Bandol peut espérer un dialogue politiques/citoyens

  • Publié le 23 Mai 2010
  • Commentaires fermés sur Bandol peut espérer un dialogue politiques/citoyens
  • ActualitéPolitique

Jusqu’ici, les élus surveillaient les blogs sans y intervenir à l’exception des élus d’opposition (et leurs anciens colistiers) qui de temps à autre viennent répondre ou participer, se mêler au débat que permettent les « blogs citoyens ». On dirait que ça bouge: …/…


…/… On commence à ne plus compter les interventions d’Athéna CHRISTODOULOS (conseillère municipale de la majorité), qui depuis peu semble commenter avec une certaine régularité sur le blog de Christian VIALA: la première fois il y a quelques temps n’était donc pas un accident ou une entorse exceptionnelle aux consignes officieuses internes à la majorité municipale (consignes logiques: mieux vaut ne pas participer si on ne veut pas légitimer ces organes de communication incontrôlables), même si c’est encore assez anodin sur le fond.
Des articles de Bandol Mag, ou la récente lettre publiée par le Maire sur le site de la ville font assez directement référence à des choses qui ont été écrites sur des articles de blog ou en commentaires.
On n’est pas tout à fait certain que ce soit le député Vialatte qui ait laissé tous les commentaires sous son nom sur 3 blogs bandolais dernièrement, mais certains pensent en avoir authentifier quelques-uns a minima.
Etc.
Ca ne préfigure pas forcément d’une discussion à bâtons rompus d’autant que le député doit avoir un peu autre chose à gérer que les questions bandolo-bandolaises, et la lettre du Maire en pleine polémique avec son prédécesseur à la Une du site municipal ne manque pas d’interroger certains sur un risque de mélange des genres. Mais cette attitude nouvelle d’élus au pouvoir dans nos conversations électroniques, témoigne de ce que j’interprète comme un début d’évolution:
– les élus commencent à baigner comme nous dans cet univers des outils de communication, et il devient difficile pour eux de réfréner l’envie de participer (en dehors de leurs propres outils sur internet).
– ceux qui ont reçu des consignes de silence face à cette nouvelle « presse d’opinion » sont peut-être moins enclins à les respecter, se sentent plus libres après quelques mois ou années de mandat.
– ils commencent à se sentir plus à l’aise face à l’outil à force de nous lire et de faire eux-mêmes leurs propre apprentissage de ces canaux de communication.
– les partis, les élus, nous surveillaient déjà, plus ou moins attentivement (j’avais repéré dès 2008 des connexions répétées à mon blog pouvant faire penser à l’entourage du député, notamment provenant de la mairie de Six-Fours), mais ils commencent à se structurer dans leurs équipes pour être en mesure de répondre et ne pas laisser sans réactions certains propos les concernant.
Si les décideurs, les élus qui nous représentent, acceptent de participer au débat, de s’ouvrir à l’échange de façon assez publique et hors des seules périodes électorales, je m’en réjouis, et salue ce qui me semble être une attitude propice au progrès de notre démocratie. Je sais que c’est du temps, que c’est inconfortable, que ça demande un peu plus de fatigue nerveuse en dehors du stress électoral, mais c’est courageux et c’est l’essence même de la démocratie: la confrontation, au sens presque étymologique.
Frédéric METEY
www.bandolais.fr
.