Le chaud/froid démocratique bandolais

La communication municipale part-elle en quenouille…?
La municipalité s’était dotée d’un directeur de la communication dont les émoluments font encore jaser, et il y en aurait même un deuxième apparu récemment, sans qu’on sache d’ailleurs ce qu’il est advenu du premier. En attendant, alors qu’on pourrait s’attendre à une communication institutionnelle sérieuse, on assiste plutôt à un grand n’importe quoi.

Bandol Mag poursuit dans le « free style »

Dix jours au moins que la distribution de Bandol Mag n°20 a démarré, et toujours pas de version électronique disponible sur le site municipal. Moi je l’ai déjà reçu 2 fois en version papier (sic) et je suis certain que comme d’habitude, d’autres ne l’ont pas reçu plus que les précédents exemplaires. Ils auraient été heureux de pouvoir examiner au moins sur ordinateur la version PDF qui je le rappelle préexiste et pourrait être diffusé bien avant la version papier.

En plus c’est dommage cette disponibilité bridée, sachant que le n°20 est au coeur d’une polémique entre ancien et actuel maires de Bandol :
Christian PALIX a jugé que le texte de son prédécesseur ressemblait plus à un tract qu’à une information municipale, et s’est donc purement et simplement approprié le ridicule espace que la loi réserve aux forces d’opposition pour y coller un texte sur l’une des conférences récentes données au centre culturel. C’est la réaction scandalisée du groupe Barois sur son blog Bandol pour Tous qui nous explique les détails de cette pitoyable mesquinerie (rappelons qu’à ce jour, l’opposition ne bénéficie pas non plus d’espace d’expression sur le site officiel de la ville ni même du signalement de ses propres outils de communication en ligne, contrairement à ce que définit la loi).

La vidéo du Conseil Municipal gérée aléatoirement

Cette semaine il fallait s’en remettre à la version papier de Var Matin (qui n’a pas republié ces nouvelles sur son site) pour avoir un peu de synthèse de ce CM. Et surtout c’est encore grâce aux blogs qu’on a une vidéo qui permet d’avoir des nouvelles des nombreux procès que se font mutuellement nos élus (avec la pénible lecture des contentieux en début de CM*): c’est Christian VIALA qui s’y est collé et a filmé puis diffusé ce début de conseil.

Alors que les dernières séances avaient eu droit à leur mise en ligne en 24 à 48H, cette fois 60H et un W.E. entier après la fin de la dernière session, et malgré un service communication qui ne peut plus arguer d’insuffisances (deux « Dir Comm » au sein de la mairie, pensez donc), la vidéo officielle (pourtant plus courte avec à peine 4H de CM) ne veut pas apparaître dans la rubrique prévue. Ca viendra certainement, mais fait-on traîner pour laisser les sujets brûlants refroidir, et compter sur la paresse des internautes bandolais pour qu’une actualité en chasse une autre?
Ca doit être de ma faute : je n’ai pas assuré la retransmission en direct du conseil municipal mercredi 11 avril. Et il semblerait que ça ait un peu chauffé notamment en début de conseil concernant les effectifs du personnel suite à un procès qui oblige la mairie à réintégrer un ancien cadre (l’opposition n’a accepté de signer le tableau des effectifs qu’après correction écrite sur le document). Apparemment, moins vous vous pencherez sur la question, mieux on s’en portera en mairie de Bandol. En tenant encore une semaine, la vidéo sera mise en ligne pendant qu’une bonne part des bandolais sera occupée à autre chose grâce aux vacances scolaires. Ca compensera de ne pas avoir pu organiser le CM pendant les vacances…

Inconstance démocratique

Je me félicitais deux semaines en arrière du traitement réservé aux blogueurs, mais il y a toujours de quoi se taper la tête contre les murs en regardant nos élus montrer un souci de propagande supérieur à leur préoccupation du fonctionnement démocratique, clair, lisible, et professionnel : les outils de communication sont instrumentalisés, gérés par dessus la jambe et les discours sont plus souvent des postures que de l’information des citoyens ou du Conseil. Bandol n’est pas encore administrée en mode XXIème siècle, beaucoup s’en faut!

 F.M. – www.bandolais.fr
Crédit illustration : Jean REVOLON

* « j’adore » le numéro de Marcel BOGI puis du Maire qui renchérit de son côté, chacun disant que s’ils touchent de l’argent dans les futurs jugements de ces procès, ils le laisseront bien évidemment entre les mains du trésorier municipal avec redistribution à des associations…
Attendez de l’avoir touché (ou perdu) pour jouer les grands mécènes!
Ce genre d’esbroufe ne coûte pas cher (et le conseil municipal n’aura pas son mot à dire sur l’affectation?), mais c’est à ce demander si les élus ne se font pas des procès entre eux pour enrichir les associations culturelles et sportives de Bandol. Décidément la dignité est une notion qu’il va falloir redéfinir rien que pour eux.





2 Commentaires