Fleurissement de la voie publique à Bandol (et méthodes politiciennes)

IMG_0292.JPG
Le groupe de l’ancien Maire critiquait il y a peu les plates bandes sans fleurs du quai de Gaulle sur son blog. Je ne sais pas si François BAROIS a été entendu mais Pâques va accueillir les premiers visiteurs de la saison avec des terres-pleins qui ont retrouvé un aspect conforme à l’image d’une station balnéaire…
Il suffisait peut-être d’attendre 3 semaines pour que le calendrier des espaces verts aboutisse. C’est de bonne guerre car Christian PALIX et Marcel BOGI avaient critiqué Mr Barois avec des …/…


…/… photos et un article tout aussi démagogiques sur leur site de campagne en 2008, critiques que j’avais dénoncées car c’était de la pure manipulation des images (en l’occurrence des poubelles qui débordaient juste avant d’être ramassées, ou des ordures abandonnées sur le parvis de l’église, et qui témoignaient plus de l’incivisme des citoyens que d’un véritable laxisme de l’ancienne équipe municipale – on doit pouvoir faire les mêmes photos aujourd’hui).
C’est là que je me rends compte que mon blog va fournir dans la durée des archives intéressantes, permettant de voir l’évolution des politiques et de leurs façons de gérer le débat… Mais à l’époque comme aujourd’hui, pas sûr que ce soit la bonne foi des uns ou des autres qui soit démontrée.
En attendant, donnez votre opinion sur ce décor fraîchement planté, et profitez: « plaisir des yeux »?
Frédéric METEY
www.bandolais.fr





Article précédent : Les affiches du W.E. à Bandol

Un commentaire

  • Sans entrer dans la polémique « le goût et les couleurs », un effort a été fait avec les bordures florales… Je pense surtout aux bas-côtés à la sortie (ou l’entrée, c’est selon ) de la ville après la Peyrière qui sont bien réalisés avec une végétation locale, durable,… sympa. On sent bien que l’on arrive dans une ville… et puis avec le printemps, les parterres de fleurs sont à l’honneur, c’est de saison…
    Les tulipes sont des oignons, elles pourraient même repousser l’année prochaine, si elles étaient laissées en place, ou que les jardins étaient pensés à l’année…