Chambardement politique à (la Mairie de) Bandol

C’est via Twitter que je l’annonçais dès 16H pour les plus connectés d’entre vous. Je connaissais la nouvelle depuis la fin de matinée: le temps qu’elle me soit confirmée par suffisamment de sources (de Bandol mais même du reste du département – ce qui vous donnera la mesure du chambardement), et je me risquais à la tweeter en milieu d’après-midi.
Le Maire de Bandol Christian PALIX a relevé ce matin de toutes ses délégations Marcel BOGI, son « tandem » de la dernière élection municipale et premier adjoint jusqu’à hier soir.
Après le morcellement en douceur annoncé lundi du principal groupe d’opposition, c’est au tour de la majorité municipale de Bandol, mais cette fois, « d’exploser ».
Le divorce avait été anticipé par

les pronostiqueurs de la vie politique locale dès avant les élections (notamment leurs opposants évidemment), et avait failli être consommé plusieurs fois depuis leur victoire bicéphale. Ce matin un communiqué officiel (que je ne me suis toujours pas procuré) a fait le tour des services de la Mairie mettant fin à ce binôme politique. Je m’étais fait l’écho des tensions au sein de l’attelage dès septembre, puis avais dû prendre acte des dénégations qui avaient suivi la publication de la même info dans Var Matin: hormis les proches de la majorité qui affichèrent leurs protestations d’amitié indéfectible, personne n’était cependant dupe, même si on souhaitait pour la bonne gouvernance de Bandol que l’équipe parvienne à s’entendre et fonctionner avec intelligence. Je leur avais souhaité 4 ans 1/2 de courage pour faire cet effort: hélas, c’était 4 de trop.
On peut penser que si Marcel BOGI a conservé quelques fidèles parmi les 10 autres membres qu’il avait apporté à la majorité municipale, d’autres mouvements suivront, par démission ou par retrait de délégations. L’été pourrait être plus agité que prévu, malgré la chaleur installée qui incite plutôt au relâchement.
Cependant on peut supposer que chacun a compté ses troupes, et si Christian PALIX sait pouvoir diriger la Mairie avec ce qu’il lui reste de majorité (en tenant compte des transfuges d’un camp vers l’autre), Bandol gagnera peut-être une majorité municipale moins large mais plus cohérente, à une seule tête. Cela nous épargnera peut-être des valses hésitations comme celle de l’été dernier. La gestion de la ville pourrait paradoxalement gagner en stabilité et clarté de cap, si le Maire est assez fort (d’autant plus qu’il croule déjà sous le travail après avoir repris dans son périmètre d’autres délégations auparavant dévolues à d’autres adjoints, urbanisme, etc.).
Christian PALIX pourra peut-être compter sur une nouvelle alliée, opposante bienveillante depuis qu’elle a pris ses distances avec François BAROIS. Laetitita QUILICI, qui symbolise la prochaine génération montante de l’UMP, nationalement mais aussi au niveau du département et de Bandol, a coupé le cordon avec l’ancien Maire dont la vie politique est plutôt derrière lui que devant (suite à sa défaite sans appel de 2008). Tous ces hommes et femmes étant aujourd’hui réunis au sein de l’UMP, il fallait bien que Laetitia glisse d’un banc vers l’autre, rejoigne progressivement celui qui obtiendra vraisemblablement l’investiture de leur parti en 2014, et fasse bientôt ses armes comme adjointe avant de briguer peut-être elle-même la Mairie en 2020 (scénario qui a été évoqué par beaucoup de mes interlocuteurs depuis lundi et avant l’événement d’aujourd’hui). Cela ne retire rien à la qualité de son discours devant le conseil (voir les vidéos déjà publiées), mais il ne faut pas être naïf au point d’oublier que cette étoile montante reçoit une formation politique soutenue au sein de son parti, dont on voit les premiers fruits par une opération de communication très maîtrisée: elle lui ouvre toutes les portes sans qu’on puisse lui reprocher grand chose dans cet « opportunisme » qui semble légitime considérant le travail qu’elle veut faire pour Bandol, et au sein de sa famille UMP.
Sur les raisons de ce divorce, la mise en disponibilité de Laetitia (prête à se rapprocher du Maire dans les mois et années qui viennent) a certainement joué sur les nerfs de Marcel BOGI qui pouvait se sentir en danger dans le fragile équilibre de la majorité: qui pouvait lui garantir que sa position et ses prérogatives lui seraient conservées lors des prochaines échéances municipales, et même jusque là? Alors il a fallu quelques incidents de plus lors d’une réunion du groupe majorité hier soir, pour que le ton monte, comme cela peut arriver parfois dans des débats de travail. Sauf que le ton entre les uns et les autres est monté trop haut et que cette fois la liste des 22 ne « récupérera pas le coup » comme par le passé: la chaleur ou l’impulsivité ont fait que c’est allé trop loin, que le Maire a dû trancher, et que décision a été prise de retirer à Marcel BOGI toutes ses délégations de pouvoir.
Pour savoir s’il passera officiellement dans l’opposition, il faudra attendre quelques semaines, voire la rentrée et un prochain conseil municipal, qui permettra aux bandolais de faire les comptes et savoir si Christian PALIX est bien en position de piloter la Mairie: il lui faut 14 voix en plus de la sienne pour la majorité absolue.
Enfin si certains doutent de l’intérêt de Twitter, vous comprenez ici que pour l’info en presque temps réel, c’est l’outil idéal, et même si je ne m’en sers pas beaucoup, je vous invite à rajouter la page dédiée de Bandolais.fr à vos favoris, à la visiter régulièrement, puis à créer vos propres comptes Twitter et à nous informer nous aussi en temps réel de ce qui se passe à Bandol (l’info aurait pu sortir publiquement dès hier soir).

Frédéric METEY
www.bandolais.fr

.





23 Commentaires

  • […] Dépouillé de ses délégations par le Maire, maintenu dans son statut de premier adjoint lors d’un Conseil Municipal qui par son secret a fait grand bruit, il avait fait distribué un courrier annonçant que Jean-Marie SAGNIEZ et lui-même démissionneraient de leurs fonctions, malgré le vote du Conseil en leur faveur. Pour Marcel BOGI, un fauteuil de premier adjoint sans pouvoir ressemblait à un rôle de potiche, et une démission dans les circonstances de sa rupture avec Christian PALIX pouvait ressembler à une sortie honorable de la vie politique bandolaise, laissant la « place aux jeunes » comme concluait son tract publié sur le site de l’AMB. […]

  • […] de mandat de maire, avant que ne redémarre véritablement une campagne électorale locale, et près d’un an après l’affaire de l’étranglement, Marcel BOGI se retrouve à nouveau en rupture d’alliance. Je suis d’ailleurs curieux […]

  • Var Matin nous aura appris au moins une chose ce matin: Marcel BOGI reste officiellement premier adjoint. Merci Var Matin.

  • C’est une situation politique que Le Beausset a connu en décembre 2008 quand le maire JC Richard soutenu par la totalité de son groupe a retiré sa délégation à l’urbanisme puis son titre de 1er adjoint à son ex-collistier Claude Alimi. Ce dernier se livre depuis lors à une véritable guérilla politique mais également personnelle contre ses anciens collistiers.
    Espérons que Mr Bogi ne prenne pas cet exemple pour se venger…

  • Jacques KAUFFMANN

    Coup de chaud dans l’été ?
    Bagarre entre un premier adjoint et un adjoint. Christian parle d’un débat vif sur la rigueur de gestion des services techniques.
    Le lien avec une réorganisation de la majorité n’est peut être pas établi. M. Palix nous a souvent montré qu’il sur-réagissait à chaud, et c’est peut être simplement la goutte qui a fait débordre un vase déja, comme tu le signale, bien plein.
    Je ne suis pas convaincu du lien entre ce qui arrive aujourd’hui à Marcel Bogi et le changement d’alliance de Laeticia Quilici. On verra. Je me dis simplement que les réunions de l’UMP locale doivent être des moments de franche camaraderie.
    L’histoire de Laeticia Quilici me fait beaucoup penser à celle de Valérie Paecht dans la commune voisine de la Seyne. Je lui souhaite une autre issue.
    Jacques

  • QUELLE TRISTESSE
    BANDOL FAIT ENCORE LA UNE DES PAGES LOCALES
    IL AURAIT MIEUX VALU REGLER SON LINGE SALE EN FAMILLE ET QUE LE MAIRE N OUBLIE PAS QUE SI IL A ETE ELU C EST BIEN GRACE A L APPUI DE MONSIEUR BOGGI ; QUI QUOI QU ON PUISSE EN PENSER A ETE DANS L OPPOSITION DU DEBUT A LA FIN DE LA PRECEDENTE MANDATURE CE QUI EST LOIN D ETRE LE CAS DE CERTAINS MEMBRES DE L ACTUELLE MAJORITE DU CONSEIL MUNICIPAL
    C’est de la confiance que naît la trahison. [Proverbe arabe]
    La trahison ne réussit jamais, car, lorsqu’elle réussit, on lui donne un autre nom. [Proverbe américain]
    > L’avenir, c’est la trahison des promesses. [Daniel Pennac
    En politique, il n’y a pas de traîtres, il n’y a que des perdants. [André Thérive]
    Extrait de Essai sur les trahisons

  • Nous sommes en pleine politique politicienne bien Française!!!!
    En france une majorité d’électeurs ne votent pas pour un candidat, mais contre un autre.
    c’est vérifiable au niveau national, régional et même local.
    aux dernières élections municipales, les Bandolais ne voulaient plus de F.Barois, ils ont donc choisi le trio (C.Palix, M.Bogi, D.Canevari) semblant le plus sûr à battre le maire sortant, ils n’ont pas été élus pour leur programme, mais simplement pour battre F.Barois.
    Mais aux élections précédentes, M.Bogi était d’un côté D.Canevari et C.Palix d’un autre se raliant au deuxième tour derrière F.Barois.
    Ils devaient donc avoir des programmes différents et même si au cours de la campagne ils semblaient unis, ils devait y avoir des rancoeurs et des règlements de comptes dans une poche intérieure!!!
    Si la situation n’est pas jolie pour Bandol, nous en sommes tous responsables, c’est nous qui avons mis ce trio en place par nos votes alors qu’il y avait tout de même d’autres choix dans deux autres listes!!!!

  • Nous sommes tous responsables, nous qui avons voté et les autres qui n’ont pas voté.
    Peu importe pour qui d’ailleurs.
    Dites moi comment il faut faire, et je vous promets, je ferai comme vous dites…
    Vous qui savez…

  • Jacques KAUFFMANN

    « Lorsque M. Palix a adhéré à l’UMP, nous avons été fortement incités par le député à nous rapprocher de lui en catimini, et à cesser toute opposition, sous peine de perdre notre étiquette UMP, de voir la censure s’installer à demeure sur notre blog (mais oui !) et le groupe se réduire sous les pressions…
    On nous a aussi clairement fait comprendre que la loyauté était une valeur périmée, qui devait s’effacer devant l’opportunisme et les ambitions personnelles.  »
    Extrait d’un message édité ce jour sur le blog barois à propos du départ de Laetitia Quilici.
    Eh beeh, quand je disais que les réunions de l’UMP locale devaient se dérouler dans un climat de franche camaraderie…
    Jacques

  • Merci Jacques de nous avoir indiqué l’existence de cet article, j’y apprends beaucoup de choses très intéressantes.
    En particulier, que la coutume voudrait que si on n’est plus d’accord avec son groupe on démissionne.
    Mais alors, pour les fois précédentes, lorsque déjà certains se sont détachés de la majorité, ils auraient dû aussi quitter le conseil ?

  • Bandol diffuse son conseil municipal en vidéo

    Là je dis bravo. Je l’ai suffisamment réclamée pour me réjouir de cette innovation dans la vie de Bandol: le dernier conseil municipal (auquel je n’ai pu assister, pas plus qu’à tous ceux depuis novembre dernier) a été filmé, et

  • @ Christian Viala
    Je n’ai pas la prétention de savoir!!!
    J’essaie uniquement d’analyser les faits en toute objectivité, même si certains me cataloguent « partisan ».
    Pouvez-vous me dire combien de Bandolais ont voté en connaissant les programmes de chaque liste et combien ont voté contre F.Barois?
    Lorsque vous aurez les résultats vous constaterez que tant que nous ne voterons pas pour un candidat et surtout pour son programme et bien nous risquons de vivre de telles situations à chaque élections

  • bizzare bizzare cette altercation
    en général on ne diffuse pas ce genre d’évenements
    Les 2 protagonistes ont sans doute des torts partagés
    On ramène le calme
    ALORS J’AI REVE MAIS CE N ETAIT QU’UN REVE ET QUE PEUT ETRE TOUT AVAIT ETE SOIGNEUSEMENT CALCULE POUR SE DEBARASSER D UN ADJOINT
    ON CHARGE UN DES PROTAGONISTES DE PROVOQUER Mr BOGGI
    IL TOMBE DANS LE PANNEAU ET REAGIT
    COUP DE SIFFLET DU MAIRE :EXCLUSION
    A QUI PROFITE LE CRIME ?
    MESSIEURS LES POLITIQUES ARRETEZ DE PRENDRE LES ELECTEURS POUR DES IDIOTS

  • @ Serge
    Je ne m’adressais pas à vous particulièrement.
    On ne sait que ce que l’on veux bien nous dire.
    Si vous allez sur Youtube et que vous faites une recherche sur les vidéos des dernières campagnes municipales, vous serez surpris des des promesses qui ont été faites et qui ne sont pas encore tenues.

  • @Christian
    effectivement, et pour ceux qui ont concervé les plaquettes et autres tracts, beaucoup de promesse de campagne ne seront jamais tenues.

  • jean-paul JOSEPH pour VVB (Vigilance et Vérité à Bandol)

    En réponse à l’article de Var Matin où il est mentionné après l’annonce par le Maire du retrait de ses délégations à son 1er adjoint : « Marcel Bogi conserve néanmoins le titre de premier adjoint au maire. », j’apporte la précision suivante :
    En cas de retrait de ses délégations par le Maire à l’un de ses adjoints, la loi n° 04-809 du 13 aout 2004 (art.143) prévoit l’obligation pour le conseil municipal de se prononcer sur le maintien de l’adjoint dans ses fonctions (art.L.2122-18 al.3 CGCT)
    Nous devrions donc avoir sous peu une réunion du conseil municipal dont l’une des délibérations (ou la délibération) aurait pour objet le maintien ou non de Monsieur Bogi dans ses fonctions.

  • Une nouvelle ère pour la démocratie à Bandol

    La première semaine de juillet 2010 restera dans les mémoires de ceux qui suivent la vie publique de Bandol. Au menu, recomposition du paysage politique local, et grosses avancées démocratiques qui indiquent une (nouvelle) pente progressiste et moderne…

  • Machination à Bandol, médecin légiste et blog polémique

    C’est une lectrice qui me signale que l’association des amis de Marcel BOGI a publié une lettre ouverte au Maire, puis la réponse obtenue, passées sous mes radars.

  • Redistribution des délégations au sein du Conseil Municipal de Bandol

    Le retrait des délégations de Marcel BOGI occasionne un remaniement au sein du Conseil Municipal de Bandol:

  • Bandol va vivre un conseil municipal exceptionnel

    Si j’en crois mes infos, c’est la semaine prochaine que se tiendrait le Conseil Municipal extraordinaire visant à maintenir ou pas dans ses fonctions de premier adjoint au Maire de Bandol, Marcel BOGI (à qui toutes ces délégations ont été retirées par …

  • Manifestation à Bandol mercredi 28 juillet

    Deux dates possibles m’étaient parvenues aux oreilles concernant le conseil municipal extraordinaire la semaine prochaine pour trancher sur le statut du premier adjoint.

  • Manifestation à Bandol mercredi 28 juillet

    Deux dates possibles m’étaient parvenues aux oreilles concernant le conseil municipal extraordinaire la semaine prochaine pour trancher sur le statut du premier adjoint.

  • il faut être vraiment naif pour avoir un seul instant cru que l’association M PALIX & M BOGI pouvait tenir . M BOGI ayant effectivement beaucoup d’appuis,….. et nous sommes nombreux à Bandol pour savoir de quel « ordre » ils peuvent être …….Alors s’il vous plaît ,ne prenez pas les Bandolais pour des……