Incongruités de campagne à Bandol

Hier mardi, le facteur déposait  dans ma boite à lettres le matériel électoral imprimé nécessaire à l’information des électeurs avant le premier tour dimanche à Bandol.
Notez que pour une majorité d’électeurs, ce sera le seul contact avec la campagne électorale… Et que le délai pour prendre connaissance et faire sa réflexion se limitera à 5 jours au mieux.

Et je n’ai pu m’empêcher de rire… tant le théâtre politique est parfois schizophrène.

  • La liste de Thierry REVOL affiche fièrement sur son document de présentation de la liste Votez Bandol « L’unique liste citoyenne sans étiquette ! ». Je remonte les yeux, vois le logo de la liste, et juste au dessus, le logo de Nous Citoyens… Je vérifie sur le site de Nous Citoyens, en tête de la page d’accueil : « NOUS CITOYENS est un mouvement politique ». Vous pouvez y adhérez, c’est l’un des deux nouveaux mouvements politiques français qui ont émergé en faisant un peu de bruit ces derniers mois (Nous Citoyens à droite, et Nouvelle Donne à gauche).
    Comment vous dire, même si ce logo n’est pas sur le bulletin de vote, tout à coup je ne suis plus très sûr de ce que peut bien vouloir dire « sans étiquette ».
  • Et puis il y a les 2 listes qui n’auront pas été départagées par l’UMP. Aucune n’a pu obtenir l’investiture pour le premier tour. Aucune liste n’arborera donc le logo du parti dominant à Bandol sur son bulletin ni même sur sa profession de foi.
    Mais le maire sortant n’a pu s’empêcher de mentionner les 3 lettres UMP bien lisibles sur les 2 documents près de son nom.
    Et la responsable bandolaise dudit parti qui s’est contentée d’un discret « divers droite » sur la profession de foi n’a pas oublié de mentionner sur le bulletin de vote, sous son nom de chef de  liste, la mention « conseillère municipale UMP ».
    On sait que certains électeurs se détermineront sur le critère de l’appartenance à un parti. Ceux de l’UMP seront peut-être perplexes, ou fixeront leur choix sur l’un ou sur l’autre, peut-être parce qu’ils auront loupé la mention cruciale sur l’un des deux bulletins après avoir cru trouver « leur » liste sur le premier qui leur sera tombé sous les yeux.
    Parfois, le succès politique tient à si peu de choses.
  • Et puis il y a le document présentant la liste BBM… A la lire, je me demande si quelqu’un a pensé à faire un effort d’adaptation de son contenu à Bandol. Enfin un vrai effort : parce que vous le lirez et vous ferez votre opinion, mais des 5 raisons de choisir jusqu’au texte qui s’adresse aux françaises et aux français (disons que « Bandolaises, bandolais » eût été plus approprié, d’autant que des ressortissants européens ont le droit de voter s’ils résident à Bandol – le FN a même des candidats européens sur ses listes dans d’autres villes, c’est dire…), on peut se demander si la conception du document n’est pas un copier/coller utilisé partout où le FN est présent, parce qu’il y a des préoccupations dont je ne savais pas qu’elles pouvaient concerner la mairie de Bandol.
    Vous me direz que les autres listes ont des programmes dont il est parfois difficile de les distinguer également, comme je l’avais parodié.
    Et puis à la lumière des événements récents (voir les derniers articles de Bandolais.fr), il faut avouer que lire certaines phrases sonne savoureusement. J’imagine que l’envoi à l’imprimeur a été fait bien avant les déboires connues par BBM. Ah que les aléas de la vie politique sont cruels !

Cet article, j’ai failli vous le faire en version vidéo. C’était plus simple a priori de vous montrer les documents face à la caméra. Mais j’ai réalisé que mon élocution naturelle difficile, couplée à un fou rire inextinguible (qui m’a saisi devant la mine incrédule de ma compagne à qui j’expliquais avec un poil de dérision ces bizarreries) risquait de rendre l’exercice vidéo encore plus périlleux. En ce moment, j’ai le rire bête, ce doit être les nerfs, la tension à l’approche de la libération. Vous aurez au moins échappé à ça.

 F.M. – www.bandolais.fr

P.S.: pour les distraits (de gauche), non il n’y a pas de liste représentant la gauche sous une forme quelconque à Bandol en 2014. Arrêtez de chercher dans les 7 listes, et faîtes votre choix parmi les présentes. Pour les distraits de droite, faîtes votre choix parmi les présentes.





5 Commentaires

  • Une petite mise au point est de rigueur à la lecture de ce billet, concernant la liste conduite par Thierry Revol :

    Je confirme, nous sommes bien une liste Citoyenne sans étiquette politique.

    En effet, nous sommes labellisé par Nous Citoyens et non investis en tant que liste officielle. Nos engagement entre Nous Citoyens et la liste Votez Bandol ne vont pas au delà de la signature de la charte de responsabilité et de transparence proposée par Denis Payre, Président du Mouvement Citoyen.

    De plus, ce mouvement n’est pas considéré comme un parti en préfecture. Il est donc impossible de déposer une liste Nous Citoyens en tant que tel !
    C’est la raison pour laquelle, le logo Nous Citoyens n’est pas sur le bulletin de vote.

    Enfin, aucuns des colistiers de la liste Votez Bandol n’est adhérant à un parti politique. Ce qui en fait une liste citoyenne sans étiquette libre et indépendante.

    ————————-
    NDLR : Effectivement, il semble qu’une explication de texte s’imposait, parce que pour le profane, le malentendu est garanti… Pour l’explication, on a maintenant tout pour se faire une opinion.

  • schizophrène ?

    J’ai également reçu les différentes professions de foi. Je me suis intéressé à ce que les candidats annonçaient pour le port, à commencer par le Maire sortant :

    « Avec notre expérience, nous pouvons vous assurer que notre port, véritable vitrine économique, assaini financièrement et embelli, restera dans le giron municipal grâce à la gestion en société publique locale ».

    Cette phrase, issue de la profession de foi de Christian Palix, ne peut qu’étonner.

    « assaini financièrement » : les chiffres 2013 n’ont pas été communiqués. Je les ai demandé, il m’a été répondu d’attendre après les élections. Mais les quelques informations obtenues permettent toutefois de contester vigoureusement cette information :

    Le port de plaisance reçoit trois types d’usagers : les « abonnés », titulaire d’un contrat d’abonnement, les « amodiés », propriétaires d’une amodiation, concession de 30 ans, et les passagers. Les deux premiers représentent une clientèle captive. Dans un contexte de pénurie de place et de hausse continue des tarifs, le chiffre d’affaires de ces 2 activités ne peut qu’augmenter. C’est purement mécanique.

    Reste la troisième catégorie, dont l’évolution peut, elle seule, permettre d’apprécier la qualité de la gestion pratiquée.

    En 2010. Il y eu 14.818 nuitées en escales.
    En 2011, ce nombre est tombé à 12.894
    En 2012, il s’est encore effondré à 9.984.

    Soit une baisse de 32 %.

    Pas vraiment, donc, un assainissement financier.

    D’autant que les bateaux en escale contribuent aussi, par leurs dépenses, à l’économie bandolaise. 4.834 nuits perdues, cela correspond à un CA perdu par les commerçants de près d’un million d’euros annuels (200 € par nuits).

    L’aire de carénage connait aussi une situation alarmante : en 2013, selon les informations obtenues, la perte devrait approcher 200.000 € pour un CA de 240.000 €. En 2009, la perte était de 65.000 € pour un CA de 300.000 €.

    « restera dans le giron municipal » : la convention de gestion déléguée par laquelle la ville confie la gestion du port de plaisance à la Sogeba, société d’économie mixe, se termine fin 2015.

    M. Christian Palix propose de transformer la Sogeba en « SPL ». Cette solution permet d’éviter une mise en concurrence, mais présente de sérieuses contraintes : la ville doit impérativement s’associer avec une autre collectivité territoriale, dont l’équipement se trouve sur le territoire.

    Ainsi donc, une SPL exploitant le port de Bandol ne peut pas compter, par exemple, Sanary comme actionnaire, mais seulement Bandol, Sud Sainte Baume, le département du Var et la région PACA sous certaines réserves.

    M. Palix a choisi de faire rentrer Sud Sainte Baume au côté de la Ville de Bandol dans le capital de la SPL a qui il propose de confier la gestion déléguée du port.

    – Comment alors parler de conserver le port dans le giron municipal, alors que sa gestion sera partagée avec Sud Sainte Baume ?

    – Quel est l’avenir réel de ce projet de faire entrer Sud Sainte Baume dans le capital de la SPL, en l’état des relations maintenant exécrables entre M. Palix et M. Tambon, président de Sud Sainte Baume ?

    Schizophrène, tu disais ?

    Jacques K.
    http://www.vvbandol2014.fr/

  • Un mensonge de plus de notre maire entre le port le PLU les finances s’est du grand bluff

  • Jacques K.
    Nous pouvons ajouter 225 000€ d’impayés pour l’année 2012, qui ne seront probablement pas recouvrés, ceci uniquement pour le port…..les résultats de la SOGEBA, fournis par la liste Palix, sont donc particulièrement inexacts.

  • Un copain me disait aujourd’hui que c’était certes rigolo, mais pas de quoi pleurer de rire non plus. C’est qu’en fait j’avais attaqué par l’explication à ma moitié de mes derniers échanges (restés privés) avec un troll, un vrai… Quand j’ai enchaîné avec le matériel de propagande, on était déjà sérieusement hilares.
    Les nerfs je vous dis… Plus que quelques jours avant de rendre mon tablier de blogueur qui n’en peut plus de regarder le microcosme politique d’aussi près!