Entre prudence et immobilisme: quelle gestion du calendrier?

Un mois après l’élection municipale, je me suis déjà rappelé au souvenir de notre personnel politique local. Profiter de l’énergie insufflée par la victoire, rappeler notre vigilance citoyenne, souligner que les dossiers mineurs ne sont pas à négliger, etc., c’est tout ce que je me sens capable d’avoir comme petit effet mineur de l’extérieur en ce moment avec mon blog. Rôle présomptueux si j’écoute certaines critiques, mais je ne fais qu’écrire ce que j’entends de la part des bandolais (qui continuent à me parler), qui comme moi ont profité des dernières élections municipales pour s’intéresser pour de bon à la vie locale, en sachant que ce que nous discutons ici n’est pas totalement négligé par nos politiques.
Mais il est évident que la gestion du calendrier n’est pas simple. Après l’annulation des concerts « M6 Live » admise par toutes les listes présentes aux élections, il reste peu de temps pour préparer un planning d’animation pour la saison. Et puis la prise en main des dossiers ne doit pas être gagnée, même pour ceux qui comme Marcel Bogi ont déjà fréquenté les couloirs de la Mairie de Bandol dans le passé, la ville ayant subi pas mal d’évolutions en 7 ans, tout comme le cadre réglementaire qui n’a cessé de changer…
Pour autant il faut se méfier de quelques écueils: …/…


…/…
– à vouloir rompre avec le style Barois, et à vouloir établir un consensus au sein de l’équipe majoritaire (nombreuse), on risque un immobilisme dû à un excès de concertation, une recherche exagérée de l’adhésion de l’équipe politique. Les leaders doivent trancher quand nécessaire.
– la conséquence directe est une maladie de toutes les administrations et également de beaucoup d’entreprises dès qu’une certaine taille est atteinte: la « réunionnite aiguë ». Des échos me disent qu’elle sévit actuellement. Difficile de dire où commence l’excès car il faut bien que chacun soit mis au courant de tout ce qui peut le concerner, l’impacter dans son action. Mais je crains qu’il faille mettre en garde les nouveaux venus contre cette dérive, même compréhensible.
– enfin, à trop vouloir « assurer » toutes les décisions, et à attendre des résultats d’audit dans tous les dossiers, on risque par excès de prudence de gâcher les premiers mois et années du mandat municipal en arrêtant toute action structurante pendant un très long début de mandat.
L’équilibre n’est certainement pas simple à trouver. Et les observateurs sont un peu démunis pour se faire une idée précise.
Pour nous aider à comprendre ce qui se fait et ce qui se réfléchit, il serait appréciable que la Mairie communique: sans tomber dans le sarkozysme ultra-communiquant (qu’on aime ou pas), une règle de management, et de communication, c’est de faire ce qu’on dit et de dire ce qu’on fait (tenir les promesses et expliquer le pourquoi des choses). Le site municipal gagnerait à rapidement s’enrichir d’outils nous permettant de suivre (et comprendre) la démarche de l’équipe Palix (qui prévoit au passage le recyclage de son site de campagne – à cette fin?).
D’autre part je me suis laissé dire que le Maire et son premier adjoint (en particulier) faisaient l’objet d’un véritable siège de la part de nombreux bandolais venus présenter leurs demandes, leurs doléances, leurs souhaits. Je ne connais pas les réponses qui y sont apportées, mais je sais qu’un temps précieux pour ces décideurs qui ont en mains le futur à court et moyen terme de Bandol est gâché sur des problèmes mineurs, en freinant leur installation, leur action, leur maîtrise des dossiers. Il serait bon que chaque bandolais qui envisage de les solliciter se demande au préalable si un RV maintenant est effectivement l’urgence qui justifie de monopoliser un temps peut-être plus précieux dans cette phase du mandat de Maire que dans un avenir un peu plus réglé. Et peut-être faut-il aussi que la nouvelle équipe fasse savoir qu’il n’y a pas de clientélisme possible, que les décisions ne sont prises que dans l’intérêt général… Ca pourrait calmer certains comportements: heureusement, si j’assimile certaines demandes clientélistes à une forme d’incivilité, celles-ci n’ont cependant presque aucune chance de finir sous forme de photos dans mon album consacré à ce travers humain… Tout ne se prête pas à un cliché.





15 Commentaires

  • @ Fred
    Pour les éventuels clients de la nouvelle municipilaté, comme tu l’évoques : je rappelerais simplement que la liste conduite par le Dr Palix et M. Bogi a eu la majorité absolue dans une élection triangulaire et plus de 900 voix d’avance sur celle du maire sortant . Autrement dit, cet avantage majeur montre à quiconque qu’en aucun cas il peut revendiquer un rôle déterminant dans la victoire. Ce n’est pas Pierre ou …Paul qui peuvent revendiquer la victoire mais Christian et Marcel, et ceux qui se sont engagés à leur côté en ayant notamment le courage de figurer sur leur liste. La victoire d’ensemble pour Bandol doit aussi beaucoup à la défaite de l’équipe sortante, non pas tant sur sa campagne que sur le bilan humain de son septennat.
    Je me félicite du début de régularisation de dossiers de bandolais spoliés par le systéme de M Barois et de son administration et comprend l’impatience de ceux qui aimeraient voir les injustices précédentes être corrigées plus vite et definitivement.
    Pour les sollicitations des élus, j’ai noté que Serge avait déjà rencontré Mme Redercher Logeais, de même, si j’en crois nos amis de la place de l’église, que d’éminents blogeurs bandolais,…. Moi qui m’interesse au sport et suis loin de ne pas être concerné par le « pôle petite enfance », attendrais encore un peu !
    Je suis d’accord avec ta réflexion sur les doléances. La, et les choses publiques, ne doivent pas être considérées comme des « biens de consommation courante » dont l’électeur remplirait son chariot. De même, un blog citoyen ne doit pas être un site d’e.commerce où l’internaute a une demande / remarque par jour . Un début de mandat n’est pas une ouverture d’épicerie si « branchée » soit elle, au réel comme au virtuel !
    Encore d’accord sur ta pensée sur la réunionite, et les dangers d’un excés de concertation. Pas question non plus que l’emploi des outils modernes soit envisagé dans la lignée d’une démocratie par Minitel à la F Lalanne. Aux blogs aussi d’être des aiguillons pour faire avancer les choses sans être des « mouches du coche »
    S’il ne faut pas être parfois présomptueux, « un peu » d’egocentrisme (ou nombrilisme) est nécessaire pour se lancer dans un blog , dans un discours politique ou a fortiori dans une carrière municipale
    A Serge
    Comme lors de ma premiére intervention sur ce blog, il y a des discours « douteux » qui me crispent, mais leurs complément du lendemain me dérident vite ! :smile :
    A Jean Pierre et .
    Que doit faire le « pot de terre » contre le « pot de fer » ?( plus d’un bandolais s’est posé la question ces derniéres années) ! Je pense qu’avant de disserter sur la dignité ou pas du « pot de terre » il convient d’examiner l’indignité du « pot de fer »

  • @ Pierre
    On examine, on examine, puisque nous n’avons pas de décision à prendre, nous ! Bon, pour l’instant le sujet est très (trop ?) calme… En somme nous devons être dans la même expectative, vivement que les choses sérieuses commencent ! Bandol en a grandement besoin !
    Ah, au fait, un copier/collé suffit, décrispe-toi Pierre 😆

  • @ Pierre: ne pas confondre la liste des RV en Mairie pour laquelle on fait la queue, et les rencontres fortuites en ville. Pour ma part j’ai pour l’instant estimé qu’aucun des trucs que j’avais à voir avec l’équipe municipale ne mérite un RV: ce n’est pas pour autant que je m’interdis de parler avec Sylvie Logeais ou quiconque de ses colistiers ou leaders si je les croise et qu’ils se montrent ouverts et disponibles. Pour ce qui est de Serge, sauf erreur (il te répondra mieux lui-même dès qu’il sera de retour j’imagine, je crois que leur rencontre venait d’une volonté commune: il propose son aide et elle doit chercher des bonnes volontés)…
    Mon article était surtout là pour rappeler que sans infos nous savons peu sur ce qui se passe, et que la communication par l’équipe municipale permettra de mieux comprendre et adhérer à leur action… Un vieux dicton explique qu’il n’y a pas plus impatient que celui qui ne sait pas pourquoi il attend. Les bandolais sont en attente, et sont certainement disposés à patienter si on leur explique comment se passent les choses.

  • Ouf !
    Depuis plusieurs jours, je voyais vos messages, mais ne les lisais pas de peur d’avoir à répondre à des polémiques stériles dont on semblait prendre le chemin ! J’en ai eventuellement le goût mais pas le temps !
    Je n’ai aucun pouvoir décisionnel (je suis un bandolais qui a donné son avis à qui voulait, que certains ont accepté d’entendre et visiblement parfois écouter – pas toujours d’ailleurs, et c’est normal : si on veut que son point de vue prime, on prend ses responsabilités et on se présente aux suffrages de ces concitoyens comme toi Jean Pierre ou comme tu as failli le faire Serge ) . Mais je suis « toujours » , dans la mesure de mon emploi du temps et du vôtre, passioné de participer à ces échanges tant qu’ils restent dans une visée productive et positive.
    Je constate, avec un réel bonheur que c’est au delà de nos divergences, un désir partagé
    N B quand Serge dis « je ne suis pas sectaire je discute avec les élus » mais conteste leur électeur je pense qu’il commet la même erreur que son chef de file : je participerai j’espere à la prochaine reunion des blogeurs mais pourquoi la mairie n’organiserait elle pas des réunions ou autoriserait des conferencessur les blogs citoyens, lors desquelles elle pourrait donner son avis et écouter ceux des autres !

  • a fred .
    plusieurs internautes qui sont des lecteurs de ton site – te juge tres opportuniste et un pretentieux illétré venu de Paris donné des lecons.
    ils constatent avec la lecture de tes ecrits que tu es une personne qui voudrait donner des lecons de civisme par tes commentaires a ceux qui utilisent ton site.
    hélas tu es dans ce contexte sans connaissances du passé communal et beaucoup de personnes que je rencontre te juge comme un gauchiste de l’internet qui dilue des commantaires dictés par des politiciens .
    tu vas me repondre que c’est faux en oubliant que je te rapporte que ce que j’entends –
    me concernant par sympathie tu devrais modérer tes propos et je ne suis pas seul a penser celà.
    amities Max

  • Après une semaine entre « morilles et farios », j’avais pas mal d’articles et de commentaires à lire à mon retour sans oublier les 87 messages qui m’étaient adressés.
    @Fred, en réponse au commentaire de Max, pour ma part, je trouve tes articles sincères et souhaite que tu continues ainsi. je préfère quelqu’un qui exprime son idée, même si elle peut choquer, plutôt qu’une personne qui modère sa pensée et qui devient difficile à cerner.
    @Pierre Je ne conteste pas les électeurs de l’équipe municipale, ils ont je l’espère voté en leur âme et conscience, je ne vois pas dans mes écrits ce qui peut te faire penser à une telle chose. Le seul point que j’ai pu dire est que lorsque l’on est dans la majorité (il me semble que tu en fais partie), il faut accepter les mêmes critiques que celles que tu pouvais proférer lorsque tu étais dans l’opposition!! Pour ma part, militant à l’UMP, je suis souvent interpelé sur la politique de N.Sarkozy et je trouve celà tout à fait normal (Je viens de passer une semaine dans un village à majorité communiste, j’ai eu ma dose!!). Si tu as critiqué une attitude, il ne faut surtout pas à ton tour avoir la même.
    En réponse à vos questions sur mon entrevue avec Mme S.Logeais, c’est après l’avoir invitée en tant qu’adjointe aux sports au championnat du Var féminin de pétanque du 8 Mai, qu’elle a pris contact avec moi et avons décidé d’un rendez-vous pour faire connaissance et envisager à travers les boules ce que nous pourrions organiser en commun pour les Bandolais. Cet entretien a été pour moi positif et j’ai trouvé une élue qui a envie de faire bouger le sport à Bandol.
    A+ Serge

  • @Fred,Pierre et Cie
    Pourquoi être pressés? Quoi de plus normal que de prendre connaissance des dossiers en cours. Quoi de plus normal que de recevoir les administrés qui ont des demandes, remarques ou doléances à exposer ( Aux élus de faire le tri de ce qui est légitime). L’élection vient tout juste de se terminer, les délégations ont été attribuées il y a moins d’un mois. Laissons l’équipe élue avec la majorité absolue s’installer, et prendre ses premières décisions. Ils sont élus pour 6 ans et nous ont fait certaines promesses durant la campagne électorale, mais ne nous ont pas promis de les réaliser le lendemain de l’élection. Laissons les travailler et s’ils ne respectent pas leurs engagements, alors nous seront présents pour dénoncer ces dérives.
    N’oubliez pas le 8 mai, vous pouvez faire d’une pierre deux coups. Il y aura la cérémonie aux monuments aux morts en mémoire à nos morts de 1939-1945 et juste à côté, il y aura de charmantes dames qui se disputerons le championnat du Var de pétanque.
    A+ Serge

  • @ Serge: ce n’est pas qu’on soit pressé. Encore une fois il s’agit de profiter de la dynamique de la victoire, de l’alternance.
    Pendant les élections, l’équipe Palix m’avait affirmé que la déception serait immense en cas d’échec, en regard des mois de travail et de préparation. C’est le résultat de ce travail préparatoire qui doit pouvoir déboucher sur des mesures assez rapidement mises en place, significatives, montrant l’activité, le style, les symboles et les idées de la nouvelle équipe. L’alternance ne peut pas signifier de longues périodes d’attentisme ou l’énergie n’est plus exploitée. Un début de mandat doit bien sûr comporter une partie d’études de dossiers, mais ce doit aussi être la mise en place d’un axe, l’amorce d’une direction, la préparation de l’empreinte…
    Ceci exprimé, je suis bien certain qu’à la Mairie on travaille, mais aujourd’hui le citoyen impliqué est curieux, et souhaite savoir ce qui se passe, ce qui se fait. On est en fait très proche d’un problème de communication. Partout en France, il devient clair qu’un changement intervient dans la relation au politique, et les acteurs de la politique locale doivent intégrer cette dimension de communication, de dialogue permanent.

  • serge
    ton conseil de dire a fred de continuer ses critiques personnellement ne me derange pas seulement – je prefere la MODERATION ; je te rappelle pour memoire que – l’honneteté et les paroles – ne sont pas payante – tu as été évincé de ta fonction de vice president d’un comité par le president d’honneur d’un detournement financier de ce comité patriotique – tu apportes actuellement a ces personnages qui n’ont pas le respect de l’honneteté et soutiennent des malversations – patriotiques et culturelles (exposition electorale (RAVAISOU)- je ne comprends pas du tout ta demarche sur ce point – par contre j’approuve entierement ta démarche aupres de l’adjointe aux sports car c’est pour une action communale.
    ta démarche – ou elle se situe – OU- elle fondée sur la politique nationale d’un parti OU sur la prosperité de la commune par ses élus – je n’ai pas besoin de reponse – je te connais comme une personne integre cela me suffit – un conseil amical choisi le bien etre communal –
    j’approuverai tes actions -cordiales amitiés MAX

  • @Max
    Concernant mon éviction du titre de vice président du Souvenir Français, j’ai compris que ma franchise et ma personnalité génaient, et pas que le Président. J’ai eu une discussion avec la responsable de l’ouest Var et lui ai fait part de mes sentiments (faisant partie du complot, elle n’a pas beaucoup apprécié!!). Je n’ai pas besoin de titre ou de mandat pour donner de ma personne et de mon temps, et je ne m’étais présenté à la présidence du Souvenir Français que sur ta demande.
    Concernant la politique, je suis à la fois au service du parti que j’ai choisi et qui correspond à mes idées pour l’avenir de la France, mais je peux aussi mettre mes compétences associatives et sportives à la disposition des élus Bandolais (Quels qu’ils soient!!). Je ne pense pas que les deux soient contradictoires!!!
    A+ Serge

  • @ Max Moutte: Réponse à ton commentaire du 1er mai à 21H34
    D’abord merci de me fournir cet écho sur la perception de mon blog (et de son auteur).
    C’est une partie de l’opinion me concernant, et concernant ce blog, cela me paraît normal, mais je ne sais pas quels propos modérer: à quoi fait-on référence?
    – me juger opportuniste me fait rire. Opportunité de quoi? Qu’est-ce que cela me fait gagner concrètement qui puisse faire penser que ce blog est une démarche opportuniste?
    – prétentieux: c’est une critique classique contre les auteurs de blog, et il y a forcément un fond de vérité dans cette critique de narcissisme. Mais je pense que c’est beaucoup moins prétentieux de tenir un blog (fût-il citoyen et donneur de leçons), que de prétendre succéder à un prédecesseur politique en promettant de faire mieux que lui… Si j’étais à ce point prétentieux, je serai candidat à un mandat politique.
    – illettré: pourquoi cette critique? Les anomalies orthographiques sont tolérées sur les blogs, où l’on écrit un peu toujours dans le feu de la pensée. Mes billets manquent-ils de référence, notamment littéraire? Illettré, c’est dur.
    – venu de Paris?… Ca fait 5 ans que je suis basé ici maintenant. J’ai au passage détaillé les raisons de mon installation à Bandol dans une page explicative de ce blog dès l’ouverture. Certains bandolais me reconnaissent la qualité de bandolais. D’autres pas, mais ma méconnaissance relative du passé de Bandol (que je fréquente depuis 1980) est-elle une bonne raison? Je vis, travaille et m’implique ici au quotidien depuis longtemps, avec la majorité de mes clients en ville. Et mon blog a fait beaucoup pour recréer du lien entre beaucoup d’habitants.
    – donner des leçons? Si j’étais engagé en politique, on me dirait militant. Parce que je ne me présente pas à une élection, on dit comme un reproche que je donne des leçons? Je donne mon avis, comme j’entends plein de gens le faire, dans les cafés, en terrasse, sur les quais du port. Je le fais en public, et avec une certaine audience, c’est la seule différence, mais c’est celle-là qui est insupportable pour ceux qui me jugent donneur de leçons. Peut-être parce qu’il est « légitime » (dans les usages) d’agresser un adversaire politique, et beaucoup plus risqué de s’en prendre à quelqu’un qui se déclare simple citoyen et non aligné politiquement. Je veux bien que cela paraisse déloyal aux acteurs politiques, mais je rappelle que je n’ai rien à gagner dans ce « combat », contrairement à ceux que je dérange… Et enfin, pour la Nième fois, je rappelle que mes propos sont infiniment plus modérés que tout ce que j’entends dans les conversations privées. Je peux assurer tes amis critiques envers moi que je fais déjà d’énormes efforts de modération.
    – des leçons de civisme? Parce que j’ai ouvert un album photo des incivilités? Parce que j’invite les bandolais à participer à la vie locale, à s’exprimer? Et alors? Ces agissements sont-ils répréhensibles? Il se trouve que j’ai un grand-père douanier, une grand-mère institutrice, fille d’institutrice elle-même, et d’un directeur d’école, l’école de l’époque de Jules Ferry. Cette lignée m’a transmis des règles d’éducation, des valeurs de civisme, qui n’étaient pas démenti par mes autres ascendants, et oui, je reconnais que j’invite au respect des règles de la vie sociale. Je n’en éprouve aucune culpabilité, et j’ai le droit de militer pour ces valeurs qui ne valent pas moins que celles de nos militants politiques.
    – méconnaissance du passé communal. Soit, mais j’ai plus appris en 4 ou 5 mois de blogs qu’en 5 ans de vie ici. Et j’en sais beaucoup plus sur la ville et son passé que la plupart des gens qui comme moi sont venus s’installer à Bandol, de l’extérieur, et ils sont nombreux, et aujourd’hui ils sont électeurs à Bandol. Pourquoi je l’affirme? Parce que ce blog m’a projeté dans la vie publique bandolaise, et que les gens me parlent, m’écrivent, et que j’en ai appris beaucoup, beaucoup.
    – gauchiste de l’internet? Alors là, il faut me mordre les lèvres pour ne pas exploser de rire… Il faudra que ces personnes m’expliquent ce que c’est qu’un gauchiste de l’internet… « Gauchiste » appliqué à ma personne est déjà savoureux en soi! Et quand je pense que des articles de mon blog perso (sur la SNSM ou la SNCF), m’ont valu de me faire traiter de « facho » par de courageux gauchistes anonymes, je me dis que décidément, je continuerai à être un extrémiste du juste milieu…
    – je « dilue des commentaires dictés par des politiciens »? Lesquels? Car pour ma part, ce que j’écris provient de tant de sources, de tant de bandolais, et soumis à mon jugement propre, que je suis désolé qu’on me reconnaisse aussi peu d’esprit critique. D’autant qu’une bonne part de mes écrits ne vient que de moi. Je peux avoir mon opinion? Comme chaque électeur, chaque bandolais?
    Alors non, je ne dis pas que ce que tu écris est faux, et je sais bien que tu l’as entendu, comme je l’ai moi-même entendu. Je sais aussi les témoignages encourageants que je reçois, oralement ou par écrit. C’est pour ces bandolais que j’écris. Ceux qui ne goûtent pas la lecture de mon blog n’y sont pas astreints. Le web est bien assez grand pour qu’ils puissent eux-mêmes s’y exprimer, ou trouver lecture plus plaisante et conforme à leurs attentes. L’opportuniste qu’ils croient voir en moi ne s’oblige aux efforts que demande un blog aussi lourd à alimenter que pour les bandolais non engagés politiquement qui trouvent utile ma démarche et intéressant mon point de vue.
    Je crains que ce ne soit pas mes propos qu’il me faille modérer: chaque fois que je me suis trompé, j’estime avoir publié les correctifs nécessaires. C’est certainement mon style rédactionnel qui est surtout en cause, avec une volonté sarcastico-humoristique que je dois mal maîtriser, un ton abrupt. Mais les médias professionnels qui égratignent nos politiques sont souvent bien plus violents que moi, et on ne leur fait pas de procès à chaque fois. Alors pourquoi me demande-t-on de me modérer dans mes pensées, dans mes écrits? De quel droit? Pour quelles raisons? D’autant qu’encore une fois, je crois que le volume de ce que j’ai publié dans mes pages plaide pour ma bonne foi, ma sincérité, et ma neutralité par rapport à un camp ou un autre: c’est d’ailleurs ce que pensent de très nombreux lecteurs (on ne fréquente pas les mêmes bandolais?).
    Je finirai en citant Mr Bénéjean (père), qui après plusieurs années où il m’avait comme élève de tennis au TCMB lors des vacances de Pâques, m’a dit un jour alors que vers mes 15 ans il cessa de donner des cours: « Frédéric tu es un âne. Tu ne marches qu’à la carotte, qu’aux encouragements positifs. Chaque fois que je t’ai botté le cul, tu as reculé, régressé ». Ce n’était pas une insulte dans sa bouche, et je pense que c’était l’un des meilleurs pédagogues dont j’ai reçu l’enseignement, l’un de ceux qui a le mieux compris ma façon de fonctionner. Il avait raison et je suis toujours un « âne », 25 ans plus tard. Ceux qui continueront à vouloir me contraindre, me contrôler, me faire taire, n’obtiendront que l’effet inverse: me rendre buté, teigne, combatif, genre pitbull. Ceux qui m’écouteront et tiendront compte de mon avis me rendront euphorique, enthousiaste, énergique et positif, obtenant de moi une collaboration constructive, désintéressée, et finalement très peu opportuniste (j’oublie un peu trop souvent que je dois gagner de l’argent pour vivre, et m’implique dans ce qui me plaît plus que dans ce qui m’est rentable).
    Max merci encore pour ton témoignage, mais sachant que d’autres bandolais (que ceux qui t’ont confié leur sentiment) pensent l’inverse, je m’en tiens pour l’instant à ma ligne de conduite…

  • @Fred
    Je ne vais pas revenir sur mon sentiment à ton égard, mais je voudrais préciser un point particulier. L’histoire de Bandol, comme toutes les histoires, c’est du passé, c’est bien de s’intéresser au patrimoine de sa commune, de sa région et de son pays, c’est de la culture. Et ce n’est que de la culture. Aujourd’hui il est plus urgent de s’occuper de l’avenir, celui de nos enfants et de nos petits enfants. Surtout que l’histoire peut être interprétée de différente façon, suivant ses sensibilités et les anciens ne sont plus là pour dire le contraire. Jules César, Napoléon, Pinoché, Franco, Staline peuvent être considérés comme de grands Hommes ou comme des dictateurs. Alors Fred, s’il te reste du temps après ton travail, le blog, tes loisirs et si cela t’intéresse apprends l’histoire de Bandol, mais si tu ne la connais pas, tu seras tout de même reconnu Bandolais!!! Et tu fais pour Bandol beaucoup plus que certains Bandolais de pure lignée qui connaissent l’histoire sur le bout des doigts.
    A+ Serge

  • serge et fred
    je pense que nos querelles et divergences ne vont continuer publiquement aussi nous en parleront mardi soir.
    je serai en avance à 8 h 30 pour en discuter de vive voix et en toute amitié
    Max

  • fred
    ta reponse concernant mon texte , ne t’as pas plus car tu te justifie par un texte de plus de 120 lignes qui ne me concerne pas -n’ayant rapporter que ce j’ai entendu – ta reponse sera lu par ceux qui t’incrimine -et tu pourras leur repondre – tu te trompe sur les personnages à t’expliquer – je ne me sens nullement concerné par tes propos de meme que le soutien de serge qui me parle de l’avenir ; mais c’est ceux du passé qui ont forgé votre avenir car c’est grace a eux que vous etes dans un monde de bien etre car je trouve honnorable nos ancetres qui ont batit bandol – l’avenir c’est vous avec des idées progressistes mais ne reniés pas vos parents – le devoir de mémoire est toujours present
    je n’ai pas besoin de reponse car vous trouvez toujours une contre vérité .
    amities Max

  • @Max
    Je ne peux pas te laisser dire n’importe quoi!!
    Le devoir de mémoire est effectivement présent, c’est pour cette raison que je suis adhérent au Souvenir Français et aurais pu en être le président!! il ne se passe pas un jour sans que je remercie mes ancètres qui se sont battus pour que je puisse vivre aujourd’hui dans une démocratie. Donc je ne renie pas mes parents!!!
    Maintenant, l’histoire est l’histoire, il est de nos jours impossible de raser les villas, les immeubles et refaire pousser des champs de narcisses, immortelles ou autres fleurs. Même si l’ile de bendor était plus belle sans constructions, même si Bandol était un petit village de pêcheurs avec comme entrée en provenance de Sanary la rue Marçon…, aujourd’hui nous devons penser à l’héritage que nous laisserons à nos enfants et même si l’histoire de Bandol nous intéresse, nous pensons plutôt à l’avenir.
    A+ Serge