Le décevant wifi du port de Bandol

Oh, techniquement, il n’y a pas grand-chose à redire : ça fonctionne même si certains usagers du port (permanents, et non simples visiteurs) se plaignent d’une couverture incomplète du bassin par l’opérateur wifi qui a équipé Bandol (Orange) fin 2009 ou début 2010.
Du point de vue tarifaire, ceux qui auront profité de l’accès à 1€/jour à la Rochelle par exemple, ou de la gratuité proposée dans 55% des ports de plaisance méditerranéens trouveront cependant à redire aux 10€/jour qui à Bandol calmeront très vite ceux pensant connecter plusieurs appareils du bord (téléphones, tablettes, ordis portables).

Mais c’est la mise en oeuvre qui par dessus le marché est totalement à l’opposé de la vision que Julien « Jaxx » Banchet et moi-même avions tenté de faire valoir lors de notre RV en mairie (nous conseillions la gratuité, et un accès inversement organisé à ce que je vais vous montrer ici par les captures d’écran faites il y a un an, pour ceux qui n’ont jamais tenté l’expérience).

Illustrations et commentaires :

  • Une page d’accueil que nous aurions souhaité être celle libre d’accès (gratuitement) du port de Bandol. Avec un lien vers l’éventuel mode d’accès payant au service wifi intégral pour le reste d’internet. Ou mieux, un service gratuit.
    Nous avons presque l’inverse, une page d’accueil de l’opérateur (Orange), vaguement personnalisée, et où le seul lien d’entrée vers le site web de Bandol (et de ses informations portuaires) est tellement petit (tout au bout de la flèche rouge que j’ai ajoutée, si si, regardez bien), qu’on peut facilement le rater. Il est exact cependant que ce ridicule minuscule lien conduit gratuitement au site de Bandol.
  • La photo de Bandol comme la phrase de bienvenue ne sont pas cliquables comme le prouve mes captures d’écrans 3 ans après la réalisation. La photo du port peut être copiée ou enregistrée mais aucun lien dedans : Orange s’est vraiment fendu du service minimum. C’est ça ce qu’un mastodonte comme Orange appelle « personnalisation » aux couleurs du client. Même chose pour le texte. C’est ce qui me permet de dire qu’il ne faut jamais laisser la décision aux techniciens. Car c’est ce degré totalement inconcevable d’ergonomie que la directrice du service informatique de Bandol appelait un « dossier sous contrôle » et répondant aux souhaits de mise en forme que Julien et moi-même tentions d’expliquer au maire. Le choix du service informatique a été de se retirer une épine du pied, pas d’optimiser la réponse au besoin des usagers (et à la maîtrise de l’image de la ville et du port).
     
  • Malheureusement, lors de cet essai, il se trouve que l’autre minuscule lien gratuit, celui vers la météo, oh combien utile aux navigateurs, ne marchait pas. Je jure que ce n’est pas fait exprès et que je n’ai pas multiplié les essais pour tomber sur un jour de bug, et peut-être marche-t-il le reste du temps, y compris aujourd’hui. J’ai quand même retenté hier et avant-hier. Sans plus de succès (même pas de réaction, alors que le lien vers Bandol était lui opérationnel).
    Voilà les captures d’écran qui le prouvent (il y en a plusieurs pour mentionner l’heure qui tourne et le message d’échec final sur mon navigateur web).
      

Voilà comment sous-traité à un grand groupe qui sait effectivement adresser techniquement la question du wifi public, on se retrouve avec une solution très insatisfaisante pour l’usager, pénalisante à tous points de vue pour l’image de la ville (tarif, maîtrise de l’image, mise en avant de son discours). Ah, j’oubliais quand même l’avantage considérable pour être tout à fait honnête de la solution mise en place par Orange : le crédit de wifi que vous aurez acheté pour le port de Bandol sera valable dans TOUS les autres hotspots wifi d’Orange, de France et de Navarre durant la même période. Royal!!!

Le dossier du wifi du port de Bandol prouve que la concertation avec les usagers, le comparatif avec ce qui se pratique ailleurs, étaient nécessaires. Mais la mairie a appliqué une approche strictement informatique via le service ad hoc finalement seul décisionnaire. Et ça donne ce qui se passe quand le pouvoir n’est pas contraint par un autre pouvoir* : elle s’est débarrassée efficacement du problème qu’on lui posait, mais sans répondre au besoin réel de façon optimisée.

CONCLUSION

Et voilà, au terme de ces 3 articles/épisodes, comment pour un seul petit point du palmarès des ports de Méditerranée, Bandol a complètement foiré son approche et la satisfaction des usagers. C’est ce point que je vous présente car je le connais par coeur et plutôt en détails, mais si on inflige un tel examen à chacun des postes concernés par le palmarès de Voile Mag, je crains de plomber le moral des bandolais pour plusieurs semaines. J’ai finalement peut-être bien fait de ne pas filmer le réquisitoire de nos amis marins espagnols au retour d’un énième périple estival entre les Baléares, la Sardaigne, la Sicile, l’Italie, la Corse et la Côte d’Azur : ce soir-là, avec leur récit comparatif que je sais d’expérience comme étant authentique, comme bandolais, j’avais eu mal à mon Bandol.

F.M. – www.bandolais.fr

 * référence évidemment à Montesquieu (L’esprit des lois) : « Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir. »





Un commentaire

  • Je n’ai pas bien compris le tarif proposé par Bandol harbour : Une clé 3 g chez Bouygues c’est 20 € mensuel et ça fonctionne partout. Ce n’est même pas nominatif, on peut la repasser aux enfants, aux copains, etc … Je ne comprend pas qui va payer 10 € pour un jour ? ? ?
    La mienne je l’ai enregistré sur 4 ordi différents sans aucun problème. Je m’en sert quand je me ballade pour trouver des restos, des sites à visiter, etc.
    Fred, toi qui connait bien le sujet est-ce que tu peux m’expliquer l’offre Orange ?