Bellevue et Bois Maurin : pas à ce point en péril

Christian Delaud s’est ému un peu vite et fort le 9 décembre dernier, des modifications que la Mairie souhaite apporter aux 2 quartiers mentionnés en titre par la création de dessertes interquartiers, et dont j’avais déjà parlé.
PlubandolPourquoi « vite et fort » ? Parce que bien que non concerné directement (j’habite en contrebas de la voie ferrée), j’ai pris de mon temps pour aller rencontrer le commissaire enquêteur chargé de l’enquête publique préliminaire sur le PLU (Plan Local d’Urbanisme) et n’ai pas constaté un péril si violent.

Je n’avais plus examiné ni POS ni PLU bandolais depuis 1990 (quand ma famille prit véritablement pied en investissant à Bandol), et cela m’intéressait aussi. Ca m’a donc servi d’excuse pour interrompre mon travail et aller jouer au reporter (en différant certaines tâches administratives à cette nuit).

Le commissaire enquêteur a été surpris de ma demande (le premier à lui en parler), car …/…

…/… ces projets présentés par le Maire en octobre ne sont pas inscrits au PLU : pas de zone réservée sur le plan que j’ai vu et qui a été arrêtée au 25 juillet dernier. Certes, la page 113 mentionne un élargissement possible des voies, mais qui se heurtera vraisemblablement aux autorisations des riverains comme pour l’avenue du 11 novembre (ou il a fallu obtenir l’accord des propriétaires sur qui on a empiété). Pas de nouvelle artère percée dans les quartiers comme je me l’étais un temps imaginé. Et l’autre document mis en avant par Delaud, le PADD n’est qu’une « présentation doctrinaire » (pour paraphraser les termes du commissaire enquêteur) de la vision du conseil municipal pour l’avenir de la ville. En aucun cas ce n’est un document opposable, et donc les bandolais de ces quartiers ne sont pas sous une menace aussi directe que Delaud ne s’en était alarmé (lui-même reconnaissait avoir usé d’un titre accrocheur).

En fait, le seul point noir qu’on ait soulevé avec ce responsable de l’enquête publique préliminaire sur le PLU, c’est la gestion des eaux de pluie dans le bas de la ville, en particulier aux abords du Parc du Canet où des risques d’inondations ou débordements subsisteraient: et rien n’a été semble-t-il prévu pour régler la question. Je veux bien le croire car j’habite en surplomb du chemin des eaux pluviales qui ces derniers jours avec la pluie qu’on a connu, ressemblait à nouveau parfois à un petit torrent (que j’ai vu énorme pendant certains orages d’été).

Reste que Christian Delaud a raison sur quelques points:

– l’utilité de l’élargissement des voies concernées est-elle avérée?

– au point d’en supporter le coût?

– et les nuisances des travaux?

Il conseille à ceux qui veulent s’opposer à cette mesure de voter pour lui aux municipales, puisqu’il a été le seul à voter contre ces possibilités d’aménagements. C’est effectivement d’une logique imparable, puisque ce sera effectivement au prochain Maire de décider ou pas de ces travaux qui ne sont pas inscrits dans le marbre aujourd’hui.



Bien, mais je ne crois pas utile de foncer profiter des 1 ou 2 demi-journées d’enquête publique préliminaire restantes, pour manifester votre désapprobation contre ce projet de Barois: votre interlocuteur ne pourra même pas l’enregistrer car du point de vue de cette enquête, ces projets ne sont pas pris en compte. S’ils existent en volonté, ils sont totalement virtuels du point de vue de cet organe de contrôle.

Alors je mets sur le compte de la campagne, cette volonté de se différencier de la municipalité actuelle, dont Delaud peut par ailleurs se targuer de constituer une alternative avec des arguments valables évoqués lors de notre première rencontre. Certains vont chercher noise au Maire en justice, Delaud lui, montre qu’il est parfois le dernier recours d’opposition en ayant été le seul dans ce dossier à vouloir n’investir l’argent public qu’à bon escient, et pas en cosmétique dans des quartiers qui n’en ont pas forcément besoin. Soit.

Les procès (fumeux?) dont je suis informé qu’on fait au Maire (ceux en justice officielle), ou bien Delaud qui a crié au feu dans ce dossier pas très brûlant, sont à mes yeux des pécadilles sans fond véritable ni enjeu majeur et immédiat.

Encore une fois, à ne pas parler véritablement de vos programmes, messieurs les candidats, vous meublez l’attente en nous promenant sur des terrains qui ne sont pas le véritable intérêt de ces municipales de mars. Je vous rappelle une nouvelle fois que ce sont de vrais programmes projets et idées que nous attendons, moi, comme Guy Lévy ou Jean Revolon (et d’autres qui n’ont pas écrit dans mes colonnes mais me l’ont confirmé par email ou de vive voix).

Et ceux qui souhaitaient me voir faire oeuvre de journaliste seront contents : dans ce dossier, j’en ai pris un peu le chemin. Mais c’est quand même fou que dans une ville qui compte tant de retraités, personne n’ait pensé à suivre ce lièvre que Delaud et moi avions levé successivement… et que ce soit un actif qui prenne de son temps pour le vérifier. Mais c’est cohérent, si je tiens ce blog, c’est que la question doit m’intéresser un peu plus que la moyenne.





5 Commentaires

  • Fred, Bonsoir,
    J’admets, puis je faire autrement ?, qu’il n’y a pas, à ce jour dans le PLU, de zones réservées pour la création de dessertes inter-quartiers dans les quartiers du Bois Maurin et de Bellevue.
    Je persiste toutefois à dire que le maire souhaite en créer (voir les documents produits et ses déclarations dans les compte-rendus des conseils municipaux traitant du sujet).
    Je ne regrette pas d’avoir alerté les habitants de ces quartiers.
    Mon avertissement a peut être empêché le maire de le réaliser juste avant les élections municipales.
    S’il était réélu aux prochaines, il ne manquerait pas de faire ce qu’il a dit.
    C’est aussi cela le rôle d’un conseiller municipal d’opposition : informer les habitants des projets prévus dans leur quartier afin de leur permettre un choix motivé.
    Je ne partage pas ton avis lorsque tu traites de pécadilles le fait de dénaturer des quartiers.
    Notre environnement est primordial et ce sont toutes ces petites choses gâchées ou préservées qui font d’un village une cité dortoir ou un havre de paix.
    Mon avertissement a retardé le projet mais ne l’a pas supprimé.
    La parole est maintenant aux électeurs.
    Si les habitants du Bois Maurin et de Bellevue acceptent des dessertes inter quartiers d’une emprise au sol de 11 m qu’ils réélisent la majorité sortante.
    S’ils n’en veulent pas qu’ils élisent l’équipe Bandol Avenir.

  • @ Christian: j’entends tes arguments. Je me base sur ce que m’a expliqué le commissaire enquêteur: à savoir que rien n’est véritablement possible immédiatement dans ce dossier. Mon terme « pécadille » visait la recherche d’une querelle sur un dossier qui à ce jour est une idée et non un projet en route (du point de vue administratif/faisabilité), et donc sans urgence immédiate. Et je souhaite bon courage au Maire pour réaliser les percées qu’il envisage sans disposer de parcelles réservées: il lui faudra plus qu’un deuxième mandat pour en venir à bout (ou je me trompe lourdement sur les délais nécessaires pour ce genre de réalisations).

  • Fred, Re bonsoir,
    Une précision concernant la gestion des eaux de pluie.
    Quartier du Bois Maurin il existait, dans le POS, une zone réservée pour la création d’un bassin de rétention.
    La municipalité en place a annulé cette zone réservée qui n’apparaît plus comme tu as pu le constater dans le PLU soumis à enquête publique.
    Les conséquences de cette impéritie comme les dessertes inter quartiers seront brûlantes lorsque les bandolais y seront confrontés.
    Je préfère anticiper les problèmes.
    Quant aux programmes des listes en lice, ne te fais pas trop d’illusion, ils sont essentiellement composés de tous ces petits rien.
    Sous des vocables savants pour ne pas dire pompeux : intermodalité, développement durable, … se cachent des réalisations de routes, de parkings plus ou moins bien pensées, le traitement des déchets, la gestion des eaux usées, etc …
    Christian

  • @Christian: en contrebas de Bellevue, il y a toujours au PLU une parcelle pour bassin. Sur Bois Maurin, j’ai vu au moins une parcelle réservée mais sans être sûr à cette heure de sa destination (espace vert ou bassin ou autre). Enfin pour les programmes composés de petits riens, quand je vois la quantité de travaux et aménagements du dernier mandat (il est vrai exceptionnellement de 7 ans), j’aimerais aussi être rassuré sur l’ampleur de ce que prévoient ses successeurs et lui-même. Je ne tiens pas à refinancer les mêmes travaux mais d’une autre couleur qui aura surtout l’avantage de plaire au goût du prochain Maire. A quoi chacun veut-il toucher? Urgemment. Structurellement. Les dessertes interquartiers dont tu parles peuvent-elles vraiment être réalisées en moins de 6 ans sans parcelles réservées au PLU aujourd’hui (c’est une vraie question que je te pose)? Explique-moi les étapes.

  • @ Christian (again): pour les programmes, quelle axe de politique touristique sera suivi, quelles initiatives locales vont être tentées en soutien des chercheurs d’emploi (je parle pas de chômeurs), comment veut-on valoriser/rentabiliser le port, quelle utilisation/rentabilisation de la médiathèque est envisagée (politique culturelle), comment rééquilibre-t-on (ou pas) la pyramide des âges en prenant soin de tout ou partie de la population (et en gérant l’attractivité de la ville pour chaque catégorie), comment s’appuie-t-on sur les communes voisines pour mutualiser les moyens (indépendamment des affinités politiques) et booster les résultats, comment améliore-t-on la relation Mairie/administrés notamment avec une politique d’intégration des technologies dans la vie locale par exemple, etc. J’attends des programmes qui parlent d’aménagement (« petits riens »), mais qui vont bien au-delà. Nous le savons tous les deux, et je n’aurai de cesse de réclamer aux candidats dont toi leurs visions sur ces thèmes dont je veux croire qu’ils ont été préparés au sein de chaque équipe depuis longtemps.