Début de la campagne sale à Bandol

La semaine dernière, je vous parlais des méthodes de sous-marin comme la manipulation (tenter, en s’affublant d’un faux-nez, de faire dire par un autre des saloperies pour qu’on ne sache pas d’où elles viennent).

En cette semaine de second tour, je ne suis même pas sûr que les uns et les autres prennent la peine de mettre de masques, et il n’y aura pas que les listes concurrentes dans la bataille (les recalés du 1er tour sont pour certains très fâchés – mais je peux leur rappeler pourquoi une partie de Bandol ne voulait pas d’eux dans la mêlée, apparemment, certain(e)s n’ont toujours pas compris malgré leurs scores).

Tout et n’importe quoi circule déjà sur les 2 listes qui auront l’honneur de se disputer les voix des bandolais dimanche prochain. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça part très mal (pour Bandol et pour l’honneur, premières victimes recensées).

NON, Christian Palix le maire sortant n’est PAS associé au PS ! Christian Delaud s’est associé en son nom propre, par amitié et par confiance envers l’homme (je désapprouve totalement la démarche et le jugement qu’il porte, mais je sais faire la différence entre un homme et un parti). Il n’a pas voulu porter une liste de gauche et agit un individu libre. Et c’est leur droit à tous les deux, et ils courent ensemble sous la bannière de l’investiture UMP librement. Ca ne crée pas une alliance de partis et il faut être mou du bulbe pour penser et dire le contraire.*

NON la liste challenger de Jean-Paul Joseph et Laetitia Quilici n’est PAS gauchisante. Il a choisi l’étiquette UDI (centre droit) et est associée à la responsable locale de l’UMP (droite).

Les 2 listes ont des gens de toutes les sensibilités politiques dans leurs rangs, et c’est ce qui devrait prévaloir au niveau local. En tous cas c’est ce que j’ai répété pendant 6 ans sur ce blog indépendant.

Que les perdants du premier tour aillent ronger leur frein et cracher leur amertume loin des urnes. Et qu’ils tirent les leçons de leur déconfiture au lieu d’alimenter une campagne sale qui ne fait que démarrer.
En espérant que les 2 listes candidates n’oublient pas de faire campagne, parce qu’elles vont avoir à lutter contre de nombreux ragots (et des procédés pitoyables – lire le billet d’hier du rat Jules sur Bandol-blog), en les remerciant par avance de ne pas en rajouter.

J’entends des gens reprocher aux différents candidats des 2 listes de n’avoir pas de figure : j’espère pour certains de ces braillards qu’ils se tiendront longtemps loin d’un miroir. Je savais que la politique rendait fou, mais je crains qu’un jour les historiens disent qu’en 2014, certains militants de plusieurs bords se sont comportés comme des porcs.
Rendez-vous dimanche soir pour les résultats. Et que Bandol me foute la paix jusque-là (ce sera réciproque).

 F.M. – www.bandolais.fr

* Ca peut et va probablement décrédibiliser le futur politique de mon ami Delaud, et je pense qu’il commet une faute majeure en cautionnant le maire (pas pour ses couleurs mais pour sa pratique de la politique). Mais à mon avis, Christian Delaud n’en a rien à faire de son avenir politique, et a juste envie une dernière fois d’avoir une occasion de servir Bandol, sa ville qu’il aime. Tellement que je connais un paquet de gens de droite qui auraient bien aimé l’avoir avec eux s’il avait bien voulu faire une seule fois et avec eux ce qu’il vient de faire pour le maire : ranger sa carte du PS.
Et je regrette que son argumentation soit en train de s’aligner sur celle des andouilles qui lui font un procès indigne.
Christian, si ton équipe doit gagner ou perdre au second tour, fais-le sans fâcher les gens qui t’ont en estime. Et vivement que tout cela cesse et qu’on prenne un verre en tâchant d’oublier ce cloaque.

Le texte en illustration est extrait du livre de Raymond Culioli (Bandol – la deuxième vague), et montre que les mauvaises habitudes auraient tendance à s’ancrer dans les moeurs politiques bandolaises…Merci au lecteur qui me l’a transmis.





Article précédent : Fin des commentaires

Un commentaire

  • Beaucoup de messages privés pour me faire remarquer que je défends Christian Delaud alors que lui-même revendique son étiquette socialiste…

    Je n’ai pas la même lecture :
    – il a toujours dit qu’il ne se cacherait jamais d’appartenir à un parti.
    – il s’en explique depuis quelques jours ou semaines, en réponse à une mise en cause qui dure depuis des mois…

    Parce qu’il n’y a pas eu d’alliance de listes UMP et PS que je sache. La question de la carte rose de Christian Delaud, ce n’est pas lui l’a agitée. C’est bien tout ce que Bandol compte d’anti-Palix qui depuis des mois met cette étiquette d’un individu sur le tapis.

    Il me semble qu’avec un tout petit peu d’honnêteté intellectuelle, on pourrait en convenir, et reconnaître que les étiquettes de parti dans cette élection sont l’objet d’une instrumentalisation qui nous éloigne beaucoup de Bandol. Hélas, on me fait savoir que l’honnêteté intellectuelle a définitivement plié bagages il y a une semaine environ…