Ceci n’est pas un compte-rendu de conseil municipal

Mercredi 19 novembre à 17H, une fois n’est pas coutume, j’ai bloqué des heures que je réserve habituellement à mes clients pour assister à un Conseil Municipal de Bandol. Pas forcément représentatif de ce que sont les conseils municipaux de la ville mais instructif.
Il faut dire que le choix d’un Conseil portant sur le débat d’orientation budgétaire de l’année à venir, n’est peut-être pas le plus judicieux, mais c’est tombé comme ça. Mes impressions sont nombreuses. Mais j’en retiens que le monde politique est bourré de codes, qu’il s’agit (peut-être aussi parce que les séances sont publiques), d’un étonnant jeu de rôles.
Cette impression est aussi due au fait que …/…


…/… la vie publique et la gestion publique sont codifiées à la base, par des lois et tout un tas de textes réglementaires. Un certain formalisme est également imposé, avec la lecture des « rapports », dans un français toujours un peu austère pour le citoyen lambda: si on n’a pas un minimum de formation juridique, on doit pouvoir sans problèmes penser qu’on a changé de lieu ou d’époque. On devine la pesanteur des différents textes qui organisent la vie des administrations.
D’autre part, on sent que tout le monde se connaît autour de la table, et les références au passé de la ville et des personnes indiquent là aussi que c’est un monde d’initiés: il faut une bonne mémoire du terrain où l’on exerce, mais aussi apprendre tout un fonctionnement subtil. D’ailleurs, ceux qui sont élus pour la première fois trahissent leur « jeunesse » par des interventions qui détonnent un peu, de façon plus ou moins pertinente et heureuse. Des réactions d’autres élus ne manquent jamais de faire remarquer qu’il y a ceux qui sont affranchis, et les « bizuths », même sans méchanceté. Mais j’en retire la conviction que la politique s’apprend, et qu’il faut probablement du temps avant de pouvoir prendre un ascendant local. J’imagine qu’un Maire qui serait élu tout à coup, sans avoir siégé durant un mandat précédent en tant que conseiller municipal, serait facilement malmené par l’assemblée tant l’expérience semble compter.
Reste que rendre tout cela par écrit relève de la gageure. Et j’espère que Christian Palix fera partie des maires modernes qui adoptent la saine pratique de faire filmer les séances, pour ouvrir la possibilité d’accès à plus de concitoyens. Seule la présence physique où l’accès vidéo à ces séances permet de bien se rendre compte à mon avis de ce qui se joue lors des conseils, d’autant que la forme y compte comme le fond, et que beaucoup d’éléments ne sont pas explicites mais encore une fois, subtils.
Au-delà des impressions vécues en « débutant » dans le public, je vais lister quelques points qui m’ont frappé:
– malgré une réduction drastique (moins 700.000€) du budget animation, le budget global 2008 reste en augmentation par rapport à celui de 2007 (+1,9%).
– l’épargne de la commune est aujourd’hui négative (-578.000€)
– la dette actuelle correspond à 36 ans de remboursement pour être effacée (36 ans, ça fait long).
– la Mairie souhaite cependant continuer à investir pour la ville, avec 3 à 3,5 millions d’euros consacrés à ce poste en 2009 (rappel, le budget communal s’élève à un peu plus de 20.000.000€).
– le coût annuel de la médiathèque est évalué à 350.000€/an (équipement, maintenance, fonctionnement,…).
– les dépenses d’aménagement de la médiathèque n’avaient, si j’ai bien compris, pas été prévues. Le surcoût alourdit le budget 2008, et pèsera en 2009 probablement.
– François Barois avait envisagé un regroupement d’une bonne part des personnels municipaux au sein d’un « Open Space » à l’étage de la Médiathèque, « Open Space » remis en cause et aménagé différemment par Christian Palix. François Barois accuse le nouveau Maire d’honorer ainsi des promesses électorales qui auraient été faites par le vainqueur auprès des personnels de Mairie: les salariés de la ville n’aspiraient pas vraiment à un cadre aussi ouvert ne préservant ni confidentialité ni intimité dans le travail (François Barois devait visiblement espérer lutter un peu contre des dérives possibles – perte de temps plus ou moins justifiées pendant les trajets en ville entre les services, procrastination plus ou moins professionnelle sans surveillance dans le confort des bureaux privatifs, etc.). Le Maire se défend de ce soupçon électoraliste en s’appuyant sur les études médicales qui soulignent le niveau de stress supérieur généré par les « Open Spaces » dans le monde du travail, qu’en tant que médecin il ne peut ignorer. Sans commentaires, car si je vous donne mon avis, je ne vais me faire que des ennemis de partout.
– les parkings sous la médiathèque ne sont pas vendus: seules 8 places avaient trouvé un preneur ferme pour l’amodiation. Le tarif envisagé paraît de fait déraisonnable comparé aux prix des box de stationnement dans Bandol. Le tarif locatif qui devra finalement être appliqué ne résoudra pas le problème du trou de financement de la médiathèque sur ce point précis: 2.000.000€ devraient s’ajouter à ce qui était prévu comme part du coût supporté par les bandolais.
– 1.000.000€ devrait être investi aux abords immédiats de la Médiathèque: réfection de voirie et autres dépenses dont l’incidence est directement reliée à cet équipement sans entrer dans son budget.
– le Maire souhaite reprendre en main les aménagements de Bandol liés au « pluvial », car ça touche à la sécurité des citoyens: 200.000€ annuels devraient y être consacrés au long de son mandat, 300.000 si les finances le permettent.
– 2009 absorbera 200.000€ pour la réalisation sur Bandol d’un centre Alzheimer. Brigitte ROULAND rappelle que c’était une initiative inscrite sur le programme Barois, que le Maire assume reprendre, toujours en sa qualité de membre du corps médical, et face au désengagement de l’état sur la question.
– la SOGEBA bénéficiera d’investissements de la Mairie, car le port a pour ambition de pouvoir accueillir une dizaine de grosses unités, ce qui nécessite des aménagements (travaux électriques notamment pour les places concernées au quai d’Honneur).
– le bord de mer dans son ensemble doit retrouver plus de lustre, l’installation d’une dizaine de toilettes publiques (intégrées d’un point de vue paysager) faisant partie d’une ambition municipale pour plus de propreté.
– durant le débat, Christian Delaud réclame pour sa part que les 10% (5000€/an) de recettes « tickets » des bus municipaux soient pris en charge par la Mairie pour offrir une gratuité totale du transport collectif en ville. Le Maire rebondit sur l’idée en regrettant qu’à ce jour la desserte à Bandol ne soit pas quotidienne, et vise donc une intensification du service de bus. Il en profite pour annoncer que la ville souhaite mettre en place une carte émeraude à l’usage des bandolais. Sauf erreur de ma part, elle permettrait aux bandolais d’être identifiés comme tels pour bénéficier effectivement de certaines prestations gratuites, et pourrait aussi permettre des pratiques commerciales ciblées favorablement de la part des commerces et entreprises bandolaises envers les habitants.
Je n’ai pas noté par écrit d’autres points saillants de ce débat d’orientation budgétaire, et pour le reste de l’ordre du jour, l’assemblée a voté de façon pratiquement unanime l’ensemble des points suivants qui ne demandaient pas d’efforts pour rechercher un consensus (malgré quelques piques et passes d’armes ici ou là). Et puis par charité, ou indulgence, il y a certains points qu’il vaut mieux taire… Serait-ce le stress de leurs joutes orales, mais les mots ou aveux parfois prononcés ne grandissent pas toujours nos politiques. Mais si vous voulez compléter par vos commentaires, c’est ci-dessous que ça se passe.
.





9 Commentaires

  • 🙂 Les « Open Spaces » ?
    Entre nous, si le regroupement des services pour optimiser l’utilisation des ressources (mutualisation des moyens) est une voie importante à suivre, mais finir par mettre tout le monde dans la même pièce est une pure folie
    Pour avoir bossé quelques années en OpenSpace, je me suis à plusieurs reprises surpris à rêver d’assassiner quelques personnes autour de moi pour avoir un peu de silence et de calme… et encore, on était rarement plus de 4!
    Regrouper/Rapprocher les services, oui!, Entasser dans une grande pièce, non 🙂

  • @ Fred
    Merci pour ton compte rendu, qui est en fait plus une impression de nouveau participant qu’un CR? mais enfin merci tout de même
    Serge

  • JANICOT JEAN CHARLES

    Le regroupement des services prévu par l’ancien MAIRE était une bonne chose
    Rationnalité, éfficacité , moins de va et vient et promenades,
    Attendons de voir quels services vont déménager
    Quant aux open spaces on trouvera toujours des études pour dire tout et son contraire

  • Exactement les études ça ne vaut rien. Il faut se baser sur des expériences… La mienne est tout sauf positive…
    Dans mon ancienne boite (500 employés à Toulon) on a monté des opens-space un par un pour les projets…
    depuis 2 mois, les nouveaux projets commencent par payer la remise en place des cloisons pour donner un minimum d’intimité.
    Sans aller jusque dans des extrêmes de certaines « boites », essayer de téléphoner à coté de votre télé et de votre radio ‘allumée toutes les deux) vous vivrez le quotidien d’un open-spaceur.
    PS : pour Serge Gervais : la réponse à ta question est dans le titre non?

  • janicot jean charles

    Sur le cout des animations, je constate simplement que le budget est en augmentation malgré la suppression de M6
    sans commentaires alors que les engagements pris devaient le diminuer
    Concernant les open spaces , l’utilisation de cloisons n’est pas contradictoire
    Je ne pense pas qu’il était prévu de faire un seule et unique espace avec tout le personnel aligné comme dans une salle de classes

  • @ Jean-Charles Janicot: ce n’est pas ce qui a été dit en conseil municipal, ni ce que j’ai écrit: le budget animation a été réduit en 2008 de 700.000€. C’est le budget global de la ville qui est en augmentation malgré la réduction majeure sur ce poste animation.

  • JANICOT JEAN CHARLES

    Fred
    Dont acte
    sur l’augmentation du budget 1.9% il est alors difficile de porter un commentaire tant que l’on ne connait pas les différentes augmentations de chaque budget particulier et le pourquoi
    est ce du à des frais financiers; quelle est l’évolution des frais de personnel, quelle est la diminution du budget animation etc etc

  • Application de la modification du mode de la taxe de séjour à Bandol

  • (par J.P. Joseph) Analyse financière de Bandol en 2008

    Chers amis Bandolais