La réunion sur les travaux de l’automne à Bandol

J’aurais dû filmer. Ca va me prendre encore du temps pour vous en faire un résumé cohérent et à peu près valable. Mais je n’ai pas de caméra et n’ai pas eu le temps de m’en procurer une, juste quelques heures après un séjour dans la capitale.
En plus je râle parce que j’ai encore une fois l’impression de faire le boulot de la Mairie. Juste avant et après cette réunion, quelques personnes m’ont contacté pour savoir si j’allais faire un compte-rendu, qu’elles espéraient puisqu’elles-mêmes ne pourraient y être. Je ne les blâme pas, et les comprends parfaitement, mais c’est fou que les élus n’entendent pas ce reproche sur leur communication insuffisante d’une façon globale. Comment se fait-il que les gens comptent sur ce blog pour les informer plutôt que sur les services municipaux?

Non, je n’aurais pas dû filmer : la Mairie aurait dû le faire.

Les commentaires ont déjà démarré sur le site sous mon article qui annonçait la réunion, suite à des comptes-rendus déjà publiés ailleurs sur le web.
Pour les infos en elles-mêmes, issues de cette réunion:

A la toute fin de septembre, et jusqu’à Noël, des travaux liés à l’alimentation électrique du port vont affecter principalement les quais du bassin, mais aussi une réfection du revêtement d’une partie de la place de la Mairie. Je n’ai pas entendu parler du 3ème chantier majeur évoqué par Bandol Mag (page 4, la rue des écoles).
Il m’a semblé que ces travaux (et la communication en question) ont été préparés et lancés un peu précipitamment ce qui explique certaines approximations qui trouveront leurs précisions en cours de route, avec une bonne raison. En fait, à la condition de respecter certaines dates butoirs en approche, le fait de rajouter ces investissements travaux aux précédents permet à la Mairie de franchir un seuil au-delà duquel la TVA est récupérable sur l’ensemble des investissements du genre (de l’année je crois).
Si j’ai donc bien compris, on y va un peu vite, mais le coût de ces travaux supplémentaires (1.200.000€ quand même) devrait être très faible puisque en bonne partie financés par la TVA récupérée en global. La Mairie a souligné au passage que la redevance versée par le port à la ville était de 100.000 euros, ce qui permet aussi de justifier des investissements dont le bénéfice est partagé entre le port et les promeneurs qui profitent des quais de la ville, bandolais ou touristes, comme pour les manifestations commerciales. Au passage à ce jour, aucun ancrage au sol n’est prévu à demeure sur les quais pour faciliter lesdites manifestations, faute de solution techniquement satisfaisante.
Premier gros morceau, le transformateur électrique qui est au bas du boulevard Victor Hugo ne répond pas aux projets de la Mairie pour le port. EDF va installer une prolongation pour réimplanter un transformateur au moins 4 fois plus puissant derrière l’Office du Tourisme. Les toilettes plaisanciers et boulistes situés à cet endroit vont donc migrer vers le petit parking à l’autre bout du terrain de boules.
reunion travaux.jpgLes bornes électriques alimentant les bateaux vont donc évoluer avec des bornes de 16 ou 32A, et des bornes de 125 et même 250A pour quelques yachts aux besoins hors normes. Le chantier démarrera vers le ponton Locasail à l’Ouest, passera par la panne amodiée (face au kiosque à musique des allées Vivien), pour aller jusqu’au coin des pêcheurs à l’Est. C’est un « enrobé » qui devrait servir de revêtement, et sera identique à celui qui va être utilisé pour remplacer une partie des dalles de la place de la Mairie (pas de précision sur la zone exacte concernée sur la place). Concernant l’esthétique, l’enrobé qui sera utilisé ne sera ni noir ni gris: les tons « grenat » semblent tenir la corde, et le projet définitif fera l’objet d’une autre réunion de présentation.

En une heure on a eu droit à plein d’autres infos parcellaires, puisque la liaison a été rapidement faite avec des travaux qui affecteront la rue Marçon dans le futur (notamment dans le cadre de l’amélioration du réseau d’assainissement et pluvial), la création d’une antenne de la police municipale au coeur de la ville (je n’ai pas compris où exactement : bas de l’avenue du 11 novembre ou plus proche de la Mairie) à une date que je n’ai pas non plus entendue. Autre bribe d’informations, l’éclairage par LED devrait être le futur pour Bandol, que ce soit pour le port comme pour les décorations de Noël à venir. Parmi les questions, le Maire et ses co-présentateurs ont assuré que ces travaux étaient l’occasion de passer les câblages et gaines divers nécessaires au futur de cette partie de Bandol, avec par exemple le passage de câbles qui permettront la sonorisation du port dans un futur proche.
Enfin, sur le plan logistique, le grand marché du mardi sera évidemment impacté, mais modérément, avec une relocalisation sur le parking central, puisque le parking du Casino peut largement accueillir les véhicules qui ne pourront plus stationner au central. Le marché quotidien ne subira qu’un glissement sur l’allée Jean Moulin, où il y a la place devant l’Amiral ou le Nautic, au fur et à mesure des besoins des travaux sur la place de la Mairie.
Je vous laisse compléter en commentaires, et si besoin corriger puisque le boulot et des impondérables m’ont empêché de rédiger à chaud, mais plusieurs jours après.

Frédéric METEY
www.bandolais.fr

.





6 Commentaires

  • Attribution des places au port public de Bandol :
    Une commission est formée ou en formation, je pense obtenir le nom des membres de cette commission ainsi que les critères de sélection d’attribution définitive.
    Sans qu’il y ait malice dans ma démarche en temps que représentant élu du conseil portuaire, il est tout à fait légitime d’informer les usagers du port, ce que devrait faire le président de la SOGEBA, gérant d’une délégation de service public.

  • @ Roland : personne n’y verra malice, et rendre transparente l’attribution des places du port de Bandol est effectivement une mission impérative, qui devient d’autant plus facile qu’aujourd’hui les technologies actuelles permettent de rendre très simple à consulter toutes les informations de ce genre.

  • Jacques KAUFFMANN

    @Roland,
    Quelle bonne initiative !
    Effectivement, les pratiques actuelles autorisent toutes les suscipicions.
    Mon histoire, à ce titre, est édifiante.
    Quand je suis arrivé dans le port, en 2006, il m’a été indiqué qu’il n’y avait plus de liste d’attente. Je ne me suis pas donc pas inscrit.
    Quand j’ai rencontré M. MAUGEZ en 2008, juste après sa prise de fonction, nous avons reparlé de cette liste d’attente.
    Le Directeur Technique du port, qui assistait à l’entretien en l’absence du directeur, a alors indiqué qu’il y avait bien, en fait, une liste d’attente pour les multicoques. Il a expliqué qu’elle avait été ouverte à la demande d’un ancien président de la SOGEBA pour y inscrire son catamaran qu’il souhaitait vendre. Son bateau était le seul inscrit.
    J’ai demandé immédiatement mon inscription sur cette liste, supposant que, dès que la vente du cata aurait été faite, je deviendrais premier sur cette liste.
    Une quinzaine de place ont été accordées en abonnement annuel après les élections.
    J’ai écris au début 2009 au Maire de Bandol pour rédire encore qu’il était anormal que les Bandolais se retrouvent à risquer de perdre leur bateau sur corps mort alors qu’ils financent avec leurs impots les travaux du port. Et que logiquement je devais être le premier de la liste d’attente des multicoques.
    Le Maire, qui n’a pas retenu les leçons de la mandature Barois, ne m’a pas répondu.
    Mais j’ai eu une discussion suréaliste avec le directeur du port, qui m’a dit que j’étais en fait 3ème sur la liste des BATEAUX DE PLUS DE 20 M !
    Que cette histoire de liste pour les multicoques n’existait pas.
    Et que le premier de cette liste n’était pas l’ex président, mais un plaisancier comme vous et moi.
    Je n’ai pourtant pas inventé ce que m’avait raconté son directeur technique devant son président…
    Donc, oui, un peu de transparence ne ferait pas de mal.
    Donc, oui, aussi, la même chose sur les tarifs pratiqués dans le port serait aussi instructif. Dans cet esprit, sur la panne E (la première à droite sur la panne publique), on trouve ce fameux catamaran. Au tarif estivage, il devrait laisser 1300 € par mois. Qui croit qu’il paye cela ? Au bout, on trouve un monocoque en travaux depuis des lustres. Il n’a strictement jamais quitté sa place depuis au moins trois ans. Il mobilise, à lui seul, trois places de multicoques ou 5 places de monocoques. Combien paye t’il pour cela ?
    Aucune stigmatisation de ma part dans ces deux exemples. Il y en aurait tellement d’autres.
    Mais seul la transparence permet d’éviter ce genre de question.
    Jacques

  • J’ai comme l’impression que certaines évocations troublantes d’attribution de place, fassent émerger des commentaires très très intéressants et des auteurs de ces commentaires très, très intéressants pour une prise de conscience collective sur d’autres sujets. Mon propos ne relève pas d’une nostalgie chronique d’opposant à une majorité, mais d’une volonté de contribuer à l’amélioration de la vie citoyenne à Bandol.

  • Jacques KAUFFMANN

    @ Jean,
    J’en suis là aussi !
    Jacques

  • Le « transfo » EDF du port de Bandol a déménagé

    Dans la série des travaux, le transformateur EDF qui doit alimenter tous les futurs besoins du port de Bandol a remplacé les sanitaires anciennement accolés derrière l’Office du Tourisme.