Le DELOS (et la truffe ! ) pour relancer Bendor

Disclosure: ce billet fait suite à l’invitation « presse » dont a bénéficié Bandolais.fr (même si encore une fois un blogueur n’est pas un journaliste). Insatisfait je me serais tû, mais après l’excellente soirée passée sur place, c’est librement que j’écris ce billet.

Mercredi soir à Bendor, au Delos, la Direction des îles Paul Ricard organisait un cocktail de dégustation de la « nouvelle gastronomie » du restaurant de son hôtel.

Bruno.JPGPourquoi ? Parce que depuis un mois elle a confié les rênes de l’établissement à un nouveau chef, et pas des moindres (tant au niveau physique car l’homme est un colosse, qu’au niveau réputation, car c’est LE cuisinier de la truffe): Clément BRUNO, dont le restaurant éponyme à Lorgues est le temple des adorateurs de ce champignon, bien au-delà du Var.

Alors si je me suis fait l’écho des qualités de certaines tables de Bandol encore récemment, permettez-moi de changer de catégorie sans leur faire injure, et de vous parler d’une soirée de félicité des papilles. Parce que Marta et moi avons apprécié comme près de deux cents convives (venus de toute la PACA), la truffe sous de multiples formes, et que c’est à tomber. Les mots paraissent pauvres, car si je vous dis soupe à la truffe, oeuf à la truffe, toasts à la truffe, etc., j’aurai trahi le chef et son produit, et ne vous aurai même pas laissé entrevoir la force et la richesse des saveurs dégagées par leur travail.
salon Delos.JPGA regretter que les menus du restaurant ne figurent pas encore sur le site de Bendor (l’hôtel restaurant n’en dispose même pas en propre à ma connaissance), car au moins l’effort « littéraire » de présentation est le premier pas de ce voyage authentiquement gastronomique.

truffes rapees.JPGEvidemment, il faut aimer la truffe, car la carte est totalement centrée sur ce produit rare, mais avec une garantie de qualité sans faille (la table où un des hommes du chef nous proposait des toasts chargés de truffe fraîchement « râpée » sous nos yeux et accompagnée d’un seul filet d’huile n’a pas désempli de la soirée).
Mais si la Direction des Îles et le nouveau chef parviennent à poursuivre l’amélioration d’un service qui a été inégal dans l’établissement ces dernières années, et considérant l’excellence de la maison de Lorgues, il y a fort à parier que ceux qui voudront vraiment goûter aux joies culinaires à Bandol prendront la navette de Bendor. D’autant que le cadre et les terrasses de l’hôtel sont exceptionnels, et que ce cocktail en septembre annonce une ouverture à l’année (en basse saison le Delos sera ouvert tous les midis, ainsi que vendredis et samedis en soirée – sur réservation « suffisante » les autres soirs). Voilà localement de quoi marquer des points auprès de vos clients, de votre amoureux(se), de votre future belle-famille, ou juste faire un très grand plaisir à ceux que vous aimez.
Le Maire de Bandol, Christian Palix également présent en début de cocktail, appréciera: les efforts de Bendor ne peuvent que tirer Bandol vers le haut. Et c’est un mouvement que beaucoup de bandolais souhaitent.





3 Commentaires

  • Le blogging ne nourrit pas son homme, mais quand même…!

  • Encore heureux qu’ils t’ont invité… tu commences à être connu !
    Je connais un peu la table d’hôte à Lorgues, et c’est franchement fabuleux.
    Tu sais si il s’occupe juste de la carte et de la gestion, ou s’il viendra aussi cuisiner pour de grandes occasions ? Parce que, je doute qu’il abandonne son restaurant à Lorgues…

  • @ Clément: pour moi cette invitation fût une surprise, et bandolais.fr est quand même aujourd’hui moins « central » qu’en période électorale.
    Son restaurant de Lorgues n’est pas en question pour autant que je sache, mais son implication sur Bendor est réelle si j’en crois la conversation que j’ai eu avec François-Xavier DIAZ, directeur des îles Paul Ricard. Mais je crois que j’aurai l’occasion d’en faire un billet prochainement.