Eté 2012 à Bandol. Episode 3 : été politique

Ca fait 4 jours que les plus mordus de l’actualité locale attendent que sorte le thème politique dans cette micro-série de retours sur l’été 2012 à Bandol. Assez attendu, c’est pour aujourd’hui que je liste les événements qui après filtre de ma mémoire et en fonction de ce que j’ai pu suivre, auront marqué les deux derniers mois.

L’été 2012 à Bandol : politique aussi…

Opposition et site officiel de Bandol
Sans conteste, un conseil municipal convoqué en urgence sur injonction judiciaire est un événement politique à la petite échelle de Bandol. Ceux qui auront visionné la vidéo dudit conseil que je proposais dans les liens d’hier en savent déjà beaucoup sur le sujet, mais permettez-moi d’ajouter que si la mairie lisait (je veux dire avec attention) les blogs bandolais, ce dossier n’aurait jamais eu besoin d’aller au tribunal, et de finir par un conseil municipal précipité obligatoire :

  • Voici l’article prémonitoire sur le sujet que je publiais il n’y a jamais que 3 ans, sources à l’appui, et qui terminait sarcastiquement par l’annonce de ce à quoi on vient d’assister : des frais de justice gaspillant notre argent, et un site web qui a été refondu entre temps sans intégrer ce qui aurait dû sembler une évidence à tout démocrate accompli. Comme quoi nos élus gagneraient parfois à écouter les citoyens. Ils peuvent nous donner souvent des leçons de démocratie, mais la réciproque est vraie aussi, et ça c’est plus embêtant. A croire qu’on élit vraiment n’importe qui… et à se demander si un tirage au sort ne serait finalement pas plus judicieux, ne serait-ce que parce qu’il limiterait au moins les pouvoirs (et leurs abus) dans la durée.
  • Vous pouvez lire aussi ce que dit le vainqueur du procès sur le sujet. Le blog du groupe Barois fait dans la foulée son compte-rendu de ce conseil municipal du 24 août, détaillant un peu plus cette affaire.

Tracts … et plainte auprès du procureur
Un « club de réflexion apolitique » (sic!) baptisé « Collectif de réflexion sur l’avenir de Bandol » a fait circuler deux tracts courageusement pseudonymisés sous une une adresse de forme « citoyens-bandol@etc. »
Ca vise Laetitia QUILICI, élue d’opposition au conseil municipal, responsable locale de l’UMP (et de mémoire responsable des jeunes de son parti localement du temps où il s’appelait RPR). Elle est sans doute possible et donc depuis longtemps placée à droite sur l’échiquier politique, mais ce n’est pas la gauche qui l’attaque. A Bandol, la droite se fait « courageusement » agresser… sur sa droite.
Voici ce que j’ai constaté sur le second tract (le premier ne m’a été rapporté qu’oralement – je suis preneur de l’image scannée de ce premier document si vous l’avez eu entre les mains et conservé):

  • ce tract vise Laetitia QUILICI, et sa soeur, dans leurs activités de responsables d’association sportive (Etoiles de rue), pour l’organisation d’un festival de danse sur quelques jours en juillet en différents points de Bandol.
  • il est rappelé que Laetitia est également conseillère municipale (le lien politicien est établi là).
  • Le problème? De la danse orientale sur la place de la liberté (la bien nommée). Le fait que cette place soit dans le prolongement du perron de l’église (au point qu’on l’appelle parfois abusivement – moi compris – « place de l’église ») a l’air de poser le souci d’un « choc culturel » aux auteurs du tract.
  • Le choc culturel reproché à Etoiles de rue n’avait pas soulevé telle émotion quand une danseuse indienne s’y produisait avec régularité les étés passés. Je suppose que les bouddhistes rarement maghrébins, de choc culturel il n’y avait point… On a les indignations qu’on peut. Et on joue avec les ressorts xénophobes qui fonctionnent dans l’air du temps : sinon ça ferait imprimer des tracts pour rien, d’autant que la danseuse indienne n’avait probablement aucun lien avec la politique locale. Encore que!!! La mairie a laissé faire. J’ai même vu un flutiste péruvien souffler dans le coin ces derniers étés. Si ça se trouve il est animiste, ou descendant d’une secte maya, inca ou aztèque (en tous cas Cortez et Torquemada viennent de me le confirmer par sms, des gens pas très compatibles avec un monument religieux bien de chez nous).
  • Le fait que ce festival ait produit plusieurs spectacles de danse et en plusieurs points de la ville pendant 3 ou 4 jours n’intéresse visiblement pas ce club de réflexion apolitique. Le tract appelait à donner notre avis en leur écrivant. Le mien est ici. Voilààààà!

Pour ce que je sais, une plainte a été déposée, et je félicite au passage Laetitia QUILICI et sa soeur pour l’ouverture culturelle dont elles font preuve avec leur « atelier de danse métissée ». Elles démontrent qu’on peut être de droite et avoir de l’appétit culturel, tout en manifestant que leur génération tous bords politiques confondus, est plus métissée que les générations qui la précèdent, éduquée dans la réalité d’un monde actuel, métissé et mondialisé (désolé si ça fait peur à certains au point de paralyser leurs neurones).
Je ne suis pas fan de danse, encore moins métissée ou hip-hop ni moderne, mais peux quand même concevoir l’intérêt culturel et sportif de leur association, et admirer la passion, l’engagement et le dévouement qu’il faut pour animer ce genre de structure, de projet comme leur festival, et dire bravo de contribuer aussi à l’animation que réclament tant de bandolais, durant la saison où nous sommes visités par des gens friands eux aussi d’animations.
On savait déjà que les architectes des bâtiments de France pouvaient se mêler d’urbanisme dans un périmètre entourant notre église (classée), mais il faudra visiblement en référer au « Collectif de réflexion sur l’avenir de Bandol » pour les concerts et manifestations culturelles à proximité du parvis de l’église… Mécréant, et même pas journaliste, je ne suis pas allé demander au curé de la paroisse ce qu’il pensait des concerts et autres manifestations qui sont dans le champ de vision de l’édifice où il officie. Libre à lui de le dire en commentaire, comme chacun de vous, mais attention « sujet glissant » qui verra vite se fermer les commentaires si ça part en vrille!
Les tracts me paraissent suffisamment prudents dans leur rédaction (courageux mais pas téméraires, ah qu’en termes choisis ces choses là sont dites!!!) pour éviter de subir les foudres judiciaires, mais je vous tiendrai informé des suites de cette affaire bassement politicienne et aux accents pitoyables, si j’en apprends des détails.

La politique c’est aussi ou d’abord la gestion publique, et en la matière, la mairie se fait encore et toujours attaquer sur ses chiffres.
Le Dr Joseph s’en est fait une spécialité (d’abord comme simple bandolais sur mon blog, puis comme président d’association sur le site de VVB), et si ce n’est très digeste, son effort de critique sur la gestion fait partie des exercices salutaires de la démocratie, qui bien qu’il ne soit pas élu, le range dans l’opposition active. Au moins pour réfléchir, il faut lire son démontage de l’été du discours officiel sur la gestion municipale.
Pour ceux qui veulent la version courte, il termine par un encart qui résume ainsi son analyse:

Le Maire affirme dans le dernier journal municipal de juillet-août que les dépenses de fonctionnement ont diminué en 2011. C’EST FAUX : si on tient compte des charges transférées à la Communauté de Communes de Sud Ste Baume,  elles ont augmenté de plus de 4% !

En attendant que nos élus en débattent publiquement, vous pouvez toujours en débattre ici.

Rencontres bandolaises
La campagne pour les municipales de 2014 ne devrait pas démarrer avant un an. La seule équipe qui s’est déclarée complète il y a déjà plusieurs mois et qui s’active officiellement comme liste d’alternance contre la majorité en place à Bandol, vient de passer une nouvelle vitesse après son apparition sur la scène publique et le lancement de son site: l’association du Dr Revol organise des cafés en matinée chaque jeudi sous la jolie appellation de « rencontres citoyennes bandolaises »…
Merci de ne pas confondre avec les rencontres du web bandolais, qui s’adressent aussi aux citoyens, mais sans aucun objectif de constituer aucune liste ou comité de soutien pour quiconque en 2014 (c’est expliqué là).
Ca mérite un coup de chapeau, une équipe complète et qui bat déjà le pavé, c’est inattendu à l’heure où les autres en sont à:

  • se demander comment constituer une liste de 29 volontaires… d’autant qu’il y a plus en plus de têtes de listes putatives.
  • s’interroger sur faire campagne 6 mois avant ou à 2 semaines du scrutin de mars 2014.
  • se demander avec lequel des anciens alliés avec lesquels ils se sont fâchés une ou plusieurs fois il va falloir se rabibocher, pardon, faire la paix dans une logique de coopération constructive et dans l’intérêt supérieur et bien compris de la commune…

Les stratégies et méthodes des personnes et groupes qui ressentent l’appel de la politique varient ma foi beaucoup, et l’observateur fasciné par ces questions de communication que je suis est bien infoutu de dire qui fait le bon choix pour gagner dans les urnes. Si j’ai des « exigences » que j’exprime ici en tant que citoyen, je n’ai pas de martingale à fournir à toutes ces écuries potentielles… et leur souhaite bien du courage, tout en leur rappelant que le foutage de gueule sera je l’espère sévèrement puni par l’électeur (je ne peux répondre que de mon bulletin): merci de respecter (de temps en temps) notre intelligence.

*********************************

Bref, dans le petit cirque du pouvoir local, il n’y a pas vraiment eu de trêve estivale, et le citoyen soucieux de voter utilement et en conscience sait que les mois qui viennent ne seront pas avares de casse-têtes pour démêler :

  • ce qui relève du nécessaire débat public et politique, de l’engagement et des convictions,
  • ce qui relève de la vie politicienne avec toutes ses facettes y compris les moins ragoûtantes,
  • et ce qui relève des pures passions humaines autour des égos du pouvoir et autres névroses.

F.M. – www.bandolais.fr





4 Commentaires

  • […] l’avait évoqué à la fin de l’été après un conseil municipal de Bandol convoqué dans l’urgence pour se conformer à une décis…, la place faite à l’opposition dans les organes municipaux se devait d’être […]

  • […] déjà arrivé durant ce mandat, convocation d’un conseil municipal de Bandol en plein été, période de congés, haute […]

  • Les tracts visant les soeurs Quilici sont surtout atterants dans le sens où leurs auteurs prennent les électeurs pour des imbéciles.

    J’en ai eu un des deux en mains (à priori celui que tu n’as pas). Le tract, en gros, félicitait les soeurs Quilici pour leur action en faveur du métissage et faisait le rapprochement avec les logements sociaux de la municipalité pour se réjouir d’importer à Bandol le modèle de Berhe.

    Bref, à la deuxième ligne, t’avais déja compris la manipulation.

    Et c’est ce qui me chagrine finalement le plus dans cette histoire, être pris à ce point pour un imbécile que le rédacteur du tract imagine qu’il nous convaincra plus facilement avec un tissu de conneries qu’avec des propositions argumentées.

    Cela laisse imaginer comment il se comportera une fois élu.

    Sur les permanences dans les bistrots, il me semble que Jean Paul Joseph en tient également une le dimanche matin.

    Jacques

  • Bonjour,
    a propos de ces tracts, dans ma boite aux lettres, il n’y en avait point. Il va falloir que je fasse une réclamation!
    J’ai parcouru l’un d’entre eux qu’une internaute m’a montré.
    Déjà que j’ai du mal à comprendre les choses simples, vous pensez bien que je me suis bien gardé de parler de trucs tordus, je laisse la primeur à ceux et celles qui baignent dedans!
    Comme le dit Jacques, ça laisse présager d’un avenir politique à Bandol des plus radieux!