La vie est moins chère en province?!

  • Publié le 27 Sep 2006
  • Commentaires fermés sur La vie est moins chère en province?!
  • DiversHumeur

Cette note fût publiée originellement et à cette date sur mon blog perso : reprise ici le 22/10/2007.

Mon déménagement à Bandol, et mon étiquette persistante de « parisien » (tâche indélébile), ont déclenché plusieurs fois un débat autour du coût de la vie selon la géographie (on va rester en France métropolitaine quand même).

En général on s’inquiète de savoir comment je supporte la réduction de mes revenus (ben oui je gagne quand même nettement moins que quand j’étais cadre dans la capitale), et avant même que j’ai le temps de répondre, on me sort le couplet sur la vie moins chère en province (cette idée reçue doit sacrément arranger les employeurs qui sont basés hors de Paris).

Moins chère? Cette bonne blague! Je m’en vais vous affranchir sur le sujet dans les lignes qui suivent, car hormis les variations de prix de l’immobilier (et en l’occurrence Bandol est aussi cher que Paris à ce jour) la vie n’est pas exactement moins chère hors de l’Ile de France. Si on dépense moins, c’est parce qu’on vit éventuellement différemment.

Exemples:

A Bandol, j’ai tout autant de pressings dans mon quartier que dans celui où je vivais à Paris (Bastille Nation Bercy). Seulement là-haut, ça me coûtait 1,5 euros pour faire repasser une chemise, 3 si je leur confiais également le lavage préalable. A Bandol, pas moyen de les faire repasser pour moins de 3 euros, et ça grimpe à 5 ou 6 si je demande aussi le lavage. Inutile de préciser que compte-tenu de mes revenus, je lavais déjà avec mon lave-linge, mais je me suis mis au repassage…

Location de vidéo à Paris : j’avais mes habitudes chez un des nombreux loueurs du quartier dont les tarifs étaitent tous très avantageux (1,5 euro pour une location de DVD de 24H). A Bandol, pour 1,5 euro, je dois ressortir de mon nid au bout de 3H pour rapporter le DVD à la machine, car les 24H vont me coûter 2 à 3 fois le prix.

Le marché local (tous les jours de l’année à Bandol) pratique des prix qui n’ont pas non plus grand chose à voir avec le marché d’Aligre (j’ai eu la chance de vivre mes dernières années à Paris à proximité immédiate de ce marché populaire, et réputé l’un des moins chers de Paris). Marta y fait régulièrement les courses de produits frais, et se plaint au passage de dépenser en une semaine ce qu’elle dépensait en un mois en Espagne (là elle fait les courses pour deux, mais ça fait quand même le double).

Autre exemple, les transports, les voyages

Tout voyage longue distance au départ de Bandol a de fortes chances d’intégrer un trajet d’approche jusqu’à Paris (ou Nice, second aéroport français), car même Marseille ne m’offrira que très rarement le meilleur tarif ou un vol relativement direct. Alors une journée de plus à l’aller et une autre au retour, et un billet de train ou d’avion en plus, sur les vacances annuelles, ça fait quand même un sacré impact…

Dans le même genre, de Paris je pouvais aller à 50kms autour (Fontainebleau, Etampes, Versailles, Parcs Astérix ou Disney, etc.), par l’autoroute, gratuitement (sans péage). De Bandol, je dois payer 1,10€ pour aller à Toulon 15kms, 1,80€ de plus pour aller au-delà des 25kms de la Ciotat (à Marseille qui est à 45kms par exemple).

Alors certes, Bandol est une ville chère : à l’extrême ouest du VAR, et de la zone élargie de TOULON, c’est sa banlieue chic, celle des cadres, des retraités, et une station balnéaire aux prix « littoral ». Oui bien sûr. Mais les habitants historiques, les salariés des entreprises locales, sont bien payés au tarif « province ». Les salaires sont plus faibles qu’à Paris, mais les prix locaux ne sont en aucun cas inférieur. Bandol est peut-être un cas particulier, mais il en existe beaucoup d’autres, et pourtant la vieille généralité est toujours en vigueur : le niveau de salaire est plus élevé à Paris parce que la vie y est réputée plus chère, et partout ailleurs les rémunérations sont plus faibles, quelles que soient les particularités locales.





Article suivant : Parenthèse bandolaise