La chaleur à Bandol affecte les esprits

Ca aurait dû être un petit article informatif plutôt neutre ce lundi matin. Mais finalement, après un week-end passé à m’occuper d’autres choses, je découvre commentaires et mails avec des esprits échauffés, la faute au thermomètre sans doute. Même à la mairie de Bandol, la performance intellectuelle semble en berne. Je vais finir par envier les parisiens qui vivent une météo plus fraîche et humide…

D’abord la mairie, interpelée concernant les choix techniques de traitement de la pollution du port et son désenvasement, se contente sur le forum de la ville de publier la réponse d’un commercial qui vend une solution concurrente de l’alternative qu’on propose d’étudier… Comme effort intellectuel, ça fait léger, et on aurait préféré un verdict émanant de quelqu’un qui soit un peu moins en position de conflit d’intérêts que la société qui propose de draguer le port. Elle a peut-être raison, mais ce que le citoyen attend des élus en charge des décisions, c’est de les prendre de façon éclairée et de les critiquer raisonnablement. La prochaine fois, pour donner un « non » définitif, il serait bon qu’on attende d’avoir des éléments moins contestables d’un point de vue scientifique qu’un argumentaire commercial. On a d’ailleurs le droit de dire qu’à la lumière des éléments soumis, on demande un peu de patience le temps d’analyser les options… je veux dire de façon poussée.

Deuxième cas, un commentateur fait pas moins d’une demi-douzaine de messages pour nous décrire une mairie à feu et à sang du point de vue du personnel, sans apporter le moindre exemple concret (le seul cas cité est celui de « l’affaire Calvez » qui est déjà entre les mains de la justice avec quelques étapes judiciaires déjà franchies). En ajouter un 7ème, un 8ème, voire un 20ème n’apportera toujours pas d’éléments concrets mais vaudra peut-être à Didier COLIN un procès en diffamation… Car je ne comprends pas à la lecture de ses commentaires qu’il a par ailleurs mis un peu de temps à signer, que la mairie ne croule pas sous les assignations en justice : les tribunaux existent, les lois sur le harcèlement aussi, et quand des services entiers sont dans l’état qu’il indique, les salariés ont encore des moyens en France pour protester contre le sort qui leur est fait apparemment collectivement. On en profite au passage pour accuser une belle brochette d’élus de complicité tacite, mais pardon, moi qui laisse trainer mes oreilles dans Bandol, non je ne suis pas au courant de la situation décrite par Mr Colin… Et j’attends avec amusement qu’on vienne m’accuser de complicité avec la mairie.
Je veux bien traiter les sujets, mais fournissez nous des billes : si l’on en croit ceux qui s’égosillent, elles pullulent. Et tâchez d’apporter des éléments tangibles. Les opposants à la mairie ne manqueront pas de s’emparer des cas réels et d’apporter leur soutien aux victimes. Pour l’instant j’entends surtout des rumeurs et ma foi rien de très différent de ce qui a pu se passer dans les dernières décennies à Bandol.
J’ai déjà vécu une campagne municipale à Bandol en tant que blogueur, et je me méfie des sous-marins. On n’est pas très loin ici des quelques cas d’exclusion que ce blog a connu.

Troisième cas : le ton montant entre les uns et les autres, je reçois du courrier pour s’étonner que je ne censure pas des propos, qui à mon sens relèvent du sarcasme politicien… Non je ne filtre pas les commentaires (mon filtre antispam le fait parfois malheureusement par accident), et je n’ai pas pour habitude de censurer. Si VOUS voulez que je le fasse, vous me le demandez et en prenez éventuellement la responsabilité (voir la page des mentions légales). Ou alors il va falloir fermer le Conseil Municipal, l’Assemblée Nationale et d’autres honorables institutions, où le niveau des piques n’est pas meilleur. La diffamation peut motiver ma censure (voir le cas n°2, pas l’humour, fût-il mauvais).

4ème cas : on s’étonne que je n’ai pas encore fait d’article sur la nouvelle décoration du rond-point en haut de Bandol…
Si un article vous démange, faites-le et transmettez-le moi pour publication. Je ne suis pas chargé d’une quelconque mission de service public à Bandol, et encore moins rémunéré pour ça. Je fais les articles qui me chantent, et plus je blogue, et plus je me méfie de la critique des goûts et des couleurs (mais vous restez libres d’écrire que des réalisations vous plaisent ou pas). En l’espèce, je ne sais pas si ce rond-point est terminé (son aspect évolue au fil des semaines), et n’avais pas encore éprouvé le besoin d’en parler, même si vous êtes nombreux à m’en faire la remarque (et dans des termes défavorables). La zone de commentaires vous est ouverte pour dire le mal que vous en pensez, mais tâchez juste de ne pas déraper.

Je sens que ce blog va avoir besoin de vacances. En tous ças, à en juger par cette liste, il n’y a pas que moi qui profiterait utilement d’un peu de repos estival.

F.M. – www.bandolais.fr





Article suivant : Bandol va entrer en THS…

2 Commentaires

  • […] on a Guignol… Mardi 10 juillet 2012 Par C.V. Il a raison le Fred, on va faire un break, on ne va plus parler des choses qui fachent, ça ne sert à rien si ce […]

  • Une mise au point qui était nécessaire…
    Sur la question de l’agent municipal, les non initiés ne comprennent pas ce qui s’est passé pour cet agent… et ne retiennent qu’une chose: non respect de ce dont il avait été convenu à l’avant dernier conseil municipal. Il serait souhaitable d’avoir un exposé clair de ce qui s’est passé, pour comprendre…
    Sur cette question de gestion du personnel, les échanges sont tout aussi obscures pour les non initiés… et font un peu « querelles » d’anciens combattants… On ne remonte pas à Jeanne d’Arc , mais il s’en faut de peu. Pourtant la « discussion » avait bien démarré avec le topo de Ch. DELAUD mentionnant des sujets concrets… j’avais commencé à aborder celui du calcul du prix de l’eau et des conditions de la DSP donnée par le Conseil à la SEM… et ensuite dérapage total….
    Dérapage parce que ce que les bandolais (et j’ajouterai tout citoyen) attendent c’est du concret. A problème concret, analyse concrète, critique concrète, proposition concrète….
    Quand on est personne de bonne volonté on doit toujours trouver des solutions… sauf choix politique… mais des choix politiques dans la gestion d’une commune de 9000 habitants, ça n’est pas tous les jours…..
    Ah si, peut être: pour l’eau… délégation ou gestion directe…. ? Et encore… cherchez le point commun entre le maire de SIX FOURS et celui de LA CADIERE….