C’est un bateau abandonné…

  • Publié le 3 Oct 2007
  • Commentaires fermés sur C’est un bateau abandonné…
  • EcologieNautisme

Cette note fût publiée originellement et à cette date sur mon blog perso : reprise ici le 22/10/2007.

 

Mise à jour : ce bateau a été secouru le 15 octobre semble-t-il…

EchoueFortunes de mer, droit, bon sens, amour des bateaux, responsabilité.

Voilà quelques-uns des thèmes que je pourrais aborder au sujet de cette photo. Une photo simple, une situation qui pourrait finir très, TRES bêtement, ou de façon très compliquée.

Ce bateau échoué était mouillé sur l’un des corps morts qui servent à amarrer ses semblables au fond de la baie de Bandol. Une amarre a cédé, et ce bateau a lentement dérivé jusqu’à ce point où beaucoup de gens ont fini par le remarquer en empruntant la route qui longe la plage du fond de la baie. Plusieurs, dont votre serviteur, ont alerté, qui les secours, qui la capitainerie de Bandol, juste en face.
Ils sont au courant, et même le CROSS qui centralise les secours, mais personne ne bougera le petit doigt tant (et ça a l’air de ne pas être facile puisque plusieurs jours se sont écoulés) que le propriétaire ne sera pas identifié. C’est en effet à lui que seront facturés tous les frais de remorquage et secours.

Tout ça risque de se solder avec une mini marée noire (son réservoir de gasoil doit contenir entre 50 et 80L). Et c’est idiot.

Mais la première fois que je l’ai repéré à la dérive, j’aurai bien voulu le remorquer au port sans grand risque : il flottait correctement. Hélas, mon bateau n’était pas à flot mais en maintenance.

Aujourd’hui, bien drossé contre les rochers, partir à son secours (passer un cordage sous sa quille pour le déhaler en le couchant un peu), et le remorquer, c’est prendre un gros risque. Si cela se passe mal, le bon samaritain peut endosser toute la responsabilité des dommages causés au bateau (imaginez qu’une voie d’eau se soit créée en dessous et qu’il coule…). Plus personne n’ira sans l’aval du proprio.

A la prochaine journée de grosses vagues, il se désintégrera sur les rochers de la digue, déversant son contenu sur la plage et souillant l’endroit de tout ce qu’il peut contenir de polluant. J’aime les bateaux, j’aime les voiliers, je passe pratiquement tous les jours depuis ce début de semaine devant ce spectacle, et ça m’attriste.





Article précédent : Pêche au milieu des dauphins…