Centre ville de Bandol, plutôt à pieds…

Les vacances de Pâques, ou de Printemps, vont démarrer avec les congés de notre zone, ce soir. Un peu d’affluence à prévoir pour ces 4 semaines qui sont bien tard cette année, ou vont lancer tôt la saison, c’est selon…
En parallèle, on est parti pour 7 semaines de travaux autour du rond-point au coeur de Bandol, qu’il faudra même contourner en remontant au carrefour du bas de l’avenue du 11 novembre. Chaussée rétrécie dans cette zone de travaux… donc il faudra sans doute s’armer d’un peu de patience pour circuler au centre de Bandol. Bon courage, ou bonne marche…





22 Commentaires

  • Je ne comprend pas bien l’intérêt de ces nouveaux travaux, à l’entrée de la saison… encore 7 semaines ! On n’en finit pas !…

  • L’objet des travaux est pourtant simple.

    Il s’agit d’engager des travaux pour 7 semaines de manière à ce que les exposants du Salon Nautique qui se déroulera du 26 au 28 avril ne puissent pas passer avec leur remorque autour du rond-point….. s’ils arrivent jusque là avec les dos d’ânes !!!

    Le message de la mairie est très clair … faire fuir un maximum de personnes aux beaux jours pour qu’ils ne reviennent plus jamais à Bandol et qu’ils gardent de notre ville une image de celle d’une ville embouteillée.

  • Plus de bus,de car,de voiture de sports ,de remorque à bateau,mais bientot…L’enduro de Bandol,on a les bosses ,le sable….
    Bon on peut toujours prendre la deviation pour contourner Bandol,tant que l’ on a pas un « radar »..sinon il nous restera le vélo et chez nous c’est du sport…montée,descente..
    Non sérieusement vu la météo de l’hiver,je pense qu’il faudrait songer à un télésiege entre le port et le parc bellevue voire un télépherique(mesdames et messieurs les futurs locataires de l’hotel de ville,penser avant d’agir).

  • Comme quoi, il ne suffit pas d’être diplômé pour être intelligent.

    Les futurs candidats devront faire preuve d’un minimum de compétences afin de ne pas répéter des erreurs logistiques telles que celles commises jusqu’à présent (et la liste est longue) qui pénalisent les bandolais (les commerçants et tous les autres) et les visiteurs (qui se lassent de venir passer leur dimanche à Bandol.

  • Oui un télésiège qui partirait d’un vaste parking en étage installé à la sortie de l’autoroute et passerait au dessus de la montée voisin pour « atterrir » sur le parking du casino. Evènement touristique clé à Bandol pour les 30 prochaines années (tu en veux de la vue mer ? à chaque fois un grand moment d’émotion, qui pour sa grand mère, qui pour les photos, qui pour simplement se faire plaisir les yeux ). Avec l’avantage de supprimer tous les embouteillage + pollution + accès facilité pour les TER dans toute la ville + entrée libre pour les 2 roues, etc . . . Une ville de rêve !
    J’ai suivi deux reportages sur le fabricant français Pomagalski (de Grenoble) qui est maintenant capable d’installer des télésièges de ville silencieux avec des protections pour la confidentialité des riverains. On en voit déjà pour les retour skieurs où les parcours depuis les parkings bus, etc, sont de plus en plus sophistiqués et longs afin d’allonger la saison même en absence de neige. Si c’est rentable pour eux pourquoi pas pour nous ? On peut se rapprocher de stations de ski expérimentées comme l’Alpes d’huez où je compte quelques amis, où Varces, ou Meugève ou Val d’Isère, mais aussi en moyenne altitude (budget faible) comme les 7 laux, . . .

    Si un futur candidat le souhaite je suis prêt bénévolement à solliciter Poma et à monter un dossier. Avec l’ensemble des fonctionnalités : télépéage; attribution de badges pour les Bandolais, badges éphémères (effet mer) pour les résidents vacanciers, les locations; les saisonniers, gestion municipale en fonction de la météo, des prévisions d’affluence, coût de création des sites, coût de fonctionnement, indemnisation des riverains (l’immeuble ou le poteau), information internet en temps réel, info sur le renard, contrôle des fraudeurs, etc.

    Du lobbyisme sur un tel dossier là ça vaut le coup ! Parce que ça répond à une demande des Bandolais vers l’intervenant et non pas l’inverse. Poma c’est 40 ans d’expérience + leader mondial, (pour une fois qu’on en a un) ! Et pour une fois que la géographie de la ville s’y prête magnifiquement !

  • déjà 2 personnes qui se rallient à mon idée,demain je me présente….(bandolais de toujours,école,collége,travail depuis 22 ans) serais-ce un critère d’etre un bandolais,pour connaitre la ville et oeuvrer pour son developpement et son attrait,c’est mon idée,mon combat…non j’aime bandol et pas politique.

  • L’idée d’un téléchose pour transporter les piétons par dessus les reliefs de la ville mériterait sans doute d’être débattue, car pas inintéressante.
    Je recommande quand même de valider une donnée technique en premier, car ce mode transport est sensible à un élément qu’on connaît bien par ici (consulter les statistiques météo) : le vent… qui pourrait calmer très vite toutes les ardeurs autour d’un tel projet.

  • serait-il possible d’avoir un plan du projet ?

  • Pour le vent Poma maîtrise le sujet (Tube).

  • et surtout on ne proposera pas au maire qui cherchera un job après les élections de mars 2014 de devenir le chef de gare de ce futur téléphérique …. au risque qu’il entame quelques travaux au moment où les touristes afflueraient !!!

  • ça me fait penser à cette blague de Coluche à propos des énarques : « tu leur donnes le désert, 5 ans après ils importent du sable ».
    Je reviens sur le fond du problème pour ces travaux : Fonctionnalités. Quels progrès ces travaux et les précédents vont apporter en fonctionnalité. Par exemple :
    – quel est le progrès pour Bandol de la chicane en face du carroussel. Bientôt on va devoir mettre des policiers pour contraindre les piétons en vacance le nez en l’air de passer par ces fourches Caudines.
    – Quel progrès pour l’accueil des 2 roues deva ? (on se souvient de Barois se lançant dans une lutte invraisemblable contre les 2 roues sans proposer la moindre solution. Une sorte de chasse aux sorcières d’un autre âge parfaitement inique.
    – Quel progrès pour les bus ?
    – Quel progrès pour les piétons ? encore des tubes inox partout ?
    – Quel progrès pour les automobilistes bloqués au passage clouté devant chez Toche ?

    Téléphérique ? Télésiège ou télécabine ça devrait suffire, d’autant que nous n’avons pas de « Corcovado » ni de vallée blanche. Vous savez que maintenant il y a des tapis de lancement et d’atterrissage ce qui fait que même les personnes peu lestes peuvent utiliser « la voie des airs » comme c’est le cas en montagne l’été.

  • Jean-Pierre HECQ

    @Pehel
    Remarque très pertinente !
    Au delà de l’amélioration esthétique, toute intervention sur les voiries devrait prendre en compte TOUTES les fonctionnalités assignées à ces espaces : circulation des véhicules, circulation des piétons, stationnements, relations avec le commerce, livraisons, etc. Chacune des diverses fonctionnalités devant elles même être abordées sous divers aspects : on ne fait pas du stationnement de proximité courte durée aux mêmes endroits que du stationnement à la journée ,etc. De même, on doit s’efforcer d’attribuer à chaque fonctionnalité un espace propre, et on doit éviter que les diverses fonctionnalités n’empiète l’une sur le territoire de l’autre. Exemple : il est absurde de faire du stationnement en bordure de voirie de forte circulation.
    Des études assez poussées sur chacun des grands axes de notre ville ont été faites il y a plus de 20 ans ; il se trouve que notre commune pourrait, beaucoup plus facilement que d’autre, satisfaire à ces objectifs de qualité et on peut déplorer que tout ce qui s’est fait ces dernières années n’en ait que très rarement tenu compte.

    Autre sujet, anecdotique, le transport par câble avait déjà été évoqué lors d’un concours d’urbanisme lancé dans le milieu des années 80 (premier mandat d’Arthur Paecht) pour le réaménagement de la façade maritime.Pas eu beaucoup de suite….

  • En tous cas, à l’heure où les arbres et les inaugurations fleurissent ( celle du Quai de Gaule Jeudi dernier et celle de la panne C prévue en fin de semaine ) on se serait attendu à une pause saisonnière dans les travaux qui auraient fait du bien à tout le monde ! Dommage !

  • @-Nathalie Caune

    et surtout ne pas laisser à nos visiteurs / vacanciers l’image d’une ville toujours en travaux et difficilement accessible… un bon moyen pour les faire fuir.

  • Oui Nathalie.
    Souvent on me dit, soit dans ma vie familiale, soit dans ma vie professionnelle : « est-ce que tu penses que c’est vraiment le moment ? »
    et de répondre :  » tu connais un moment ou c’est le moment toi ? »
    Ainsi je comprend que lorsqu’une commune entreprend des travaux, ça tombe souvent mal mais on le fait quand même parce que : ça reporterait à on ne sait pas quand ou : on a les financements on fonce sinon l’argent va se diluer dans le quotidien; etc …
    Ok ! mais à condition que la nuisance se justifie par un réel progrès, comme lorsque Paecht élargit le pont à côté de la gare ou fait la déviation à 3 voies, ou créé le sentier des douaniers, ou réhabilite le site des ordures, ou implante des super marchés, etc .

    Là on voit bien que la montagne va accoucher d’une souris une fois de plus, comme quand on refait la rue qui monte (avé du 11 sep) pour résoudre 4 pb à la va vite et on recommence tous les 7 ou 8 ans. Comme à chaque fois à l’approche des élections « on repeint les murs » pour faire croire qu’on s’occupe de ses très chers administrés.
    Dans le passé nous avons eu des maires qui ont structuré la ville d’aujourd’hui : création du quai des tonneliers (sous louis 14 ?), création du quai De Gaulle gagné sur la mer (19 è siècle ?) ; construction d’un port (20 è); création de parkings gagnés sur la mer; création d’une voie de contournement; reconditionnement de la décharge municipale . . .

    Sur les 3 derniers mandats qu’est-ce que nous avons eu ?
    – de multiples tentatives pour déposséder les Bandolais de leur patrimoine (Vivendi puis Véolia sa filiale pour le port; Mainmise d’un seul constructeur immobilier; tentative d’abandon du puits de Bourgarel;
    – Le seul « grand projet fut la construction d’une médiathèque dans un trou de souris avec un parking dangereux, très coûteux, inexploitable. Le tout dans un endroit « confidentiel » impropre à hausser la prestige de la ville. Un dossiers mal ficelés, mal implantés, impossibles à rentabiliser, et au prestige ridiculement faible au regard de l’investissement.
    – et pour le reste quoi ?

    Il faut que nous trouvions un maire qui ait de l’ambition pour sa ville et qui soit capable d’élaborer des projets sur le long terme, tout en sachant qu’il ne sera probablement plus là pour couper le ruban tricolore. Perle rare !

    Merci à mr Hecq de reparler du projet de télésiège, ou cabine. Le seul défaut de ce projet c’est d’être osé, innovant, événementiel, qu’il bouscule les mentalités (on veut bien se plaindre de tout mais on veut que rien ne bouge) et qu’il demande une étude minutieuse, sur le long terme, en accord avec la majorité des Bandolais pour définir une véritable utilité publique, un travail de pédagogie pour expliquer et convaincre.
    Un projet d’une envergure telle qu’il oblige, « ou permet », de repenser tout le littoral Bandolais avec une remise en question du tout voiture remplacé par le sea sand and sun et le business qui s’imposerait naturellement pour le plaisir du plus grand nombre. Ceux qui sont allé dans les meilleurs « spots » de méditerranée comprennent : Espagne, Croatie, Grèce, Tunisie, Turquie …
    Dans une ville où la plupart des gens ne vivent que grâce au travail de quelques un il y a un gros message de solidarité à faire passer dans les esprits, au delà des égoïsmes naturels, (mais pas forcément condamnables . . . après tout).
    Ambition n’est pas forcément synonyme de folie dépensière ou de déraison. Il ne reste plus qu’à rechercher quelqu’un capable d’une grande intelligence + charisme + amour de sa ville + esprit large avec « un vécu ».
    Pas un énième TES. Un digne fils ou fille chéris de l’URSS AF.

    la pensée du jour : LABO ou LABEUR, Labo ou lavoro; Labo ou labour ? . . . pour décider de notre avenir à notre place ?

  • Excellente conclusion Patrick Lacaze ….. les bandolais recherchent un maire :

    1) d’une grande intelligence
    2) ayant du charisme
    3) qui aime sa ville
    4) qui a un esprit large
    et
    5) de l’ambition sans folie dépensière ou déraison

    Comme on dit sur Facebook : J’aime

    Cherchons maintenant celui ou celle qui répondra à ces critères.

  • Il est vrai que ces 5 points recouvrent tout ce que l’on est en droit d’attendre de celui ou celle qui mériterait de nous conduire vers la réussite de Bandol pendant 6 ans. Mais, mais ….le problème : c’est que nous avons chacun notre choix qui répondra à ces 5 points et que ce choix ne sera pas le même pour tous. Difficulté donc! Tenez, en vous lisant dans toutes vos interventions je retrouve l’illustration de ces 5 points, alors pourquoi pas? D’autant que parmi tous les écrits les vôtres traduisent les 5 points parfaits que vous évoquez..

  • Antoine LECOMTE

    et pour ce qui me concerne

    6) qui écoute et répond aux attentes de ses administrés,
    7) qui s’intéresse et valorise le travail du personnel communal,
    8) qui place ses ambitions personnelles loin derrière les intérêts collectifs,
    9) qui fasse preuve de modestie,
    10) qui s’entoure d’une équipe compétente,
    11) …./

  • Je suis entièrement d’accord avec tous les commentaires sur le maire idéal que nous recherchons.

    Ce profil décrit n’est pas celui de notre maire actuel.

    Espérons qu’en 2014, nous trouvions un/une maire qui se rapproche de cette description où qui corresponde à quelque uns de ces critères.

  • @ Portal

    « Ce profil décrit n’est pas celui de notre maire actuel. »
    Admettez la difficulté d’évaluer le profil d’un candidat exerçant la fonction qu’il n’a jamais occupée. Nous connaissons tous l’écart entre la campagne et le mandat. Si l’on part de 1983 ( c’est à partir de cette date que nous pourrions confronter nos avis), pouvez-vous me citer 1 Maire exerçant son mandat en conformité avec sa campagne.
    Parmi les candidats il y en aura au moins 2 qui auront exercé la fonction et pour les autres il faudra pour chacun des électeurs admettre un coefficient de découverte pas toujours dans le bon sens comme l’histoire de Bandol le prouve.
    A l’évidence, la fonction aujourd’hui d’un Maire, ne consiste plus à essentiellement serrer des « louches, sourire garanti » mais à intégrer des éléments qui auront toujours la difficulté de plaire à tout le monde.

  • Je ne suis que partiellement d’accord avec jean Sarrat. Un maire doit avoir une philosophie et pas forcément être un spécialiste de.
    Un bon maire doit avoir deux qualités contradictoires.
    1 il doit être une « éponge » apte à absorber tout type d’information pour ensuite en tirer un consensus afin d’aller vers cette utopie qui consiste à vouloir plaire à tout le monde. Utopie pourtant bien réelle car plaire signifie être au service du plus grand nombre « possible » et pas forcément plaire par clientélisme.
    2 Il doit avoir une vue « élitiste » de sa ville et la tirer vers le haut, parfois, souvent, contre vents et marées au risque de déplaire à la grande majorité. C’est souvent le cas lorsqu’on est en avance sur son temps, mais ce sont ceux-là qui font le mieux avancer une ville et surtout la remettent en ordre de marche pour un futur harmonieux au bénéfice du plus grand nombre. Futur que la plupart des gens, confinés dans une vision égoïste et à brève échéance ne peuvent pas voir, d’autant qu’ils n’ont pas les informations nécessaires pour véritablement juger et prendre parti.

    En fait ce sont les qualités morales de l’individu qui font la différence. L’ouverture d’esprit, le dialogue, la patience, un peu d’humour, l’étique, l’amour de son prochain, la capacité à résister aux influences, aux lobbies, à ne pas se faire « bouffer » par le quotidien.

    Et par dessus tout une vision globale de Bandol à échéance 50 ans environ.
    Le slogan du jour : 50 ans c’est maintenant 🙂

  • et surtout un maire qui veut moraliser la vie politique locale ne doit pas soutenir un élu condamné pour prise illégale d’intérêt.

    Uniquement pour cette raison, nous devons en changer.