Christian Delaud, ou la gauche en réunion publique de campagne

« Ils sont où les socialistes? »

Cette phrase m’a été adressée après la réunion de ce mardi 4 mars de la liste « de gauche », par un homme de droite (UMPiste): il s’attendait à un meeting de Ségolène Royal, et il est tombé sur un authentique bandolais qui n’a parlé que de sa ville… Ben voui, je ne cesse de répéter que cette élection est municipale, et qu’il faut causer gestion et projets, pas philosophie ni économie mondiale… Ah ces électeurs!!!

Alors, qu’est-ce qu’il a dit notre méchant gauchiste?

Delaud MeetingIl a d’abord présenté sa liste, comme tout bon candidat à la Mairie de Bandol. Un peu plus jeune que les autres, certains colistier(e)s étant encombré(e) de poussettes ou de jeunes enfants… Inhabituel. Et il en a profité pour lancer l’offensive en clamant que le harcèlement moral subi par certains depuis 7 ans n’aurait plus cours si sa liste, plus humaine, était élue. Pas de précisions, mais l’offensive a laissé place à une lecture du programme. Ca peut faire peur un programme lu, mais il a fait court: en une heure il nous a libéré, sans nous farcir la tête mais en étant clair sur ses idées (moi je vais encore faire long, mais c’est pratiquement mon seul article de la campagne sur Delaud depuis ma rencontre privilégiée avec lui): …/…

…/…

Christian Delaud pense que l’intercommunalité est l’enjeu de cette élection (comme Michel Sauzet). Face à un Maire qui a déjà accepté que ce débat se termine par l’incorporation de Bandol dans TPM, lui défend l’idée que Sainte Baume est possible et préférable. Les avantages sont que pendant les années Ste Baume, on appartiendrait à un regroupement à notre échelle et partageant histoire valeurs et intérêts économiques cohérents, que Bandol gardera la main sur son PLU/POS au lieu de la céder au SCOT du grand Toulon, que Bandol pèsera plus lourd avec ses villes voisines de communauté à l’heure où l’agglomération toulonnaise finira par nous absorber, dans un futur plus lointain. Dernier avantage, appartenir à Ste Baume nous rattache à une zone gendarmerie, alors que nous sommes actuellement dans une zone Police. Le Maire avait bien expliqué dans son bilan qu’il ne sert à rien de venir le voir pour lui demander d’exiger des gendarmes pour la sécurité de Bandol: la ville appartient aujourd’hui à une zone Police. Il a raison, mais Delaud a peut-être mis le doigt sur une solution, d’autant que Bandol abrite déjà un bâtiment de gendarmerie (affectée à d’autres tâches que la sécurité locale), et pourrait donc facilement accueillir les quelques gendarmes détachés à Bandol. Personnellement je ne vois pas toute la différence, mais certains sont très partisans de cette solution et seront ravis, d’autant que Delaud a donné des exemples où la police nationale (basée à Sanary) a tardé à réagir sur des problèmes bandolais ou s’est défaussée sur notre police municipale (qui n’avait soit pas compétence, soit n’était pas en horaires d’activité).

Sa sensibilité de gauche s’est plus exprimée sur un thème que cette partie de l’échiquier politique tente toujours de faire valoir comme « de gauche » (notamment parce que les partis verts ayant survécu se sont essentiellement « gauchisés »): le développement durable. Je crois qu’aujourd’hui ce concept transcende les partis politiques, mais à Bandol, ce sont les listes de droite (celle UMP et celle « Droite Républicaine ») qu’on a le moins entendu sur le sujet. Le Maire a promis de s’adapter et de faire du « TQH », mais ça reste une promesse à la veille d’élection. D’ailleurs Haute Qualité Environnementale, ça se dit HQE, pas TQH, ce qui montre sa familiarité avec le concept (sauf si TQH est un autre acronyme que je ne connaisse pas). Bref, Sauzet a promis une station photovoltaïque et des contraintes HQE pour ce qui sera construit ou lourdement rénové (bâtiments municipaux), et Delaud lui s’est octroyé 2 principaux chevaux de bataille: l’eau, et les véhicules municipaux propres (plus la création d’une zone maritime protégée).

L’eau, parce que ce siècle aura cette ressource comme enjeu majeur (avec le pétrole, mais ce n’est pas de la compétence de Bandol j’imagine). Et que l’eau du canal de Provence coûte cher (je profite de l’occasion pour signaler à Michel Sauzet qui propose le raccordement au canal de Provence, que c’est déjà fait depuis… longtemps sauf erreur de ma part). Son augmentation prévisible permet à Delaud de soutenir son projet de modernisation de la station d’épuration de la Cride (co-gérée avec Sanary), pour ne plus gaspiller (au passage encore, il veut faire expertiser les réseaux d’eau de la ville, qui perdent 30% selon lui, ce qui est idiot et coûteux). Tout ça n’est pas très sexy, mais on sent qu’il y a un vrai point à creuser (quand les politiques se mettent à nous parler de trucs pas excitants, soit c’est leur intérêt, soit ils sont sincères): toute l’eau que « la Cride » rejette à la mer est perdue. Une partie peut servir (ou sert déjà) à Sanary pour l’arrosage des espaces verts. Delaud veut faire pareil pour Bandol, avec une eau assainie sans avoir besoin d’être potable, et qui peut servir à un truc qui bouffe beaucoup d’eau à Bandol: la zone technique du port, l’activité de carénage usant effectivement les compteurs d’eau). Idéalement, le projet devrait également servir à arroser le golf de Frégate à St Cyr, qui est demandeur d’une eau moins chère pour son green. Jusqu’au golf de Frégate, ça fait encore chantier pharaonique, non? Delaud assure que tout ce qu’il présente est financé, et en particulier par Europe, Conseil Régional et Général… Je n’ai pas vérifié, mais il paraît que de tous bords politiques, on tient Christian Delaud pour un homme de dossiers. En tous cas, ces préoccupations sont clairement dans le sens de l’Histoire, même s’il aura du mal à mobiliser la partie de l’électorat la moins sensible à ces questions (pour beaucoup de bandolais, les problèmes d’eau concerneront leurs petits-enfants, qui ne vivent pas tous à Bandol).

Les véhicules électriques: son argument est simple. Ces voitures sont particulièrement utiles lorsqu’on s’en sert sur de petites distances, à horaires bien définis (en journée par exemple). Les véhicules municipaux correspondent idéalement à ces critères. Dans l’opposition il les a réclamé à François Barois, qui le lui a toujours refusé. L’autre avantage, c’est qu’il ne pourra plus peser de soupçon sur les employés municipaux qu’on a souvent accusé par le passé de se servir de ces véhicules à des fins personnels. Un véhicule électrique ne pouvant les conduire en week-end au loin facilement, ils seront enfin blanchis de facto de cet affront à leur probité. En plus, comme pour l’eau, selon ce candidat le coût serait nul grâce aux diverses subventions. Rien à dire contre ça. Electrisons nos véhicules communaux, qui que ce soit qui finisse dans le fauteuil du Maire, puisque question environnement, « y’a pas photo »…

Delaud PupitreEnsuite, il a parlé de l’authenticité de Bandol, et il est clair qu’il est au club de ceux qui n’aiment pas les choix urbanistico-esthétique du Maire sortant (en fait les 3 candidats alternatifs en sont membres). Il veut un Bandol provençal, et fidèle à son histoire de village, dans le berceau de son passé (le bassin économique et culturel de la Cadière dont Bandol qui en était le port a été détaché il n’y a pas si longtemps). Et pour commencer, Delaud veut reméditerraniser tous les squares et espaces verts, en commençant par le Parc du Canet qu’il accuse (comme Palix et Bogi) François Barois d’avoir laissé dépérir.

Comme pour tout village, Delaud veut une salle des fêtes pour Bandol (implantée au « stade des grands-ponts ») là où Barois veut un bâtiment dédié aux entreprises technologiques plus pisicne, et Palix un hôtel ***. Personnellement, je ne suis pas sûr qu’après une Médiathèque, il nous faille une salle des fêtes (encore que c’est beaucoup moins cher – 450.000€), mais c’est son financement qui aura fait s’esclaffer toute la salle: Delaud veut supprimer le poste de cabinet du Maire qui lui paraît inutile pour 8000 habitants, et soutient qu’en 6 ans, les salaires économisés auront payé l’essentiel du bâtiment. A mon sens, les projets de Barois ou Palix seront plus utiles à la commune, et je pense que les bandolais qui rêvent majoritairement d’une piscine risquent de basculer sur cette non-promesse électorale du Maire (tiens, encore un problème d’eau).

Logement social: l’exiguité du territoire communal empêche pratiquement Delaud d’imaginer respecter la loi SRU sur les 20% de logements sociaux. Pour autant, il s’engage à aider en particulier les jeunes bandolais notamment en ménage à pouvoir résider sur le territoire de la commune. La politique du 1% logement lui semble visiblement inadaptée à cette cible. En tous cas, bien que socialiste il n’aura pas fait de démagogie sur un terrain où il doit pourtant être attendu.

Le port: Delaud y veut la transparence, en proposant de créer une commission d’attribution des places aux usagers qui sont sur la liste d’attente. Je ne sais pas comment ça se passe aujourd’hui, mais j’entends dire que c’est opaque et Mr Robert (adjoint au Maire sortant qui pourrait prendre la direction du port via la SOGEBA qui le gère en cas de réélection) m’affirme que tout est parfaitement transparent. Si quelqu’un veut bien éclairer notre lanterne… Parce qu’en plus Delaud a affirmé que le port était déficitaire en 2005, et n’a retrouvé l’équilibre en 2006 que grâce à des artifices comptables (des charges qui ne sont plus assumées par le port mais par la commune). Pour le 8ème port de plaisance français (je ne sais toujours pas où vérifier ça), c’est vrai que c’est dommage, et si Delaud me lit, il doit aussi lire Bandol-Forum (en tous cas, les interrogations sont les mêmes). Pour en finir, et refaire le lien avec l’authenticité de Bandol, Delaud veut que notre port ait un quai provençal, dédié aux pointus et autres voiles latines.

Transports: Delaud veut rendre gratuits les bus-navettes qui sillonnent la commune (coût de 5000 euros pour la Mairie). L’idée est que les bandolais usent plus de ce service et moins de leurs voitures. Louable intention, mais je prédis peu de succès à cette mesure. Qui va renoncer au confort de sa voiture personnelle au profit d’un minibus aux horaires contraignants. Certes, ce serait gratuit et ça traite le problème du stationnement, mais je ne pense pas que les bandolais soient prêts à modifier leurs comportements pour le prix d’un ticket économisé. De la même façon, il veut créer une ligne de navette reliant un grand parking à proximité de l’autoroute au centre ville, pour éviter l’afflux de voitures dans la cité. Là encore, la contrainte de l’attente du minibus me paraît vouer cette idée à l’échec, d’autant que comme le soulignait François Barois, si la navette est prise dans les bouchons pour aller au centre ville, on a plus vite fait à pied au mois d’août. Delaud parie sur des panneaux informant en temps réel de la saturation des parkings en ville pour que les automobilistes garent leurs voitures à cette sortie d’autoroute au profit de la navette. Il a sûrement raison, mais je pense qu’il a raison avec 20 ans d’avance sur les comportements en France. Trop tôt selon moi. Beaucoup trop. Le topo ne serait pas complet sans dire que Delaud prévoit un parking central souterrain, comme Palix et Bogi, mais sans l’annoncer à 0€, ni l’intégrer dans un chantier énorme du quai de Gaulle ni sans dalle paysagère au dessus du parking. Moins sexy, mais certainement plus honnête dans son approche. C’est son deuxième gros chantier à lui, et là aussi il parle de subventions pour en rendre le coût supportable. Quant aux travaux… Je veux bien que ce soit réalisable, mais Barois n’a pas tort en disant que ça risque de plomber l’ambiance chez les commerçants du centre ville et du quai de Gaulle en particulier, pendant un sacré bail.

Dans les derniers points, Delaud veut rendre son attrait de station hivernale à la ville, avec une politique culturelle usant de tous les atouts de Bandol et sa région (dont création d’un musée de la vigne et du tonneau), en s’appuyant aussi sur nos célébrités locales, dont une inconnue ici mais révérée dans le monde entier, le précurseur de la théorie de la tectonique des plaques qui a défriché le sujet en obervant les carrières voisines – Mr Marcel Bertrand), et surtout en démarchant activement les tours-opérators, les croisiéristes et autres autocaristes. Au Val d’Aran il veut tenter d’attirer des entreprises liées aux nouvelles techonologies (pas si loin de Barois, mais sans construire l’immeuble que prévoit le Maire sortant en complément au stade des grands-ponts). Et question services sociaux, développement d’aides et services à domicile (portage de médicaments, etc.) pour les personnes seules ou âgées, transport scolaire dès la maternelle (la seule condition étant que pour cette tranche d’âge la Mairie puisse fournir un accompagnateur que Christian Delaud s’engage à mettre à disposition). Ah j’oubliais, entouré de colistiers actifs, notre gauchiste a observé que ceux-ci étant privé de marché du mardi matin, il voulait lui offrir un petit frère le samedi, avec la particularité (pour le rendre en soi attractif), d’y développer un espace bio. Comme c’est très tendance « BoBo », si je gagne un peu plus de sou l’an prochain, je serai pile dans la cible de ce nouveau marché… Why not?…

La séance des questions a été perturbé par un membre de l’auditoire qui a monopolisé le micro sur un problème de voisinage, mais Delaud a quand même pu être interrogé sur la propreté de Renecros qu’il a élargi. Pour lui, oui, certains quartiers de Bandol sont sales et sentent mauvais, et il s’engage à rendre leur lustre à nos plages, toutes nos plages. Questionné sur ce qu’il fera en faveur de l’hôtellerie, il a argué que c’était d’abord l’attractivité touristique de Bandol qui devait être retravaillée pour inciter les hôteliers à réouvrir des établissements (privés comme il l’a souligné) sur notre commune. Il se méfie beaucoup de l’accord donné à la construction d’hôtels (qui ont droit à des surfaces construites supérieures à la norme) pour être quelques temps après transformés en appartements. Il ne se veut pas « complice d’opérations immobilières déguisées ».

Au classique pot de l’amitié, on a fait le bilan avec mon UMPiste (voir le début de l’article) et quelques autres, et c’est vrai que les bandolais n’ont pas à craindre de finir au kolkhoze avec un socialiste de ce tonneau là. Voilà un bandolais de souche amoureux de sa ville, et dont les idées progressistes de gauche se manifestent par un intérêt pour des questions peu électorales qui toucheront davantage les jeunes que les retraités, mais qui ne pourra pas refaire son retard (ben oui, à gauche dans une ville aujourd’hui nettement conservatrice) avec d’autres idées qui tiennent parfois plus du voeu pieux que de la réalité acceptable par les citoyens. Au final, pas de grands projets bien apparents qui laisseraient son nom de Maire au frontispice d’un bâtiment communal, un programme qui semble honnête intellectuellement bien qu’aujourd’hui un peu utopiste (je ne vais pas moi lui jeter la pierre), mais qui pèsera peu face à son étiquette socialiste que ses rivaux ne manquent pas d’agiter pour le marginaliser. Son dernier atout reste sa réputation d’homme intègre et bosseur que j’avais signalé lors ma première rencontre avec lui. En politique, et dans le climat de campagne qui règne en cette dernière semaine, je doute que cela suffise à compenser son absence quasi-totale de la campagne jusqu’à ces toutes dernières semaines (encore que j’ai observé quelques hommes de droite qui lui font confiance et s’agitent ou lobbyisent en sa faveur depuis un certain temps). Lui l’a promis, c’est sa dernière campagne municipale (comme tête de liste), bien que le plus jeune des candidats.





8 Commentaires

  • Bonjour
    Je viens de lire ton article après avoir lu Var Matin. Je constate, qu’après avoir lu des contres vérités (PLU et SCOT par exemple), j’ai reçu confirmation de ce que le prévoyais, c’est la fusion avec l’équipe Palix au second tour. OU SONT LES HOMMES ET FEMMES DE GAUCHE????
    De plus j’ai découvert aussi que les retraités ne payaient pas de taxe d’habitation ou de taxe foncière, car C. Delaud veut s’occuper en priorité des jeunes Bandolais. Il sera un jour retraité et peut être ce jour là, il changera d’avis!!!
    Pour la liste, même si elle est plus jeune en moyenne, il semble aussi que ce soit une affaire de famille!!
    gervais serge

  • @ Serge: je te redis ce que je répondais à ton commentaire sur la note précédente:
    Pour le SCOT, il s’appliquerait différemment selon la communauté choisie si j’ai bien suivi les candidats: parce que dans TPM, Bandol perdrait la maîtrise du foncier (attribution que ne s’arroge pas Ste Baume en termes de compétences). Je me suis trompé?
    Attaque personnelle avec « affaire de famille »? Je connais beaucoup de famille où l’engagement en politique est une tradition culturelle (tu as les Clinton comme exemple célèbre en ce moment). Tant que ça ne vire pas à la gestion clanique d’intérêts partisans, je ne vois rien à y redire. C’est courageux, surtout quand c’est auréolé d’intégrité. Tu ne trouves pas?

  • @ Serge Gervais (bis): j’ai lu Var Matin à l’instant, et n’ai pas la même lecture que toi. Quand ils parlent d’une liste de gens qui vivent à Bandol, je comprends qu’il met en avant la connaissance de la ville, l’implication de ses colistiers (parce qu’un directeur de cabinet ministériel à Paris est sûrement influent mais quel est son vrai temps disponible pour Bandol?). Ce n’est pas un positionnement anti-retraités (il est aux portes de la retraite): en fait Var Matin et moi avons fait l’impasse sur la partie service sociaux ou pratiquement (qui en parle largement), et de mémoire, devant le transfert programmé de l’office du tourisme à la maison des vins, il a proposé que notre office du tourisme actuel devienne une « maison des séniors » (un lieu de convivialité dont je ne sais plus le nom exact qu’il a utilisé, et également accessible aux boulistes chers à ton coeur).

  • Je pense ne pas me tromper, mais renseignes toi tout de même auprès des autorités compétantes. Le SCOT a été établi en prévision de la grande agglommération Toulonnaise (500 000 habitants) et il a été créé pour orienter tous les PLU des communes concernées: les communes encore indépendantes de l’est de Toulon, les communautés de communes vallée du Gapeau, Sud ST Baume, TPM et Bandol et Sanary encore indépendantes.
    Donc mêmes contraintes et avantages pour toutes ces communes où qu’elles se trouvent
    gervais serge

  • @ Gervais: je prends note, mais préférerais qu’un « expert » nous éclaire directement, sans polémique, juste avec du factuel. « Perte de la maîtrise du foncier », arguée par les détracteurs de TPM, qu’est-ce à dire exactement (et comment le SCOT interfère-t-il?)?
    En tous cas je tiens à te remercier d’être comme au début de bandolais.fr mon plus fidèle « conversateur », et je sais que tu fais partie de mes lecteurs les plus fidèles (je ne peux pas te donner la médaille car vous êtes quelques-uns à TOUT lire!!!). C’est pour cet échange que j’apprécie ce blog, et tu auras fait partie de ceux qui ont contribué à sa naissance et sa reconnaissance par ta volonté de débat (et en l’assumant pleinement). Merci à toi.

  • @ Serge Gervais
    Où est il le temps où mes propositions étaient les plus pertinentes?
    Le Mistral est passé par là!
    Aider les jeunes ne signifie pas les opposer aux anciens. Bien au contraire !
    Car comme le fait justement remarquer Fred dans deux ans je serai en retraite.
    Ce qui ne signifie pas pour autant que je ne me préoccuperai que des anciens.
    c’est pour cela que sur la liste Bandol Avenir il y a ma mère et ma fille.
    Cela s’appelle un lien intergénérationnel et pas du népotisme.
    Enfin sur l’alliance avec Palix, je n’ai fait aucune déclaration dans ce sens à la presse et j’ai demandé la parution d’un rectificatif qui devrait paraître aujourd’hui.
    Comme je l’ai toujours dit, je saurai le dimanche 9 mars après les résultats du premier tour ce que nous, Bandol Avenir, ferons.
    La décision sera collégiale.
    Une chose est sûre, je ferai tout pour que Barois ne soit pas réélu car il représente un réel danger pour Bandol.
    Pour finir le SCOT a effectivement été établi pour la communauté urbaine toulonnaise. C’est pour cela que je le combats depuis son origine.
    Par curiosité, interrogez les ollioulais sur TPM ou les ciotadens sur la communauté urbaine marseillaise.
    Parce que c’est bien beau de faire de grandes déclarations mais de telles réalisations se vivent ou se vivront au quotidien pour les habitants de nos communes.
    J’en ai marre des gens qui font des choix partisans et imposeront des solutions dont ils n’imaginent pas toutes les conséquences.
    Moi, je suis un pragmatique et ce n’est pas parce que l’intercommunalité est un concept de Gauche que je laisserai faire n’importe quoi.

  • @ Christian
    Non le mistral n’est pas passé par là!!
    J’espère conserver l’opinion que j’ai de toi, même si nos courants politiques sont opposés.
    Mais pour moi en lisant le journal hier, je fus surpris et étonné, même si tu désires fortement le départ de F. Barois!!! que tu t’engages avant le premier tour pou C. Palix.
    J’ai bien lu le rectificatif sur le journal ce matin et j’en suis soulagé!!!
    Quand aux « vieux » qui viennent prendre leur retraite à Bandol, vu la proportion qu’ils représentent sur la population, tu aurais pu en predre un ou deux.
    gervais serge

  • (Publié par Frédéric METEY pour le compte de Carine PINET qui n’a pu commenter sur le blog et m’a transmis ceci par mail)
    bonsoir j’arrive du boulot et je suis en train de lire les commentaires entre GERVAIS et DELAUD sur l’intercommunalité. je vais mettre mon petit grain de sel et préciser que christian DELAUD pense avant tout aux jeunes bandolais et à ce que l’on va leur transmettre. peut-être que M. BAROIS devrait en prendre conscience. la municipalité ne fait rien pour attirer une population plus jeune.
    christian DELAUD veut faire revivre BANDOL comme au temps où BANDOL était connu dans la FRANCE entière, où les étés n’étaient que fête amusement et tourisme, on a perdu tout ça depuis longtemps.
    il serait temps que les bandolais prennent conscience que la politique de BAROIS est en train de détruire BANDOL. demandez vraiment aux bandolais ce qu’ils pensent de la médiathèque et du nouveau gymnase, comme de l’aménagement de l’avenue du 11 novembre non conforme à la reglementation Handicapés? ne pensez-vous pas que d’autres aménagements pour les jeunes bandolais auraient pu être envisagés?
    quand on pense que nous avons les structures pour créer une crêche collective et que la municipalité ne veut pas mettre les moyens necessaires et financiers à cette création… quand on sait de source sure que certains enfants de maternelle ne peuvent pas prendre le bus scolaire avec leur frere et soeur car il n’y a pas d’accompagnateur prevu par la mairie ou encore que ces même bus ne sont pas munis de ceintures de sécurité alors que les cars qui transportent nos anciens sont tout neuf avec ceintures, on s’interroge sur les priorité de la commune…
    alors quand on me dit que BAROIS prefere TPM a la sainte baume plus rien ne m’etonne (car comme il le dit si bien si vous n’êtes pas content, déménagez). je vous répondrai que M. DELAUD a raison sur le choix de ste baume et demandez donc aux ciotadens ce qu’il pense de la communauté urbaine marseille provence metropole, et comment les 18 communes ont aidés à financer le tramway et comment ils financeront la fin de la L2. je pense que pour conserver notre patrimoine foncier et notre caractère villageois il est important de nous unir à ste baume. j’aimerai que les jeunes bandolais qui liront ce commentaire en prennent également conscience
    (envoyé par mail par Carine PINET)