Bandol retrouve l’ambiance de ses Conseils Municipaux

Pas de résumé des 3H qu’aura duré le conseil municipal de Bandol ce jeudi 22:
– vous avez déjà celui de Var Matin en ligne.
– ceux qui y ont assisté peuvent déjà réagir en commentaires ci-dessous.
– je tâche de vous proposer le montage vidéo des débats que j’ai pu filmer très prochainement (plus d’une heure d’images à étudier même en ayant purgé la lecture toujours soporifique des textes des 34 points soumis au vote).
IMG_1247.JPGOn a retrouvé le style très bandolais de ce rendez-vous périodique, durant lequel ancien et nouveau maires ne peuvent s’empêcher de s’envoyer la médiathèque à la figure: ça restera la marque de ce mandat. Si les bandolais peuvent trouver l’addition salée, et opiner variablement sur l’utilisation de cet équipement, ce bâtiment aura au moins le mérite de faire rire le conseil municipal, le public qui y assiste, et parfois le reste de la population. Le rire, ça n’a pas de prix.
Toutefois, j’ai été surpris par une intervention qui a eu lieu après le conseil municipal…/…  


…/… (donc je ne pourrai pas vous diffuser les images, seule la séance officielle étant soumise je pense à la publicité qui permet l’enregistrement et la publication vidéo par tout un chacun). Marcel BOGI s’est adressé à l’ensemble du Conseil Municipal, et en présence du public, pour réagir à un courrier qui a visiblement été adressé à chaque élu et qui le mettrait en cause. Je ne sais rien de ce courrier (comme quoi il me manque encore bien des infos pour comprendre Bandol), mais Marcel BOGI a indiqué que cette lettre ressemblait à une manoeuvre désespérée de la part d’un ancien collaborateur « à qui la ville est redevable », à laquelle il n’entendait pas donner suite (il ne « tire pas sur les ambulances »). Bref, un discours réservé aux initiés, qui renvoie aux affaires qui ont entouré la campagne électorale des municipales de 2001… Le Maire (interrogé par Michel SAUZET à ce sujet), l’a ensuite publiquement assuré de son soutien, et remercié pour cette intervention. La politique, c’est troublant, et la violence des combats qui s’y livrent restera toujours une source d’interrogation pour le citoyen que je suis.
Frédéric METEY
www.bandolais.fr
.





19 Commentaires

  • […] 2009, qui avait circulé dans Bandol après sa diffusion aux conseillers municipaux, entraînant une fin de Conseil Municipal très codée le 22 octobre 2009. Je ne l’avais pas encore publiée, et attendais que cette histoire liée au passé revienne […]

  • merci.
    Conseil municipal bref, 2H1/2 maximum pour 34 délibérations, quelques remarques sur les attributions de
    subventions, les décisions modificatives de budjet, adoption de nouveaux statuts d’un office de tourisme, tarif portuaire dont le coût pour 2010 ne change pas et en plus, pendant 3 mois d’hiver, on peut bénéficier de 8 jours gratuits sur l’aire de carénage, pas mal; enfin un conseil municipal classique, si ce n’est une délibération, n°12, qui me chiffonne un peu en tant que bandolais.
    Voilà une association – association présence – installée depuis plus de 20 ans dans le nord de Bandol, à la garduère; je ne ferai pas l’historique de sa création, mais c’est une association sociale médicalisée qui décide de s’agrandir et emprunte, mais à besoin de caution pour cet emprunt; et pourquoi pas la ville de Bandol? C’est ce que le conseil municipal a voté à l’unanimité, sans aucune interrogation alors que l’enjeu est de taille: caution de plus de 2 000 000 euros, j’ai bien dit deux millions d’euros! sans contrepartie, si, 20 emplois crées par cette association.
    Quelques observations : si la banque ‘ le crédit foncier ‘a besoin d’une telle caution, c’est que le projet a dépassé le budjet initial ou que sa capacité financière ne lui permet plus d’emprunter, ou que les financiers éventuels – privé – conseil général – conseil régional – monde médical etc… se sont désistés, ou bien que le projet semble peu viable.
    Le Maire nous a bien dit que les comptes de résultat de cette association sont positifs de 50 000 euros – cinquante mille euros. Bien peu pour un investissement de 15 millions d’euros, mais avec un prévisionnel, on peut toujours valoriser et optimiser une entreprise.
    Voilà ce qui me chiffonne; si peu d’attention et de précaution sur la responsabilité prise au nom des bandolais de la part de tous nos élus confondus.
    Roland Reverdy

  • @Roland
    Tu n’es pas le seul à s’interroger sur l’absence de questions sur des points que tu évoques. En effet, 67.000€ ( et non pas 50.000€) de résultat net l’année dernière n’a interpellé personne, 2.000.000€ brassés par une Association non plus. Les Élus ( 29 et pas uniquement le Maire)qui représentent les Bandolais doivent disposer d’informations que nous n’avons pas pour voter aussi simplement et facilement, si tel est le cas, ils nous doivent aujourd’hui: des explications, et peut-être demain: des comptes.

  • Me revoi-ci, me revoi-lou,
    J’ai terminé ma pèriode de silence.
    Comme toi, Jean, j’étais au conseil jeudi et de nombreux points m’ont semblés être sujets à interrogation, et celui que tu évoques en particulier.
    La question que je te pose, est la suivante, est-ce que vous avez, vous, les membres du conseil, de la majorité comme de l’opposition, la possibilité d’étudier suffisement sèrieusement les 34 points votés lors de la séance, sachant que vous avez reçu les documents quelques jours avant, en l’occurence samedi.
    Christian Delaud, répondant à une interrogation de Michel Sauzet, lui faisait remarquer qu’il prenait le temps, lui-même de se documenter avant de venir au conseil.
    Moi, ce que j’en dis, après…
    J’espère que plus personne n’est fâché contre moi, en tout cas, si j’ai froissé quelqu’un, ou quelqu’une, je lui présente toutes mes excuses.
    @ plus.
    Christian

  • @ Christian
    Je réponds: NON un Conseiller Municipal de l’Opposition ne peut pas en si peu de temps sur des questions aussi graves, apporter un avis, son éclairage. Il est dans l’obscurité la plus totale et quand bien même il fasse une démarche auprès des Services Municipaux pour savoir de quoi il va parler et sur quoi il va voter. La seule chose qui lui reste c’est:
    -avoir une connaissance très large de la vie à Bandol et s’informer grâce à un « réseau ».
    -Avoir un vote d’abstention
    -Travailler une question sur plusieurs Conseils Municipaux. Autrement dit, aborder la question lorsqu’elle est proposée le jour du Conseil, utiliser le temps qui sépare le prochain Conseil pour retravailler la question et poser par écrit une question au Maire afin de relancer la question et transformer cette échange par un débat.
    L’avantage de DELAUD sur SAUZET c’est d’avoir un historique qui ne s’acquiert qu’avec l’expérience et le temps. Cette expérience donne le réflexe immédiat de toucher du doigt l’essentiel, mais je dois avouer, qu’en ce qui concerne la délibération faisant l’objet de ta question, le silence de DELAUD m’a assourdi!! Et puis c’est totalement vrai que 34 questions cela fait beaucoup mais peu lorsque seules les plus importantes sont à analyser. Par contre ce qu’il m’est arrivé souvent de faire, et je pense que tu t’en rappelles, c’est de mettre en face de leur responsabilité les Élus de la Majorité en leur soulignant leur avantage de disposer de tous les moyens pour avoir décidé en leur âme et conscience…ce qui est une autre histoire quant on voit la MédiaTOC!!

  • Compte tenu de ce que tu me dis, je suppose qu’il en va de même pour les conseillers de la majorité.
    N’y a-t-il pas là quelque chose à changer, pour que vous puissiez en tant qu’élu, faire votre travail correctement.
    La politique, c’est bien étrange, comme le dit Fred…

  • @ christian,
    le savoir , c’est le pouvoir , alors ça ne se partage pas beaucoup pour des raisons évidentes , et encore moins dans des petites municipalités a ce qu’il parait ; je dis depuis un certain temps sur ce blog en particulier , que pour moi , le conseil municipal n’est qu’une chambre d’enregistrement obligatoire de délibérations dont l’issue est verrouillée bien avant ; dans un monde merveilleux , les élus du peuple ( c’est comme ça qu’on dit , non ?)seraient informés , interessés au débat ( il y en aurait un ) , comprendraient les dossiers et argumenteraient dans le sens de l’interet commun , en mettant de coté le leur et celui de leurs copains , mais ça c’est un monde merveilleux ….

  • Alors là j’hallucine : les conseillers municipaux votent des résolutions sans connaitre les tenants et aboutissants des dossiers. Si c’est avéré cela frise la faute « professionnelle ».

  • @ Claude et Christian
    Je confirme que certaines délibérations et même beaucoup, sont votées par une Majorité dont certains membres sont dans l’incapacité de s’expliquer et d’expliquer leur vote, cela pour tout un tas de raison, et passons la dessus! Par contre je dit et répète depuis 1989, date de mon engagement dans la politique locale, que la meilleure façon de s’exprimer en Conseil Municipal, c’est d’obtenir un vote à bulletin secret pour un certain nombre de délibérations choisies par l’Opposition. Je m’explique: 30 délibérations à voter (29 Conseillers Municipaux), soit 7 délibérations choisies par l’Opposition (7 Sièges= 5 Barois+2 Sauzet). Cela aurait le mérite d’offrir à des Conseillers de la Majorité d’exprimer un vote contre. N’allez pas vous imaginer que cela constitue une absence de courage, non c’est un moyen qui permet d’alerter le Leader qu’il fait fausse route sur un projet, une décision.C’est un moyen d’exprimer à destination de ceux qui voteront pour qu’ils sont eux aussi dans l’ignorance de ce que souhaite la population. Notre système est malade d’antidémocratie il faut le redresser en passant par des reformes de justice: payer les Conseillers Municipaux Opposition comprise, les assujettir à un résultat, leur fixer des obligations de présence etc.etc.Tant que nous ne ferons pas le minimum pour changer les choses nous ne pourrons qu’approuver l’analyse de Muriel qui a raison lorsqu’elle parle d’une mascarade de démocratie et qu’elle décrit une Opposition comme l’alibi permanent d’un système « démocratique » malade.

  • @ jean
    a ma connaissance , pour voter a bulletin secret , il faut qu’un tiers des élus le demande , et c’est le premier qui demande un mode de scrutin qui prévaut ; hors , 3X7= 21….
    on est loin du compte.je me trompe peut etre , mais c’est ça que le service de la légalité de la prefecture d’un autre département m’avait répondu ; de plus , le vote a bulletin secret n’est valable qu »au coup par coup validé .
    donc , si 7 personnes le demandent pour une délib importante a leurs yeux , et que le maire refuse , il est en droit de le faire ; sauf que je ne sais pas si c’est le tiers des élus presents ou representés , ou le tiers des 29 élus ….?
    et oui Jean , le systéme est bien malade , meme avec un docteur a sa téte comme a Bandol ;
    mais n’a t on pas le systéme et les élus que  » l’on méritent  » , en clair , est ce que l’on élit pas les gens parce que ce sont des copains qui nous le rendront bien , ou des copains de copains , ou des gens qui savent serrer des louches et etre de beaux parleurs , qui font de belles promesses , etc ….. ?
    c ‘est aussi ça la démocratie .

  • @ Muriel
    Oui il faut bien 1/3 des Elus du Conseil (présents ou représentés, puisque représentés par des porteurs de pouvoir)qui le demandent. Mais comment sortir de cette quadrature du cercle quant on sait que jamais un Élu de Majorité ira contre les intérêts de son Chef. Durant la précédente mandature, un seul a eut ce courage et c’est tout à son honneur, le Docteur PALIX. En début de mandat il a eut le courage de s’opposer à BAROIS malgré des comportements de colistiers et « listières » plus que discutables en matière de courage et d’honnêteté, et ce n’est pas les arguments étalés dans le ruisseau à l’époque, qui enlèveront l’absence de noblesse de ceux qui cohabitaient avec BAROIS malgré leur divergence.

  • Merci Jean Sarrat,
    Notre système est malade d’antidémocratie; je pense que de toute façon, nous serons dans un futur proche, obligés de prendre en considération que les humains que nous sommes doivent être écoutés et respectés.
    Les décisions de nos responsables élus se sont écartées des promesses avancées. Alors, mise en garde sur leurs décisions hasardeuses; ils ont eu suffisamment de temps pour prendre connaissance de l’état des lieux de notre commune pour ne pas renier l’héritage.
    S’engager au nom de la commune est une responsabilité de tutelle dont le maire est responsable; c’est à lui et à lui seul de porter la responsabilité des décisions administratives de sa commune; dans le cas qui nous occupe, décision du conseil municipal-délibération n°12, caution de la commune pour un investissement -, nous n’avons pas eu connaissance de contrat; il y a des limites prévues par la loi et j’espère que la validation par le préfet de cette délibération sera examinée.
    Nous ne pouvons accepter une augmentation de 27% de la taxe foncière et habitation pour la part communale en évoquant une éventuelle mise sous tutelle de la commune sans réagir à cet engagement à risque maximum.

  • @ Roland
    On peut s’étonner qu’à la prise de pouvoir d’une équipe Municipale,celle ci, constatant l’état catastrophique des finances, n’ait pas le courage de démissionner globalement et immédiatement. Pendant une campagne électorale, le candidat présente son programme et avance des promesses par rapport à une situation financière qu’il est en droit de juger normale. Les personnes qui ont voté pour cette équipe, l’ont fait pour la mise en application de ce programme avec des éléments financiers qui semblaient équilibrés. Vouloir à tout prix exercer son mandat alors que les dés sont pipés, c’est grave pour tous et coûte cher: 27 % EN +. Et là je ne suis pas d’accord, il fallait donc que tous les Élus de la majorité remettent leur mandat et rendent leur tablier au lieu de s’accrocher dans des acrobaties tarabiscotées qui sentent bon le calcul d’intérêt personnel.

  • @ tous bonsoir,
    Une délibération comprend deux volets, le politique et le technique.
    Pour toute délibération, j’aborde l’aspect politique puis technique.
    Pour la 12, je me suis posé les questions suivantes : une telle structure est elle pertinente pour Bandol? Les retombées seront-elles positives?
    Après avoir répondu oui aux deux questions, j’ai abordé le problème technique: Le risque financier est il acceptable ?
    Ce risque a été analysé par le Crédit Foncier qui l’a accepté en demandant une garantie, ce qui est normal pour un emprunt d’un tel montant.
    Ce risque a été analysé par les services financiers de la commune qui l’ont accepté.
    Ce risque a été analysé par les services financiers du Conseil Général du Var qui l’ont accepté.
    En effet, le Conseil Général du Var se porte caution solidaire avec la commune de Bandol.
    En cas de défaillance de l’association Présence, la commune de Bandol n’aurait à supporter que la moitié des sommes dues, les 50% restants seraient à la charge du Conseil Général du Var.
    Compte tenu de ces éléments, j’ai décidé de voter pour la délibération 12 car les risques qui ne sont jamais nuls étaient acceptables.
    Quant à la Démocratie que vous estimez non respectée à Bandol, je tiens à vous dire que je ne partage pas votre opinion.
    Si j’en lis vos déclarations ce que vous souhaitez est une technocratie avec des spécialistes qui n’abordent que le côté technique des délibérations ou des indécis en attente d’avis d’électeurs éclairés.
    Etre élu c’est agir en son âme et conscience devant une problèmatique et pas se comporter en technocrate ou en indécis.
    Etre élu ce n’est pas être en permanence à l’écoute des électeurs ou tout au moins de la minorité qui s’exprime.
    Etre élu ce n’est pas démissionner parce que la situation n’est pas celle que l’on espérait trouver.
    Etre élu c’est prendre ses responsabilités devant une situation donnée en fonction des circonstances présentes.
    J’accepte la critique.
    L’action prête à la controverse et à la critique.
    Personnellement j’assume mon vote sur l’augmentation des taxes locales de 24%. Les 27% comprennent l’augmentation de la Base qui est indépendante de la commune.
    J’assume mon vote sur la création d’une structure médicalisée pour 24 adultes handicapés et son corollaire la caution solidaire de la commune et du conseil général.
    Pendant 7 ans j’ai combattu François Barois mais je le respecte car il assume ses choix et les défend comme Christian Palix assume les siens.
    Quant aux intérêts personnels des élus, il en est un que j’admets c’est être acteur et pas spectateur.

  • Merci Christian pour tes precisions
    j’espère te voir un de ces troisièmes mardis du mois (même si les blogeurs oublient de t’envoyer un carton)
    Pierre (un spectateur « bandolais » de droite)

  • @Christian
    Tu énumères un certain nombre de responsabilités qui appuient ta décision de voter pour la délibération n°12, je te cite:
    « Ce risque a été analysé par le Crédit Foncier qui l’a accepté en demandant une garantie, ce qui est normal pour un emprunt d’un tel montant.
    Ce risque a été analysé par les services financiers de la commune qui l’ont accepté.
    Ce risque a été analysé par les services financiers du Conseil Général du Var qui l’ont accepté ».
    Est-ce que l’on ne pourrait pas aussi énoncer un certain nombre de références officielles dans la démarche Médiathèque que j’appelle MédiaTOC? Comment expliquer la délivrance et l’accord d’un tel permis de construire avec ses engagements financiers énormes et ces interrogations justifiées en matière de sécurité quand on pense à l’accés unique au parking, etc…Accepter l’avis de ces instances supposées exemptes d’erreurs, trouve sa remise en question dans beaucoup d’affaires, ce n’est pas moi qui l’invente, les Média sont là pour nous mettre d’accord.
    Quant au reste de ton intervention, je n’ai personnellement jamais remis en question ton sérieux dans l’exercice de ce mandat de Conseiller Municipal d’Opposition, chacun de nous deux est conscient du rôle que chacun de nous a joué…

  • Christian Delaud

    @ Pierre,
    C’est avec plaisir que je te rencontrerai un des troisième mardi du mois.
    J’y assisterai au titre de bandolais intéressé par le web, ce que je suis.
    @Jean,
    J’ai synthétisé le processus qui m’a permis d’accepter la délibération 12.
    Ma décision a été motivée par la caution solidaire du Conseil Général du Var.
    Ce qui n’était pas le cas de la médiathèque dans lequel la société d’économie mixte VAD, émanation du conseil général du Var, se voyait attribuer par la commune la maîtrise d’oeuvre.
    Alors que la commune assumait seule la charge de cet ensemble.
    Dans la délibération 12 la commune n’est que caution et le risque qu’elle ait à payer quelque chose est relativement faible.

  • Les extraits vidéo du Conseil Municipal de Bandol du 22/10/09

    Voici en totale subjectivité les extraits vidéo de la dernière séance du Conseil Municipal de Bandol. Non pas que ce soit forcément les plus intéressants du point de vue politique, mais ce sont des extraits qui pour une raison ou une autre m’ont intére…

  • @ Roland
    je viens de prendre connaissance du CR du conseil municipal via le site officiel , et la , je comprends réellement ton inquiétude ; j’avais été un peu endormie
    par les  » bonnes  » paroles de monsieur Delaud , mais pas
    anesthésiée tout de meme ; heureusement , car la lecture de la délib.12 est tres claire et je m’étonne aussi vraiment de la facilité de son approbation par un conseil
    bien imprudent et bien imprévoyant , que l’on ne pourra plus incriminer dans …trente deux ans , si l’association tient jusque la , ce qui reste a prouver !
    bien que ça soit tres a la mode bandolaise de toujours se défausser sur les précédents , pour le coup , si l’assoc. met la clef sous la porte , c’est bien nous qui devont payer des le premier trimestre , un crédit indexé sur le livret A ( taux révisable donc….) .
    a titre perso , je n’aurais JAMAIS signé ça , et je pense que toi non plus; et a titre perso , combien des élus auraient signé …. c’est ce que l’on est vraiment en droit de se demander .
    @ Christian Delaud
    et non, je n’aurais pas donné mon accord  » en mon ame et conscience  » , sans y adjoindre  » prudence et raison ».
    il est tout de meme étonnant de voir les conseillers et le maire débattrent souvent avec fougue pour des petites sommes ,
    et etre muets sur des engagements pareils .