Inondations évitables à Bandol

François BAROIS a eu la sagesse d’entreprendre la nécessaire réfection de l’avenue du 11 novembre, différée par ses prédécesseurs, avec un résultat discuté surtout au plan esthétique.
Lors de la réunion travaux de ce matin, son successeur a mis le doigt sur des malfaçons techniques: Christian PALIX a évoqué l’inondation d’un salon de coiffure durant les pluies exceptionnelles de la nuit passée. D’après ce que j’ai entendu dans Bandol, ce problème a concerné au moins deux autres commerces de l’avenue: une boulangerie, et une agence immobilière. Malheureusement ce n’est pas dû qu’à la violence hors normes des trombes d’eau qui se sont abattues en fin de nuit: j’en avais déjà entendu parler, et en remontant l’avenue, j’ai constaté qu’en plusieurs points, le trottoir affleure au bas des vitrines, et avec une pente latérale qui ne peut que guider l’eau à l’intérieur des locaux: bévue difficilement compréhensible.

Ce n’est pas la première fois qu’on le constate (y compris sous le mandat actuel), mais Bandol doit progresser dans le suivi des travaux (voire carrément la conception) qui sont engagés en ville: espérons que le gros chantier qui occupera l’automne sera mieux maîtrisé (je fais un topo sur la réunion du jour prochainement, à moins que quelqu’un d’autre se dévoue pour le rédiger).

F.M. – www.bandolais.fr

.





7 Commentaires

  • Il est vrai, que les travaux éffectués ces dernières années, evitent des innondations considérables comme par le passé(années 80 90) ou des torrents deboulés sous les ponts et avenues de Bandol.
    A l’heure actuelle, lors de pluies abondantes on peut dire que nous sommes l’une des communes qui s’en tire le mieux.

  • @ Greg: je suis d’accord avec toi quand j’évoque la « sagesse » qui fait décider ces grands travaux.
    Ca rend dfficile à comprendre les bévues qui sont cependant réalisées, et qui condamnent certains à être innondés à chaque fois, pour une erreur de pente ou de hauteur de trottoir évidente…
    Je ne discute pas la pertinence des chantiers, mais bien le suivi sur le terrain.

  • c’est vrai je suis d’accord avec toi, les ingenieurs n’ont peut être pas evalués cette erreur qui est domageable pour ces commerces là,l’évacuation en amont ne se faisant pas suffisament..
    le fait de faire remonter cette info auprès des hautes instances serait souhaitable avec bien sur photos etc…. une histoire de trottoir il me semble… affaire à suivre

  • @ greg:
    la mairie est visiblement au courant pour le cas du coiffeur.
    Je ne m’avance pas beaucoup en assurant qu’un des deux autres cas portés à ma connaissance a déjà informé la Mairie avec dossier et photos à l’appui, avant cette nouvelle pluie.
    Il appartient aux autres de faire de même, et peut-être que l’association des commerçants peut coordonner l’info pour regrouper les problèmes individuels concernés par une même cause.
    Mon rôle bénévole s’arrête à l’information.

  • Le bd de Vallongue, en dessous du Bd du Bois Maurin récupère les eaux pluviales des rues supérieurs. Lors de grosses pluies le Bd de Vallongue se transforme en rivière, et les irrégularités de revêtement de la chaussée font que les eaux passent systématiquement à côté des bouches d’égouts.

  • Si à Bandol on ne sait pas faire des routes, on pourrait peut-être apprendre à faire des jardins ! Certains se demandent à quoi servent les espaces verts… eux absorbent les eaux de pluie, incroyable non ? Parce que bien faite ou non, une route goudronnée en pente ne sera jamais qu’un ruisseau impraticable en cas de pluie violente, comme ce matin par exemple, la rue Molière pour amener les enfants à l’école…

  • Orage, inondation, correction

    Souvenez-vous, le 17 septembre, je soulignais que 3 commerces de l’avenue du 11 novembre au moins avait souffert d’inondations, certes à cause de l’orage, mais aussi à cause de trottoirs plus ou moins bien conçus et réalisés, lors de la réfection de ce…