Escarmouche procédurale au bureau de vote N°1 de Bandol

Vote à BandolParfois ça fait suer de tenir un blog citoyen. Au lieu d’aller vous chercher les résultats des cantonales au bureau centralisateur de Bandol (N°1 à l’école Octave Maurel), j’aurais mieux fait de patienter chez moi pour suivre tout ça entre TV et Web, entre Twitter et VarMatin.com… Ca m’aurait évité d’être témoin (dans tous les sens du terme) d’une escarmouche procédurale, et/ou politicienne dont personne ne sort grandi:

Peu de passion en ce dimanche humide pour les résultats de cette élection partielle de notre conseiller général à Bandol.
A 19H, nous sommes 4 observateurs patientant dans le bureau de vote n°1 où 20% des résultats définitifs des divers bureaux sont déjà parvenus et affichés. Un peu désoeuvrés, la conversation se fait par phrases lâchées au bout de longs silences.
Soudain Pierre LERAT, « citoyen » comme il aime à signer ses commentaires sur les blogs mais également époux de la dissidente de la majorité Frédérique CONNAT-LERAT, meilleure ennemie de Christian PALIX maintenant qu’elle est associée à Marcel BOGI dans la contestation du Maire, Pierre LERAT donc interpelle le Dr JOSEPH qui partage ce moment d’ennui avec nous: « vous trouvez normal que le bureau centralisateur soit abandonné par le président du bureau de vote et son vice-président ?  » .

Il n’attend pas la réponse, appelle la Préfecture, et indique l’anomalie, demandant la marche à suivre: faire inscrire sur la main courante du bureau de vote cet incident, qui doit être signée par 3 témoins. Chance pour lui, nous sommes là, et observateurs scrupuleux des règles démocratiques, bien disposés à signer l’évidence, même si nous sentons la chamaillerie politicienne qui sous-tend cet émoi dudit citoyen: le président de ce bureau de vote principal n’est autre que le Maire (Mme GALVAN est vice-Présidente). La procédure électorale n’est pas respectée, même si nous convenons tous les 3 que strictement aucun trouble au bon déroulement du scrutin et de son dépouillement n’est né de cette situation: les 5 membres du personnel municipal qui sont derrière les barrières du poste centralisateur s’ennuient aussi ferme que nous, et rien ne se passe en dehors de l’arrivée de l’urne du bureau n°9 entre les mains d’agents de la Police Municipale.

Fort de la présence de ces témoins dont votre serviteur, Pierre LERAT demande la main courante pour appliquer la consigne préfectorale. Regards bien embêtés des personnels de la Mairie qui déclarent ne pas connaître la procédure et sonnent d’abord une responsable qui pourra certainement donner la suite nécessaire à sa demande dès qu’elle arrivera. Puis la tension montant, ils appellent le Maire de façon suffisamment sonore pour que nous entendions que non décidément non il n’est pas parti mais fait juste un tour des bureaux de vote voisins…

A 19H15 nous laissons le bureau avec quelques nouveaux citoyens dans la salle, pour aller dans la cour juste devant, consulter nos messages et autres tweets, bavardons au sujet du dernier joujou  techno, et finissons par voir le Maire et Mme Galvan arriver en voiture (probablement des bureaux de l’école de Bois Morin) et se garer dans la cour de l’école.

Retour au bureau n°1 en file indienne, à contrecoeur pour moi car j’avais mieux à faire que de participer à cette dispute autour d’un scrutin dont visiblement personne n’a le souci (les résultats sont déjà clairs pour ce qui a été dépouillé et affiché dans les différents bureaux, en plus d’un choix qui n’a pas passionné lors d’une élection qui n’a pas mobilisé).
Le citoyen LERAT finit par pouvoir s’adresser au Maire pour lui demander d’enregistrer l’incident sur la main courante et revient nous informer que ce ne sera pas possible: refus du Maire nous dit-il qui prétend ne pas s’être absenté de l’école et n’avoir fait que visiter les autres bureaux de l’école Octave Maurel… Ca tombe mal, car nous avons vu de nos yeux vu ce que nous avons vu. Et le refus du Maire est appuyé sur un mensonge, que Pierre LERAT a chronométré: 30mn (18H55 à 19H25). Cette fois Jean-Paul JOSEPH s’en mêle remonté par ce déni de vérité et tente de retenir le Maire pour lui expliquer que nous sommes témoins et que son refus de reconnaître et enregistrer le manquement à la procédure devient inacceptable sur la base d’un mensonge. Rien n’y fait, le Maire clôt la soirée et part entraînant tout le monde dans son sillage.

Pierre LERAT a rappelé la Préfecture pour savoir quoi faire: on lui conseille une saisine du Procureur de la République… Avant de retourner à mes occupations, je lui ai demandé la suite qu’il entendait donner à cette affaire mais n’avait pas tranché, la mesure paraissant énorme en regard de l’incident et de son absence totale de conséquence objective.

Restent un manquement bien réel et constaté par témoins à ce qu’impose la procédure de gestion dudit bureau de vote par ses Président et Vice-Présidente, un pinaillage politicien de la part du mari de celle qui est devenue l’opposante la plus active contre le Maire, le tout dégénérant dans des proportions étonnantes et qui m’ont laissé effondré: ni Mr LERAT ni Mr JOSEPH n’ont visiblement pu ramener le Maire à la raison pour l’un, ni même se faire entendre pour l’autre, avec ce qui s’appelle un gros bobard de la part du premier magistrat de la ville, par ailleurs détenteur de la qualité d’Officier de Police Judiciaire (ça fait peur).

Pour ma part je me suis senti comme les employés municipaux derrière leur barrière: le sentiment d’être pris en otage dans un truc à la base pas méchant mais monté en épingle dans un objectif de pression politicienne, qui aurait pu se régler par un enregistrement plutôt bénin et a dégénéré avec un Christian PALIX qui m’a donné une nouvelle fois l’impression de perdre son sang-froid un peu facilement.
Réclamant le respect des règles de la République, je me vois mal me dérober à ma qualité de témoin, mais franchement, je reconnais à Mr LERAT une qualité de pinaillage très supérieure à la mienne. Faut dire que nos motivations diffèrent, et que je préfèrerais voir l’opposition montrer un zèle aussi militaire dans des dossiers qui ne manquent pas dans la vie bandolaise, plutôt que sur un prétexte qui tient plus du harcèlement tactique que du motif légitime d’émotion. Mais il a peut-être eu raison par ce que cela révèle des uns et des autres.
Le Dr JOSEPH lui-même m’a semblé souhaiter voir les choses s’arrondir entre le Maire et Mr LERAT, en consatant que l’abandon de poste n’était pas définitif et que le Maire revenait sur place, mais devant la dénégation du Dr PALIX, je l’ai vu se raidir (comme moi).

Une chose est sûre: dans la tension permanente qui règne dans la vie politique (et dont il faut bien reconnaître que je participe à l’alimenter par mon observation quotidienne et publique volontiers caustique), les dérapages peuvent partir en vrille très très vite, surtout si les acteurs ont une capacité à monter dans les tours comme celle que j’ai constatée ce dimanche soir. C’est pas ça qui va réconcilier les abstentionnistes avec la politique.

F.M. – www.bandolais.fr





29 Commentaires

  • […] : Nous avions eu un « cantonalogate« , un « carrouselgate » (qui devrait faire reparler de lui début […]

  • @Fred
    Je viens de lire ton article et suis en total accord avec toi;
    Ce genre d’incident ne peut que démobiliser les électeurs et n’apporte rien à la démocratie.
    Je suis le premier à demander le respect des règles, mais en contre partie, je n’aime pas le harcèlement, la recherche du « moindre grain de sable » (j’aime bien cette expression!!) à des fins de politique politicienne.
    Il faut une opposition, elle est nécessaire, mais elle doit être constructive et non destructive et procédurière.
    Même si par la suite, M. le Maire a eu un comportement peu glorieux, l’initiateur de cet incident n’en sort pas grandi et surtout n’apporte rien de positif à la démocratie.

  • Serge,
    Ne dit-on pas que l’exemple vient d’en haut ? Alors s’il te plait, avant d’émettre ton avis sur l’initiateur, consacre-toi plutôt sur le comportement de celui qui aurait du nous épargner cet incident, car la réclamation de l’initiateur, même exagérée, est fondée sur le fait que le contraire aurait eu les mêmes conséquences!

  • Jean.
    Tout d’abord, je pense que le blog que Fred nous ,met à disposition est là pour nous permettre de donner notre avis. Donc, je donne le mien, il peut ne pas te plaire, mais c’est mon avis et je donne également mon avis sur le comportement d’en haut comme tu, le dis!!!
    Mais mon commentaire n’avait pour but de dire que cet incident ne fait pas avancer la démocratie. Ce n’est que basse manoeuvre politicienne (que je n’approuve pas)
    Cet incident a t il apporté un changement au nombre des abstentionnistes??
    Cet incident a t il influé sur le résultat des élections??
    Non, il n’avait qu’un but, mettre en difficulté le Premier Magistrat de la ville en réglant des comptes personnels. j’aurais souhaité entendre d’autres critiques plus réelles dont l’augmentation de nos impôts qui n’étaient pas justifiés, car pendant la campagne ils nous ont menti en disant que la ville était aux portes de la faillite!!!
    Mais là aller chercher la moindre erreur à des fins procéduriers, je n’approuve vraiment pas.
    Enfin, si effectivement l’exemple doit venir d’en haut, je pense aussi qu’un bon patron fait de bons ouvriers, mais qu’aussi de bons ouvriers font un bon patron.
    Tant que Fred me permettra de commenter, je serai topujours là pour dénoncer ce qui à mon avis n’est qu’une recherche permanente de la moindre erreur pour en faire une affaire d’état.

  • Ok Serge,
    Mais faire la différence entre celui qui a en charge la responsabilité dans la gestion de la Ville parce qu’il a tout fait pour l’avoir et celui qui en simple citoyen s’interroge sur des faits. J’apprécie tes commentaires, tes analyses qui donnent un éclairage différent par rapport à celui que chacun peut avoir, y compris moi-même, mais je trouve qu’en ce qui concerne l’incident relaté il aurait été préférable de minorer l’initiative de l’incitateur qui était dans son rôle. La sagesse commandait donc de passer dessus….

  • « Même si par la suite, M. le Maire a eu un comportement peu glorieux, l’initiateur de cet incident n’en sort pas grandi et surtout n’apporte rien de positif à la démocratie. »

    @ Serge Gervais.

    Qui est l’initiateur de cet évènement?
    Celui qui en est la cause ou celui qui le signale.

  • MUCH ADO ABOUT NOTHING

    QUANT AU COMPORTEMENT DU MAIRE , UNE FOIS DE PLUS PRIS EN FLAGRANT DÉLIT DE MENSONGE

  • Jean,
    Je ne vois pas pourquoi on minimiserait « l’initiative de l’incitateur » (hou c’est dur à prononcer!).
    L’exemplarité OK, mais il y a suffisamment de gros dossiers en cours à remettre en cause, sans avoir besoin, mesquinement, de « chercher la petite bête » au Maire pour des broutilles. Le Président du bureau de vote se serait appelé Tartempion, le citoyen Lerat n’aurait probablement pas été aussi pinailleur.

    Et en effet, réagir par un mensonge flagrant, est aussi une erreur, même si c’est presque un réflexe (masculin) qui commence à 7 ans devant la boite de biscuits vides et la bouche pleine, « c’est pas moi ! ».

    J’aimerais que cette énergie à couper les cheveux en 4 serve à quelque chose de plus constructif. Comme à comprendre pourquoi finir 50m2 de dallage sur le chantier des baraques prend autant de temps, ou si les digues récemment refaites vont devoir l’être à nouveau…

    Cet incident n’est à la gloire d’aucun.

  • @Christian

    En premier lieu, ce matin, je ne peux plus commenter sur ton blog, il faut une inscription et elle m’est refusée. Est-ce voulu??

    concernant l’incident, je pense que mon commentaire n’a pas été bien compris. J’ai simplement voulu dire:
    Etait il nécessaire de provoquer une tension supplémentaire dans les rapports majorité et ex-majorité passée à l’opposition??
    Pourquoi chercher « le grain de sable » pour être dans son droit de tirer sur un homme déjà à terre?
    Il est exact que sans l’absence du Maire du bureau de vote, il n’y aurait pas eu cet incident, mais il aurait pu y en avoir un autre. Mais était il nécessaire de sauter sur l’occasion???
    Tu sais dans tout acte, tout comportement, en cfherchant la petite bête, on arrive toujours à, trouver une erreur, un faute bien souvent non intentionnelle, alors lorsque cette faute ne procure aucune conséquence sur la finalité, faut-il toujours être à l’afut???
    Oui si l’on désire régler des comptes personnels!!!
    Je ne mange pas de ce pain là et surtout, celà ne fait pas de bien à la démocratie et peut être qu’à la lecture de cet incident, de nouveaux abstentionniste vont se découvrir.

  • pour qu’elles raisons valables le président de ce bureau de vote Mr le maire et la vice présidente La FAVORITE du maire ont ils quitter ensemble ce bureau ?????moi j’ai la réponse mais elle est personnelle et je le subi depuis presque 6 mois !!!!

  • Madame D.P
    Le problème n’est pas le motif de l’absence, mais l’absence.
    Je comprends votre situation, mais la vie privée des gens fussent-ils Maire ne me regarde pas et ne fait pas partie des crtitères fondamentaux pour mon choix politique. (Je n’ai pas voté pour le Maire actuel!!)
    La seule question est de savoir.
    Les motivations du citoyen dénonciateur???
    Si l’élection s’etait passée en 2010 ou 2009 aurait-il agit de la même manière???

  • Fred
    Plusieurs commentateurs se sont exprimés, qui n’étaient pas hier soir à l’école O Maurel. Témoin éloigné de la scène, ton récit correspond tout à fait à ce qui m’en a été donné de voir.
    Le président du bureau n° 1 a sans toue manqué un peu de discernement, dans le choix de sa vice-présidence, mais… la parité …parité sacrée… parité qui a des raisons que …qui est un autre débat que celui citoyen

    Sinon je ne m’étonnes pas que nos “super-citoyens” soient fatigués. En effet je trouve qu’on ne rend pas assez hommage, à nos politiques si conspués qui gardent les urnes pendant que tant les inscrits vont à la “pêche”.
    J’en profite pour rendre hommage aux volontaires qui sont restés deux dimanches bénévolement pour que surveiller le jeu démocratique, qu’ils soient élus de la majorité, hors majorité, opposition, futurs candidats ou plus humbles citoyens… C’est aussi pour çà, qu’il m’arrive de descendre au dépouillement, comme me l’a montré mon père.

    En ce qui concerne M Lerat, que Jean Sarrat et Christian Viala appellent si volontiers citoyen, quelle solidarité citoyenne elle semble parfois militante.
    Ce citoyen me parait de plus en plus singulier, je le répète !
    Au milieu de tous les spectateurs, il est le seul à remarquer que l’absence de M Palix et Mme Galvan constitue une irrégularité, et il sait quoi faire : appeler la préfecture ! Fred te rappelles tu si les président et vice-président du bureau N° 1 en sortant sont passés devant M LERAT, et si celui ci leur a déconseillé de s’absenter ?
    Fred, sinon je m’étais garé comme certains bénévoles qui ont surveillé le scrutin, en dehors de l’école. M Lerat lui fait parti des citoyens qui garent leur grosse voiture allemande au milieu de la cour, … comme quoi il y a “Citoyen” et … “citoyen”.

  • Les points sur les « i »:
    Certes je milite pour le respect des règles, surtout si elles servent à quelque chose.
    Quand je milite pour une règle anti-cumul, j’en espère une vraie amélioration.

    Quand au bout d’une journée chiante à souhait à tenir un bureau qui n’a pas vu la moitié de ses inscrits, et décompte fini, bureau de vote morne à souhait aussi, dans une élection sans enjeu ni envie et qui ne le concerne même pas directement, dont les premiers dépouillements confirment par un écart (qui ne sera jamais remis en cause par un tribunal) la victoire du leader, il y ait eu un tout petit peu de relâchement et que le Maire et sa vice-présidente aient laissé le bureau aux mains de 5 personnes salariées par la Mairie et deux pelés dans l’assistance ne m’avait pas choqué hier soir, et ne me perturbe pas non plus aujourd’hui.
    Mr LERAT était dans son droit de faire appliquer le code électoral, et je ne peux pas prôner l’exemplarité et lui refuser ma qualité de témoin. Si j’avais été un citoyen lambda (sans notoriété aucune), je lui aurais probablement dit que les pratiques sodomites des diptères* n’étaient pas ma tasse thé avant de tourner les talons, alors que là, j’ai dû me contenter de lui faire remarquer qu’il n’y avait manifestement aucun trouble lié à la situation (et qu’on n’en prévoyait strictement aucun).

    Il avait le droit de faire cette main courante. Moyennant quoi le Dr Joseph et moi-même nous sommes trouvés instrumentalisés dans ce que j’appelle une guérilla psychologique qui a fort bien porté ses fruits.
    Malheureusement, si le Maire avait accepté la main courante, l’incident aurait fait « Pschitttt », selon le mot resté célèbre d’un ancien Président. Car que croyez-vous qu’il se serait passé ensuite…? Rien.
    Malheureusement sous la pression de cette guérilla, qui use son point faible (caractère turboalimenté?), le Maire n’a pas eu la réaction adéquate, et s’est fait piéger.

    Mais comme le font remarquer certains commentateurs, cette pratique de la politique qui a pour but de faire craquer l’adversaire plutôt que de le combattre sur le fond ne sert pas la politique mais juste les politiciens. Et c’est bien pour ça que je regrette de ne pas être resté chez moi hier soir pour ne pas être pris au milieu de cette carambouille.

    Quand les règles et leur respect n’ont pas d’incidence sur une situation, quand il n’est pas question de principes fondamentaux ou des règles qui permettent de coexister en bonne intelligence, j’avoue que que je suis beaucoup moins casse-bonbons que ce que je montre habituellement sur mon blog. Attachez-vous aux règles qui servent. Et s’il y a un scrutin tendu, avec enjeu communal, risque de bourrage d’urnes, etc., je vous garantis que le Président ou son VIce-Président seront dans le bureau jusqu’à la fin, et qu’il y aura 100 personnes autour.

  • @ fred
    Ton comportement est un comportement de citoyen, j’aurais été à ta place, je ne pouvais faire autrement que de servir de témoin et je te comprends lorsque tu dits  » si j’aurais su j’aurais pas venu!!! »

    concernant M. Lerat, je regrette, qu’il ne vienne pas sur le blog pour’ nous donner ses motivations.
    lorsque l’on est un bon citoyen et que l’on regarde tout, on doit être exemplaire soi même.
    Je ne serais pas bien dans ma peau Président d’une association qui reçoit des subventions de la Mairie alors que mon épouse est conseillère municipale et vote ces subventions.
    Après chacun agit comme il l’entend, mais une fois de plus, ce genre de comportement n’apporte rien à la démocratie et fait fuir les électeurs.

  • @ Pierre OLIVIER, Monsieur Pierre OLIVIER,
    Je précise que dans la première partie de mes commentaires je reprenais le terme « initiateur »et que dans la deuxième « citoyen était utilisé en lieu et place d’Administré, de Contribuable etc…
    Je crois encore une fois, et pourtant nous en avions parlé, que tu (vous) analyses (analysez)mal ce que je dis qui, entre parenthèses, n’a rien de singulier.
    D’autre part, en « Ancien Combattant de la Politique Locale » ( je plaisante!), je suis en mesure de signaler que des élections ont connu le risque d’être annulées parce qu’il manquait la lampe de secours et que son fonctionnement n’avait pu être vérifié en cas de panne d’électricité (je suis sérieux). De plus la présence du Président et du Vice Président d’un bureau de vote est obligatoire.

  • @ Serge
    le comité éthique proposé dans la charte Anticor pour les collectivités territoriales permettrait par exemple d’empêcher que Mme CONNAT-LERAT puisse participer au vote de la subvention concernant l’association que son mari préside.

    C’est un conflit d’intérêts.

    Et la charte règle le problème en permettant à l’association en question de percevoir ses subventions légitimes sans soupçons liés à ce conflit d’intérêt. Et Mme CONNAT-LERAT peut siéger normalement pour toutes les autres délibérations.
    http://www.bandolais.fr/2011/03/une-charte-ethique-pour-bandol.html

    Je sens qu’on progresse. Il y a des notions qui se digèrent mieux par l’exemple. 😉

  • @fred
    OK tu marques un but, mais je vais vite égaliser lol
    C’est très bien d’en arriver là grace à la charte, mais c’est encore mieux pour l’éthique d’abandomner de son ^propre chef une Présidence d’Association lorsqu’un membre de sa famille est propulsé aux intêrtes de la commune

  • Le mélange des conneries est toujours détonnant.

    Un président de bureau de vote quitte le bureau de vote avec sa vice présidente.

    Une belle ame, concernée par l’histoire, viendra parler d’une favorite.

    Ce qui permet de comprendre le mensonge du président. Ce n’est peut être pas d’avoir quitté le bureau de vote qui lui a posé un problème, c’est de l’avoir fait avec la vice présidente. Ce en quoi il a eu raison, vu les propos de sons épouse.

    Bref, on parle de rien.

    Signaler un fait qui n’a pas de conséquence n’a pas d’intérêt.
    Témoigner de ce que l’on a vu est une obligation, même si c’est futile.
    Voter une subvention à son mari est une prise illégale d’intérêt.

    En tout cas, je ne crois pas que cette histoire soit l’évenement marquant de la journée d’hier.

    Jacques

    —————————-
    NDLR: c’est parce que P. Lerat a montré une certaine constance dans sa volonté d’aller au bout de cet incident que j’ai souhaité en faire un article. Vu l’utilisation probable qui en serait faite, je me suis fait confiance à moi-même pour être le premier à traiter la question et donner un point de vue le plus complet et honnête possible avant que ne sortent des versions éventuellement plus orientées.
    Ca stoppera peut-être l’histoire de ce pitoyable épilogue d’une journée plutôt triste. Mais je t’avoue qu’en plus, et considérant l’heure à laquelle j’ai pu aller dormir, je me serai volontiers épargné cette rédaction sur une fait qui n’aura pas de conséquences on l’espère (n’en aurait-il pas eu sans mon article? J’ai pris le risque).

    NDLR2: Jacques, le conflit d’intérêt est possible au niveau du couple LERAT, mais dans ce cas précis il s’agit d’une élue d’un conseil municipal votant une subvention à l’association présidée par son mari, pas à son mari… La prise illégale d’intérêt ne s’appliquerait donc probablement pas (faire valider par un juriste).

  • En réponse au NDLR2…

    « Voter une subvention à son mari est une prise illégale d’intérêt » : la cour de Cassation a donné une explication de sa propre jurisprudence qui confirme cette position :

    http://www.courdecassation.fr/publications_cour_26/rapport_annuel_36/rapport_1999_91/etudes_documents_93/xavier_samuel_5798.html

    Maintenant, je ne faisais que rapporter un principe général (au même titre que les deux autres que je citais, d’ailleurs).

    Je ne connais strictement rien du cas particulier de l’association présidée par le mari de Madame Connat Lerat. Ce n’est d’ailleurs qu’aujourd’hui, à la lecture de ce fil, que j’ai fait le lien entre Madame Connat Lerat et Pierre Lerat citoyen, dont je suivait pourtant les péripéties respectives.

    Je serais donc bien incapable de dire si le principe cité s’applique à eux. S’ils l’ont compris ainsi, je le regrette et les prie de bien vouloir m’en excuser.

    Ce qui ne m’empèche pas, pour autant, de confirmer le principe juridique et de partager l’idée qu’il me semble sage de voir une élue se retirer d’une délibération qui présente un intérêt pour un membre de sa famille ou un ami proche.

    Mais bon, encore une fois, je ne pense pas, et c’est surtout cela que je disais, que cette histoire ne soit l’info du jour.

    Jacques

  • Pierre LERAT (CITOYEN)

    @ Pierre Olivier,
    Bien que l’étroitesse de votre esprit n’ait d’égale que la bassesse de vos remarques,
    Je vous signale que si mon véhicule, même si le modèle semble ne pas vous convenir était garé à l’intérieur de la cour et en stationnement autorisé, c’est que je n’étais pas présent en tant qu’observateur, mais comme scrutateur au dépouillement d’un des bureaux, en bon citoyen.
    A quoi sert-il d’observer selon vous ? être présent pour être présent le regard hagard ?

  • Pierre LERAT (CITOYEN)

    @ Monsieur Gervais,

    Vos commentaires montrent que mon refus de vous intégrer au sein du comité directeur de notre association et pour de bonnes raisons, vous a frustré. Visiblement en termes de règlement de compte personnel vous êtes bien plus qualifié que moi. Que vous cherchiez à me nuire est une chose, mais ne mélangez pas tout. Comme certains sur cette page, vous parlez sans savoir et ainsi vous vous exposez, c’est dommage.

    Je suis bien mieux dans ma peau, que dans la vôtre.

    Pour terminer il n’y a vraiment pas grand-chose à retirer, sauf rares exceptions des différents commentaires sur ce sujet. c’est navrant de stérilité, de mensonges, voir mêmes de bêtise, à tel point que dans l’état, je ne perdrai certainement plus mon temps à y répondre.

  • Pierre LERAT en nous expliquant qu’il était scrutateur d’un des bureaux apporte une justification supplémentaire à son attitude: il était impliqué dans la bonne gestion logistique de ce scrutin, ce qui légitime un peu plus encore son droit à agir, déjà établi.

    Pour autant, si une personne neutre avait fait cette observation, et pas le mari d’une farouche opposante au Maire, je suis convaincu que devant la réalité de la situation, la réaction aurait été différente, et gérée de façon intelligente et parfaitement acceptable: s’assurer que le bureau restait sous la surveillance de plusieurs personnes et avec un équilibre assurant une certaine neutralité, en attendant le retour du Président du bureau, qu’on appelle par téléphone pour lui demander de remédier rapidement à l’anomalie de la situation via le retour de l’un des deux absents.
    Selon moi, c’est bien l’antagonisme politique qui a conduit à la montée de la mayonnaise.

  • Monsieur P.Lerat

    Vous portez à mon égard des accusations graves, car je n’ai rien demandé.
    Je tiens à préciser que c’est vous qui avez demandé mon numéro de téléphone à une personne du Souvenir français et m’avez contacté pour en devenir le secrétaire.
    Je n’avez rien demandé!!! J’ai plus de 40 ans de bénévolat et c’est par amitié envers l’ancien Président Max Moutte que j’aurais accepté votre proposition.
    Depuis ,cet entretien téléphonique, plus rien, vous n’avez même pas eu la politesse d’expliquer votre revirement de situation, dicté par qui????
    Je serais curieux de connaitre les bonnes raisons qui vous ont été dictées, car vous ne me connaissez pas!!! Dans votre cas, j’aurais rencontré la personne concernée et lui aurais communiqué mon refus!!!!
    Je tiens à signaler tout de même que vous êtes plus apte à cracher votre venin et mentir qu’à répondre à la question que j’avais posée: Quelles étaient vos motivations et auraient elles été les mêmes en 2009 ou 2010???
    Croyez moi, je suis très bien dans ma peau et heureux aujourd’hui de ne pas être dans une association avec un Président tel que vous.
    La fin de votre commentaire est bien rédigé, car il annonce que vous ne perdrez plus votre temps à répondre; belle pirouette!!!

  • Tristes échanges à défaut de débats…
    Un fait a été relaté, il est ce qu’il est….et l’administrateur de ce blog a fait son boulot « d’informateur » ….
    Deux mis en cause se sont « expliqué »… on aurait souhaité avoir la version du troisième…

    Est-il bien utile de poursuivre ce genre « d’interventions » qui nous ramènent soit à une cour de récréation (maternelle ou primaire « mdame y m’a fait ceci, mdame c’est pas vrai »…) soit à Cloche-merle à défaut de Pépone et Don Camillo (car là au moins on pouvait rire).

    Je suggère tout simplement à l’administrateur de ce blog de clore le sujet… dans l’intérêt de tous. La vie locale a d’autres sujets concrets plus importants, et notamment la réunion sur le PLU jeudi soir…. ou le débat sur l’aménagement du front de mer…ou sur le Casino…. et pas seulement en critiques… mais en propositions CONCRETES (et là c’est autre chose semble-t-il)

  • @ Prinz Karl:

    je suis vos interventions avec intérêt malgré l’utilisation d’un pseudo, notamment pour leur qualité, qui me semble participer à l’élévation de notre moyenne à tous jusqu’ici, et je partage à peu près votre analyse ci-dessus.
    Cependant, les dernières péripéties autour de cette affaire vont forcément entraîner des suites, auxquelles je ne me soustrairais pas: ce blog est aussi là pour servir de révélateur, et permet à chacun de mesurer le niveau où se placent les gens, en particulier ceux qui se proposent pour gérer notre bien commun: Bandol.

    Les débats de fond m’intéressent comme vous, et comme je publie assez volontiers les contributions des uns ou des autres (à la condition de signer sous leur nom), j’espère que certains bandolais pourront couvrir le sujet P.L.U. (et d’autres) que mon agenda ne me garantis pas de pouvoir traiter ce jeudi.

    Mais comme j’attache de l’importance à la qualité des hommes (et des femmes) et à la forme avec laquelle ils font les choses quand ils entendent nous représenter ou nous diriger, ce sujet semble (hélas) n’avoir pas fini de nous instruire.

    L’un n’empêche pas l’autre: le Cantonalogate n’empêche pas le P.L.U..

  • A Pierre LERAT
    Le problème, quand on a beaucoup de casquettes, et de se présenter sous la bonne. Ah le Cumul …! ah la rigueur ….
    Merci de vous être expliqué : LERAT citoyen était annoncé et non LERAT scrutateur, d’où ma logique méprise. De plus, vous n’apparaissez sur les photos d’aucun bureau de vote que votre ami Viala a pris dimanche (vous devriez lui demander d’élargir les plans ; personne ne doute qu’il vous obéira)
    Je n’ai beasoin d’aucun conseil pour ne pas épiloguer pas sur votre ton (il suffit à lui même)

    A Jean Sarrat
    Je ne doute pas que les combats auxquels tu as assisté ! et participé ? n’aient pas toujours été à la hauteur de ce que pouvez en attendre les Citoyens.

    Au Prince Charles
    Les grands airs s’accommodent mal du masque de l’anonymat.
    Pour autant, ci-devant Karl, je vous encourage à participer au débat républicain, tant vous faites figure de «premier de la classe» au milieu des Commentateurs de la Politique Locale 😆

  • @ tous vos brillants commentateurs

    Quelqu’un pourrait-il m’éclairer sur l’influence de la culture du choux de Bruxelles sur les pentes du popocate peh dans l’économie Brésilienne ?

  • Le choux de Bruxelles lorsqu’il est semé graine inversée
    Après de longs mois, et en pleine maturité
    Offre à ceux qui s’en donnent la peine
    Ce qui il y a de plus beau chez les Brésiliennes
    Point n’est besoin, à l’envers, de le planter
    JAMES, je parle du choux, vous me l’accordez.

  • Désolé, au lieu de clore le sujet, on est reparti pour un tour là:
    http://www.bandolais.fr/2011/03/lecture-commentee-de-bandol-en-action.html

    Au fait ne ratez pas la vidéo en fin d’article: les statistiques de visionnage sont ridicules par rapport à celles de lecture de l’article: vous perdriez quelque chose…