Chapeau au service communication de Bandol

Etre fonctionnaire territorial ne doit pas être facile tous les jours.
Mais de temps à autre, le talent peut échapper aux fourches caudines du pouvoir politique, et s’exprimer. Je critique souvent la communication de la ville, mais qu’on ne s’y trompe pas, c’est bien la communication contrôlée par les élus que je critique, pas ceux chargés de faire le travail de mise en forme des messages…

Nous sommes nombreux à apprécier le talent photographique d’un Patrick Durville (même si ce n’est pas exactement pour cela qu’il a été recruté et rémunéré) quand il couvre les événements bandolais, ou les affiches qui annoncent les animations : bravo au(x) graphiste(s) de Bandol qui font un travail pour lequel je ne saurais être un juge très éclairé, mais qui me plaît, d’autant plus que mes pages en bénéficient aussi. Ce sont leurs images qui égaient le plus souvent la page Facebook de Bandolais.fr, et le petit module à droite vers le haut de mon blog.

Alors je profite de leur très chouette série d’affiches des fêtes de Noël joliment déclinée visuellement, pour les remercier pour leur travail qui participe à l’information des citoyens, pour les couleurs qu’ils savent donner à la communication descendante de la ville vers ses résidents et visiteurs, couleurs et travail dont nous profitons ici même. Il aurait été dommage de ne pas les saluer comme contributeurs (involontaires?) à la vie de ce blog avant qu’il ne s’éteigne en avril : je risque de ne plus trouver le temps de le faire avec une priorité qui sera évidemment donnée à l’actualité politique de la campagne des municipales 2014. Ils auront plus contribué au contenu de ce blog pendant 6 ans que pratiquement n’importe quel autre bandolais.

Ce blog ne serait pas ce qu’il est sans une petite critique : parfois, on peut se demander si la communication offline et online de la ville sont gérées conjointement, tant il y a des décalages flagrants entre les différents supports, comme si le web et le reste étaient gérés dans des bureaux séparés et qui ne communiquent pas… Etonnant non? Mais encore une fois, cette critique relève strictement de l’organisation par les élus du fonctionnement de LEUR communication. Chapeau aux exécutants, chapeau aux artistes.

F.M. – www.bandolais.fr





6 Commentaires

  • Non seulement ils font de magnifiques affiches mais en en plus ce sont les même qui les installent dans les supports dont on peut voir un exemplaire devant la Banque Populaire.
    Je les avais remercié aussi pour leur travail lorsqu’ils posait celle annonçant le Telethon, affiche qui n’était pas à l’occasion, issue de leur imagination mais dictée par des contingences nationales!

  • D’accord sur tout avec vous monsieur Metey, ces affiches sont splendides et variées, ainsi que les photos de Monsieur Durville mais, comme vous le soulignez si justement, il n’a pas été embauché pour ça, mais c’est devenu son activité principale, Var matin, himself, le qualifiant, je site, « de photographe municipal » dans son article sur Bandol d’aujourd’hui consacré au repas des anciens. Mais alors, pour quelles fonctions à t il été recruté?
    En revanche, le maire sortant ne manquera pas d’utiliser ses talents photographique, pour sa campagne électorale, au frais du contribuable puisque monsieur Durville émarge à 5000€ net, soit environ 8000 € brut mensuel soit près de 100 000€ par an ( 1 point d’impôt) et depuis 4 ans, faites le compte.
    Cher tout de même pour un photographe qui à son tour, mettra tout en œuvre pour la réélection de son « modèle » sinon Il en sera fini de ce job inespéré si bien payé.

  • Si monsieur DURVILLE était « employé » par le maire sortant dans le cadre de « sa » campagne électorale… il y aurait de sacrés risques quant à la régularité de cette dernière… avec au bout du chemin une annulation des élections. J’ose espérer que personne ne s’amusera à ce petit jeu….

  • Patrick DURVILLE

    A M.Soler,

    je ne sais pas d’où vous tirez ce montant de 5000€ pour mon salaire, mais avant d’écrire et publier tout haut ce genre d’affirmation, vous devriez au minimum contrôler vos sources, car cela pourrait être assimilé à de la diffamation !
    J’aimerais beaucoup être payé autant, mais j’affirme ici bien clairement que mon salaire est très très loin de ce montant, et pour tout vous dire, il est simplement du niveau de celui d’un chef de service, ce qui ne sera pas difficile à prouver le cas échéant.
    Au vu travail effectué, qui est loin de s’arrêter aux photos (ceux qui me connaissent le savent, vous n’avez qu’à leur demander), je pense que je mérite amplement mon salaire.

  • @ Patrick DURVILLE :
    les sources peuvent dater de cette époque là, avec notamment l’évocation de la rémunération de ton prédécesseur au poste de chef de cabinet dans les commentaires de cet article :
    http://www.bandolais.fr/2010/09/le-recrutement-public-a-bandol.html#comments

    Nous en avions d’ailleurs parlé ensemble et tu m’avais confirmé l’ordre de grandeur à ton arrivée comme directeur de cabinet et directeur de la communication (me confirmant que la dimension précaire de ces postes était prise en compte pour fixer la rémunération comme l’expliquaient certains commentateurs bien au fait du fonctionnement de l’emploi dans les mairies). Je ne crois pas que la moindre information sur ton rôle, ton affectation, et son éventuelle évolution depuis ait été diffusée officiellement par la municipalité, et la plupart des bandolais qui te savent employé par la mairie en seront restés à cet épisode. Logiquement.
    L’enjeu d’avoir un poste de directeur de cabinet dans une commune de la taille de Bandol, et à ce tarif a d’ailleurs été débattu publiquement lors de la dernière campagne électorale, des candidats proposant de faire une économie immédiate par rapport au fonctionnement du mandat 2001-2008 en supprimant le poste de directeur de cabinet.

    Tu as pu corriger et c’est heureux, avec le niveau de précision qui t’a semblé opportun, et qui permet d’apporter le contradictoire plus difficilement réalisable par le citoyen lambda qui veut commenter que par la presse qui peut enquêter. Mais Mr Soler pouvait parfaitement penser la situation conforme à ce qui a déjà été évoqué en 2008 puis en 2010. Les derniers mails que nous avons échangé les 27 et 28 novembre dernier au sujet de la mise en ligne tardive de la video du conseil municipal mentionnent une signature (automatique?) en pied de mail :
    «  Patrick Durville – Directeur de Cabinet – Mairie de Bandol »

    Je veux bien croire que la situation n’est plus la même, mais on ne peut pas dire que les bandolais puissent aisément en juger, ni n’aient facilement moyen de recouper les sources pour savoir comment est gérée la commune : le principal opposant au Conseil Municipal, l’ancien maire François Barois, fait savoir sur son blog qu’il est lui-même, alors qu’il est élu, dans l’incapacité de contrôler le tableau des effectifs et des embauches! Alors un simple contribuable…

  • Mr Soler peut en effet penser la situation conforme à ce qu’elle a pu être… mais de là à l’affirmer de manière un brin péremptoire… et compte tenu de la grande mouvance des effectifs de la municipalité, c’était un peu risqué comme affirmation.

    @ Patrick,
    mais « diffamation » comme tu y vas…! Considères la part de rêve… en cette période de Noël… 5000€/mois… Nikon ou Leica ! 😉