Derniers cartons jaunes et bons points

  • Publié le 7 Mar 2008
  • Commentaires fermés sur Derniers cartons jaunes et bons points
  • HumeurPolitique

Je devais intituler l’un de mes articles, « le côté obscur de la force » en référence au slogan de François Barois pour cette élection municipale (« la force de l’expérience au service de notre avenir ») et en référence à mon article sur la sympathie que je peux éprouver pour le Maire sortant dont le franc-parler est parfois drôle et décalé pour un politique. Je sais en effet que cet article a choqué certaines personnes, car parmi ceux qui ont eu affaire à Barois et son équipe, frontalement, le souvenir a été cuisant. Je ne vais pas parler de ses relations avec l’opposition pendant 7 ans, mais juste mentionner quelques faits: …/…

…/…

– ce que j’ai entendu dans la bouche du Maire lors de son dernier mercredi soir, correspond à ce que je ne veux pas voir ni entendre dans une campagne. J’ai censuré les commentaires d’une note de ce blog la semaine dernière pour moins que ça. L’engagement politique ne peut pas justifier un tel discours, encore moins quand on est premier magistrat de la ville en exercice.

– son équipe a prouvé sa dureté de ton: je vous rappelle que je me suis fait cueillir fraîchement lors de ma tentative de dialogue pour ma visite à la permanence mobile du Maire sortant, et que ce candidat est le seul à avoir ignorer voire nier tout l’intérêt d’une expérience comme celle que je mène avec vous depuis des mois. Ca tend à conforter l’idée que cette équipe n’écoute pas les citoyens. Elle a également manifesté son refus du débat de façon plus large, et ça n’augure pas d’une gestion démocratique du prochain mandat. Enfin ça me fait sourire quand je les entends accuser leurs rivaux d’hommes du passé: moi qui tend à promouvoir et expérimenter des techniques d’avenir, je crains de devoir au minimum les mettre dans le même lot sur ce point précis.

– je ne peux pas terminer cet argumentaire sans parler d’Henri Burillard, adjoint à l’informatique, reconduit sur la nouvelle liste de Barois. Les propos qu’il a tenu régulièrement en commentant ce blog sont indignes d’un démocrate, d’un responsable politique, et risibles (pour ne pas pleurer) de la part d’un homme qui prétend faire campagne. Je me suis abstenu de répondre en général, et il a la chance qu’une partie de ses propos les plus « saignants » soient retirés de la publication avec les 46 commentaires que j’ai censuré sur une note. Je ne comprends pas qu’une tête de liste laisse passer de tels dérapages (dont on m’a dit de ne pas m’étonner, car ils seraient conformes au comportement général de Mr Burillard – belle réputation y compris dans son camp).

Pour toutes ces raisons, si Mr Barois peut m’apparaître parfois sympathique, je rappelle que toute médaille à son revers, et qu’il ne m’est pas que sympathique. Son comportement et la caution qu’il apporte à certains agissements me semble aussi parfois détestable, en tant qu’électeur mais aussi simplement en tant qu’homme. Des bandolais avec qui j’en parlais me faisait remarquer que son parti, l’UMP, subit actuellement une décote pour des raisons pas si éloignées (il ne faudrait pas que ça devienne une marque de fabrique). De plus, on m’a informé de certains cas de personnels municipaux s’étant trouvé en conflit avec la municipalité, et avaient vu leurs affaires pour certains finir en justice (ça arrive à des gens très bien, ce n’est une critique envers personne en tant que telle), mais avec des comportements de l’équipe en place qui quels que soient les différends, n’étaient pas à la hauteur de l’ancienneté des personnels concernés, et du respect que l’on doit à quiconque.

Mr Barois, si vous devez présider aux destinées de Bandol pour les 6 ans à venir, apprenez un peu de diplomatie, acceptez le dialogue, usez de modestie envers vos concitoyens, vos subordonnées, et tâchez de faire vivre la démocratie. Votre second mandat éventuel vous en sortirait grandi.

J’ai longtemps critiqué la manière de faire campagne de Christian Palix et Marcel Bogi.

Si depuis que j’ai pu les écouter, je trouve enfin des points d’intérêts à leur campagne, je tiens quand même à revenir sur certains points. Car j’ai beaucoup critiqué le Maire sortant sur son refus du débat, fustigé le fait qu’il a persisté à ignorer l’existence de ce blog et des moyens d’expression citoyenne que je souhaite voir émerger. Et mon souci d’équité veut que je donne un carton jaune à une équipe qui a elle aussi contribué à alimenter la partie moins intéressante d’une campagne politique.

Avant la mise en ligne du contenu de fond sur leur site, je les ai régulièrement blâmé pour raviver la guéguerre sans intérêt pour le citoyen qui est l’héritage de leur contentieux avec le vainqueur de l’élection de 2001. La forme humoristique qu’ils ont tenté de lui donner était plus souvent navrante qu’intéressante ou sympathique.

Après la mise en ligne de leur programme, j’ai regretté de voir s’y ajouter une bonne dose de démagogie:

– j’ai déjà mentionné leur page (rubrique ce qui doit changer) consacrée à la propreté. Le « reportage photo » prétendant illustrer leur argumentaire frise la malhonnêteté intellectuelle, avec une photo (plage) attestant indubitablement d’une situtation durable et inacceptable visiblement en saison. Les 3 autres ne prouvent rien si ce n’est que le Maire a raison en disant que certains bandolais et touristes se comportent comme des cochons, et qu’en fin de marché, les poubelles sont pleines. J’entends d’autres personnes parler d’un Bandol sale. Ca ne concerne aucunement l’ensemble de la commune, et si c’est le cas en certains points, il doit y avoir moyen de prouver les faits et monter un dossier plus valable que quelques photos chocs et sans valeur démonstrative. On abuse ici que les esprits simples.

– la rubrique « 10 propositions » est confondante: la vraie démagogie y côtoie les projets les plus ambitieux (et très controversés), ainsi que l’indigence argumentaire la plus flagrante. 3 lignes pour rendre crédible une politique d’animation (dont pourtant beaucoup de bandolais crédite Bogi d’être le chantre d’une vie retrouvée à Bandol), après des mois de préparation de campagne, c’est affligeant. Mettre en deuxième position le repas du Maire, dans les termes mentionnés, m’a laissé sans voix, et je vous laisse juge. Je passe sur d’autres mesurettes, pas toujours argumentées, pour noter que quand on met une telle liste en avant comme principe de révolution de la gestion d’une ville, il est difficile de prétendre au titre « d’alternative ». Heureusement, tous les échanges et réunions à l’oral que j’ai pu avoir avec cette liste furent de bien meilleure qualité que toute leur « propagande » écrite.

Cependant, je tiens à noter qu’on m’avait prédit une réunion publique de cette liste ce soir, pire que celle Barois mercredi soir évoquée plus haut. Il n’en a rien été, elle fût de bonne tenue, et des commentateurs m’ont certifié qu’elle portait la patte « Palix« . Pour autant, j’ai compris aussi l’attraction qu’exerce Marcel Bogi auprès de beaucoup de bandolais: pour la première fois que je le vois en public, il a réellement une capacité à emporter l’adhésion par les rires. Ca ne suffit pas pour gérer, mais ça explique sa popularité, et le personnage sait se rendre sympathique auprès de son auditoire (pour l’avoir fréquenté une toute petite demie-dizaine d’heures en tête à tête, je le savais déjà). Et je dois dire que Christian Palix (que j’avais écorné sur ce point) a progressé comme orateur par rapport à la seule référence que j’avais de lui (en réunion d’appartement). Là non plus ça ne fait pas un Maire, mais je constate que tous s’améliorent dans l’exercice de la campagne, puisque j’entends encore de très bons échos de la dernière réunion de Michel Sauzet paraît-il très réussie du point de vue communication, alors qu’il avait commencé sans beaucoup d’aisance.

Reste une réunion demain soir, que je ne commenterais pas, celle de Christian Delaud, car je suspends les commentaires dans moins de deux heures. J’espère simplement qu’il saura rester dans le registre que j’attends de politiques en campagne, sans tomber dans les travers observés ailleurs mercredi soir. Je ne souhaite pas critiquer sans réponse facile pour ceux que j’égratigne…

J’ai encore un ou deux articles prévus demain, mais je vous promets de faire appel à tout le concentré de neutralité dont je suis capable pour ces derniers papiers avant le vote de dimanche.