De l’implantation des bornes techniques du port de Bandol

IMG_4347.JPGIMG_4346.JPG Bandol-blog en est à son troisième article en 7 jours sur le fait que le dos des bornes électriques fraîchement installées sur le quai d’Honneur de Bandol est plus joli que la face présentée aux passants.
C’est tout à fait vrai, mais comme le fait remarquer un commentateur, c’est ainsi que s’implantent les bornes sur tous les ports de France: je présuppose qu’il y a des raisons techniques ou réglementaires pour les disposer ainsi (étant navigateur avec quelque expérience, je pense à la sécurité* du marin ou technicien qui …/…


…/… ne doit pas avoir besoin de stationner entre la borne et l’eau pour lire son compteur, accéder à d’éventuelles trappes, actionner la carte magnétique qui crédite le compteur, etc.): en se relevant de la position accroupie, une perte d’équilibre pourrait entraîner un accident idiot, d’autant que les bornes sont d’habitude encore plus proches de l’eau).
IMG_4345.JPG Christian VIALA insiste pour faire retourner ces bornes, mais je doute que lui et les commentateurs qui rejoignent sa réclamation soient écoutés par la Mairie accusée d’incompétence (pas la peine d’en rajouter avec des cas où l’erreur n’est pas réelle) mairie dont je pense devoir ici jouer l’avocat : IMG_4344.JPGau-delà du coût de l’opération qu’ils souhaitent, s’il faut retourner les bornes massives des grosses unités, il faudra également pour être cohérent (et mettre les trappes du même côté), retourner les petites bornes de puissance plus faible. Et là je ne suis pas certain qu’on gagne au change (les branchements ne sont pas sur les côtés sur les petites bornes, donc câbles et tuyaux traîneraient alors dans les pieds des promeneurs).
Pas d’incompétence technique côté Mairie (peut-être un choix de bornes pas esthétiques, mais on ne pourra certainement plus changer de fournisseur pour les bornes posées), et tout au plus faut-il blâmer les constructeurs pour n’avoir pas su rendre aussi beau le côté passant que le côté usagers… Mais si on veut garder une certaine homogénéité et se conformer à ce que veut la sécurité, alors il faudra bien laisser les bornes comme elles sont, et accepter que les riches propriétaires de yachts que Bandol souhaite attirer et qui paieront leur stationnement au prix fort, jouiront d’une vue plus jolie que celle dont bénéficieront les passants venus rêver en contemplant leurs navires… Les ports sont ainsi faits.
Frédéric METEY
www.bandolais.fr
* Imaginez l’article suivant, dans le futur (ça ferait désordre):

UN MILLIARDAIRE AMERICAIN SE TUE DANS LE PORT DE BANDOL
Les installations techniques ne respectaient pas les normes de sécurité européennes


C’est dans la nuit de Jeudi à vendredi, vers 1H30, que suite à un repas copieusement arrosé selon les premiers témoins, à l’une des meilleures tables de la ville, que Steve GATMER a fait une chute accidentelle et tragique, du quai sur la plate-forme arrière de son yacht. Selon sa famille, c’est en se relevant après avoir « trifouillé » longuement accroupi la trappe non éclairée des connecteurs de courant pour rétablir l’alimentation électrique à bord de son yacht, que le patron du groupe informatique aurait perdu l’équilibre, et chuté tête la première sur la plage arrière de son « CompuSea », modeste réplique de 35m de son magnifique Yacht bostonnien et battant lui aussi pavillon bahaméen.
L’avocat français du groupe éponyme, Me Duracuire, a confirmé être chargé des poursuites contre la ville de Bandol qui avait choisi une implantation inversée des bornes techniques, pour des raisons esthétiques mais au mépris des règles élémentaires de sécurité, et en contrevenant aux normes françaises et européennes pour ce type d’équipements.

Après la parution de notre édition papier de ce matin, notre rédaction a constaté sur une célèbre plate-forme d’enchères via Internet, la mise en vente d’appartements et maisons bandolaises au prix de 1€, certains résidents redoutant d’être endettés pour plusieurs générations face aux dommages que pourraient demander le groupe informatique et la famille du défunt.
.





6 Commentaires

  • @ Fred,
    Voila une façon très agréable-et digeste-d’exprimer un avis sur une question mal approchée par ceux qui critiquent le sens des bornes qui en dépit du bon sens sont posées dans le bon sens. Enfin une façon de t’exprimer avec beaucoup d’humour mais avec un argumentaire qui tient la route et le quai.Je partage tout à fait tes explications et je suis jaloux de ne pas les avoir exprimées comme tu l’as si bien fait.

  • J’adore 🙂
    J’ai pas trouvé de textes sur cet orientation en quelques minutes, mais de toutes les implémentations vues, elles le sont toutes de la même façon, mais c’est vrai qu’il y en a des sacrément plus jolis!

  • Jean-Maurice Tupin

    Bonjour,
    l’écusson de Bandol aurait été plus joli que le mot BANDOL. Je suppose que les plaisanciers savent qu’ils sont dans le port de Bandol !!!

  • Je ne parlai que d’esthétique.
    Je laisse l’aspect technique aux professionnels.
    Entre parenthèse, je n’ai pas vu plus d’emplacement de carte magnétique que de beurre en broche.
    Les petites fenêtres sur le devant pour les grosses et sur l’arrière pour les petites, servent à accéder aux disjoncteurs pour les remettre en service lorsqu’ils sautent.
    Après tout est question de gout.
    Nous ne devons pas avoir le même.
    Ils sont tous dans la nature.

  • l'employé solitaire

    les bornes d’alimentation électrique du port(les grosses unités) sont effectivement orientées du mauvais côté l’ecusson devant être orientés côté passant. confirmation dans d’autre port

  • Voilà qui relance le débat…
    Dans quels ports peut-on observer ce modèle monté de la façon souhaitée par les terriens (aux dépens des marins)?
    Pour ma part je pense toujours que c’est la distance au bord de l’eau qui permet de choisir quelle face on veut présenter aux visiteurs marins et piétons… La face technique doit respecter une distance de sécurité minimale, qu’elle soit l’objet d’une norme ou pas (et à Bandol, je n’ai pas mesuré, mais elle serait peut-être suffisante avec plus d’un mètre à vue de nez).
    Qui se dévoue pour demander des éclaircissements au constructeur ou à la Mairie?