Des suites qui coûtent cher à Bandol

Ceux qui lisent les commentaires de ce blog et pas seulement les articles, auront suivi la semaine dernière la sortie de l’affaire de la casquette de la médiathèque. Interpellée par mail, la mairie a fini par rendre publique ce dossier sous forme d’un communiqué à lire ici :

Casquette de la Médiathèque – Bandol.fr

casquette de la médiathèqueDepuis, le communiqué a été corrigé et la mairie a supprimé la mention expliquant qu’elle nous informait suite à ce qui était sorti dans la webosphère bandolaise, mais ne vous y trompez pas, il ne s’agit pas d’information spontanée… Prinz Karl notait en commentaire* que jusqu’au prochain conseil municipal, la mairie était dans son droit en patientant pour divulguer cette information qui n’est pas sans conséquences (refaire le toit de la médiathèque, imaginons les coûts pour un bâtiment qui s’est déjà illustré sur ce plan). Mais il déplore que cette information n’ait pas circulé plus rapidement auprès des élus.

Et j’ajouterai, auprès de la population. Quand on a à disposition, un site web, un forum électronique, un magazine, et qu’on se targue d’être démocrate, ma foi, ça peut se faire que d’informer les contribuables et électeurs sur des dossiers aussi lourds, et pourquoi pas en temps réel, ou en tous cas rapidement.
Année électorale oblige, je ne peux que constater que mes sources se raréfient : chacun commence à se demander s’il ne faut pas garder certaines infos pour un meilleur moment de la campagne électorale, et on ne peut que s’interroger sur la rétention d’informations qui obéit à des arrières-pensées politiciennes. Du coup je me dis qu’en mairie aussi on commence à penser l’information en fonction du timing optimal de diffusion, pour minimiser son impact négatif (ah, les périodes de vacances…!!!), ou maximiser son effet positif (direct, ou contre l’opposition) : on rentre dans la période de climax du calcul politicard dans tous les camps.

Plusieurs centaines d’euros par foyer fiscal

Si dans l’affaire de la médiathèque on ne sait pas encore à quelle sauce nous allons être mangés pour ce nouveau volet, le blog du groupe de l’ancien maire François BAROIS nous détaille une autre affaire dont les suites nous coûtent la bagatelle de 382.000€ :
– vous vous souvenez des sucettes publicitaires?

Mon article à l’occasion de leur retrait rappellera quelques circonstances de l’époque (le recadrage par le maire en conseil municipal relatif aux passations de marchés publics, et qui rappelle que c’est lui qui avait demandé le retrait de ces « sucettes »). Je me souviens aussi des témoignages me racontant leur implantation préalable totalement improvisée, sous la direction d’un élu (qui n’était pas le maire), au petit bonheur la chance le long du quai de Gaulle, allée Jean Moulin et Place de la Liberté… Qu’elles étaient été supprimées (pour mauvais goût), et nous coûte un procès perdu et à ce prix-là n’est finalement pas une surprise tant l’amateurisme dans la gestion de ce dossier était flagrant dès le départ.

L’INSEE recense un peu plus de 4000 foyers à Bandol. Si ce sont des foyers fiscaux, voilà une affaire qui nous coûte pas loin de 100€ par foyer. Ajoutez l’affaire du golf de Frégate, la nouvelle affaire du toit de la médiathèque, la valse hésitation du Casino impossible à rénover, puis rénové quand même (avec des tractations de montants et de parking entre mairie et casinotier), un PLU remis en chantier avec une large part de copier/coller sans mise à jour des données (promettant de devoir y revenir bientôt ou de supporter des conséquences mal anticipées), etc. Les dossiers mal gérés depuis plusieurs mandats (et je ne remonte que sur ma période de présence à Bandol et même d’observation attentive via ce blog), nous coûtent cher, parfois longtemps après.
Les bandolais feraient bien de se soucier de cette nouvelle affaire et en suivre attentivement les futurs développement. Parce que ce sont nos impôts qui serviront à éponger les dégâts.

F.M. – www.bandolais.fr

* le commentaire de Prinz Karl est à lire impérativement pour ceux qui auront du mal avec la lecture du communiqué de la mairie.





20 Commentaires

  • Bonjour,
    Je ne suis pas sur que ceux qui attendent un moment favorable pour servir leur intérêt de dévoiler certaines affaires sensibles fassent le bon choix.
    Ils passeront pour des manipulateurs, et personnellement j’ai horreur de ça!
    C’est maintenant qu’il faut tout dire!
    Nous saurons à qui nous avons à faire vraiment!

  • On ne peut que féliciter les propriétaires du Thalassa et inviter les propriétaires de la rue Laennec à se rapprocher d’eux qui ont fait la démonstration de leur capacité à remporter la victoire du pot de terre contre le pot de fer.
    C’est la seule façon de garantir que les lois de la république soient respectées aussi par les riches et les puissants.
    Question : quid de la responsabilité des $architectes qui ont en charge de contrôler non seulement la bonne exécution des travaux, mais également la « légalité  » des travaux. Idem pour les $pécialistes de la municipalité.

    Comment c’était déjà la qualification donnée Jean d’Ormesson : l’INAPTOCRATIE.

  • En tous cas c’est assez préoccupant concernant la qualité de travail de ceux qui oeuvrent au nom de la collectivité :
    – services municipaux
    – élus
    – délégataires (architectes; officines chargée de la maîtrise d’oeuvre ou maîtrise d’ouvrage selon les cas)
    – organismes de contrôles (autorités administratives).
    Dans les cas de dialogues entre citoyens et responsables, on se fait souvent asséner des arguments d’autorité. On se dit que de temps à autre, une attitude un peu plus humble ne serait pas superflue…

  • Un bon prétexte pour augmenter les impôts considérablement en cas de réélection ….. il nous a fait déjà le coup en 2008…. Il faut bien combler le trou des dépenses actuelles !!!!!

  • Pour les travaux au niveau du bâtiment de la mairie, l architecte et VAD charges des plans et suivis des travaux, ce sont normalement leurs assurances qui paieront…dans quels délais… A suivre car on pourrait avoir une partie de Ping Pong… « C est pas moi c est l autre » … A suivre.

    Par contre pour les panneaux publicitaires a priori c est la commune et donc chaque bandolais…sauf a invoquer une faute particulièrement grave du ou des décisionnaires dans cette affaire… Et encore faut- il qu il soit solvable… Et que quelqu un soulève la question de la ou des responsabilités personnelle(s).

  • Quand les assurances sont au bout, le paiement est plus diffus. Ce sont toutes les communes du département qui payent via leurs cotisations d’assurance, et nous payons donc pour les erreurs commises dans d’autres communes.

    Quand ce sont les assurances ou une entité comme l’Etat ou le département ou la région, c’est quand même toujours au final le contribuable qui paye.

    Et pour revenir à mon commentaire plus haut, le seul élément sur lequel nous avons moyen de faire pression et tenter de corriger les choses, c’est l’échelon politique. Vu comme ça, ça donne envie de prendre très au sérieux son bulletin de vote, non?

  • Tout à fait fredo.
    Au delà des couleurs politiques traditionnelles correspondant à des votes reflexocratiques, au niveau de la commune on voit très clairement qu’en même temps que le bulletin de vote c’est notre porte-monnaie que nous mettons dans l’urne. A ce niveau, l’investiture de Pierre ou de Paul ne compte plus. Il faut regarder les projets et les personnes. Mais bon !
    On a les chefs qu’on mérite.

  • @Fred et Patrick
    Vous êtes bien gentil tous les deux…Sans vous offenser!
    Mais on a beau réfléchir, une fois que l’on a choisi sur qui porter notre confiance, s’il est élu, il arrive souvent qu’il ne respecte pas ses engagements.
    Si vous avez une solution!
    D’ailleurs je viens d’apprendre qu’un candidat aux dernières élections législatives avait signé la charte Anticor en confirmant qu’il était opposé aux cumuls des mandats, ce qui ne l’a pas empêché une fois élu de faire le contraire.
    Anticor l’a assigné en justice pour non respect de ses engagements.

    http://provence-alpes.france3.fr/2013/06/05/anticor-264433.html

  • La fraude, le mensonge et le parjure sont aussi vieux que le monde. Faut- il baisser les bras pour autant…

  • @ Christian :
    mon commentaire visait juste à rappeler qu’on pourrait déjà s’abstenir de réélire des gens qui ont été clairement :
    – clientélistes
    – amateurs (trop légers) dans leurs pratique
    – insuffisants dans leur éthique
    – menteurs éhontés
    – incompétents voire inaptes
    – etc.

    La réélection de personnes bardées de casseroles me laisse toujours interloqué. Nous sommes suffisamment nombreux pour ne pas avoir besoin de reconduire aux affaires des gens qui sont à l’évidence très en dessous de la fonction et de ce qu’on en attend.

    Ca ne donne pas la solution pour trouver les bons, mais si on écartait systématiquement les mauvais recensés, nous serions déjà en progrès (ne serait-ce que parce que ça augmenterait les chances de voir émerger d’autres profils).

  • Fred,
    Oui écarter systématiquement les mauvais recensés, pose un problème, un gros problème car on peut remarquer la présence dans des listes en voie de …composition…la présence justement de candidats co-listiers qui se sont déjà illustrés dans au moins une mandature depuis au moins 4 mandats. Il existe ici (et ailleurs aussi) des gens qui disparaissent une fois la défaite mal encaissée, puis réapparaissent pendant la période de préparation des élections, sachant que le problème pour une liste, c’est de rassembler 29 noms. Comment accepter la présence sur une liste de celles et ceux qui ont refusé d’exercer leur mandat dans l’opposition alors qu’ils figuraient dans les éligibles aux postes d’Adjoint si leur liste avait remporté la précédente élection ? Alors comment faire: sanctionner le ou la tête de liste parce qu’il/elle compte dans ses rangs des personnes qui répondent à tes réserves?

  • @ Jean Sarrat :
    « sanctionner le ou la tête de liste » ?

    C’est la liste entière que je sanctionne.
    La tête ? Il est de sa responsabilité de choisir de prendre la tête d’une liste qui correspond à ses critères. Difficile sûrement avec 29 noms mais :
    – déjà connaître le pedigree de ceux qui seront en position d’adjoint semble un minimum.
    – examiner autant que possible le passé connu de chacun (on est dans un village, ça ouvre certaines possibilités), et en parler avec les intéressés chaque fois qu’un doute s’installe. Oh, on va gérer l’argent public, on n’est pas en train d’organiser une surprise party. On parle de vraies responsabilités là, pas d’un truc entre potes. On peut être un peu court en imagination, pas du côté de l’éthique et de la capacité (la survie de la démocratie est à ce prix).
    – faire signer une charte à son équipe, prévoir les sanctions en cas de manquement, les appliquer, et chercher à s’assurer de son respect me semble aussi un effort indispensable.

    D’ailleurs ça me fait bien rigoler quand on me classe proche de machin ou de bidule : je ne voterai pas sur la bonne mine d’une tête de liste (j’en connais plusieurs acceptables à Bandol selon mes yeux d’électeur lambda), mais sur ce que je saurai de chaque liste. Et il y a des profils qui s’ils sont présents sont clairement éliminatoires selon mes critères, quelle que soit l’estime en laquelle je tiendrai les autres membres de la liste. Etre élu c’est aussi avoir appris à balayer d’abord devant sa porte (et puis il faut peut-être accepter de ne pas se présenter ou de perdre si on n’a pas su réunir une équipe qui tienne la route).

    Je ne connaîtrai pas comme électeur le pedigree des 29 membres de chaque liste, mais au niveau municipal, et après avoir regardé avec une certaine attention la vie locale depuis 6 ans et beaucoup appris sur le passé, il y a clairement des gens dont je me dis que je ne veux plus ou pas les voir un peu trop près des manettes… Si chacun, électeur ou tête de liste appliquait ce raisonnement, il y aurait un furieux renouvellement des éligibles.
    Les cimetières sont pleins de gens indispensables, et si on fait de la place, de nouveaux candidats émergeront. Il faut juste qu’ils apprennent dès le départ que les fautes sont sanctionnés, qu’il n’y a pas de prime à l’incompétence, qu’on n’a pas d’indulgence pour les mordages de lignes jaunes. Ca peut calmer des « candidats au dérapage » que de savoir :
    1) qu’ils sont observés.
    2) qu’ils doivent vraiment rendre des comptes.
    3) que les pratiques anormales sont sanctionnées.
    4) qu’on attend de l’exemplarité.
    5) etc.

    Pour l’instant, c’est un peu l’impunité qui règne, benoitement accordée par l’électeur (et les compromis politiques): on aboutit à chaque fois à un système oligarchique et/ou clientéliste. Un truc m’échappe. Probablement le fait que notamment, le clientélisme a beaucoup de clients, et que l’idéologie (quand on atteint les niveaux d’élections concernés) est un puissant aveuglant. Et en dernier ressort il faut bien choisir, au moins les moins mauvais quand les bons ont déjà été balayés… Et cette idée me déprimant, je vais me coucher.

  • @2h06 tu te couches
    5h15 je me lève

    Tu dis:
    « Ça ne donne pas la solution pour trouver les bons, mais si on écartait systématiquement les mauvais recensés, nous serions déjà en progrès (ne serait-ce que parce que ça augmenterait les chances de voir émerger d’autres profils.) »

    Je me souviens il y a deux ou trois élections passées, j’avais été contacté pour faire le nombre par certaines listes pour les élections municipales.
    Lors d’une réunion de préparation de l’une d’entre elle j’étais venu avec mon CV, 🙂 en le montrant aux autres participants, je leur avait dit!
    Voilà le mien, quand je connaîtrai le votre, je travaillerai avec vous!

    Il n’y a jamais eu de suite!

    Et autre chose, est-ce que tu crois que les bons ont envie de faire de la politique?

    Regardez l’émission de C dans l’air du 11 juin!

    http://www.france5.fr/c-dans-l-air/politique-interieure/politique-une-transparence-bien-opaque-39096

    Je vais promener mes chiens, bonne journée.

  • Fred,
    Tes lignes traduisent avec beaucoup de clarté ce que beaucoup ressentent, expriment et souhaitent, et j’en fais partie sans confusion sur mes intentions. Je suis convaincu que la liste qui osera exposer au public électeur un groupe sans « tâches » politiciennes locales, aura toutes ses chances. Mais existera t-elle?
    Christian,
    Tu as tout compris, je te recommande de visionner si tu le peux, en replay, l’émission d’Élise LUCET, HIER SOIR SUR LA 2. ÉDIFIANT, ÉNORME, mon pauvre! Il ne nous reste plus qu’à nous jeter à la mer, dans les eaux du Port, ça ira plus vite!!!

  • Coup de gueule,

    J’ai suivi, avec intérêt, et interrogations, les informations de Mr Ponge du Front national qui nous a dévoilé l’affaire de la médiathèque. Sur ce point bravo

    Vu que ce monsieur a eu les informations, par les plaignants je suppose que les élus étaient eux aussi informés ?
    Pourquoi n’ont t »ils pas répondu ?

    Pourquoi ce silence ?? (Mis à part un communiqué de presse quelques jours après émanant du maire actuel), c’est un peu fort ce silence.

    Je suis comme Mr Mettey, La réélection de personnes bardées de casseroles, je pense que cette époque est révolue, plus personne ne veut de ça.

    Je suis heureuse qu’un nouveau parti se présente, j’en attends le programme. !!! Nous avons aussi une jeune femme candidate UMP. , (Qui ne s’exprime pas sur ces sujets, bien dommage.) !!!!

    Les Sucettes :
    Mr Mettey, nous informe maintenant, au sujet des sucettes publicitaires un autre scandale coûtant la bagatelle de 382.000€ , mais où va-t-on ?
    Mais qui pourrait me dire qui est à l’origine de ce contrat ?
    Est-ce le Maire ?
    Son premier adjoint ?,
    Un autre élu ?

    Qui peut m’en dire un peu plus sur cette nouvelle affaire ? Qui est à l’origine de ce contrat  des «  sucettes »?

    Je remarque la encore le silence !! La personne signataire de ce contrat devrait s’expliquer sur ces blogs, ou par communiqués, là encore on préfère laisser les Bandolais dans l’ignorance, les Bandolais doivent savoir !!

    Ai aussi réellement l’impression qu’on ignore les Bandolais, de façon à ne pas trop gêner la petite cuisine électorale !! C’est lamentable !!!

    Mesdames, Messieurs les élus, expliquez-vous, expliquez-nous, j’entends ca et la, des affirmations de Bandolais, moi j’aimerais que la vraie personne signataire de ce contrat nous explique réellement la situation, que ce soit le maire ou l’élu concerné ???

    En 2014 nous devons voter pour un futur maire, aucun de vous ne répond aux interrogations !c’est honteux.

    Procès rue Laennec
    j’entends aussi parler d’un litige rue Laennec, qui en est le responsable ?
    Y en a-t-il d’autres  encore ? Bref suis très déçue de ces élus qui ignorent les questions posées. comme Catherine au sujet des cars. Pour nos enfants, est-ce vrai qu’en est -il ? Ces élus Pensent-ils être encore réélus ?

    Front National
    Je regrette, tout en comprenant à très juste titre, que le candidat FN, ne veuille plus s’exprimer sur ces blogs dit-il !

    Il est dommage que certains des lecteurs, aient réagi en effet de façon « agressive » alors que Mr Ponge nous parlait d’une condamnation sérieuse pour les Bandolais. Serait-t-il gênant aussi pour les lecteurs ?, bref..

    Mr Mettey Je vous rejoins tout à fait, vous dites, une vérité à mon sens : on a réellement l’impression que ces élus, ou ex élus se contentent de garder certaines infos pour un meilleur moment de la campagne électorale !!

    Il est exact qu’on ne peut que s’interroger sur la rétention d’informations qui obéit à des arrière-pensées politiciennes !!
    Si je comprends bien certains seraient en voie de se représenter aux Municipales ? Voilà peut-être l’origine des silences !!!

    Qui va enfin prendre la responsabilité de nous informer au sujet de toutes ces questions ????
    Mme Burtey

  • L’affaire des sucettes (affaire parmi les autres affaires) ….. on en parle ici : http://bandol.over-blog.fr/article-l-affaire-signacite-comment-faire-perdre-discretement-382-000-a-la-commune-118343779.html

    Le responsable ? celui qui a résilié le contrat avec la société publicitaire !!!!! Petite résiliation qui va coûter 382000 euros aux bandolais ….. ça permettra de justifier les augmentation d’impôts que nous prévoient le maire s’il est réélu.

    Madame Burtey ….. vu ce que l’on vit depuis 2008 (voir mon commentaire non exhaustif : http://www.bandolais.fr/2013/06/les-bandol-du-matin-du-5-juin-2013.html#comment-7920), il est impératif de faire un grand ménage en 2014 …… faite passer le mot autour de vous.

    ———————————
    NDLR : c’est gentil de préciser le lien de l’article sur le blog « Bandol pour tous » concernant les sucettes publicitaires, mais il est déjà présent dans mon article. La phrase qui mentionne cette source est cliquable et en présente tous les symptômes…

  • La question n’est pas d’affecter la responsabilité des 382000€ au Maire qui a rompu un contrat, la question est de savoir: comment et par qui et pourquoi ce contrat a été signé avec une Société qui a pollué le paysage visuel de Bandol allant jusqu’à implanter une  » sucette » devant « TOCHE » bloquant le passage. Vite retirée grâce à l’intervention de la Propriétaire.
    Alors si je comprends bien il aurait été normal d’accepter cette invasion de « sucettes » pendant toute la durée d’un contrat très discutable. Drôle de cheminement de raisonnement pour systématiquement taper sur celui que vous nommez responsable. Cette obsession enlève tout esprit de jugement. Heureusement qu’aujourd’hui, dans le paysage National, les choses semblent bouger avec l’exemple de l’affaire TAPIE, par la mise en examen de…tiens, tiens un Bandolais ! N’était-il pas colistier aux dernières élections Municipales…

  • Antoine LECOMTE

    A mon avis celui qui a résilié et le même que celui qui a signé le contrat ……. dans une mairie 1 seul est habilité à signer les contrats … l’autorité territoriale : le Maire.

    Tout passe par lui…. « le responsable » pour reprendre cette expression.

  • Il me semble que les deux questions sont aussi importantes: signature, pour savoir ce qui était prévu, dans quel but et a quelles conditions et effectivement qui a signé pour la commune.
    Rupture: pour quelle(s) raison(s), par qui et après conseil(s) de qui … Sur ce dernier point je pense au cabinet d avocat , qui, j espère a du être consulté préalablement.
    C est me semble-t-il en posant ces questions que l on abordera cette « affaire » de manière plus raisonné et moins passionné.
    Si quelqu un avait la copie du jugement du TA de Toulon nous aurions déjà une idée, car pour le moment la seule certitude c est la note a payer.

  • Je rejoint tout à fait madame Burtey : Comment ce fait- il qu’aucun des élus siégeant dans l’opposition, qu’ils soient de droite, de gauche, sans étiquette, ne tiennent pas un blog par lequel ils informeraient la population des problèmes qu’ils rencontrent?
    C’est ce que faisait le député Arthur Paecht qui faisait diffuser par boite à lettre dans toute ses circonscriptions une simple feuille qui résumait son activité bi-mensuelle, avec ses coordonnées, dates et heures de permanence.
    à l’heure d’internet on peut s’étonner que ces gens n’aient rien à dire à la population et pour ainsi dire, à leurs futurs (ré)électeurs. Par blog, par gazette comme je le fais, ou par twitt, etc . . .
    Ces mêmes élus qui ont pendant 5 ans 1/2 brillé par leur mutisme se réveilleront dans 3 ou 4 mois pour une course qui s’apparente fort à une course de réclamés à hippodrome de Vincennes.
    Les réclamés sont des chevaux de courses jeunes mais sur-numéraires par rapport aux nombres de propriétaires (ceux qui ont les sous) et d’entraîneurs (ceux qui ont les écuries). Ils sont donc promis à l’abattoir sauf s’ils sont réclamés, soit pour courir à nouveau, soit pour l’agrément. On les présente pour la course de la dernière chance.
    Je vous laisse apprécier le parallèle et les distorsions de cette comparaisons qui j’en suis certain sera reçu par tous comme un simple trait d’humour.