François BAROIS : un article spécial pour le seul candidat à avoir un bilan à son nom

  • Publié le 3 Mar 2008
  • Commentaires fermés sur François BAROIS : un article spécial pour le seul candidat à avoir un bilan à son nom
  • Politique

Le Maire actuel a bénéficié comme tous les maires de France, d’un mandat de 7 ans pour cause de télescopage électoral avec les élections présidentielles et législatives l’an dernier. Ca restera une particularité en tant que Maire. En tant que candidat à la Mairie de Bandol en 2008, sa particularité est d’être le Maire en place, le seul candidat ayant été premier magistrat de la ville, d’où son slogan « la force de l’expérience au service de notre avenir ».

Pour autant, Marcel Bogi qui se présente comme second du candidat Palix, bénéficie lui aussi d’une certaine expérience aux affaires, certains lui prêtant même un rôle de « régent » officieux pendant la fin de mandature du Dr Suquet, affaibli par la maladie, disparu depuis. Je n’ai pas vérifié (toujours pas diront mes détracteurs), mais en tous cas, je ne suis pas certain que Bogi qui est élu de la commune depuis très longtemps ait beaucoup moins d’expérience, et le slogan de Barois m’a fait tiquer. Un Christian Delaud dans l’opposition depuis longtemps, ingénieur et avec quelques spécialistes de l’ingénierie dans son équipe ne sont peut-être pas des bleus non plus quand on parle de travaux (on pourra en reparler en causant de la pérennité des chantiers qui ont eu lieu). Quant à Michel Sauzet, ses colistiers alignent quelques CV qui prouvent que parmi eux certains ont fait de belles réussites professionnelles qui ne s’obtiennent pas dans le privé sans de vraies compétences et un travail certain… Enfin l’expérience de la gestion d’une commune, elle s’appuie quand même beaucoup aussi sur les services municipaux dont c’est le métier que de gérer, en fonction d’orientations données par les politiques (vous voyez que je progresse en connaissance du fonctionnement d’une municipalité).

Bilanpoussif-1Toujours est-il que François Barois sera jugé comme les autres par les bandolais, sur son projet pour la ville, mais aussi sur son bilan, puisque lui en a un à son nom. Si les autres jouent en attaque, lui doit aussi le faire, mais en jouant également en défense (car s’il y a un point sur lequel ses challengers s’accordent, c’est sur celui des critiques que tous formulent contre lui). Et c’est ce qu’il a fait, en ouvrant sa campagne par une réunion de présentation dudit bilan, et en ouvrant une première phase de son site qui y était presque exclusivement consacrée.



Je vous aurai fait attendre pour mon compte-rendu de cette réunion, et je n’en suis pas satisfait. Mais malgré le manque de temps pour fignoler, je le publie en l’état, puisqu’il devient difficile de reporter. …/…

…/…

Après avoir accueilli son auditoire à l’entrée de la salle le 25 janvier, le Maire/candidat a procédé aux remerciements d’usage, et affiché une belle assurance, demandant de ne pas relâcher les efforts à ses amis, pour obtenir une réélection au premier tour. Appuyé par un diaporama derrière lui, il a rappelé ses efforts de communication: plus ou moins 15 réunions de quartiers par an, et un numéro vert à disposition des habitants pour contacter le cabinet du Maire. Vous savez déjà ce que j’en pense, et que question communication, à mon avis François Barois ne donnera pas de cours dans les écoles de commerce les plus prestigieuses de France… Je crains même que beaucoup des reproches qui lui sont faits aujourd’hui (et dont je peux même m’être fait l’écho parfois à tort), lui auraient été épargnés s’il avait mis en place des outils de communication efficaces et les avait utilisé.

A son actif question services, il a rappelé la modification du schéma de transport (bus local), l’ouverture d’une cyberbase, un bureau emploi et une permanence juridique… En insistant bien sur le fait que beaucoup de réalisations datant du début de mandat, les gens pouvaient avoir le sentiment que ça datait de toujours, en oubliant que c’est son équipe qui a oeuvré sur ces points. Au passage, je suis surpris de ne pas retrouver dans ce bilan le fait que selon Henri Burillard (adjoint à l’informatique) qui me l’avait expliqué lors de notre première rencontre à l’inauguration de la cyberbase, le dégroupage Internet par Free (très en avance comparé au reste de l’Ouest du Var) était dû à une négociation volontaire de la Mairie avec ce fournisseur d’accès. C’était une belle preuve de volonté d’offrir la modernité à la ville. Le document bilan du Maire parle de mise en concurrence des fournisseurs pour la fibre optique (pour l’avenir), mais aucun écho de ce que cela donne aujourd’hui, et j’espère juste que pendant les travaux en ville on a prévu de pouvoir passer ces câbles à l’avenir sans éventrer à nouveau toutes nos rues.

Ensuite il a attaqué et pour près d’une heure, le gros morceaux, son bilan « travaux ». Et c’est vrai que quelques copains affublent François Barois du surnom de Maire-BTP: il a beaucoup fait dans ce domaine, avec un bonheur inégal. Si le quai de Gaulle n’offre toujours pas une physionomie idéale, pour ma part je vois une amélioration dans ces réalisations. Mais globalement, le Maire sortant s’enorgueillit surtout d’avoir améliorer la sécurité par ses choix d’aménagements. Ralentissement de la circulation sur le boulevard de la Libération réaménagé avec des séparateurs centraux, et beaucoup de rues traitées par des « gendarmes couchés » (dos d’ânes) ou rétrécissement par la matérialisation de places de stationnement protégées comme récemment à Pierreplane (objectif vitesse réduite là encore). Idem pour la place de l’église où il explique que la suppression des marches le long de l’ancienne « estrade » centrale a permis de mieux organiser le marché en retirant les dénivelés dangereux, et en formant une avancée dégagée dans la ville en son centre. De ce point de vue, je dois dire qu’il a atteint son objectif (ce qu’il réalise est cohérent avec ce qu’il voulait en faire, argumentaire parfaitement défendable), et une partie des bandolais apprécient fortement ces réalisations, qui relèvent d’un choix, d’un parti pris. L’ennui est que cette réussite (conforme à son programme de 2001) heurte la sensibilité de beaucoup de bandolais, et notamment de très nombreux bandolais de longue date qui appréciaient le charme si ce n’est « provençal » de Bandol, au moins balnéaire (demeures rappelant ce qu’on voit sur la très balnéaire côte normande) et villageois. Je fais partie de ceux qui n’aiment pas les choix esthétiques de ces nouveaux aménagements, qui rompent avec le passé de Bandol. Oui ça modernise, mais je trouve que ça dénature le pittoresque du village que j’ai aimé.

Chacun jugera en fonction de ses critères, comme pour l’avenue du 11 novembre: je sais gré à François Barois d’avoir pris à bras le corps ce chantier qui aurait dû être lancé bien avant son accession à la Mairie, et de l’avoir achevé. C’était NECESSAIRE. En revanche, je regrette la physionomie qu’il lui a donné (mais je sais que beaucoup de bandolais apprécient). Je comprends aussi les critiques qui disent qu’à vouloir faire beaucoup dans ce domaine des travaux, il n’a pas conduit ses équipes au fond des choses: pourquoi le virage du cimetière n’a-t-il pas été frappé d’alignement quand ses opposants soutiennent que c’était faisable, avec une circulation qui en ce point reste délicate dès qu’un véhicule d’envergure en croise un autre?

Sur le plan du gros oeuvre, le Maire a rappelé les aménagements de nombreuses rues de Bandol, allant de la rue Vincent Allègre au quartier de l’ancien chemin de la Ciotat, les Mattes, Cassin, Square de Lyon, etc. C’est à son actif, indubitablement, comme un gros travail fourni en 7 ans sur les réseaux: enfouissement de lignes (aux Lauriers roses, Anatole France, Graviers – ce dernier contesté par ses opposants, etc.), ou la jonction de Bendor. D’ailleurs on le sent à son affaire: ces dossiers techniques lui plaisent, j’en ai la conviction. Et selon ce que j’entends, il est présent sur les chantiers dont il surveille l’avancement régulièrement, au point de terminer la plupart des ouvrages dans les délais: spectaculaire timing du 11 novembre qui s’est interrompu à la dernière heure du dernier jour de juin pour reprendre au 1er septembre. Je savais que les militaires avaient inventé l’art de la logistique, mais François Barois ex-pilote de chasse aurait tout aussi bien pu venir du génie ou de l’intendance tant il est ponctuel: c’est leur qualité commune. Mais du militaire il a aussi gardé le sens esthétique qui prohibe tout ce qui est tordu, biscornu, patiné, authentique, bref, ce qui POUR MOI (et pas mal de touristes) fait le charme d’un village avec une histoire.

Toujours sur la partie travaux, les programmes de logements sociaux à la Garduère et le Debussy (lui aussi contesté car il aurait été lancé par son prédécesseur) ont été rappelé à notre souvenir. C’est un souci du social que peu de Maires de la région ont manifesté, mais vous entendrez les opposants à François Barois critiquer ces réalisations: leurs préconisations me paraissent d’ailleurs plus favorables à la mixité sociale, et peut-être plus directement adaptées aux besoins des bandolais (il reste encore le temps d’écouter chaque candidat sur ces questions: interrogez-les lors des dernières réunions publiques).

Encore et toujours des travaux, avec la transformation du stationnement. Des bornes 20 et 30 minutes, c’est bien, mais considérant leur prix, elles ne devraient pas si souvent clignoter à l’orange. C’est un reproche que je formule aussi contre François Barois (qui parle d’acheter des jumelles radar pour faire encore plus respecter la vitesse en ville): que ne fait-il respecter les règles qu’il édicte? Je pense aux usagers comme moi de la cale de mise à l’eau des bateaux par exemple: un parking est dédié à leurs remorques derrière le stade. Plus de 50% des dimanches de l’année, l’affluence fait que ce parking est pollué par des véhicules qui ne sont ni des remorques ni des voitures équipées d’attelages. Et je n’y ai jamais vu la police municipale mettre bon ordre. Résultat, une règle municipale bafouée, un joyeux bordel, et beaucoup d’énervements et de temps gâché pour les touristes ou bandolais qui voudraient profiter sereinement de ce bel équipement qu’est une cale de mise à l’eau gratuite pour ces « bateaux de pauvres », et qui le font dans un stress indescriptible. Juste devant, la passe de Bendor est réglementée concernant la navigation des jet-skis (et la Mairie a fait ajouter un beau panneau le rappelant): je n’ai jamais vu personne faire respecter cette réglementation sans cesse violée, avec de vrais dangers à la clef…

Dallesport Mais sur les travaux, j’ai quand même un reproche majeur à faire aux municipalités qui nous ont géré: les finitions, ou le suivi de la qualité des chantiers, parfois même dès la conception… Les travaux de la zone de carénage du port n’en sont pas à leur première fois. Combien de fois faudra-t-il y revenir? Les dalles de la place du marché, de l’allée Jean Moulin et tant d’autres ont un vieillissement inacceptable. En peu de temps, finalement, on voit se dégrader des points de la ville qui ont été des chantiers majeurs et nous ont coûté une petite fortune. Du point de vue de l’électeur, comme pour le contribuable, c’est extrêmement regrettable.

Je ne reviens pas sur la Médiathèque. On a déjà tout dit sur le sujet. Je fais partie de ceux qui pensent que c’est une bonne idée, et un mauvais emplacement. Son coût me paraît supportable si l’équipement est utilisé comme il se doit. Je suis surtout préoccupé de savoir comment chacun des candidats compte remplir cette médiathèque, comment « rentabiliser » son fonctionnement. Sur ce point, je n’ai pas entendu François Barois me parler d’un programme de manifestations, ni les autres.

A propos des manifestations, il a rappelé l’impact de programmes liés à des relais télévisuels, Intervilles, et surtout le podium d’animation du mois d’Août qu’est le M6 Live Festival… Pour ma part je crains qu’il n’ait fait que renforcer une vague très ponctuelle d’un tourisme de masse qui est de toutes façons présent en été. J’eusse préféré que des efforts soient faits pour travailler une forme de tourisme plus annualisée, plus étalée, et plus conforme à la capacité d’accueil limitée d’une commune de 8km2 complètement saturée par le succès de ces concerts. Bandol dispose de suffisamment d’atouts pour traiter un tourisme plus rentable en demie et basse saison… L’hôtel **** dont la convention vient d’être signée au conseil municipal n’est qu’une petite partie du début de la réponse. De même, sur le port, l’article de Bandol-Forum semble démontrer que François Barois n’a pas pris la mesure du poumon économique que pourrait être ce formidable équipement que bien des villes nous envient. Si des choses ont été faites, on est très loin du compte, et c’est un marin avec une certaine expérience des ports qui vous le dit…

Pour revenir à ses termes de « défense de son mandat », François Barois avec son franc-parler habituel, a renvoyé une partie des problèmes à la responsabilité de chacun. Je dois dire que sur plusieurs des exemples qu’il a cité je lui donne raison. La propreté de la ville ne peut pas être que le fait de la politique du Maire. J’ai déjà parlé des propriétaires de chiens, et lui est revenu sur la gestion des ordures, notamment par les professionnels (restauration en particulier). Des aménagements ont été faits partout en ville (y compris dans ma copropriété – j’ai payé pour), dont une partie réservée aux commerces, et il faut dire que si certains ne jouent pas le jeu de faire les quelques mètres supplémentaires (ou leur personnel qu’ils doivent former à ces règles) pour utiliser ces containers, l’opposition aura beau jeu de critiquer la propreté de la ville en faisant des pages et des photos de poubelles saturées. Juste avant le passage de la benne, je vous fais les mêmes photos dans n’importe quelle ville de France et d’ailleurs. Si dans le lien que je mentionne, la première photo me choque effectivement, les suivantes me paraissent démagogiques, et j’ai en fait plus honte des individus qui ont laissé le perron de l’église dans cet état que des services municipaux. Maintenant je veux bien croire aussi que les systèmes utilisés pour karchérisés les rues ne soient pas optimisés, et laissent des souillures sur les vitrines. Chacun jugera en fonction de ce qu’il voit devant sa porte, et de ce qu’il connaît de la ville…

En revanche je trouve plus inquiétant que le Maire se défausse aussi facilement sur les usagers de la voie publique: si le stationnement pose problème, la Mairie est aussi chargée de faire respecter les règles (exemple de la cale de mise à l’eau plus haut, mais aussi des « voitures ventouses » que le Maire a tout le temps à la bouche). Les points noirs sont connus, et les moyens existent. On peut même passer par de l’éducatif avant le répressif… Et je ne suis pas rassuré non plus quand le Maire dit « vous l’avez voulu, alors ne venez pas vous plaindre » à propose de différentes mesures diversement appréciées:

– un dirigeant élu doit aussi avoir une vision, et avec ses services techniques, savoir gérer un équilibre communal, pas céder aux demandes et caprices de chacun.

– d’autant plus vrai que le Maire a tendance à n’écouter qu’une partie de la population, sa « clientèle », son électorat… Et que la ville prend vite un pli peu harmonieux ne satisfaisant souvent que les mêmes.

Deux choses m’ont encore frappé dans ce bilan: si beaucoup a été fait, je constate qu’énormément a été fait de très visible en toute fin de mandat (heureusement qu’il a bénéficié de 7 ans, car de nombreuses choses s’achèvent fort heureusement à quelques jours des élections): la mise en place de la filière recyclage des déchets électroniques, les grands travaux qui ont marqué 2007, notamment.

De même, je suis surpris par la capacité du Maire à s’approprier tout ce qui a été réalisé dans la commune sous son mandat. Curieusement, j’ai l’impression que personne d’autre n’a eu d’idées, et que tout ce qui s’est fait est dû au Maire et à son équipe. En particulier concernant le programme d’animations, je sais que quelques événements ont été proposés par des associations ou citoyens, qui les ont suggéré en Mairie. Que ces idées aient été acceptées, aient reçu un soutien me paraît louable. S’en attribuer la paternité systématique en période électorale me paraît une présentation abusive de la réalité. Si on continue comme ça, en 2014 le prochain Maire sortant pourra s’attribuer le mérite d’avoir permis l’éclosion de la démocratie locale sur Internet en favorisant l’essor des blogs, et pourquoi pas de Bandolais.fr… Je vous préviens, je revendiquerai ma part (j’ai assez pris de coups pour savoir que j’ai ouvert la voie tout seul). 😉

Je ne pourrai pas être complet, et ai raté la fin de sa présentation orale. Pour retrouver ce qui a trait au fleurissement de la ville, au débroussaillage, les plages, le tourisme, le sport, la vie scolaire et péri-scolaire, le commerce local, etc., il vous faudra lire son programme mais d’un oeil critique. Certains points sont marqués comme réalisés, mais au bout de 7 ans, sont tout juste en train d’être terminés (comme le réseau wifi du port pour ne prendre qu’un exemple assez bénin et rapide à mettre en place). Je ne sais pas ce qu’il a dit sur le commerce local, mais j’ai posé la question aux commerçants que je fréquente: la plupart n’ont vu leur Maire dans leurs murs que dans les 3 dernières semaines (je ne vous refais pas un topo sur la qualité d’écoute du Maire ou ses qualités de communiquant). Ne pas oublier non plus la partie finances. Si autant a été fait, ce n’est peut-être pas au prix du surendettement que tentent de nous faire voir certains opposants (mais en l’absence de débat contradictoire, on est bien en peine de trancher pour dire quelle est la bonne lecture). Ce qui est plus plausible, c’est que François Barois a pu se permettre ses projets et réalisations pour la ville parce qu’il l’a trouvée les caisses pleines. Ca pose plusieurs questions. Un prochain mandat aussi ambitieux de la part de qui que ce soit ne bénéficiera pas des mêmes avantages, puisqu’après autant de travaux, si l’endettement n’a pas progressé, il est probable que « l’épargne » de la ville a baissé. Comment financera-t-on? Autre question, qui s’adresse à la municipalité précédente (dans laquelle Barois et Bogi étaient adjoints): pourquoi autant d’impôts levés en amont, et sans véritables projets auxquels affecter les sommes perçues (je me suis laissé dire que les travaux du 11 novembre avaient pu être financés sans un euro d’emprunt, et ça doit quand même faire une somme)?…

Je suis incapable de vous dire si c’est suffisant, si plus aurait pu être fait. Je sais juste qu’à la lecture de son bilan, de son propre programme actuel, et en lisant celui de ses challengers, vous pourrez juger si vos priorités ont été respectées ou pas. Pour ce qui relève surtout des goûts et des couleurs, là vous saurez aussi bien que moi dire ce qui vous plaît ou non. J’attends vos critiques, mais traiter de 7 ans de bilan d’un oeil relativement extérieur est un exercice vraiment compliqué…

Je reconnais à François Barois d’avoir été un Maire actif, même s’il a plus et mieux oeuvré dans certains domaines que dans d’autres. Il me reconnaîtra d’être un électeur exigeant et qui a tenté de s’informer pour voter en conscience. Enfin si je me suis trompé, un droit de réponse est toujours possible, et vous pouvez commencer par corriger en commentaires.