La recomposition politique de Bandol se poursuit

On se demandait de quel côté allait partir Marcel BOGI après sa démission avortée du poste de 1er adjoint au Maire de Bandol. Il est bien toujours en poste et sans plus de pouvoirs à la Mairie, mais on a retrouvé sa trace: il est vice-président d’une association qui semble cette fois assumer sa vocation politique (voir mon papier sur le côté politique de l’association des Amis de Marcel BOGI).

Frédérique CONNAT-LERATFrédérique CONNAT-LERAT, conseillère municipale (elle aussi relevée de ses délégations au mois d’août comme je l’avais tweeté) vient de fonder « Bandol en action«  après avoir quitté la majorité municipale dans la foulée des événements de juillet. C’est un nouvel acteur de la vie publique bandolaise qui émerge donc, après Vigilance et Vérité à Bandol que les « discussions du microcosme » placent d’ailleurs maintenant comme force d’opposition, alternative au Maire, plus que comme association strictement « citoyenne ».

Les bandolais qui ont plus d’ancienneté que moi se souviendront que son nom de jeune fille, CONNAT, était porté haut lors de précédentes élections locales (mais certains s’étonnent déjà de retrouver aujourd’hui associés les noms de CONNAT et BOGI): si elle reprend le flambeau familial de l’implication en politique locale, elle n’est pas son père et les bandolais d’aujourd’hui apprendront à la connaître elle (elle s’explique ici sur son rôle effacé pendant les deux ans et demi de mandat qui viennent de s’écouler).

Les plus taquins ne peuvent s’empêcher de souligner que Marcel est encore « abonné aux toubibs »: il quitte le Dr Palix qu’il n’a pas réussi à soumettre durablement au contrat léonin qui les unissait, pour le Dr CONNAT-LERAT à qui on souhaite de parvenir à un « mariage » politique plus équilibré. Son parcours professionnel atteste de qualités certaines, mais le précédent allié de Marcel BOGI n’en manque pas non plus: toutefois elle a probablement une position plus forte pour négocier aujourd’hui tant les observateurs analysent Marcel BOGI comme une force politique déclinante et non plus comme le réservoir de voix qu’il a sans conteste représenté dans la décennie précédente. Faut-il d’ailleurs s’associer avec un partenaire aussi redoutable dans la négociation de ses contrats personnels? J’imagine qu’elle expliquera ses raisons: son blog est là pour ça, et elle a plus de trois ans pour convaincre les bandolais(es).

F.M. – Bandolais.fr





6 Commentaires