Le CLUPP de Bandol au devant de la scène

On en parlait il y a quelques semaines à l’occasion d’un article sur le port : le Comité Local des Usagers Permanents (CLUP) du port de Bandol est au coeur de l’actualité bandolaise avec une élection programmée par la mairie de Bandol. Un courrier a été adressé à tous les clients du port titulaires d’un contrat de plus de 6  mois (voir ci-contre).

Attention, ces élections sont un véritable enjeu pour les plaisanciers clients du port de Bandol : les 3 représentants des usagers qui seront élus seront leur voix pour plusieurs années. Et les plus expérimentés préviennent déjà : c’est l’occasion pour la mairie et/ou le port de renouveler ces interlocuteurs et pourquoi pas de promouvoir des candidats conciliants, bien disposés envers l’équipe en place, en bref, pas trop remuants. Or il ne s’agit pas de valider aveuglément les décisions des gens en charge de cet équipement structurant pour l’économie bandolaise à raison de deux réunions annuelles, mais bien de faire entendre la voix et les attentes des usagers, quitte à parfois compliquer un peu la vie du personnel en lui demandant peut-être de faire des choses nouvelles ou différemment de ce qui est l’habitude jusqu’ici (l’habitude c’est confortable, pour tout le monde, et le changement suppose toujours un effort, pour tout le monde).
Comme souvent dans pareil rôle, les représentants des usagers sont là pour affirmer une exigence, et donc perçus comme des chiens dans un jeu de quille. En fait il faudrait arriver à une coopération intelligente qui incite les uns et les autres à se voir en partenaires pour atteindre l’excellence. Vous me connaissez déjà comme utopiste : laissez-moi persister.

Bref, pour remplacer les élus actuels, qui n’auront peut-être pas l’envie ou les disponibilités pour rempiler, on cherche des candidats, indépendants, motivés et capables d’atteindre un seuil minimum de compréhension et compétences pour ce qui touche à la vie d’un port (techniques, réglementaires, économiques,…). C’est aussi l’occasion ici de remercier ceux qui ont tenu ce rôle ces dernières années, et ont déjà bien oeuvré au profit des plaisanciers locaux. On espère qu’ils procèderont à un passage de témoin pour mettre leurs éventuels successeurs sur de bons rails en bénéficiant de leur regard et de leur expérience.

Si vous êtes concernés par le port de Bandol et répondez aux conditions décrites par le courrier reçu, la première étape indispensable avant même de penser à une candidature, est de vous faire inscrire avant le 14 mai 2012 sur la liste des votants qui seront appelés pour ce scrutin qui aura lieu à la capitainerie le vendredi 1er juin 2012 de 9H à 12H. Et ne vous y trompez pas : malgré un horaire qui empêchera beaucoup de gens d’être libres pour voter, malgré une campagne électorale de 10 jours qui aura bien du mal à se développer pour faire connaître les candidats volontaires, s’intéresser à ce scrutin est essentiel pour la vie du port : soit on laisse faire et on obtiendra des représentants quasiment désignés par la mairie (façon délégués des comités de quartier – de bons relais du pouvoir, mais en aucun cas des contre-pouvoirs, et pas exactement des élus représentatifs) soit on aura des représentants choisis véritablement par les marins pour indiquer et défendre leurs préférences pour la gestion du formidable bien public qu’est un port comme le nôtre. C’est politique, au vrai sens du terme.

F.M. – www.bandolais.fr





3 Commentaires

  • […] la capitainerie comme électeur (et une semaine de plus pour être candidat) afin de participer au scrutin du vendredi 1er juin. Quelques précisions sur les modalités ont été apportées et on sait que chacun ne pourra (en […]

  • Qu’en termes diplomatiques tu sais dire les choses, Fred…

    Oui, ces élections au Conseil Portuaire sont effectivement un moment fort du port.

    Nous ne pouvons donc quer regretter la précipitation dans laquelle elles sont organisées, un mois entre l’envoi des invitations à s’inscrire sur la liste du CLUPP et l’élection, comme on peut évidemment regretter que l’élection ne se tienne un vendredi matin, dans un mois qui compte déjà de nombreux jours fériés.

    Il aurait pourtant été simple de profiter, par exemple, de la Voile d’Or pour tenir ces élections et en faire un vrai débat public.

    Les discussions de ponton hier m’ont montré l’immense attente qu’il y avait. Chacun y va de son souhait, de sa proposition d’amélioration, d’éventuels mécontentements et surtout de son incompréhension devant certains constats.

    L’opacité dans l’attribution des places est aussi centrale.

    Quand on constate un tel intérêt, on ne peut donc que regretter que cette consultation soit si peu mise en valeur.

    Tu le dis bien, un apport d’expérience des plaisanciers est bénéfique. Bien sûr qu’il peut conduire à bousculer un peu les habitudes, mais il peut aussi considérablement simplifier le travail du personnel du port et améliorer grandement l’exploitation de cet équipement.

    Un exemple ? Les contrats d’hivernages.
    I
    ls sont la seule solution pour les plaisanciers qui n’ont pas encore obtenu de contrat annuel.

    Ils sont pourtant tout simplement supprimés pour l’hiver prochain du fait des travaux prévus panne C.

    Allons donc, n’y avait-il pas d’autre solution ? Qui peut croire que ces travaux dureront les 7 mois des contrats d’hivernage ? Qui peut croire qu’il n’y avait pas la possibilité, par exemple en proposant comme cela se fait couramment en Bretagne, des amarrages à couple, de loger la quelque dizaine de bateaux concernés au moins une partie de l’hiver ?

    Certes, cela suppose un travail supplémentaire, mais cela génère des recettes aussi, tout en donnant satisfaction aux usagers.

    Je rêve comme toi, Fred, d’un monde consensuel où l’usager serait écouté, et surtout, entendu.

    Combien de propositions faites, ici ou directement dans le bureau du Maire, pour apporter des propositions constructives pour améliorer l’accueil des plaisanciers ? A chaque fois, le même bon accueil, à chaque fois le même « vous avez raison » en parlant de solutions de bon sens, simples à mettre en place, sans dépense supplémentaire. Pour, finalement, aucun résultat pratique.

    Mon constat ? Seul effectivement les représentants des plaisanciers au Conseil Portuaire, et en particulier deux d’entre eux ont permis, par leur pugnacité, de faire avancer certains points, comme l’évolution des contrats annuels.

    Parce qu’il est toujours plus efficace d’agir de l’intérieur.

    Tu as relayé ici l’appel que je lançais pour la fondation d’un Clupp à Bandol et je t’en remercie. Tu vois là encore l’effet de ton action citoyenne.

    L’élection est donc lancée, place maintenant aux propositions.

    Le Clupp désigne les représentants au Conseil Portuaire. Mais ce n’est pas que cela.

    Je suis en liaison avec une vingtaine d’autres Clupp en Méditerranée ou en Manche. Certains sont réellement actifs, toute l’année. Ils disposent d’un local. Ils interviennent concrètement dans la gestion du port, aident à régler les problèmes des uns et des autres.

    Et surtout, par leur accès aux comptes et aux décisions, permettent la transparence que nous attendons tous.

    Ce n’est pas un Yacht Club. Sa mission n’est pas d’animer le port, mais de contribuer à sa gestion.

    Il y a un vrai challenge pour faire vivre un Clupp à Bandol.

    Nous en sommes loin, l’élection n’est même pas présentée sur le site internet du port. Ni sur celui de la ville. C’est dire le chemin qu’il reste à parcourir.

    Déjà , soyons nombreux à nous inscrire sur la liste du Clupp. Pour cela, un courrier à la capitainerie, accompagné des contrats ou factures justifiants que vous avez séjourné plus de 6 mois dans le port de Bandol.

    J’ai interrogé la mairie sur le forum de la ville pour connaitre le protocole électoral, en particulier sur l’établissement des procurations. Je vous donnerais la réponse.

    Et rencontrons nous, parlons nous, pour réfléchir à l’avenir du port et proposer des candidats à même de défendre les intérêts des plaisanciers.

    Jacques KAUFFMANN

  • Jacques,
    Je viens de parcourir ton commentaire avec beaucoup d’intérêt. Je dis avec beaucoup d’intérêt, car je connais tes compétences en matière de gestion et aussi tes qualités de marin. A travers quelques discussions à bâtons rompus, j’ai eu l’occasion d’aborder avec toi, et d’autres, différents aspects des problèmes que pourraient rencontrer les usagers-clients-utilisateurs du port de Bandol.
    Je t’encourage fortement à la candidature, nous avons besoin de gens comme toi, sachant avec modération mais conviction et compétences, représenter l’énorme population économique que représente les plaisanciers. Je pense aussi que la Mairie devrait privilégier des candidatures n’ayant aucuns liens directs ou indirects avec elle, car bénéficier d’installations, de locaux ou de bureaux ne constitue pas à mes yeux une totale indépendance. Nous plaisanciers, devons être représentés par une équipe complétement indépendante mais respectueuse de l’autorité en place par une action vigilante et de progrès.
    Jacques tu auras toute ma sympathie.