La vérité prend son temps à Bandol

Cet article, je l’avais en tête depuis longtemps, 2010 pour être précis, mais c’est ma compagne qui en a été un peu le déclencheur, après ma publication de cet article sur les cadors de la comm. Je vous refais le dialogue à peine déformé, en version française pour vous épargner notre sabir qui ressemble plus aujourd’hui après 16 ans de vie de couple à de l’espéranto qu’à de l’espagnol (et encore moins à du français) :

– tu es quand même très ironique avec l’équipe Bogi…
– Ben… oui !
– c’est pas un peu trop ironique ?
– m’enfin chérie, tu es quand même un peu au courant des raisons qui font que je ne peux plus avoir aucun respect politique pour cette équipe qui aura cumulé tous les procédés inacceptables ?! Marcel est un garçon charmant à la ville, mais c’est la caricature de ce qu’on ne doit plus voir en politique ni à droite ni à gauche ni nulle part ! Enfin !!
– moi oui je le sais mon coeur… Mais tes lecteurs, eux, ils ne savent pas tous les détails…
– … [silence pensif] 

Et puis il y a eu cet article sur le site de Bandol par Coeur, où l’hôpital se fout de la charité… Un peu comme le « top départ » pour rédiger ce dernier billet consacré largement à celui qui comme 1er adjoint accéda à la plupart des délégations municipales en 2008 en utilisant un homme de paille (le maire actuel, qui mit fin à sa condition de prête-nom en 2010). Pour ceux qui n’auraient pas suivi, je vous invite à relire le protocole d’accord entre les 2 hommes pour la dernière campagne municipale.
Dans cet article de Bandol par coeur, le rédacteur s’émeut du ton de certains commentaires sur un autre blog, appelle à « hausser le niveau », se plaint des « corbeaux »,  « concombres masqués » et autres « faux militants ». Quand j’ai lu je me suis pincé : ils ont osé.

Malheureusement, je ne peux écrire que ce que je peux prouver, et ne peux donc suivre le conseil de ma tendre et chère de vous révéler tous les détails que je connais sur chacun des acteurs de la vie publique locale. Comme l’appliquent les journalistes, on écrit sur ce qu’on peut prouver, mais il faut toujours en savoir plus sur son sujet, afin d’être au plus juste. Je suis assez bien informé sur un sujet auquel j’ai consacré beaucoup de temps depuis 2007.
Mais sur la question des faux-nez, des concombres masqués, là j’ai des billes, je peux écrire.

Octobre 2007

Le 18 du mois, Bandolais.fr voit le jour.
Julien Banchet continue à enregistrer des commentaires sur son seul article consacré à la campagne électorale de 2008, sur son blog perso de l’époque baptisé de son pseudo « Jaxx ». Le microcosme passionné de politique locale s’éveille.

10 novembre 2007

Un certain Laurent prend contact avec moi le 10 novembre 2007 par mail. Avec Jaxx aussi. Nous allons correspondre tout au long de la campagne électorale, même une fois que lui (chez Palix/Bogi) comme Jaxx (chez Delaud) se seront finalement rangés dans un camp.
Mais dès le premier mail, Julien et moi savions de quel côté il penchait. Nous nous sommes demandés s’il y avait coup fourré dès le départ, pour cette manière particulière de nous poser des questions nous suggérant innocemment des réponses. Et puis cette façon de vouloir dialoguer strictement par mail, jamais en commentaires…
Il s’appuie dès le départ sur l’idée que le Modem pourrait me séduire (j’ai révélé dans les pages explicatives de ce blog que j’avais voté Bayrou en 2007), écorche (je le saurai plus tard, volontairement) l’orthographe de « Pallix » et « Boggi », reprend des sujets dont j’ai montré dans mes premiers articles qu’ils m’intéressaient et que je n’étais pas satisfait de la gestion du sortant (Barois pour 2001-2008).

L’approche semble tellement bien étudiée pour créer une sympathie naturelle, des affinités, le tutoiement de rigueur entre internautes aguerris en ces temps encore jeunes du web 2.0, que cela se veut très fin mais finalement lourdaud comme la suite nous le prouvera. Jaxx et moi dialoguons en toute franchise avec Laurent, mais en échangeant entre nous sur tous ses contacts : on le tient à l’oeil… L’instinct sûrement.

Pour la bonne bouche, son premier mail :

Bonsoir,
J’ai vu un site www.bandol2008.fr qui me donne l’impression d’être Modem ou pas loin. Connais tu les gens dont il est question Pallix et Boggi?
Penses tu qu’ils pourraient rendre Bandol attractif comme c’était le cas il y a une dizaine d’années?
Penses tu que l’avenue du 11 Nov pourra s’en remettre?
J’adorais ce petit coin de paradis et depuis l’arrivée du petit triste à la Mairie, j’ai l’impression que Bandol se casse la figure. Le port est de plus en plus sale, il n’y a plus de gardiens sur les pontons, pas de prises internet, des douches à l’autre bout du monde.
C’est vraiment regrettable, car c’est un port bien abrité du mistral.
Bien à toi
Laurent

Poursuite des échanges

Du même tonneau sortiront d’autres mails, nous suggérant innocemment des coups de gueule pour nos articles, dézingant les concurrents, trouvant que décidément l’équipe Bandol2008 est plutôt chouette, etc. Ses mails, sont souvent en réaction à mes articles, mais curieusement ne prennent jamais place dans la discussion publique, celle qui a lieu sur le blog, en commentaires : les impressions de Laurent, j’en ai l’exclusivité (avec Julien alias Jaxx) par mail…

Le 24 novembre 2007 :

Bonsoir,
Va visiter Jaxx qui vient de griller un parasite en donnant son adresse IP. Les grandes idées se rencontrent car j’ai fait un tour sur Bandol2008.fr et ils ont aussi décidé de faire la traque aux nuisibles qui polluent la toile avec des faux commentaires. On dirait que ça s’organise.
Et le moins que l’on puisse dire c’est que si ça balance pas mal à Paris, à Bandol ça balance aussi.
Les prochains mois s’annoncent très très intéressants.
Comme je l’ai écrit à Jaxx, je voudrais vous remercier pour nous ouvrir cette fenêtre et nous aider à tempérer la propagande des partis et/ou de la Mairie.

En ce qui concerne les travaux en ville, j’en ai plein le dos. Ca fait des mois que ça dure alors qu’ils n’ont rien fait depuis 6 ans. Ils nous cassent vraiment les pieds quand il faut plus d’1/2 heure pour traverser Bandol. On se croirait au Trocadéro.

J’espère que tu as lu Var Matin aujourd’hui qui nous annonçait que le Maire était au tribunal pour une histoire où je n’ai rien compris, mais où tout laisse croire que nous sommes bel et bien entrés en campagne. Tentative de faux et tentative d’usage de faux pour un mec qui est sensé faire appliquer la loi… ça commence mal et ça explique peut être pourquoi il y a tant de travaux en ville?

Comme toi, j’ai trouvé des propos intéressants chez Delaux et Palix, mais franchement Sauzet et ses 50 Propositions dont du soleil et des fleurs qui poussent dès le printemps… il spécule vraiment sur notre bêtise celui-là. Il y a quelques jours il était Sarko à fond et maintenant (depuis les manifs?) ça devient du bout des lèvres, je prends lepari qu’il finira avec Barrois au deuxième tour.

Reste vigilant, nous sommes quelque uns à vous lire avec Jaxx et on aime ça. Enfin c’est frais.
Bonsaï
Laurent

Le 3 décembre 2007 :

Bonsoir,
je suis bien d’accord avec toi, il est peu intéressant de se rappeler la campagne 2001, ni de ses coups bas, ni de ses rumeurs enflées jusqu’au mensonge. Il serait stupide de chercher qui? comment? avec quelles complicités? Qui contre qui? Qui avec qui?
Par contre le bon sens populaire propose une formule, pleine de « bon sens » : à qui a profité le crime? »
Et là, sans être encarté, ni victime d’une intox, ni prosélyte nous savons qui a gagné la « bataille » en 2001 et de quelle manière!

Pour ton aveu concernant le vin, sache qu’avoir le foie chagrin, dans le pays du vin , c’est être patriote!
La fête était sympa pour la qualité de la production, mais toujours aussi minimaliste dans l’organisation.
Le maire sortant n’a même pas pris le soin d’ouvrir la fête, c’est pas que son discours nous manque, mais une fête a ses moments, ses rites et ses traditions. Dans le cas contraire il lui manque une âme, ce petit rien qui fait la différence entre une foire et un événementiel réussi.

Par contre j’ai appris qu’à Noël, il n’y aurait pas de marché à Bandol et ça, c’est vraiment déconner. Partout ailleurs, Sanary, Ollioules, SixFours, La Garde des artisans proposent des idées de cadeaux pour les fêtes de fin d’année et nous à Bandol… nada, peannuts, rien !
Nous devrons faire nos courses ailleurs. Je trouve que ce n’est pas normal et que la mairie aurait pu se bouger un peu. En proposant par exemple des stands à des prix abordables ou encore des stands inclus dans une programmation attractive.

Pour le moment, les élections passent avant tout. Pour le marché de Noël à Bandol, nous attendrons l’année prochaine!
En attendant nous irons dépenser notre argent dans les commerces de Six Fours ou de Marseille.
C’est saoulant.
Laurent

Le 9 décembre encore, alors que Palix et Bogi sont allés se faire prendre en photo avec JL Borloo au Salon Nautique de Paris :

Bonsoir Fred,
Tu devrais jeter un oeil sur le site Bandol2008.fr, ils commencent à parler du nautisme et me donnent l’air affûtés sur le sujet.
On est pas loin de Noël…on peut toujours rêver un peu ! Un port à Bandol avec moins de vase, des équipementiers sur le quai et non à l’autre bout de la ville.
Une capitainerie accueillante, des infrastructures neuves, et un peu plus qu’une douche!!!!
Quand je te dis que je rêve!
Bonne lecture
Laurent

 Divergences d’analyses

Malheureusement, le rapport sympathique et citoyen de Laurent, avec Jaxx et moi se heurte à un obstacle systématique. Tout ce que Laurent nous suggère comme analyse nous semble contraire à ce que nous pouvons constater, tant dans les critiques que dans les louanges… Il est gentil, sympa même, mais on commence à se demander s’il n’est pas un peu limité intellectuellement pour écrire les âneries qu’il nous pond dans ses gentils mails privés. A croire qu’il a les yeux ensuqués, et s’il semble familier de la culture d’internet, son esprit critique sur les hommes politiques paraît insuffisant. A tout le moins. Ca serait même un sous-marin que ça ne nous étonnerait pas.

« je veux aujourd’hui être honnête avec toi et avec Jaxx »

 Le 9 décembre 2007, Laurent se range dans l’équipe Palix/Bogi, comme nous aurions pu le lui suggérer pratiquement dès le premier échange. Par correction, et pour que notre rapport épistolaire reste clair et citoyen, il nous en informe dans un nouveau mail que Jaxx recevra aussi :

Bonjour Fred,
J’ai jusqu’à présent écrit sur le début de campagne à titre personnel, car la vie de Bnadol et son port m’interesse mais auusi parce que le Maire sur le départ m’est parfaitement antipathique.
Parce que j’ai crié haro sur les parasites, je veux aujourd’hui être honnête avec toi et avec Jaxx.
J’ai rencontré Palix et Bogi hier soir et j’ai pris la décision de rejoindre leur équipe de campagne.
Je voulais te le dire pour que notre rapport épistolaire reste clair et citoyen.
Je sais que ce n’est pas trop ta tasse de thé ni celle de Julien, mais à titre perso je pense que c’est les seuls qui peuvent faire sortir la ville de l’ornière.
J’espère que nous pourrons continuer à échanger sur la toile, mais je voulais être correct avec vous 2 car je trouve votre investissement remarquable et rassurant pour la suite.
Surtout ne changez rien.
Bien à vous
Laurent di Gennaro

La vraie vérité vraie

La vérité, totale, je ne l’apprendrai avec certitude que 2 ans et demi plus tard. Quand après le divorce du 1er adjoint et du maire homme de paille, un maladroit publiera pour se venger de Palix, le protocole d’accord qui liait les 2 hommes, sur le site de l’association (apolitique hein, c’est une association de loisirs) des amis de Marcel Bogi.
Problème : ce protocole d’accord est daté du  10 SEPTEMBRE 2007 !!!

Et ce qu’on y apprendra est instructif.
Notre fameux Laurent, qui signera après son « aveu » de décembre 2007 en complément ou en remplacement de son discret prénom plus volontiers « le sherpa de Marcel », Laurent Di Gennaro est très officiellement directeur de la campagne de Bandol2008 l’équipe de Palix et Bogi depuis des mois
Extraits :

Les deux parties nomment Monsieur Laurent di Gennaro responsable de la communication pour le temps de la campagne. Il travaillera sous les ordres de Monsieur Marcel Bogi et du Docteur Palix. Il devra coordonner la communication interne, proposer une charte graphique, des maquettes et assurer un suivi de fabrication des supports dédiés à la campagne.
…/…

Les deux parties reconnaissent à Monsieur Marcel Bogi, la responsabilité de la conduite de la communication de la campagne. Ce qui veut dire qu’aucun document ne pourra être édité au nom de l’équipe, si le Docteur Palix et Monsieur Marcel Bogi n’ont pas donnés un « Bon à Tirer »

Je vous fais grâce de la suite de nos échanges par mail jusqu’à l’élection de mars 2008.
2 ans et demi plus tard, j’ai eu la preuve que tout n’était qu’enfumage, manoeuvres, mensonges, manipulations. Et c’est normal, le sherpa de Marcel qui nous a baladé pendant 2 mois avec un faux nez et un masque pour concombre, celui qui pour « être correct avec nous » nous avouait qu’il avait rencontré ses champions la veille au soir en se proposant subitement comme webmaster, homme de l’ombre en politique qui avait fait ses classes à la mairie de Toulon 15 ou 20 ans plus tôt, se complaisait dans le rôle de chef sous-marinier de la politique varoise et en particulier bandolaise. On ne le voit chez nous d’ailleurs pratiquement qu’en période électorale…
Même son activité professionnelle d’aujourd’hui TV83.info peut s’apparenter à de la sous-marinade : ça ressemble à un média, mais l’entreprise est enregistrée comme régie publicitaire, et se mêle plus souvent qu’à son tour de politique… Vous comprendrez que je n’ai jamais voulu faire de publicité à un « média » pourtant local mais dont j’ai toutes les raisons de me méfier.

Sous-marin et porte-flingue

En mars 2008, lors d’une conversation téléphonique qui démarra de façon très houleuse (c’est la première fois qu’un acteur local s’est permis de tenter l’intimidation avec moi), alors que j’en savais déjà long sur Christian Palix et Marcel Bogi (en particulier sur le second), faute de preuves en ma possession, il réussira à me mettre le doute : n’étais-je pas trop sévère, injuste dans mon jugement sur cette équipe ? Par peur de blesser des hommes démagogiques certes, mais peut-être sincères, j’ai rétropédalé et dans au moins un article, souligné les qualités de Marcel Bogi (qui sont plutôt profitables à un candidat aux élections, mais dont on se fout un peu chez un élu qui doit d’abord gérer – et avec droiture), pour tenter d’adoucir ma sévérité globale sur leur campagne, peut-être exagérée.

Plus tard quand Marcel Bogi s’associa avec Frédérique Connat (autre candidate de 2014 mais séparée au bout de quelques mois de son nouvel associé) et que celle-ci lança des allusions à ma moralité (dont elle ne s’est toujours ni expliquée ni excusée), c’est à nouveau Laurent Di Gennaro qui viendra par mail faire de l’intimidation sous-marine. S’il veut aller plus loin que l’intimidation, j’attends qu’il mette sa menace à exécution et qu’on aille s’expliquer au tribunal : je promets un effet boomerang ! Là aussi, j’ai des billes dans ma musette.
Quand Marcel lui-même a joué l’intimidation physique avec moi, je lui signalé que son sherpa n’avait pas eu de succès avec cette méthode sur moi. Il s’est défendu d’être en relation avec lui : « Jean-Marie [NDA : Jean-Marie Sagniez], ça fait combien de mois qu’on n’a plus de contacts avec Di Gennaro? ». Croisant Laurent aux Voiles de légende de Toulon, lui aussi nia toute relation avec Marcel Bogi à qui il avait conseillé de « profiter de sa retraite » plutôt que de repartir en campagne électorale… Enfumage !

Vous comprendrez au passage pourquoi je n’ai pas attendu que le protocole d’accord démontrant ce sous-marinage ne disparaisse du site des amis de Marcel Bogi pour le faire constater par huissier de justice. Je travaillais tard en ce mois d’août 2010 sur la « nouvelle » version du blog pour la rentrée, et je crois même me souvenir que j’ai réveillé Jaxx (qui n’était déjà plus bandolais) en pleine nuit pour lui faire lire l’incroyable trouvaille qui démontait tout le subterfuge : et nous vérifiâmes que nous disposions bien en archives de toute cette correspondance qui ne visait qu’une chose : manipuler deux citoyens totalement novices de la politique mais qui avaient su techniquement se doter de moyens de communication qui avaient montré leur potentiel pendant la campagne présidentielle de 2007 en France.

Les vainqueurs de 2008

C’est cette équipe Palix/Bogi qui gagna en 2008. Excusez-moi de ne toujours pas m’en réjouir. Non seulement leur campagne était affligeante de démagogie, mais je connais aussi ses coulisses. Et elles me font vomir.
Au jeu du concombre masqué, c’est le directeur de campagne de l’époque qui remporte la palme à Bandol.
C’est Marcel Bogi qui avait l’autorité sur cette campagne qui est responsable du recours à ce déplorable sous-marin politique et à ses méthodes.
C’est Christian Palix notre maire actuel qui en se prêtant comme homme de paille à la conquête de la mairie par son premier adjoint à qui il cédait toutes les principales délégations, a cautionné une campagne indigne et dans laquelle des procédés tout à fait condamnables au moins au plan moral ont été utilisés. Il a cependant en gagnant ainsi la mairie, hérité de la qualité d’Officier de Police Judiciaire qui est attribuée aux maires de France. Si vous me trouez parfois sévère, repensez-y.

Et en 2014 ?

Oh, Laurent Di Gennaro s’est fait discret cette année : même pas une intervention (que j’ai pu identifiée) sur mon blog pendant cette campagne (je ne sais pas si on l’a vu ailleurs, je n’ai plus le temps de tout suivre). Mais il est bien là. On me rapporte sa présence à certaines manifestations de campagne des concurrents de Marcel, où son comportement parfois surprenant dans ces circonstances le fait repérer.
Depuis l’intérieur de l’équipe Bandol Par Coeur, on m’assure que Laurent Di Gennaro n’intervient pas dans la vie de l’équipe : il conseille Marcel, mais ne « sort pas de son bureau »… Pourtant, le site web porte sa patte : les mêmes articles presque mot pour mot parfois qu’en 2008 : « Bandolais, on vous ment ! je vous prends à témoin », etc. J’ai tellement échangé avec lui que je pense même voir son style (assez reconnaissable) dans certains commentaires d’articles publiés sur leur propre site… La démagogie des articles y est la même, comme la saillie visant mon blog dès le premier billet qu’ils ont publié… un vieux réflexe de politique d’intimidation ?

Comment des gens informés des pratiques de Marcel Bogi et Laurent Di Gennaro ont-ils pu cautionner une nouvelle campagne électorale de celui qui depuis 30 ans est au coeur de la politique bandolaise ? Faire équipe avec lui ? Michel Sauzet aujourd’hui colistier sera ravi de découvrir dans les mails ci-dessus comment l’équipe de Marcel me parlait de lui quant le Sherpa essayait de me manipuler… L’ancien maire François Barois aussi d’ailleurs, qui a oeuvré l’an dernier pour rassembler l’opposition, avec Marcel Bogi. On croit rêver !
Ils en savent aussi long que moi sur le pedigree du premier adjoint, puisque eux-mêmes ou leurs équipes m’ont souvent mis sur la piste d’informations (ben oui, c’est un panier de crabes le monde politique, et il faut faire attention à toutes les manipulations, qu’elles soient basées sur des infos légitimes ou des intox – c’est la dure tâche des journalistes, et parfois aussi des blogueurs, que de démêler le vrai du faux).
Comment Mme Connat a-t-elle pu elle aussi s’associer, même temporairement avec Marcel Bogi ? C’est d’ailleurs pendant cette association qu’elle dérapa envers moi.
Comment 28 colistiers qui connaissent tous Marcel depuis plus longtemps que moi et connaissent toutes les infos qu’il y a à connaître sur son passif politique à Bandol ont-ils pu se fourvoyer dans une liste commune ?
Des rivaux peuvent-ils sincèrement envisager une alliance de 2nd tour en sachant cela ?

Conclusions

Il n’y a rien là que je révèle qui mérite de sanctions légales. C’est juste une histoire de figure. Ce n’est ni un problème de droite, ni de gauche, ni de différends personnels. C’est une affaire d’éthique, de morale. De choses qu’on ne voudrait plus voir en politique (je sais que je suis idéaliste, vous me l’avez déjà dit).
Je ne sais pas vous affirmer si les autres, ceux qui échappent à cet article sont plus propres, plus éthiques, je l’espère simplement et veux le croire pour une partie d’entre eux (je crois en connaître dans plusieurs listes).

Mais c’est peut-être pour avoir le droit d’écrire un article comme celui-ci qu’il faut tenir un blog pendant des années, apprendre, s’informer, déjouer les manipulations, écouter beaucoup de gens, garder des traces (et parfois devoir payer un huissier pour leur donner de la solidité juridique – quand je vous dis que tenir un blog ne rapporte rien mais coûte…). Avoir le droit de l’écrire sans avoir peur du regard de personne, sûr de ses infos, de ses sources, de ce que l’on dit et écrit. Juste pour épingler des comportements dont les français de plaignent à longueur de sondages. En espérant que chez soi au moins à Bandol, l’électeur puisse faire certains choix en conscience, et en se disant que certains bulletins de vote sont à soupeser deux fois avant de les mettre dans l’urne.
C’est dérisoire autant d’efforts pour un si petit résultat, mais comme le disait Gandhi, ce que tu feras seras dérisoire, mais il est essentiel que tu le fasses. Comme je le dis souvent, en vous renvoyant la balle, j’ai fait ma part du travail citoyen et je vais bientôt pouvoir fermer ce blog en gardant ce sentiment.

A qui êtes-vous prêts à confier le statut d’élu de la République ? Dimanche il faudra l’avoir décidé.

En attendant, les personnes mises en cause ici ont évidemment la possibilité de me fournir le texte qu’elles voudront publier comme droit de réponse…

F.M. – www.bandolais.fr

P.S.: pour être tout à fait transparent, je vous joins ci-dessous l’intégralité des échanges relatifs aux mails publiés dans cet article. Pour chacun de ces 4 PDF, le mail original de Laurent Di Gennaro est à la fin, et ma réponse figure en début du document.

Echange 1   Echange 2   Echange 3   Echange 4





12 Commentaires

  • On en rigole aujourd’hui mais à l’époque le Fred il a du p…………sser de l’huile à 7 couleurs comme disent les Hollandais. Bien à lui d’avoir survécu et ouvert la trace pour les autres dans une neige particulièrement croûtée.
    Dis nous Fred : auparavant tu avais fait un stage chez les inuits pour résister à tous les blizzards de la vie politique ? Tu n’aurais pas une photo de toi en trappeur avec les raquettes ?

    Moins drôle : quid du bilan de Marcel Bogi ces 25 dernière années ? ? ? ? Bilan culturel (à part la rénovation du kiosque patrimoine génétique/gérontologique) bilan économique (à part le bowling) . . . . Qui ne progresse pas recul.

  • @ Fred

    Je connaissais une partie de cette longue histoire, j’en sais un peu plus aujourd’hui.
    Je n’aurais qu’une sensibilité différente de ton analyse;

    Tu qualifies C.Palix d’homme de paille, j’en doute!!!
    Pour être Maire, il lui fallait les voix de M.Bogi, ensuite il lui suffisait de détourner certains des colistiers de M.Bogi, lui retirer les délégations et le tour était joué.

    Il fallait que C.Palix soit tête de liste pour être Maire, signer un protocole « bidon » donnant tous les pouvoirs à M.Bogi, ensuite en bon stratège détourner un nombre suffisant de conseillers issus de l’équipe M.Bogi et le tour était joué.

    Je pense donc que dans l’affaire, malgré ses 30 ans de vie politique à Bandol, M.Bogi a été le dindon de la farce et notre Maire sortant un bon tacticien.

    Là encore ce n’est que mon avis.

  • Fred,
    J’ai moi aussi tout lu avec le temps nécessaire à la mémorisation de chaque mot.

  • Espérons qu’un vent d’air frais balaye tous ces relents nauséabonds et que bandol puisse repartir avec une nouvelle équipe rajeunie et propre !

  • @ Fred

    j’ai lu trop rapidement ton long texte et n’ai pas saisi au départ le pourquoi de ce texte aujourd’hui!!!

    Après une lecture plus précise, je pense avoir compris;

    Je tiens à préciser que je ne défend pas la liste conduite par M.Bogi et que je ne recherche que la vérité, d’où mon premier commentaire.

    En premier, je dénonce le déballage public d’échanges privés, ce n’est pas correct sans l’accord de l’autre correspondant, je sais tu y es habitué, tu l’a fait avec moi.

    Ensuite tu parles de sous marin!!! Mais tu en fait partie, même si tu as un camouflage de joli yatch de croisière, tu te comportes bel et bien comme un sous marin.

    Tu interviens lorsqu’un commentaire ne va pas dans ton sens et de l’équipe que tu défends, par contre tu laisses passer sans intervenir des commentaires chargés d’erreurs, et quelques fois à la limite de l’insulte, mais qui sont bons pour l’équipe que tu défends.

    Donc pourquoi ce long texte aujourd’hui. Tout simplement parceque tu sais que M.Bogi représente un nombre important de voix à Bandol et que sans le casser quelques jours avant les élections, ton équipe protégée risque de finir 4éme ou 5éme et de ce fait ne pas avoir de poids pour les tractations d’entre deux tours.

    Nous sommes plusieurs à avoir préciser nos préférences: Carine, christian……. et bien d’autrers, toi pour mieux jouer au sous marin, tu ne t’es pas dévoilé, mais ton choix est fait et par ton comportement tu agis en bon lieutenant de propagande, mais tout celà dans un certain anonymat.

    Je sais que mon commentaire ne va pas te plaire, mais je me devais de te le dire.

  • @ fred

    Désolé, mais par ton comportement tu démontre ton rôle de sous marin;

    Premier commentaire posté à 7h51
    Deuxième commentaire posté à 10h14

    Premier commentaire mis en lecture après modération vers 15h00
    Il est 17h30, le second est toujours en attente alors que tu aurais pu le mettre en lecture lui aussi vers 15h00!!!

    —————————-
    NDLR : Serge, tu commences à sérieusement m’échauffer les oreilles. Un commentaire qui est en modération, je dois d’abord le lire pour décider ce que j’en fais.
    Tu es qui pour savoir combien j’ai de temps entre 2 RV pour lire 4 – 10 ou 20 mails? Pour savoir si j’ai le temps de faire de la modération à toute heure de ma vie professionnelle sur un téléphone? Pour savoir quelle qualité de réception j’ai quand j’arrive ou pars de chez un client au domaine de port d’Alon ou derrière Sanary? Je modère dans les interstices de mon agenda en journée.
    Si je n’ai validé qu’un de tes commentaires, c’est que je n’avais le temps que d’un, ou alors que le second est bloqué : quand on est sous modération, on écrit ses commentaires sans garantie d’être publié. La seule garantie, c’est que moi, j’aurais le message. Point.
    Tu es sous modération partielle depuis des années, intégrale depuis quelques jours. Et les gens qui sont soumis à modération, je valide leurs commentaires qui me semblent intéressants. Burillard n’a droit qu’à un sur 10, Lacaze à un sur 2, et toi à 10 sur 10 (et en plus tu viens chouiner). Mais ça va passer à 0 sur 10 parce que tu me fais perdre mon temps, et que j’en ai ma claque de remettre cette discussion avec toi spécifiquement tous les 6 mois.

    Un sous-marin, c’est quelqu’un qui met un faux nez. Di Gennaro se faisait passer pour un internaute bandolais lambda, quand il était directeur de campagne d’une écurie politique, essayant de manipuler ses concitoyens, essayant de faire dire par d’autres que lui ce qu’il n’avait pas envie d’écrire sous son nom, parfois à des niveaux de bassesse éhontés, et qu’il quittait son Toulon pour Bandol uniquement pour cette mission cyclique. Et un sous-marin je le définis aussi par le fait que d’une façon ou d’une autre, il a un intérêt à faire ce qu’il fait.
    Je tiens ce blog seul, pour le compte de personne, dans une transparence maximale (combien de gens font la lumière comme je l’ai fait sur leurs clients, leurs amis, leurs fréquentations, leurs conflits d’intérêts, sur leur pratique de la modération? Tu connais beaucoup de modérateurs qui se justifient? Je dois être un cas quasi unique), en expliquant ce que je fais, quels sont mes critères de jugements, qui ne sont pas politiques mais éthiques et de comportement. Et j’ai signé tout ce que j’ai écrit, seul.

    Pourquoi cet article maintenant ? Parce qu’avec ce blog j’ai réussi à apprendre et démontrer que certains ont des comportements que beaucoup de gens comme moi, ne supportent plus de la part des politiciens, et que l’abstention et les extrêmes sont le symptôme direct de cette décadence morale qui aujourd’hui est de plus en plus difficile à cacher par ceux qu’elle concerne.

    Quand à mon intérêt, il faudra que tu l’expliques. Mais tu iras le faire ailleurs que chez moi. Parce que ce blog m’a d’abord apporté des emmerdements des nuits sans sommeil, a complètement empiété sur ma vie professionnelle et privé, que je n’en retire strictement aucun avantage mais des frais, et l’envie de quitter une ville que je connais maintenant trop bien et trop profondément pour en supporter tous les aspects qui ne ressemblent plus beaucoup à mes souvenirs d’enfants. J’y gagne de m’être fâché avec presque tout ce que Bandol compte de gens impliqués dans la vie locale parce que je dis tout haut ce qui se dit normalement sans public. Je me mets à dos qui ont du pouvoir dans ma ville. Et pas qu’un peu.
    Le seul bénéfice, c’est un exercice intellectuel, un apprentissage, une éducation politique, des rencontres qui m’ont fascinées, avec des gens biens et même avec des militants et des sous-marins qui m’auront beaucoup appris, une étude de la nature humaine. Et le sentiment d’avoir fait un peu un devoir de citoyen, militant non pas politique mais d’une cause : la correction et la modification d’un système politique archi-usé et dont les abus par un certain type de politiciens l’amène, à bout de souffle, dans le mur.

  • « Un bon tacticien », c’est comme cela, M. Gervais, que vous qualifiez le maire sortant à propos de la manoeuvre utilisée en 2008 ?

    Je ne trouve pas ce qualificatif approprié.

    Vous qualifiez ce protocole de bidon. Un juriste parlerait lui de contrat synallagmatique. C’est à dire d’un contrat signé entre deux parties qui s’engagent mutuellement.

    Et oui, une signature engage, que cela soit sur un contrat ou un Cerfa de déclaration de candidature.

    Et ce contrat précisait même ne conclusion « Les deux parties s’engagent à collaborer sur le principe de la bonne foi, animées du seul objectif avant le scrutin de gagner et après le scrutin de réussir. ».

    Et pour que cela soit bien clair, le contrat précise, au dessus de chacun des espaces réservés aux signatures « bon pour accord et engagement ».

    Engagement, encore, un mot qui a du sens. Enfin, qui devrait.

    Vous expliquez donc que, en connaissance de cause, pour bénéficier de ses voix, le candidat Palix aurait signé cet accord, avec dans l’idée de détourner, après l’avoir fait avec ses électeurs, les colistiers de Marcel Bogi avant de l’évincer.

    En gros donc, qu’il aurait été signé par M. Palix alors qu’il savait qu’il ne le respecterait pas.

    C’est ça, une bonne tactique, pour vous ? C’est comme cela que vous pratiquez ?

    Ce contrat est terriblement choquant.

    Il est choquant dans son principe, puisqu’il répartit, avant une élection, les rôles et compétences entre deux personnes alors que c’est au Conseil Municipal de le faire. Que ce serait-il passé si les autres élus, qui pour la plupart d’ailleurs se retrouvent sur 3 listes aujourd’hui, n’avaient pas votés dans ce sens l’attribution des délégations ? Comment préjuger, au moment de la rédaction du contrat, qu’ils l’accepteraient tous ?

    Il est choquant dans son application, puisque au moins un des signataires apparaît s’être engagé en sachant qu’il ne respecterait pas sa signature.

    Un dernier mot, Marcel Bogi indique toujours, après trente ans de vie politique, que la meilleure manière de jauger un homme, c’est de lui serrer la main les yeux dans les yeux.

    Faut croire quand même que cela ne marche pas à tout les coups.

    Jacques

  • @M. Jacques K

    J’ai tenté de rédiger le commentaire avec un peu d’humour, mais je déplore totalement cette façon d’agir. par contre je m’apperçois que l’humour n’est pas toujours compris.

    Ce n’est pas du tout ma façon d’agir et c’est bien pour cette raison que je ne figure sur aucune liste et n’appartient plus à un parti politique. J’ai mes idées, et ayant participé à la campagne 2008, j’ai été totalement dégouté par le comportement de certains de nos élus.
    Celui qui change de camp comme de chemise
    Celui qui demissionne parce qu’il ne veut pas sieger dans l’opposition
    Celui qui refuse le bénévolat parceque celui qui propose son aide n’a pas voté pour lui…..
    Je pourrais en citer encore beaucoup

    Je suis un Bandolais totalement libre et j’ai choisi mon camp comme vous le votre, mais je ne suis pas déçu du mandat qui se termine, car je n’ai pas voté pour notre Maire et je n’en attendais rien de plus et savais depuis le début que l’association Palix/Bogi n’irait pas au bout des 6 ans

    Sachez que quel que soit le futur Maire, je serais toujours bénévole pour Bandol et si mes très petites compétances peuvent servir, et bien je serai là!!!

  • @Michel Leclerc

    Je pense comme vous, de nouvelles têtes permettrai à notre commune de trouver un nouveau dynamisme.
    malheureusement quand je vois certaine liste qui compte dans leur rang des colistiers qui sont reste à quelques mois prêt au côté du maire sortant je cherche le renouveau (on pense juste que la place doit être bonne)

  • Jaxx a exhumé des limbes du web un enregistrement de son fameux article qui avait servi de lieu d’échanges au tout début de la campagne 2008. Il ne reste plus que la 4ème page des commentaires (de 151 à 168), mais pour un petit voyage dans le temps, ça fera l’affaire :
    https://web.archive.org/web/20091107083629/http://old.jaxx.org/bandol2008fr

    Je n’ai pas répondu sur la publication des échanges de mails avec Laurent Di Gennaro : les lois sont faites pour ça, et il peut librement aller se plaindre devant la justice de ce que j’ai révélé aujourd’hui. Je serais assez désireux de savoir comment un tribunal accueille la publication de la correspondance manipulatrice d’un sous-marin politique affublé d’un faux-nez (violation du secret de la correspondance, ou mesure d’hygiène?). Je sais qu’en ce moment la mode est plutôt à flinguer les lanceurs d’alerte, mais en même temps, c’est Laurent lui-même qui me suggérait durant la campagne 2008 de jouer un rôle de whistleblower…
    A certains commentaires, je présume que beaucoup de gens auraient préféré ne rien savoir de toute cette affaire, et laisser les concombres masqués nous donner des leçons de morale et de hausse du niveau politique de la campagne, en toute tranquillité.

    Pour le timing aussi une précision. Ca fait des semaines que cet édito aurait dû être publié. Mais je n’ai pas d’équipe, suis seul, et entre le suivi de l’actu locale, des problèmes de famille, et mon boulot, ça a pris du temps et je n’arriverai pas à écrire tous les articles que je voulais faire avant le premier tour (un au moins est déjà reporté à l’entre deux tours). Parce que figurez-vous qu’un article comme ça ne s’écrit pas en 2mn sur un coin de table… Mais il me paraissait important que quelques-unes des choses que je peux prouver soient dites. Ca vous paraît pertinent ?
    En tous cas c’est ma décision, et j’ai toujours invité ceux qui n’étaient pas d’accord avec mes choix de publication, à créer leur propre espace d’expression…

  • @ Serge Gervais.
    Pour des raisons différentes je suis logé à la même enseigne que vous sur ce blog et il arrive que plus de 24 h s’écoulent avant que je ne sois publié (ou pas). Et alors ! Comme dit Fred  » la porte est grande ouverte aux mécontents ». Sans blague !

    sur le fond : Marcel le dindon de la farce ? Ben depuis le temps il n’avait qu’à se présenter seul : depuis Arthur Paecht ça fait un sacré bail. En plus il a l’argent pour le faire, ce qui n’est pas le cas de tout le monde.
    Il y a plusieurs 1er/2/3 adjoints dans le port (pour d’autres communes) et je peux vous dire qu’ils en font autant sinon plus que leur maires respectifs et ils n’ont pas du tout le sentiment d’être des dindons farcis. C’est une question de compétences, de culture, de capacité à se projeter dans l’avenir, de capacité à monter des dossiers sur le long terme, de capacité à rechercher le dialogue et l’assentiment de ses compagnons de route, etc . . . toutes ces qualités « normales » pour gérer une commune mais qui semble faire cruellement défaut à Bandol. j’en connais même un qui a fait 30 ans à droite avec un maire de gauche. Comme quoi !
    C’est ça le vrai problème et il ne faut pas 30 ans de « métier » pour faire la démonstration de ses capacités (ou pas) à gérer convenablement une commune riche de 9000 âmes. Désolé si j’ai souvent la dent dure, (C pour ça que Fred me tient à l’oeil) mais il y a vraiment de quoi.
    Faut sortir le dimanche ! ! !

    ———————–
    Commentaire édité par le modérateur

    NDLR : désolé Patrick pour les délais, mais la modération, j’en veux le moins possible parce que c’est vraiment le truc le plus pesant à faire sur ce blog. Et je remercie ceux qui ne m’y conduisent pas (donc pas toi 😉 ). Sur ce commentaire, j’ai retiré des trucs qui me paraissaient non utiles voire relançait une polémique inutile), ou que je ne comprenais pas.