Et si la fusion explose en vol?

Vous êtes nombreux à m’avoir posé cette question: que se passerait-il si Delaud et Sauzet élus ne s’entendaient pas en cours de mandat?…

200803132313La réponse est dans mon dernier camembert de l’autre jour, que j’ai redressé pour que cela soit plus lisible. En fait plusieurs combinaisons pourraient aboutir à une majorité viable, tout à droite, ou Delaud/Palix, Delaud/Barois, ou autres si on imagine que comme dans le dernier mandat, des dissidences surviennent.

Bref, on trouverait une situation relativement démocratique si on la compare au résultat habituel de ce mode de scrutin. Dans tous les cas, on obtiendrait une opposition beaucoup plus significative que ce qu’on a connu dans le mandat précédent. Et dans tous les cas également, l’obligation d’écouter les autres et de s’entendre pour pouvoir gérer. Comme la plupart des femmes et hommes engagés en haut de ces listes ont déjà été alliés à leurs ennemis d’aujourd’hui et réciproquement, on sait que quand ils sont obligés de se mettre d’accord, ils y parviennent. Je ne crains pas la paralysie de la ville. …/…

…/… Je note au passage que des amis et connaissances bandolais de longue date, qui votent publiquement à droite, m’avaient confié des souhaits qui paraissaient un peu irréalistes:

– une alliance Barois/Delaud qui uniraient leurs compétences (mais je pense qu’ils l’envisageaient avec un rapport de force différent entre les deux, et pour l’instant je pense qu’aucun des deux ne peut l’envisager sereinement, le temps doit faire son oeuvre).

– un poids plus important de Delaud dans l’opposition pour tout ce qu’il a apporté par son travail au sein du conseil municipal jusqu’ici.

Il n’est pas interdit de penser que la configuration ci-dessus pourrait se prêter à la réalisation de leurs voeux en cours de mandat selon l’évolution des choses et la bonne volonté des uns et des autres.





2 Commentaires

  • Fred
    Pourrais-tu dans un souci de ne rien oublier, nous faire un autre « camembert » ?
    Une présentation (dans deux tons de la même couleur par exemple) de la liste « ensemble pour Bandol » en différenciant les bandolais « plutôt pro Palix »et ceux plutôt « pro Bogi » en cas de victoire de cette liste.
    En espérant ne pas abuser de ton temps : merci d’avance

  • @ Pierre: je sens bien la pointe d’ironie de ton commentaire, mais c’est un point très sérieux que tu touches. Il y a quelques mois, j’ai su par des indiscrétions que si la fusion des têtes chez Palix et Bogi s’était bien passée, la fusion de leurs partisans avait pris un peu plus de temps à se mettre en place. Je suppose qu’aujourd’hui c’est de l’histoire ancienne, et que cette écurie nage dans le bonheur, mais pour faire ton camembert, il aurait au moins fallu que Mme Canevari présentât sa liste comme en 2001, et que je sache les poids respectifs des deux hommes. On sait que Bogi faisait 30% à lui seul en 2001, mais c’est une référence lointaine. Mais tu as raison d’en parler, et de rappeler qu’en 6 ans, les choses peuvent évoluer au sein de groupes qui sont présentés homogènes, comme elles ont évolué au sein du conseil municipal dans les 7 dernières années. Chaque groupe/liste est en effet constitué d’individus, de sensibilités, d’histoires personnelles. On sait à qui on donne le commandement aujourd’hui, mais en politique locale, et indépendamment des partis, les hommes s’entendent et se fâchent, vivent leurs relations. RV en 2014 pour le bilan de ce qui ce sera voté dimanche…