Divorce de Bandol en @ction: un leurre?

Var Matin FCL pro BernhardPersonne n’a relevé un sujet évoqué à demi-mots semaine dernière, mais l’article sur Bandol de samedi dernier dans Var Matin (voir ci-contre) fournit un nouvel indice majeur d’accords possibles mais non publics dans notre paysage politique local, qui pour être discrets ressemblent fichtrement à une réalité qu’on a déjà connu, et avec (pour partie) les mêmes:

1) le maire de Sanary entend entrer dans l’intercommunallité de Sud Sainte-Baume (et en prendre derechef le leadership si la CCSSB échappe à la fusion avec Toulon?).
2) Bandol pourrait devenir le premier allié de Sanary/Bernhard en cas d’élection de Frédérique CONNAT-LERAT en 2014.
3) Marcel BOGI renoncerait à un futur politique sur Bandol (le « divorce« ) où on le dit sans meilleure chance que par le passé (au profit de celle qu’il a contribué à assoir à Bandol), et pourrait être en route pour un siège au sein de Sud Sainte Baume.
4) les petites mains sont déjà à l’oeuvre, et dessinent un projet qui doit peut-être plus aux ambitions politiques qu’au hasard des rencontres d’idées, si grandes soient-elles.

Vous ne voyez pas en quoi le dossier de la réforme territoriale passant par l’intervention du Préfet qui veut fondre Sud Sainte Baume dans le grand Toulon me conduit à de telles conclusions? C’est qu’en l’absence de toute publicité, il faut se concentrer:

Entendons-nous bien: la politique est largement affaire de réseaux, et un homme ou une femme isolée ne pourrait avancer sans savoir nouer les accords et compromis répondant à des attentes largement partagées au sein du corps électoral. Ce qui me gênerait ne serait pas tant que des accords se nouent et que les gens travaillent ensemble, mais que cela se fasse sans être dit, avec dès lors un soupçon sur les objectifs réels des uns et des autres: bien public ou enjeux politiciens, et sinon quel savant mélange des deux?

Or en quelques jours à peine quelques semaines, que voit-on:

  1. Sanary a une opportunité exceptionnelle et longtemps attendue de rentrer dans Sud Saint Baume (et d’en devenir le centre de gravité, démographiquement).
  2. Frédérique CONNAT-LERAT a donné sa position sur le projet de réforme territoriale: refus du dossier du Préfet contre Sud Sainte Baume renforcée, devenant Communauté d’agglomération (mais elle n’écrit pas que pour cela il faut y faire entrer Sanary, curieux silence). Elle devient alliée de fait de Sanary et son maire Ferdinand BERNHARD pour ce projet. Pourquoi pas?
  3. Frédérique CONNAT-LERAT est maintenant la plus en vue des opposants au maire de Bandol (Christian PALIX) au sein du Conseil Municipal, mise sur orbite dans la politique locale par son association éphémère avec Marcel BOGI, terminée par un divorce amiable en date officielle du 7 juin 2011. Ce retrait de Marcel BOGI qui avait dit « place aux jeunes » en septembre la laisse en position pour diriger une des listes pouvant prétendre évincer Christian PALIX en 2014. En regardant depuis une position en juillet 2011, elle peut croire en ses chances d’être le prochain maire de Bandol, et devenir l’appui du leader de Sud Sainte Baume (les 17000 habitants de Sanary et leur Maire): l’ensemble Sanary+Bandol représenterait pas loin de 40% des électeurs de ce nouveau SSB. De quoi mériter le soutien du maire de Sanary et de ses appuis ou réseaux.
  4. C’est d’ailleurs chez Ferdinand BERNHARD qu’elle trouve et souligne des projets porteurs d’avenir pour Sud Sainte Baume (voir l’extrait de Var Matin ci-dessus). Elle a peut-être raison, Ferdinand BERNHARD n’étant pas critiqué pour ses qualités de gestionnaire, ni pour manque d’énergie ou de projets. En tous cas c’est là-dessus qu’on la retrouve dans les médias.
  5. Laurent DI GENNARO qui signa longtemps le « Sherpa » de Marcel BOGI, mais préfère souvent un très discret « Laurent » quand il commente encore à Bandol (son patronyme n’apparaît qu’une fois sur 2 en bon sous-marin*, ce qui ne l’empêche pas de critiquer les autres pour leur pseudos), est à la tête d’un média varois consacré à l’économie du département mais où il ne se prive pas de faire du commentaire d’actualité politique et souvent bandolais d’ailleurs. Et alors même que son patron (il était directeur de la campagne électorale de BOGI et PALIX en 2008) a quitté Bandol en @ction, qui applaudit-il de façon appuyée? Gagné, il louange Frédérique CONNAT-LERAT, l’ex-associée de Marcel BOGI, dont il souligne la clarté de position, sans préciser lui non plus que ça implique l’entrée de Sanary dans le circuit. Ce n’est qu’après 6 commentaires enthousiastes qu’un bandolou83 clarifie la question, et personnellement, jusque-là, j’avais relu 4 fois le texte de Mme CONNAT-LERAT en me demandant où elle voulait en venir. J’ai connu plus clair, et s’il faut Sanary pour défendre Sud Sainte Baume, dîtes-le nom de Zeus!!!
  6. Quand Marcel BOGI avait encore le pouvoir à Bandol grâce à son accord secret avec le Maire, qui était le chef de cabinet du Maire? Alexandre DORIOL, élu sur leur liste s’était désisté du poste de conseiller municipal de Bandol pour devenir directeur de cabinet (et les mauvaises langues disent que ça permettait à Marcel BOGI de mieux contrôler l’application par le maire de leur accord secret): d’ailleurs sitôt tous les pouvoirs de Marcel BOGI retirés par Christian PALIX, départ dans la foulée d’Alexandre DORIOL: le lien entre le Maire et son ex-directeur de Cabinet ressemble très fort à Marcel BOGI.
    D’où venait Alexandre DORIOL en 2008 ? C’était le directeur de cabinet du Maire de Sanary, Ferdinand BERNHARD, qui l’a gentiment « prêté » à son ami Marcel BOGI.
    Où est Alexandre DORIOL en 2011: il occupe des fonctions équivalentes à celles de Directeur de Cabinet, mais au sein de, faîtes un effort, Sud Sainte Baume…

Voilà, ce n’est qu’une théorie, mais notre puissant voisin veut entrer à Sud Sainte Baume, y prendre toute sa place, et active peut-être déjà tous ses relais, même si certains s’entendent mal entre eux (les dissensions Bogi/Connat-Lerat ayant abouties à la séparation ne sont pas feintes ce qui n’empêche pas un arrangement politique, comme des relations qui furent orageuses entre Doriol et Di Gennaro lors de l’éclatement de la mairie de Bandol l’an dernier). Bernhard en vrai patron réaffecterait à chacun une mission, sans que nous puissions savoir quels accords éventuels sont passés entre les différents acteurs: Bogi tenterait un avenir politique à SSB en ami de Sanary et Bandol, en laissant Bandol à Connat-Lerat, SSB où Doriol peut encore rendre service à son premier patron (sanaryen), la campagne médiatique globale étant confiée aux bons soins de Di Gennaro dont c’est l’exercice de prédilection, s’il n’a pas conçu lui-même une partie du scénario, soutenant Bernhard, Connat-Lerat, et leur convergence.
Le faisceau d’indices est troublant, et ne manquera pas de vous interroger à l’heure de voir tous nos politiques débattre et prendre position sur l’avenir de l’intercommunalité
. La politique est affaire de réseaux, mais si j’en ai détecté un ici une action concertée, je préfèrerais que les choses se fassent en lumière.

F.M. – www.bandolais.fr

 

 





6 Commentaires

  • F.BERNHARD est donc réélu maire de Sanary en 2014 ???

    ————————————-
    NDRL: à Sanary, la stabilité politique, la prime au sortant qui semble fonctionner, et un jugement des sanaryens qui jusqu’ici valorise plus ses qualités que ses défauts permettent à Ferdinand BERNHARD d’espérer poursuivre. En tous cas il a le droit de jouer ce scénario.

  • Madame Connat est une dirigeante d’entreprise reconnue et une bandolaise engagée sans aucun autre intérêt que Bandol. Pour ceux qui la connaissent, c’est une femme indépendante, franche, directe -parfois trop dans ce monde politique où l’hypocrisie tient lieu de qualité-, impliquée en politique surtout à la demande de nombreux bandolais, aidée un temps par Marcel BOGI (il est vrai), appréciée je le crois par nombre de personnalités politiques de Sanary et de Six-Fours (de la municipalité et de l’opposition), de dirigeants politiques du centre et de droite, de responsables associatifs dans la défense de l’environnement et de la qualité de vie. Inutile de lui prêter des réseaux secrets, vous qui signez « FM » comme de curieuses initiales. Elle est bien la femme d’un réseau. Savez vous lequel? BANDOL. Et tant mieux si ses qualités humaines, intellectuelles et politiques sont reconnues au-delà du Vallat et de la Reppe. Nous attendions une personnalité politique capable de reprendre notre commune d’une gestion plus que contestable. Il se trouve que c’est une femme. Et quelle femme!

    —————————–
    NDLR: « FM » ne sont pas de « bien curieuses initiales », mais les miennes, propriétaire affiché de ce blog. Cliquez sur FM et vous arriverez sur la page « A propos » qui comme sur la plupart des sites vous indiquent des informations sur l’auteur. Vous retrouverez cette même rubrique « A propos » tout en haut du blog à côté du bouton Accueil, et vous constaterez que je n’y cache pas grand chose pouvant avoir de l’intérêt par rapport à mon activité de blogueur citoyen.
    On m’a parfois reproché de trop mettre en avant mon nom que je signais en toutes lettres pendant les premières années de ce blog, (soupçon : comme si je cherchais à le faire connaître). Mais je ne suis pas en campagne électorale, et mon nom comme ma photo sont ma foi un peu secondaires et relayés au second plan, mais parfaitement accessible et d’une façon qui respecte les usages du web.

  • Et bien voila une femme qui ne manque pas de soutiens enthousiastes !

    Et si vous disiez la même chose, Fred et vous ?

    Vous parlez d’une femme « qui est appréciée de nombreux Bandolais, de dirigeants politiques du centre et de la droite (ce qui peut bien être le portrait de Ferdinand Bernard, d’ailleurs) et de responsables associatifs ». Ce qui fait bien un réseau, d’autant que vous oubliez probablement quelques chefs d’entreprises. Enfin, au moins un.

    Fred part du principe que l’on ne réussit pas seul. Militant de la transparence, il recherche les mécanismes qui peuvent être derrière les actions.

    Il expose une solution, qui se heurte, comme le relève Pierre C., à la volonté ou non du Maire de Sanary de repartir pour un … cinquième mandat de maire. Elle n’en n’est pas moins crédible.

    Mais pourquoi se torturer l’esprit à chercher à dénouer ces échevaux ? Il serait tellement plus simple que chacun se présente.

    Sur son site, Madame Connat Lerat s’annonce comme une femme seule (« qui suis-je »). Vous êtes la démonstration que c’est un peu court. Il y a bien une équipe derrière elle.

    Pourquoi ne pas la faire connaître ?

    Jacques

  • Il y a bien une équipe, je pense, heureusement, en plus de ses soutiens. Mais une équipe doit se construire et se compléter au fil du temps, non? 2014, c’est loin… En attendant, les bandolais veulent un contre-pouvoir. Pas une opposition frustrée ou complaisante. Une opposition franche, capable et désintéressée. Et pardon « FM », je ne suis pas un habitué de votre blog. Au moins a t-il le mérite d’exister…

    —————————–
    NDLR: Bienvenue parmi nos lecteurs « P. Brun », et ce blog revendique le mérite de son existence depuis octobre 2007 (bientôt 4 ans!!!). Pas vraiment pionnier en France, mais agitateur de la vie en ligne de Bandol au tout départ certainement… Si vous voulez parcourir les archives, vous aurez de la lecture! 😉

  • Comme mentionné à la fin du Conseil Municipal, BOGI est venu me faire remarquer que mon analyse est fausse puisqu’il ne vote pas comme Frédérique CONNAT-LERAT sur le point de l’intercommunalité.
    Effectivement, il s’est abstenu alors qu’elle a pris position.

    Dans mon article, Marcel BOGI est « l’inconnue » de l’équation, et il est bien dans une position attentiste (c’est le faisceau des autres éléments qui me fait le projeter vers un futur à Sud Sainte Baume).
    On retiendra que pour l’instant il a l’excuse des éléments financiers à fournir par le Préfet avant de se positionner, et que son « Sherpa » personnel est aujourd’hui dans une attitude de soutien actif à Mme CONNAT-LERAT.

    Ma théorie fonctionne aussi si elle est partielle (et les mauvaises langues me disent que BOGI a pu faire un vote attentiste qui ne mangeait pas de pain pour paraître en distance et ne pas accréditer mon article, mais là, c’est vraiment tiré par les cheveux). Bref on ne sait pas où est BOGI, et on revient à mon article sur le divorce de Bandol en @ction pour ce qui le concerne: il faudra attendre pour en savoir plus. Je maintiens ma théorie comme intuition globale de ce dossier pour le reste.

  • Il suffit de regarder les choses plus simplement.

    Il est vrai qu’à BANDOL, il n’y a rien de plus compliqué que de vouloir rester simple

    tant Il est vrai aussi,que le Maire actuel nous a tous embrouillé.

    Frédérique CONNAT-LERAT est en train de se constituer le meilleur des  » réseaux  » .

    Je vous en ai déjà fait part sur ce blog ; son réseau , ce sont des gens qui aiment leur

    ville, qui ont des compétences et du temps à consacrer pour la servir .

    La foire aux futurs postes d’adjoint(e)s où autres délégations n’est pas à l’ordre du jour

    à Bandol en@ction !

    C’est en tous les cas ce que j’ai pu constater de manière récurrente

    En revanche, MME CONNAT-LERAT semble vous intriguer, par ce qu’ elle cherche à

    analyser différents cas de figure sur l’intercommunalité, en esperant déceler ce qui

    serait le meilleur pour BANDOL.

    Désolé, mais elle a le reflexe de tout chef d’entreprise responsable.

    Elle anticipe en faisant de la prospective.

    Et si il faut composer avec Ferdinand BERNHARD , pourquoi pas ?

    Ce n’est plus en se tirant dans les pattes que l’une des deux communes aura l’ascendant

    sur l’autre .

    Cette époque a vécu !

    Vous aurez compris : j’apprécie beaucoup Mme FREDERIQUE CONNAT-LERAT.

    Si je l’apprécie c’est que j’ai pris le temps de parler avec elle, sur tous les sujets qui

    concernent notre cité.

    Elle ne s’inscrit pas dans ce schéma de manoeuvres tortueuses que certains veulent lui

    prêter.

    C’est vrai çà perturbe le microcosme politique local, parce qu’elle est tout simplement

    sincère, et en plus c’est une femme !

    Elle mérite juste , que nous soyons nombreux à l’encourager .

    Ne laissons pas passer cette chance pour BANDOL !