Bandol reproduit le tout-pourisme des Guignols

tout-pourismeLe dernier Conseil Municpal de Bandol (il y a un mois) aura donné lieu à quelques scènes étonnantes, inspirant un dessin à mon ami Jean REVOLON qui l’a combiné avec une formule empruntée aux Guignols de l’Info (ceux de Canal+): en effet, à mi-mandat presque exactement, il est difficile de dire qui est avec qui, pour ou contre le Maire ou son prédecesseur. Les alliances politiques et les liens personnels tissés entre les acteurs de la vie politique bandolaise sont d’autant plus difficiles à décrypter qu’ils sont d’une instabilité frappante (dont suivent quelques exemples récents):

  • Christian PALIX qui, c’est nouveau, ménage son prédécesseur en soulignant la continuité de l’action municipale (dossier Bourgarel par exemple – et on va considérer que cette attitude est plutôt un progrès).
  • Francçois BAROIS qui se soucie de la représentation de Bandol au sein de Sud-Sainte-Baume (à sa place, beaucoup de gens auraient fait profil bas puisqu’il est le seul candidat de 2008 à n’avoir pas soutenu l’option de cette participation à la communauté de communes – c’est bien qu’il intègre les données actuelles, mais est-ce à lui à être en pointe pour porter la contradiction sur cette question?).
  • Le même François BAROIS semble progressivement lâché par ses colistiers élus à ses côtés dans l’opposition en 2008, mais qui votent et s’expriment maintenant de façon surprenante, alors que lui essaie de s’accrocher à l’idée de « groupes » issus du scrutin par listes, sans rencontrer beaucoup d’échos positifs.
  • Laetitia QUILICI qui se lance dans un discours dont l’irruption dans le débat d’orientation budgétaire me laisse toujours interrogatif, même après revisionnage de la séquence vidéo. Elle lit un discours à l’attention du Maire qui ne lui est visiblement pas destiné mais est bien évidemment écrit pour le public – je ne suis pas certain que le conseil et ce débat soient le lieu pour exprimer ses atermoiements d’un maire à l’autre). Elle promet un renouveau à Bandol mais avec Alexandre GAD en impresario qui fait circuler le texte de son discours (c’est quand même pas lui le renouveau?), et un parcours piloté par son parti politique (et son employeur le député-maire de Six-Fours), elle montre plutôt une aptitude à reproduire les pratiques de ses aînés qu’une capacité à innover dans l’approche et la méthode.
  • Lucien RODRIGUEZ qui apaise d’un geste amical son étrangleur de l’été quand il « monte dans les tours » lors d’une prise de bec avec le maire. Cette intelligence les honorent. Ces deux-là sont capables de s’envoyer au tribunal, mais d’autres liens les unissent aussi: les affaires réglées en justice, c’est pour la galerie?
  • Frédérique CONNAT-LERAT et Marcel BOGI qui posent tout sourire pour nos objectifs pour démentir les bruits sur leur brouille mais ne s’expliquent pas sur le texte qui en est déclencheur: ils ont tous les deux (dissidents de la majorité) mis la pression sur le Maire au conseil mais on ne sait toujours pas qui visait leur sortie contre l’opposition…

Bien malin celui qui peut dénouer l’écheveau de ces relations qui en 3 ans seulement n’ont plus grand chose à voir avec la situation lors des dernières élections.
Si le « tout-pourisme » choisi par Jean REVOLON pour son dessin n’est surtout pas à confondre avec le « tous pourris » des poujadistes, le bazar qui règne dans le conseil municipal de Bandol témoigne non pas de corruption mais d’un beau marigot politicien à souhait. Ces jeux d’acteurs qui ne servent que les individus et au détriment des citoyens, me fatiguent. Et il y a fort à parier qu’il faudra encore les observer avec perplexité dans un mois, au prochain conseil…

F.M. – www.bandolais.fr





24 Commentaires

  • […] on aime bien s’exprimer en dessins en ce moment sur les blogs de Bandol. Avec le billet de Fred Mettey sue bandolais.fr illustré par jean Revolon et celui de Jean Paul Joseph sur VVB illustré par Caroline Le […]

  • On en est qu’à l’entracte, mais le spectacle est cher pour le contribuable, alors on observera… !
    Merci Jean pour ton coup de crayon.

  • Merci M Revolon, Félicitations pour votre dessin.
    On peut regretter, simplement, qu’il ne colle pas à la parité d’actualité
    Mais Fred Metey, lui, n’est pas sexiste dans son article et met visiblement élues et élus à égalité.

  • Magistrale analyse, Fred, avec ce qu’il faut de cruauté pour exprimer cette confusion municipale.

    Tu oublies quand même deux figures.

    Christian Delaud, seul opposant « politique », puisque portant la casquette PS, mais qui vote toutes les délibérations du conseil municipal UMP.
    Michel Sauzet, converti UMP en même temps que Christian Palix, et qui doit gagner trés largement la palme du vote « contre ».

    Jacques

  • Jean-Pierre Chorel

    Ben non Jacques, Fred cite les « instabilités », alors que tu parles de « constantes »…

  • @ Jacques:
    Jean-Pierre a pas mal résumé, mais Christian Delaud a déjà écrit en commentaires ici qu’il avait voté plus de 80% des résolutions sous Barois aussi, en ne donnant pas dans l’obstruction d’opposant systématique, et il ne s’est pas particulièrement illustré récemment sur les points que je signale (et en tous cas pas lors du dernier CM).
    Michel SAUZET non plus n’a pas eu une attitude qui m’ait permis de l’ajouter à cette liste. Si on peut remarquer une certaine tendance à théatraliser ses interventions au conseil, il est sur une ligne stable, sur ce plan comme sur sa ligne de conduite politique.

  • Oui oui, j’ai bien relevé qu’ils étaient constant dans leurs votes, l’un généralement dans le « pourisme » et l’autre souvent dans le « contrepourisme ».

    Mais chacun le fait en sens inverse de son étiquette, avec l’exeption du contrat de l’eau où Christian a adopté une postition qui est aussi celle de son parti.

    Cela dit, c’était aussi, si je me rappelle bien du débat, une position trés lucide et cohérente.Ce choix était bien le sien. Je crois bien me souvenir, par contre, que le groupe Barois, après avoir dit tout le mal qu’ils pensaient des modalités proposées pour le nouveau contrat, avait voté pour. Cela pouvait t’il être un vote « politique », moins cohérent ?

    Jacques

  • Heureusement qu’à Bandol, au sein du conseil municipal, il n’y a pas de représentant du front national, car à en croire vos commentaires sauf celui de JP Ch. ils sont tous dans le pourisme.
    C’est cette manière d’agir, de critiquer, d’être à l’affut du moindre grain de sable qui ouvre la porte de l’extrémisme.
    Je ne peux être en total accord avec vous, car même si au cours de leur mandat respectif ils ont fait des erreurs, tout n’est pas négatif.
    Mais à lire les articles et commentaires j’ai l’impression que les maires de Bandol et leurs adjoints et conseillers (majorité et opposition confondues) seraient du même acabit que les « Ben Ali » ou « Kadafi ».
    Non, ils ont leurs qualités et défauts comme chacun de nous et ils ne sont pas pires que nous.
    Sommes nous toujours droits dans nos baskets??
    Avons nous le droit de juger? Non nous pouvons donner un sentiment, une opinion, mais pas le droit de juger.
    Heureusement que les gens qui s’expriment sont peu nombreux et ainsi il me plait à penser que la majorité des Bandolais ont le désir d’analyser les bonnes et mauvaises réalisations et non que de montrer les mauvaises.

  • Serge,
    il ne s’agit bien entendu pas de critiquer à tout va, de lyncher un individu ou d’adopter des propos extrémistes. Le raccourci que tu fait est un peu simpliste !

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, nous ne valons pas mieux qu’eux, je ne vaux pas mieux mieux qu’eux ; à ceci près que je ne me suis pas présentée à ÉLECTION, je ne prétend pas représenter autre chose que ma propre voix, et par là n’ai aucun devoir d’exemplarité. Je n’aurais pas bien sûr l’hypocrisie de juger un élu en tant qu’homme -en tant que tel je ne le jugerai jamais- mais celui qui a brigué une fonction publique pour laquelle la république m’a demandé de voter en tant que citoyenne, celui-là je le jugerai, en toute objectivité, parce qu’un contrat nous lie. Cet élu est mon représentant, qu’il ait eu ma voix ou pas, fut-il maire, sénateur ou président.

    Quand on se met au dessus des autres, la moindre des choses c’est de pouvoir le justifier.

  • Et j’ajoute deux choses Nathalie, aprés ce que tu dis trés justement.

    Tu dis que le fait de représenter les électeurs oblige à une certaine expemplarité. Je le crois aussi.

    Et aussi a accepter la critique des électeurs. C’est ma première observation.

    La deuxième porte sur la fidélité en politique. Tu te présentes à une élection. Le choix de l’electeur se fait sur la base d’une « profession de foi ». C’est le document que l’on reçoit à la maison avec les bulletins de vote. Dans cette profession de foi, le candidat fait, ou pas, état d’une affiliation politique. Et il énnonce le sens de sa candidature en présentant son projet.

    Une partie du débat qui nous occupe aujourd’hui, c’est justement ça. La valse des étiquettes, des alliances et des programmes moins de trois ans après l’élection.

    Nous en avions déja parlé ici. Si en cours de mandat, tu n’as plus d’affinité avec la liste qui t’a fait élire, tu démissionnes. Tu ne vas pas chez le voisin. Tout simplement parce que tu n’as pas reçu de mandat aller chez le voisin, mais pour appliquer un programme.

    Et, à coté de cela, si je relevais le prisme des étiquettes, c’était pour relever l’étonnement des électeurs socialistes de voir leur élu voter quasi-systématiquement toujours avec le groupe Palix, maintenant UMP, étonnement probablement partagé par les électeurs de Michel Sauzet, UMP, qui vote fréquement contre le groupe Palix, maintenant UMP.

    Tout en partageant avec Fred l’idée que les labels poliitiques n’ont pas forcément grand sens pour la gestion d’une municipalité de la taille de Bandol.

    Une précision pour Serge. Le « pourpourisme » et ses avatars n’a rien à voir avec le « Tous Pourris ».

    Jacques

    ——————————————–
    NDLR: comme d’autres lecteurs qui m’en ont causé en messages privés, j’avais relevé le contresens fait par Serge (malgré la précision que j’avais pris la précaution d’introduire), mais n’avait pas souhaité heurter sa susceptibilité. Merci d’avoir (re)clarifier pour les autres lecteurs, parce qu’entre les difficultés rédactionnelles dans les articles, et les lectures trop rapides de commentateurs, il y a parfois de quoi se perdre…

  • Jacques,
    Je partage ton analyse en y ajoutant tout le bien que je pense de l’argumentaire développé par Nathalie.

  • @ Jacques, Nathalie, Fred……

    Je pense que j’ai du mal m’exprimer et vous présente mes excuses si mes propos ont été mal compris, je vais donc essayer de vous exprimer un peu plus précisément le fond de ma pensée.
    Mon commentaire risque d’être un peu long, car pour répondre à tous, il me faudra quelques lignes.
    @Nathalie:
    Un élu, n’est pas au dessus des autres, il est le représentant d’une partie de la population et c’est tout.
    Voter est un droit et pour moi, un devoir, car si à une élection aucun ne me convient, j’irai voter blanc, mais j’irai voter.
    Dans l’autre cas de figure, je vote pour celui qui me semble le meilleur (et non le moins mauvais). Tu vois toute la différence est là.
    Je ne me sents pas lié à un contrat ni avec celui pour qui j’ai voté, ni avec les autres, mais je les respecte et respecte leur fonction, car ils ont eu la volonté pour une maigre indemnité de donner du temps à leur commune et de tenter de faire vivre celle-ci le mieux possible compte tenue de leur envies et possibilités. Ils méritent du respect même s’ils se trompent.
    Dans toute réalisation, je recherche le côté positif et non le côté négatif:
    Quelques exemples, la médiathèque, même si elle n’est pas belle et mal placée, elle a permis de regrouper le personnel municipal dans un même lieu, la salle Jules Vernes permet aux Bandolais d’avoir accès à des spectacles alors qu’avant ils devaient se déplacer au moins à Sanary.
    Le quai du port, même s’il est rouge et ne plait pas à tous, il évite de se tordre les chevilles sur les plaques « branlantes »
    La boite aux lettres devant la poste (conforme aux normes ) permet aux handicapés de poster leur courrier sans aide.
    Je pourais en citer encore beaucoup, mais ces quelques exemples sont uniquement pour t’expliquer que pour moi, je recherche les points positifs et non les points négatifs.

    @Jacques
    Tout d’abord, j’avais bien fait la différence entre le « Tout-pourisme » et le « Tous pouris »
    Ensuite tu parles de fidélité en politique et de valse des étiquettes, si je ne me trompe pas il n’y a que 2 ou 3 personnes dans le conseil municipal qui soient rester fidèle à leur étiquette
    je ne pense pas que le changement d’étiquette en cours de mandat soit si important et ne dépend que de la conscience de celui qui change ou qui adhère à un parti.
    Pourquoi être étonné qu’un conseiller d’opposition même socialiste puisse voter des délibérations s’il les trouve conformes à ses idées. J’appelle celà de l’opposition constructive
    Dans la même optique, j’admets qu’un conseiller d’opposition, même encarté au même parti que la majorité, puisse voter contre, ce n’est pas une affaire d’étiquette, c’est simplement un vote que le conseiller fait en son âme et conscience.

    @Fred
    Merci pour ne pas avoir heurté ma susceptibilité lol
    Tu sais très bien que je ne suis pas susceptible, car dans ce cas je ne commenterais pas sur ton blog.
    J’avais très bien compris la nuance, mais je profitais de cet article ,pour exprimer ma crainte de la montée de l’extrémisme en France, et comme Bandol est en France…..
    Tu le sais pour moi les causes de la montée de l’extrémisme ne sont pas les erreurs commises par nos politiciens de droite comme de gauche, mais par toutes ces critiques parfois infondées. tu comprends pourquoi je tente de faire ressortir les côtés positifs des réalisations et non les quelques fautes.

  • C’est bien, nous sommes presque tous d’accord. Mais c’est quand même couillon que nos élus ne soient pas aussi « raisonnables » que nous.
    Je préciserai juste mon opinion sur le fait de voter pour ou contre suivant son étiquette. J’ai toujours était désespéré de voir qu’un élu pouvait voter contre un bon projet uniquement pour la raison qu’il était proposé par le camp adverse. Si le projet bon et correspond à sa « croyance », pourquoi voter contre.
    Et comme vous je suis surpris de constater que lors des CM certaines critiques fusent et à la sortie on vote pour. C’est curieux, un jour il faudra m’expliquer.

  • @Serge,
    Puisque le suis à l’origine des commentaires sur le sujet que tu reprends: »La boite aux lettres devant la poste (conforme aux normes ) permet aux handicapés de poster leur courrier sans aide… »
    Je permets de souligner, que pour moi, ce n’est pas la pose de la Boite aux lettres que je désapprouve et remets en question, c’est, à l’origine, la création d’une fontaine bidon qui a couté et qui n’a jamais servie à rien.
    J’ai souvent constaté la difficulté de se faire comprendre par clavier et écran, une fois de plus cet exemple me donne raison et évoquer les c….je pense fait partie du devoir d’un citoyen.

  • @Jean

    Comme je l’ai dit plus haut dans mon commentaire, je respecte ceux (et tu en fait partie!!) qui ont eu contre maigre rémunération ou même rien la volonté de s »engager devant les électeurs pour faire vivre leur commune.
    Donc, je passe sur les points négatifs, vous êtes SUFFISAMENT NOMBREUX pour chercher le moindre grain de sable, et recherche dans chaque réalisation le côté positif.
    Pour la place de la Poste: comme pour l’avenue du 11 Novembre, elle est plus belle qu’avant, la statue est superbe et les arbres sont beaux et il y a maintenant une boite pour handicapés. La fontaine a été ratée, celà fait pour moi 4 pour et 1 contre. C’est donc positif.
    La perfection n’existe pas, sauf pour les prétentieux qui pensent détenir en tout la vérité et être les seuls irréprochables.
    Ce n’est pas mon cas, je ne fais qu’apporter mon avis contradictoire à beaucoup d’autres dont les tiens.
    C’est là où je suis étonné, toi qui a été élu, dénigré, critiqué comme les autres, qu’aujourd’hui libre de mandat tu puisses jouer le même jeu.
    Il faut dire que de ton temps d’élu, les blog de Fred et de Christian n’avaient pas encore vu le jour et donc tu as été épargné de toutes ces invectives bien souvent injustifiées.
    A lire vos commentaires, les plus volontaires et neufs vont peu à peu se décourager et aux prochaines élections, nous aurons les mêmes depuis des lustres ayant combiné de nouvelles alliances. Ou enfin vous ouvrez la porte à l’extrémisme.
    C’était là le but de mon commentaire qui me semble t il a été très mal compris.
    Amitiés
    Serge

  • @Serge,
    Avec toute l’amitié que je te porte je tiens à te souligner que pendant 13 ans, je dis bien 13 ans, j’ai ferraillé dur en conseil Municipal, sur des sujets très divers, contre les Majorités en place. Beaucoup ont l’honnêteté de s’en rappeler et je n’ai pas eu besoin de blogs pour m’exprimer. Je n’évoquerais pas la plupart des sujets dont je suis fier, mais il en ait que je peux lister:
    – 2 actions en justice contre 2 Maires sur des problèmes d’affermage de l’eau, et contre la gestion de la station d’épuration (couts financiers sur mes propres deniers, peu importe leur montant, mais il faut savoir qu’ils représentaient 2 fortes sommes)
    – Contre Barois pour que l’opposition ait sa place dans le Magazine Municipal avec action PERSONNELLE auprès du Préfet
    -Défense de mis au placard
    etc…la liste, sans fausse modestie serait longue, très longue.
    Aujourd’hui vois-tu, si le « l’ouvre », c’est parce que j’estime avoir le DROIT de le faire et quand je le fais j’ai toujours la satisfaction d’avoir la tête bien droite.
    Certains, qui ont assisté à de nombreux conseils, savent tout cela, et il en est un qui accepte volontiers mes coups de gueule et c’est pourquoi on peut les lire…
    J’espère que t’avoir dit tout cela n’ouvre pas la porte à l’extrémisme, ou alors: où allons-nous?
    Mais il est du devoir de ceux qui comme moi ont vécu une telle expérience, en côtoyant tous les artistes de la promesse non tenue, de raviver les mémoires pour ne pas renouveler les mêmes erreurs.
    Quant à la relève et bien vois-tu moi j’y crois, j’y crois simplement en lisant les commentaires de gens sensés et il y en a..
    Nous pourrons le constater aux prochaines
    Sans rancune

  • @ Jean
    Une fois encore, soit je m’exprime mal, soit mes propos sont mal perçus!!!

    J’ai simplement dit que j’ai du respect pour tous ceux qui oeuvrent ou ont oeuvré pour la commune et tu en fais partie.
    Ensuite je n’ai jamais dits que tu avais besoin d’un blog pour t’exprimer, mais qu’au temps où tu étais élu, tu as été dénigré et critiqué mais en ces temps là, il n’y avait pas de blogs et les critiques ne se faisaient que de bouche à oreilles.

    Je ne critique pas tes actions qu’elles fussent bonnes ou pas, bien sur tu as le droit de t’exprimer, bien sur tu as le droit de critiquer, comme moi j’ai le droit de regarder le positif.

    Ce n’est pas tes écrits envers moi qui sont dangeureux, mais pour ne pas en rajouter, je t’invite à étudier les raisons de la montée de l’extrémisme (qu’il soit de droite ou de gauche) dans les pays Européens.
    Mussolini, Hitler….. Ont tous été élu suite à…….

  • Serge,

    Les causes de la montée de l’extrémisme en France et en Europe méritent un débat, mais on va se faire gronder parce qu’il portera, pour l’essentiel, sur des causes autres que bandolaises.

    Si on souhaite lier ce débat à l’actualité bandolaise, cet article est toutefois un bon support.

    Le rejet de la politique, qui ouvre donc la voie aux extrémismes par nature anti républicains vient de quoi ?

    D’abord du mensonge et du reniement.

    C’est bien cela qui génère une perte de confiance dans les élus.

    Jacques

  • messieurs

    vous seriez étonné de voir le nombre des personnes qui ontchangés de votes politiques depuis 1965 -‘dossier depuis cette date ) Max

  • Janine Sauter-Gilli

    Décidément…
    Pourquoi François Barois devrait-il faire ‘‘ profil bas ’’ ?
    Tout d’abord, contrairement à ce qu’écrit Fred, François Barois ne s’est pas inquiété de la représentation de Bandol au sein de Sud-Ste Baume, mais de l’absence de l’OPPOSITION au sein de la représentation de Bandol.
    Ce qui est complètement différent.
    Ensuite, c’est oublier qu’au cours de son mandat, il a présenté deux fois la candidature de la commune (en 2001 avec Sanary) pour entrer dans cette communauté et que les 2 fois, elle a été rejetée pour des raisons évidentes (avec Bandol et Sanary, les villes du bord de mer auraient pesé plus lourd, trop lourd, par rapport à l’arrière-pays.)
    Et qu’il n’a jamais été partisan de l’adhésion à TPM, contrairement à ce qu’ont prétendu ses adversaires.
    Il considérait, et le proche avenir va lui donner raison, que ce débat était dépassé et il recommandait en 2008 la plus grande prudence.
    D’abord parce que personne à l’époque ne pouvait nous obliger à rallier TPM (pas de continuité territoriale). Et actuellement, c’est TPM qui a refusé le rattachement d’Evenos, malgré la demande de son maire.
    Ensuite parce qu’il suffit de lire et d’écouter les propos de M. Palix, débarrassés du blabla habituel, et d’examiner le budget 2010 de Sud Ste-Baume (disponible sur internet) pour comprendre qu’on ne gagnera pas grand chose en y entrant, en espérant qu’on n’y perde rien non plus.
    Enfin, parce qu’en 2014, il y aura vraisemblablement redistribution des cartes : 4 communautés urbaines seulement pour le Var, et le vrai problème, ce sera qui va nous avaler sans qu’on nous demande notre avis: Toulon Métropole ou bien Marseille?
    Pour le second point, il est bon de rappeler la loi en ce qui concerne l’expression de l’opposition dans les magazines des collectivités territoriales (commune, département, région).
    Il ne s’agit pas d’une expression individuelle. Seule peut s’exprimer la tête de liste d’un groupe d’opposition. Étant entendu qu’une personne élue seule de sa liste a ce droit.
    Et les groupes élus sont intangibles pendant toute la durée du mandat.
    Lors du mandat précédent, comme actuellement, il y avait deux listes d’opposition élues et donc deux personnes habilitées à s’exprimer, comme actuellement, pas davantage. Elles n’ont jamais envoyé la moindre ligne au magazine. Je suis bien placée pour le savoir.
    Inutile d’accuser, comme je l’ai lu plusieurs fois, qui que ce soit d’avoir brimé l’opposition.
    en l’empêchant de s’exprimer.
    Parce que c’est faux.

  • C’est totalement vrai que jamais l’opposition, par ses 2 têtes de liste, n’a cherché à s’exprimer dans « Bandol Magazine », mais c’est aussi vrai de rappeler que François Barois a du se rendre à la décision du Préfet, saisi par moi-même, pour accorder une place à l’opposition. Je suis bien placé pour le savoir et si ma parole devait être mise en doute, les compte rendus des CM de l’époque attestent de l’acharnement de F.Barois à nous refuser cet espace. S’il faut reproduire ces comptes-rendus pour rétablir une certaine vérité, et bien nous le ferons. Le débat doit être clos à ce niveau …malgré l’aveuglement (je n’ai pas dit: mauvaise foi)de certains

  • @ Janine et Jean

    En écrivant vos prénoms, j’ai imaginé une bande dessinée!!!!! lol
    Soyons sérieux!!
    Pourquoi, toujours revenir sur le passé? Je sais Janine va me dire que F.Barois a été un bon Maire…. Jean va me dire qu’il a gérer son mandat comme un officier militaire….
    Mais tout celà pour nous aujourd’hui c’est du passé.
    N’est il pas plus intéressant de parler du présent et surtout de l’avenir?
    Quel avenir pour Bandol? Avec qui?
    Je pense que parler des réalisations des anciens Maires n’apporte rien. car à ce moment là, pourquoi ne pas parler de F.Fabre ou encore d’Octave Maurel?
    Comme je l’ai déjà écrit, dans chaque réalisation il y a du bon et du moins bon, alors essayons qu’à l’avenir il n’y ait que du bon, il y a dans Bandol une bonne vingtaine de personnes valables, alors au lieu de les diviser, tentons de les réunir derrière un bon gestionnaire et oublions le passé.
    Amitiés à vous deux.

  • Janine, Serge, Jean…

    Oui, d’accord avec Serge (ce n »est pas toujours ! ;-)). Seul l’avenir importe.

    Oui, d’accord avec Janine. Il y a des griefs contre François Barois et son mode de communication, mais ce n’est pas la peine d’en rajouter. Encore moins sur le terrain du magazine, où c’est bien les pratiques actuelles (réponses systèmatiques sans droit de suite) qui seraient discutables.

    Oui, d’accord avec Jean. passons à autre chose. Cette histoire, et ton rôle, sont bien connus.

    Jacques

  • Janine Sauter-Gilli

    Entièrement d’accord pour construire l’avenir et en rassemblant les compétences, si c’est possible. Je ferai simplement remarquer que ce n’est pas moi qui ressasse sans arrêt le passé : relisez tout depuis le début, y compris l’article de base. C’est vrai que l’envie me démange souvent d’intervenir, quand je lis certains propos, pour rétablir les faits.
    J’y résiste la plupart du temps parce que c’est peine et temps perdus…