C’est pas comme ça que je voyais la « nouvelle » cale…

Souvenez-vous, j’ai déjà évoqué les problèmes de la cale de mise à l’eau de Bandol. Principal problème selon moi, c’est que le parking réservé aux remorques des bateaux était constamment envahi par des voitures sans attelage qui n’ont rien à y faire. Et de plus, les autorités bandolaises me semblaient ne rien faire pour que la règle s’applique (ça ressemble à un autre cas de figure évoqué récemment).

aire retournement.jpgLe problème semble avoir trouvé une curieuse solution: suppression pure et simple de toute place de stationnement réservée aux remorques des bateaux… Selon mon expérience ça prépare une situation qui ne me paraît pas franchement améliorée.

Explications:…/…


En cas d’affluence, week-ends ou mois d’été, il y a souvent plusieurs embarcations qui font la queue pour la mise à l’eau ou la sortie, sachant que la plupart des bateaux concernés ne peuvent être qu’un seul à la fois le long du ponton de la cale. La nouvelle configuration me paraît compliquer la situation:
– les véhicules et leurs remorques pourront bien manoeuvrer sur l’aire de retournement qui est dessinée au sol, c’est plutôt mieux.
– en revanche, terre-plein.jpg le terre-plein où stationnaient de nombreuses remorques est condamné, et il permettait une zone de dégagement où des attelages pouvaient patienter pendant qu’un autre manoeuvrait pour entrer ou sortir de l’eau.

Maintenant imaginons un capitaine qui comme moi vient seul mettre son bateau à l’eau un jour « chargé »:
– imaginons qu’il parvienne à décharger le bateau sans encombre. Il l’amarre au ponton et bloque donc la cale (aucun autre mouvement de bateau n’est possible).
– il lui faut maintenant garer voiture et remorque.
– impossible sur place: plus moyen d’utiliser l’ex-parking de remorques.
– peu probable sur le parking du stade juste derrière le petit muret de séparation: en général, il est tellement plein sur ces journées-là, que cela explique que certaines voitures envahissaient abusivement le parking « remorques ». Alors peut-être peut-on par chance encore y trouver une place pour une voiture, mais certainement pas pour un attelage (le mien fait plus de 11m de long).
– il va donc falloir tourner dans tout Bandol pour trouver moyen d’abandonner la remorque (en sécurité donc attachée), et si possible, la voiture avec.
– tant qu’il n’est pas revenu à la cale, son bateau la bloquera. Et rappel, il semble impossible que plusieurs autres voitures avec un bateau aux fesses puissent patienter dans la zone d’accès à la mise à l’eau…
accès cale.jpgJ’ai dû rater la solution prévue, car pour l’instant, c’est une bonne quinzaine de places qui me paraît avoir disparue (en comptant les quelques « places » qui étaient utilisées le long des bâtiments associatifs qui jouxtent le stade le long du chemin d’accès à la cale). Quel est votre avis (ou vos informations) sur la question? Car pour l’instant, Bandol a perdu 15 places de stationnement tout à fait cruciales, et si la gratuité de la cale est maintenue, elle sera à mon avis très difficile à utiliser sur les journées « clés ».
Frédéric METEY
www.bandolais.fr
.





9 Commentaires

  • @ Fred
    « en revanche, le terre-plein où stationnaient de nombreuses remorques est condamné, et il permettait une zone de dégagement où des attelages pouvaient patienter pendant qu’un autre manoeuvrait pour entrer ou sortir de l’eau. »
    Rendu sur place ce matin pour constater sur ce terre-plein,la pose d’un panneau d’interdiction aux voitures SANS REMORQUE. L’Employé Municipal m’a assuré de l’ouverture imminente de cette zone pour les attelages.

  • @ Jean:
    le panneau d’interdiction existait avant, à l’entrée du chemin d’accès à la cale, le long du stade, avec le peu d’efficacité que je dénonce.
    Seule une application stricte de la règle peut résoudre le problème. Les autorités municipales ne pourront pas faire l’économie de patrouilles à cet endroit pour faire appliquer cette préférence aux attelages.
    C’est heureux que le terre-plein soit programmé en réouverture à cette fin… C’est à mon sens indispensable.

  • Précision: le cas que je décris dans l’article n’est pas fictif. Ca se passait régulièrement ainsi en saison ou les dimanches de demi-saison, alors même qu’il y avait théoriquement ces places de stationnement.
    J’ai plusieurs fois patienté une heure parce que celui qui était à l’eau partait chercher une place pour sa remorque et sa voiture. Et j’ai moi-même obligé d’autres à attendre une paire de fois pour les mêmes raisons…

  • Bonjour,
    Pour compléter tous ces commentaires sur cette cale, je crois vraiment que celui qui a réfléchit sur cette mise en place n’ai jamais venue voir le fonctionnement de celle-ci par beau temps.
    Je crois vraiment que Bandol mérite vraiment une cale de mise à l’eau digne de ce nom, du même type que celle de Hyéres, avec un agent de contrôle, un parking qui existait déjà avant la construction de ce mur.
    Il faudrait peut-être même la repensée, en effet selon le vent il est impossible de mettre ou de sortir son bateau (pourquoi pas directement en face de Bendor, endroit qui est beaucoup plus à l’abri).
    Il est bien évident que tous ces aménagements ont un coût qui pourait être supporté en partie par la mise en place d’une carte pour les résidents et d’un paiement au coup par coup pour les occasionnels.
    Il est sûr qu’une cale dans cette état pousse plus les propriétaires de bateaux comme moi à vendre leurs embarcations plutôt que de finir tous les weekends avec un oeil au beurre noir pour mettre son embarcation à l’eau…..

  • Cette cale était un des derniers « espace de liberté » qui nous restait .Personellement je n’ai aucune envie de la voir devenir comme celle de Hyères (citée plus haut ) ; pour ceux qui l’ont jamais pratiquée et qui y vont trop occasionellement pour ne pas avoir acheté une carte magnétique il faut d’abord se rendre à la capitainerie annexe acheter un « pass » , aux heures ouvrables , non sans avoir auparavant présenté les papiers du bateau que vous aurez certainement oubliés dans la voiture ou la console du dit bateau , ce qui vous obligera à refaire le trajet jusqu’au parking pour ensuite vous retrouver coincé dans un sas entre 2 barrières automatiques qui ne demandent qu’à tomber en panne (aventure vécue) vous obligeant à attendre encore 20 bonnes minutes jusqu’à ce qu’un employé de la capitainerie vienne enfin vous délivrer …
    La cale de Bandol avait au moins le mérite de nous permettre de pratiquer un loisir sans devoir obligatoirement décliner notre identité à chaque utilisation ! Les abus de certains , comme d’habitude , risquent d’aboutir à toujours plus de contrôles et de « fliquage » mais peut-être ne suis- je qu’un nostalgique d’une époque ou accéder au domaine maritime ne relevait pas du passage de frontières !

  • Le problème de gestion de cette cale de mise à l’eau devient complexe. L’incivilité, l’égoïsme de certains, transforme un plaisir en cauchemar. Plusieurs fois on remarque au parking attenant, l’obstination d’imbéciles qui stationnent leur véhicule dans l’allée unique de circulation et alors là, sortir du parking relève de la prouesse. Pour revenir sur le problème de la cale de mise à l’eau, je crois sincèrement que la solution idéale n’existe pas. Je jette une idée, elle aura le mérite de susciter des réactions positives je l’espère.
    « Pourquoi ne pas lancer un appel à candidature à un jeune en période de vacances: Juillet et Aout, consistant à gérer la cale de mise à l’eau moyennant un droit d’accès qui constituerait son salaire. Ce droit d’accès, par exemple: 5€, couvrirait le stationnement du véhicule, son attelage et l’utilisation de la cale de mise à l’eau. Certains me rétorqueront que les 35 heures, les prélèvements sociaux etc…Il y a bien quelqu’un à la Mairie capable de s’atteler à ce problème, ne peut-on pas imaginer, comme pour certaines prestations, un cout unitaire intégrant une partie revenant à « l’employeur » et l’autre partie constituant le salaire net du prestataire. Un billet de cinéma intègre bien 2 parties ?. L’imagination de nos, (comment dit-on?) édiles, a bien trouvé la solution à la baraque de chantier et son manège, alors?

  • Je penche pour l’analyse de Jacques DUBLY, et tient à féliciter la Mairie et ceux qui l’ont convaincu de maintenir la gratuité de l’accès.
    Je dis juste qu’il faut aller au bout de la logique en conservant un parking réservé aux remorques (Jean nous apprend que le terre-plein va être réouvert à cet effet), MAIS le faire respecter comme tel. Et Bandol pourra s’enorgueillir d’offrir un des rares accès libres et pas trop mal aisé pour nos petits bateaux.
    C’est vrai que cette cale est exposée au vent d’Est, mais plus face à Bendor elle serait probablement impraticable par Mistral qui reste le vent dominant.
    Une idée avait été suggérée de l’insérer (payante) au niveau de l’aire de carénage du port, pour transformer la surface libre du chantier en parking à remorques pendant la saison… Mais sa mise en oeuvre suppose un investissement important, et à coup sûr (et légitimement) un accès payant.
    On n’est pas loin d’une solution assez bonne pour peu que l’on mette bon ordre aux pratiques d’utilisation, quitte à en passer par un peu d’éducation répressive envers les sans-gêne…

  • Les exemples divers des choix faits par les villes cotieres proches meritent la reflexion, La Londe par exemple dispose d’un parking a remorques (avec leur vehicule) et d’un « factionnaire » qui gere les entrees et sorties des demandeurs. L’acces est payant, c’est vrai, mais pas plus cher (voir moins) que la plupart des places de parking voiture, (il a deux ans aux alentours de 4 a 5 euros de memoire)avec l’avantage 1) du coup de main pour mettre a l’eau. 2) de la bonne gestion du tour d’arrivee sur site et du rangement des vehicules et remorques. 3) du gardiennage de la dite voiture et remorque (parking en face du prepose), faisable chez nous en degageant une petite partie du parking gratuit + l’existant.
    Bref, un veritable emploi de service comme l’etat souhaite les developper meme si ce n’est que pour une partie de l’annee.
    Et, franchement, bien sur tout le monde est d’accord sur le principe de la gratuite, mais perdre une heure, voire plus, en plein soleil, s’emmerder a aller se garer a perpete et s’ennerver sur le tour a venir, ca ne vaut pas pour quelques pieces de developper une relation cordiale avec un/e jeune ou moins jeune amateur/trice de nautisme et pret au coup de main dans l’ordre et la tranquilite ? On nous pompe deja parfois pour pas grand chose, la au moins on sait pourquoi.
    A reflechir donc !

  • @ Marc BERGER
    Pour ne rien vous cacher ma proposition reposait uniquement sur le cas que vous évoquez à La Londe les Maures. D’ailleurs aujourd’hui Samedi 27 Juin,je suis allé à La Londe pour un rassemblement annuel et j’ai constaté l’existence du système que vous relatez.