Galop d’essai pour Sauzet

  • Publié le 4 Fév 2008
  • Commentaires fermés sur Galop d’essai pour Sauzet
  • Politique

BastideMichel Sauzet qui est le plus récent de nos politiques candidats à prendre une tête de liste, avait organisé ce jeudi une réunion publique en forme de galop d’essai, visant surtout les actifs bandolais à travers un petit mailing. Il l’a organisée sur son terrain, puisque la Bastide de Valroy est un site qu’il loue pour des mariages et séminaires divers. Mais un peu à l’extérieur de Bandol, et avec invitation pour 17H30, l’assistance réduite a achevé l’impression d’une répétition générale avant sa première réunion publique « pour de vrai », au centre culturel le 7 février.

Rien de très neuf comparé à ce que j’avais eu comme infos lors de notre rencontre privilégiée, mais l’occasion de voir le candidat en public, et la façon dont il défend ses positions, comment il vit et passe son discours. Nettement plus chaleureux qu’un Barois, nettement moins méridionnal qu’un Bogi, il cherche encore ses marques à l’oral (l’exercice est pour moi très difficile, et je lui souhaite bien du plaisir/courage). Cela ne l’a pas empêché de se prêter aux questions/réponses de fin de discours. Il a en particulier été interpellé sur …/…

…/… le port qu’il a placé en poumon économique de la ville, suscitant l’intérêt de participants plaisanciers ou peut-être professionnels, dont il a dénoncé les conditions de travail « déplorables » avec des « locaux » indécents dans la zone qui leur est réservée (remarque que j’ai entendu en provenance de ces professionnels qui craignent que les travaux en cours sur l’aire de carénage ne résolvent pas tout). La question de l’intercommunnalité est revenue dans les interrogations, les gens doutant de notre possibilité d’intégrer la Ste Baume (position défendue par le candidat) qui nous a déjà refusé par le passé. Pour lui, c’est une question d’hommes et de volonté politique, qui pourra se régler car les arguments sont là pour désolidariser dans ce dossier les cas de Sanary et Bandol.

Sauzet DiscoursSurtout, le plus frappant reste le positionnement, en réaction à la gestion du Maire sortant, qui serait sa principale motivation pour se lancer dans cette aventure d’une élection municipale. Quelques-uns de ses partisans comme lui ont connu Bandol dans leur jeunesse. Et se souviennent que jusqu’à récemment, les sanaryens venaient faire la fête à Bandol, et qu’aujourd’hui, c’est l’inverse. Leur volonté: rendre son caractère vivant à la ville. Leur preuve: dans sa liste qui contient des sensibilités multiples, il y a un groupe UMP. Ces militants du parti dominant sont désolidarisés de Barois dont ils désapprouvent la gestion: à leurs yeux, Bandol a perdu son âme, son cachet, son charme festif. Il cite le cas de la fête de la musique, que je reprends mais en le tempérant: quand elle s’arrête à Bandol, la fête est encore perceptible bien plus tard à Sanary, car il y a foule (bien supérieure à l’affluence sur Bandol). Mais je veux le détromper, car c’était la seule différence (de taille certes, les commerçants le souligneront): à Sanary, comme à Bandol, lorsque j’avais moi-même traité le sujet dans mon blog perso, la musique s’était arrêté à minuit sur ordre de la Mairie, et j’en étais effaré, moi qui aie connu tant de « 21 juin » avec une fête jusqu’au bout de la nuit, un peu partout en France, et même ailleurs…

La part belle a été faite à une cité trop tranquille, qui glisse progressivement vers les souhaits de ses aînés uniquement. Sauzet armé des chiffres INSEE de 2006 réfute le fait que Bandol soit une ville à ce point âgée (que Barois aménagerait en conséquence), et entend remettre la ville plus en conformité avec une représentation normale de toute la population. Il s’appuie sur une équipe dont il a présenté via un diaporama les presque 30 visages et noms, avec comme annoncé, quelques « pointures » aux compétences assez flatteuses sur le papier. Ca lui a permis de reparler de qualité environnementale, et norme ISO pour le fonctionnement des services.

Enfin, s’il ne veut plus voir la ville éventrée avec des travaux « pharaoniques » qui perturbent en permanence la vie des bandolais, il a donné des indications de retouches à faire (et à financer?) concernant une partie des réalisations de l’actuel Maire. Comme lui je suis nostalgique de l’ancienne place du marché qu’il a cité en exemple. Mais pour corriger ce qui a été fait, redonner une âme méditerranéenne à cet endroit, je vous invite à le questionner sur la façon qu’il envisage pour ces retouches. Finies les constructions certes, mais comment retrouver le charme d’antan sans tout défaire et refaire. C’est l’une des équations compliquées que les 3 opposants au Maire (qui s’accordent assez sur leur positionnement anti-Barois) vont devoir résoudre. Leur chance, c’est que de toutes façons, les bruits que j’entends prêtent de nouveaux projets à François Barois, qui pourrait lors d’un nouveau mandat continuer à modifier la ville avec des aménagements dans la droite ligne de ce qu’il a déjà fait. Et peut-être qu’une majorité de bandolais n’aura pas envie de financer et subir des travaux dont l’empreinte gravera le nom du Maire dans le sol de la ville, mais en en transformant profondément la physionomie. Mais là, on touche aux goûts et aux couleurs, et chacun votera selon qu’il retient que la ville paraît plus moderne (positif) ou n’est plus du tout méditerranéenne (négatif). J’aurai l’occasion d’y revenir dans mon papier sur le bilan du Maire que je vous ai promis.

Malheureusement, j’ai dû m’éclipser de cette réunion une nouvelle fois avant la fin, contraint par mon planning. Je n’ai pu profiter des échanges qui n’auront pas manqué de se tenir informellement lors du classique verre de l’amitié, et sont toujours très instructifs.





Article précédent : Ca sera au Don Quichotte