sur l’utilisation de cet équipement, mais pourquoi diable tant de discrétion. Alors oui on trouvera le programme sur dépliant à l’actuel centre culturel, et j’ai vu quelques affiches relatives à la nouvelle salle Jules Vernes dans certains commerces, c’est bien.
Mais si cette présentation de lancement de la Médiathèque a bien eu lieu, quel dommage qu’elle ait été organisée si discrètement. Vous étiez au courant vous? Moi je suis sûr que la majorité des bandolais ne sait même pas ce qu’est la salle Jules Vernes (et une bonne part de ceux qui le savent l’ont appris sur Bandolais.fr)…

Il ne faut pas parler à l’électeur qu’au moment des élections. Sinon il croit que c’est politicien. Alors que si on lui offre la possibilité de se tenir informé de tout, il peut se rendre compte que la politique, c’est bien la gestion de la chose publique au quotidien.
.





10 Commentaires

  • Tu as raison Fred, il n’y pas 40 auditeurs, j’en compte 26. Ça ne paye pas l’électricité. Il ne faudrait pas grand chose pour qu’une réunion confidentielle devienne un évènement. Je pense qu’il s’agit simplement d’un manque d’habitude.
    Comme tu le rappelais dans un précédent billet, la « news letter » de la mairie pourrait être un bon vecteur. Il suffirait de s’en servir.

  • JANICOT JEAN CHARLES

    rassurez vous , je pense que seuls ceux qui regardent bandolais.fr ont appris que le spectacle etait gratuit
    on se demande à quoi sert le magazine et pourquoi ce n’était pas noté; idem pour l’article de VAR MATIN
    Habitué à fréquenter le centre culturel , la aussi je n’ai pas trouvé trace de spectacle gratuit mais uniquement la liste des spectacles et le lieu ou aller pour s’abonner
    Aussi j’aimerais bien savoir comment les personnes qui sont allées voir le spectacle ont pu le savoir

  • @ Claude: la newsletter n’est qu’une des possibilités. Une lectrice me parlait d’affichage plus significatif, etc. Selon le message, l’objectif, la cible, la communication municipale doit être modulée, et recourir à différents canaux, les panacher. Mais sûrement pas faire les choses en catimini.
    @ Jean-Charles: j’imagine que les invités au spectacle de Jacques Weber (que je ne pouvais m’offrir mais que j’aurais adoré voir sur scène gratuitement), font partie des relations de ceux qui savent, des « happy few » à qui les responsables ont voulu faire plaisir… L’administré de base sans autre information ne peut qu’imaginer que c’est le copinage qui a prévalu.

  • Fred,
    Concernant la gratuité du spectacle de Jacques Weber, je ne suis pas sûre que ça ait été la règle. En tous cas, au départ ! En effet, en tant que présidente d’association de Bandol, j’ai reçu une dizaine de jours avant le spectacle, un appel du service animation me faisant part de ce spectacle et de la possibilité de tarif de groupes (32 € à la place de 35 € si mes souvenirs sont exacts). Donc, le spectacle n’était a priori pas gratuit. Par contre, il est vrai que j’ai reçu une invitation pour 2 personnes (comme tous les présidents d’assos) et que je ne connais personne qui a acheté une place !

  • JANICOT JEAN CHARLES

    fred
    je ne fais pas partie des happy few , ni de ceux qui savent encore que pour savoir faut il etre au courant
    Mais comment immaginer un seul instant que le copinage a prévalu
    vu le commentaire de sabine ce n’était pas gratuit au départ , qu’en est il rééllement?
    JE NE DOUTE PAS QUE LE SERVICE ANIMATION OU LA MAIRIE FASSE UNE MISE AU POINT SAUF A PENSER QU’IL Y A 250 ASSOCIATIONS A BANDOL ( 250*2 = 500) A MOINS QUE LA COMMUNICATION N’AIT PAS BIEN FONCTIONNE POUR CE PROJET ALORS QUE SUR D’AUTRES ON N’HESITE PAS A NOUS RAPPELLER SANS ARRET L’ETAT CATASTROPHIQUE DE NOS COMPTES (REUNIONS,BULLETIN MUNICIPAL)QUI SI ON LIT ATTENTIVEMENT LE RAPPORT DU CABINET D’AUDIT NE SONT PAS SI ALARMANTS ET POUR LEQUEL IL FAUDRAIT QUAND MEME TENIR COMPTE DES REALISATIONS FAITES SOUS L’ANCIEN MAIRE ET QUI NE SONT PAS NEGLIGABLES QUE L’ON LES APPROUVE OU NON
    un citoyen lambda

  • JANICOT JEAN CHARLES

    FRED
    j’OUBLIAIS CE VIEUX SLOGAN DE MON EPOQUE 68
    elections pièges à c–

  • Les infos dont je dispose me font penser que pour la gratuité du spectacle de J. Weber, l’attribution des invitations a plutôt été gérée maladroitement dans la panique face à des places qui ne se vendaient pas, qu’avec une volonté préméditée au profit des « copains ».
    Espérons que la communication qui entourera les prochains spectacles permettra de leur assurer une meilleure vente, et non plus le recours à une solution « amateure » et critiquable sur bien des points.
    A la mairie, il est vraiment temps de mettre en place des outils de communication dignes de ce nom.

  • Et voilà, les choses évolues, grâce, peut être, au Bandolais.fr.
    J’ai reçu hier mon premier mail d’information de la mairie, via « newsletter@bandol.fr, pour la venue de Claude BARZOTTI le 31 octobre.
    C’est bien, le système va prendre sa route de croisière tranquillement. Bandol ne s’est pas fait en un jour.

  • @ Fed METEY, je me rappelle il y a peu vous vous êtes plaint que Var Matin n’avait pas fait les démarches pour vous cantacter. Dans ce message vous tentiez de développer tout un argumentaire sur votre légitimité, votre rôle incontournable dans la dynamisation de la vie de la cité. Vous étiez le précurseur de l’outil internet sur bandol. Je ne fais que reprendre vos propos.
    Aujourd’hui je vous informe que l’association des commerçants existe depuis plus de vingt ans, Max se fera fort de préciser exactement la date de création de l’association, et merci pour celà. C’est avéré et ce n’est pas le fruit de mon égo, nous occupons une place importante dans la vie de la cité. A tel point que si demain nos efforts disparaissaent la représentation des commerces s’en verrait affectée. Tout ceci pour dire que nous existons, nous ne sommes pas sectaire, et comme var matin aurait du vous traquer et vous trouver A VOS DIRE, je vous informe que c’est à vous de rechercher si il existe une association et de vous en faire connaître.
    Il est bon de cultiver la paix et la cohérence dans ses propos.

  • @ Arnaud HAAS:
    1) si vous prétendez reprendre mes propos, merci de le faire, et de ne pas les déformer à un point qui confine à la mauvaise foi:
    je n’ai jamais reproché à Var Matin de ne pas me contacter mais de ne pas CITER Bandolais.fr (qui est à mon sens une expérience intéressante de ces deux dernières années en ligne par chez nous) sur une page traitant en deux papiers de l’internet à Bandol. Merci de me relire avec attention et de ne pas relancer un sujet qui a déjà été épuisé et a même lassé nos lecteurs:
    http://www.bandolais.fr/2009/11/var-matin-toujours-aussi-brillamment-complet.html
    2) Vous m’accusez d’incohérence. Pourquoi? Parce que je ne suis pas membre de votre association (dont je connais tout à fait l’existence, et je sais même qu’il fût un temps où il y en eut deux à Bandol)?
    Mais l’article ci-dessus n’a rien à voir avec votre association, en tous cas je l’espère: c’est bel et bien la Mairie que je critique pour ne pas avoir associé tous les commerçants qu’elle connaît quand elle fait une réunion « d’information des commerçants » (je ne comprendrais d’ailleurs pas que cette information soit réservée aux seuls membres payants d’une association). C’était une réunion revendiquée par le Maire qui avait mis en place une série de rencontres avec divers publics dans les mois suivants son élection: si c’est une réunion à l’initiative de votre association, ce n’est pas du tout la version que je tenais de Monsieur le Maire qui se présentait en temps qu’organisateur. Si vous avez vu de l’incohérence chez moi, c’est que vous avez repris pour vous une critique que je ne vous ai jamais adressée (relisez l’article ci-dessus et oserais-je suggérer, avec attention également).
    Pour ma part, la Mairie me connaît, puisque 2003 (début de mon activité professionnelle à Bandol): je me suis signalé à de très nombreuses reprises: en premier pour bénéficier d’une parution dans la rubrique nouveaux commerçants de Bandol Mag (jamais obtenue), puis pour obtenir mon enregistrement dans l’annuaire des commerces du site de la ville. Je n’ai jamais obtenu de réponse (sauf une fois où la demande était soi-disant transmise au webmaster), mais la Mairie ne peut pas prétendre qu’elle n’est pas informée de mon activité commerciale.
    Si je ne suis pas membre de votre association, c’est que sans local commercial, je ne pense pas être concerné par les intérêts que vous pourriez défendre (opérations commerciales liées aux vitrines, animations des rues, prise en compte des travaux affectant les commerçants dans leurs locaux, etc.). Mais je me sens quand même cohérent quand je suis concerné par ce que la Mairie fait et décide dans les domaines qui touchent au commerce à Bandol.
    A noter toutefois que conformément à l’invitation formulée par votre vice-président sur son blog (http://www.bandol-blog.com/?p=1299), j’ai informé l’association des commerçants de mon souhait de figurer sur le site de la ville, en le mettant en copie du mail que j’ai adressé au cabinet du Maire le 16 novembre dernier (toujours pour figurer sur Bandol.fr). Je suis d’autant moins convaincu de l’utilité de mon adhésion à votre association que le résultat est le même que quand je ne l’informe pas (toujours aucune réponse de la Mairie). Pourtant, j’ai la preuve que d’autres ont obtenu du site de la ville la prise en compte de leur demande, et même très rapidement. Je pense donc légitimement être victime d’une discrimination de la part de l’équipe municipale, et le fait de vous avoir informé n’y a rien changé (peut-être aurait-il fallu que j’adhère pour avoir votre appui – mais je ne veux pas d’appui, je ne veux qu’un traitement équitable de la part de la Mairie).
    J’espère que cette fois, la cohérence de mes actes et de mon discours ne vous aura pas échappé.
    N’hésitez en aucun cas à me contacter en direct pour de plus amples explications, car les débats visant assez exclusivement à me faire réagir commencent à agacer quelque peu les lecteurs, et ne favorisent pas le climat de paix que vous m’invitez à cultiver.