Conférence Internet à Bendor: mes commentaires

Pour tout vous dire, vendredi 26 je n’avais pas prévu d’y aller: payer 20 euros pour une conférence que j’ai plutôt l’habitude d’animer, bof…
net progres risques.jpg
Cela dit, c’est vrai qu’une conférence touchant à l’Internet sur le territoire de Bandol, ça pouvait légitimement concerner Bandolais.fr, mais ça tombait sur mes heures de travail. Alors il s’en est fallu qu’une personne inscrite ait été empêchée au dernier moment, et pense à m’offrir sa place (merci encore), pour que je me décide à assister à cette excellente initiative, organisée par Maurice CONNAT, sous l’égide de la Mairie, et en partenariat avec l’île de Bendor qui nous accueillit au Delos.
Ce fût très intéressant, notamment d’assister à la présentation par d’autres spécialistes (et même plus pointus que moi), mais je fais probablement partie des rares qui auront retiré tout le sel de cette journée, car je pense qu’il existait un décalage entre intervenants et auditoire, accompagné d’un petit bémol d’organisation.
Au final, devant une assemblée venue peut-être confirmer ses « a priori », je crains que du titre de la conférence, beaucoup aient retenu surtout le terme de « risques », et effacé le terme « progrès ».

En effet, il m’a semblé que la majorité de l’assistance n’était que modérément familière d’Internet, ce qui est confirmé par l’âge moyen du public (le gendarme l’a d’ailleurs souligné dans la dernière intervention, ne trouvant qu’une personne née à « l’ère numérique » parmi nous).
La première communication, par Serge CHAUDY (enseignant mais aussi chercheur) donna le ton: parlant de « web 2.0« , de « LinkedIn« , et autres sites et concepts inconnus des profanes, il créa d’emblée un fossé. J’ai regretté qu’ensuite, il aille dans le sens de l’alarmisme, balayant en 3 phrases le site Wikipédia, dont il souligna les limites en omettant de rééquilibrer par le rappel des aspects positifs, dont il est par ailleurs très bon connaisseur j’en suis certain…
La seconde communication, passionnante, ne portait cependant que sur une question précise, traitée via l’observation d’un site précis, où la chercheuse Corinne ALLOUCHE relève avec raisons, des possibles dérives sectaires. Cette micro-précision est le propre du travail des doctorants thésards et chercheurs. Mais clairement, sans vue globale, on en ressort avec une impression exagérément préoccupante.
D’ailleurs la première (courte) salve de questions qui suivit résuma bien la situation: un homme dont l’âge révélait l’expérience, et dont j’appris ensuite qu’il n’était pas vraiment quelqu’un de « limité intellectuellement » (ancien membre du Conseil économique et Social de la République – excusez du peu), interpella les deux premiers orateurs en leur demandant comment utiliser ce qu’ils venaient d’énoncer, dans sa propre expérience du Net… La pause me confirma plus tard qu’il n’était pas seul à se poser la question.
Fort heureusement, la troisième communication, par le pédopsychiatre Jean-Noël TROUVÉ (recruté à Marseille par le Dr PALIX avec qui il collabora ces dernières années), me parut bien plus équilibrée et adaptée: s’il donna son témoignage sur les problèmes notamment d’addiction qui concernent les jeunes, son tableau fût plus accessible et moins sombre, confirmant que tous les usages excessifs ne mènent pas à la catastrophe systématique. Il donna des pistes certainement utiles à bien des (grands-)parents.
Après un déjeuner très agréable sur la terrasse côté port et fort bon, Arnaud LUCIEN réussit une peinture juridique très équilibrée (et sans jargon technique inexliqué) tenant compte du temps imparti, sur les problèmes de droit d’auteur, et de bouleversement des modèles existants et du cadre législatif, où les problèmes restent à ce jour quasiment entiers.
Enfin la gendarmerie clôtura par un diaporama totalement fidèle à son rôle: on n’ignorera pratiquement plus aucun des risques sur Internet. Malheureusement, ce tour d’horizon se fit forcément en une heure, au pas de charge, et beaucoup auront eu du mal à suivre. Personnellement je passe par exemple 1H30 en cours à expliquer le « Phishing« , et à donner les conseils pour le déjouer… Là ce fût fait en 5mn. Et sur le bateau du retour, je fis remarquer à Jean-Pierre PASSEMARD, que je voyais un point complémentaire à sa liste de mesures de protection: la formation des utilisateurs (je prêche certes pour ma paroisse). Sensibiliser aux risques fait partie de la mission, et c’est réussi, mais je conseille à tous ceux qui se sentiront effrayés et perdus, de fréquenter la Cyberbase de Bandol, où Isabelle CARLE les aidera à apprivoiser un environnement aux dangers certes réels, mais tellement passionnant et utile!!!
Reste que je n’ai pas l’explication du final, qui nous aura laissé sur notre faim. Peut-être que la salle était payée jusqu’à 16H tapantes sous menace d’astreinte…
En tous cas, les organisateurs ont stoppé la séance de questions-réponses dès la seconde interrogation du public, et nous ont mis dehors sous prétexte de ne pas retarder ceux qui devaient prendre le bateau de 16H (ils avaient déjà quitté la salle en tout liberté). Les commentateurs confirmeront sans doute, mais une bonne part de la salle est partie frustrée de ce final très abrupt, et qui finalement nous aura privé d’un véritable échange avec les conférenciers. C’est aussi sans doute ma déformation de vulgarisateur qui a été froissée: je reste volontiers 1 à 2 heures sur place à échanger avec mon auditoire quand je clos ce genre de manifestation, car sur un champ aussi vaste, les questions sont nombreuses…
Ca fait un moment que je pense proposer à l’Université du Temps Libre, un cycle de conférences autour du Net, et il va falloir que je me décide à franchir le pas, car la première et la dernière des conférences étaient clairement dans mon périmètre habituel, et méritent d’être développées.

Frédéric METEY
Vice-major 2002 du Mastère Spécialisé « e-Business » de l’ESCP-EAP
www.bandolais.fr
www.var21.fr

PS: A cette heure, je ne trouve pas sur le site de la Mairie les supports écrits des 5 interventions, mais j’espère qu’ils seront communiqués aux participants comme promis..





Article précédent : Conseil Municipal lundi 29 juin

3 Commentaires

  • […] pour ceux qui avaient assisté à la conférence Internet organisée par Maurice CONNAT à Bendor en juin 2009, c’est prendre le temps au travers de 24 semaines de cours (à raison d’1H30 chaque), […]

  • Les thèmes développés tout au long de cette journée m’ont paru à la porté de la plus grande partie des participants bien que Serge Chaudy ait été un peu plus technique que les autres. Je comprends que vous ayez été personnellement, peut être, un peu frustré, compte tenu de vos connaissances approfondies dans la matière. je suis moi-même diplomé d’un DESS informatique.
    En ce qui concerne la fin de la séance, effectivement, pour les puristes que nous sommes, nous souhaiterions que ce type de débat se poursuivre indéfiniment, comme toujours dans tous les séminaires et conférences que nous avons suivis.
    Je voudrais ajouter pour finir, que je signerai immédiatement pour tout autre conférence culturelle à venir à 20€ traversée et repas compris dans ce cadre idyllique de Bendor.
    Enfin, étant pleinement satisfait de cette journée, je remercie les organisateurs pour la mise en oeuvre et la réalisation de cette conférence.

  • @ René:
    Je n’ai pas été frustré puisque je ne faisais clairement pas partie de la cible d’une conférence de vulgarisation et venais en le sachant. Je l’évalue en tant que « confrère », et pense qu’une vulgarisation plus poussée aurait été souhaitable, mais si personne ne commente, on ne le saura jamais… Sans connaissance globale du monde internet, il me semble qu’on pouvait en ressortir passablement inquiet.
    Pour le reste, je pense que nous sommes d’accord, et que c’était une journée réussie et agréable… dont je n’ai pas manqué de souligner les aspects positifs.