Bandol et la transparence des embauches

On n’est pas encore en juillet, les statistiques de visites ne fléchissent même pas pour une trêve estivale, bref, on peut encore échanger quelques idées…
Il y en a une qui me turlupine depuis un moment: pas mal de personnels de la mairie de Bandol ont quitté leurs fonctions (et le registre des employés municipaux) dans les mois qui ont suivi le départ de François BAROIS, puis l’arrivée du tandem actuel à l’hôtel de ville. Parallèlement, pas mal d’embauches ont eu lieu, et c’est bien normal (il se dit même qu’il y aurait eu plus d’embauches que de départs, mais comment le vérifier, et faire le tri entre les statutaires, les missionnés, etc.? – aller inspecter le bureau du DRH?). Un petit point annuel sur la situation des ressources humaines de la ville m’intéresse en tant qu’administré: ce n’est pas dans les habitudes, dommage.
Mais il y a un truc qui me chagrine: c’est que dans une ville où le chômage dépasse allègrement la moyenne nationale et même celle des villes voisines*, je n’ai pas souvenir d’avoir vu une seule annonce de poste vacant ni dans Bandol Mag, ni sur le site officiel de la Mairie.

Comment se font les embauches, par quel circuit de recrutement, quels réseaux sont à l’oeuvre? Pour le contribuable, comme pour l’actif éventuellement en recherche d’emploi ou prêt pour un changement de carrière, c’est un mystère… Ca doit pouvoir s’éclaircir, mais pourquoi n’est-ce pas directement transparent? Et pourquoi les bandolais ne sont-ils pas informés des postes à pourvoir via les organes officiels de la Mairie? On a bien les naissances, les mariages, etc., pourquoi pas les offres d’emploi de la ville?
En plus j’en vois venir certains parmi mes lecteurs: il ne faudrait pas vous pousser beaucoup pour que vous commenciez à parler de népotisme… Ce soupçon pourrait tellement s’effriter avec une bonne dose de transparence grâce au web…! Est-ce une idée qui peut séduire la majorité municipale?

Frédéric METEY
www.bandolais.fr

PS: je sais que cet état de fait ne date pas d’hier, mais aujourd’hui, avec les outils informatiques dont on dispose, tout cela est tellement modernisable…

* je me réfère aux chiffres du chômage issu du dernier recensement (2006) que j’avais examiné lors des élections de 2008 (pas de raisons que ça ait beaucoup changé)..





4 Commentaires

  • […] fait un article sur les embauches municipales avant l’été, dont le succès s’est manifesté par un silence assourdissant des […]

  • Je présupposais le sujet sensible. Mais là on frise l’omerta. Et considérant les dernières nouvelles, ce sujet ne sera peut-être pas votre priorité immédiate chers lecteurs.
    C’est pas grave, on y reviendra plus tard…

  • christine dupont-devoti

    Fréderic,

    tu as entièrement raison (je me permets le tutoiement en dehors de mon travail).Tu touches un sujet sensible car effectivement chaque habitant connait au minimum 5 employés municipaux, famille ou pas,et ceux qui sont nés ici depuis les bancs de l’école !Alors je pense que tu n’auras pas beaucoup de commentaires, on veux bien bloguer mais ….
    Cela n’empêche que je suis aussi curieuse de savoir comment se passent les embauches au niveau des municipalités (Bandol et les autres d’ailleurs). Je ne sais pas si la priorité et mise sur le lieu de résidence,sur les compétences ou autre.Est-ce qu’il y a des textes qui régissent ces embauches pour les mairies ?
    Disons que dans l’idéal de la démocratie, les services publics sont censés montrer l’exemple, peut être le font-ils, mais bon ……bien souvent on me dit que »je vis dans le monde de oui-oui » !

    Si tu as des réponses…
    Christine
    Je ne sais pas si la priorité et mise sur le lieu de résidence,sur les compétences ou autre.Est-ce qu’il y a des textes qui régissent ces embauches pour les mairies ?
    Enfin

  • Le commentaire précédent d’un(e) certain(e) « Lune » publié ce 02/06/11 à 17H47 a été censuré:
    – caractère diffamatoire évident.
    – qui plus est courageusement anonyme (même l’adresse mail utilisée mal libellée empêche de contacter son auteur).
    – m’a été signalé par des internautes qui n’étaient pas concernés (par autre chose que la bonne tenue de ce blog).

    Son caractère outrancier et rédigé d’une façon à peine intelligible (la ponctuation comme base, chers lecteurs, est le minimum pour rendre compréhensibles nos échanges) le plaçait à un niveau suffisant pour le discréditer (et cela ne méritait peut-être même pas qu’on s’y intéresse), mais puisqu’il a choqué, et répond aux critères de censure, je n’ai pas attendu que la personne visée en demande le retrait pour couper. Je tiens cependant à disposition de la justice les informations permettant l’identification du responsable dudit commentaire si la personne concernée décide de poursuivre l’auteur de cette diarrhée verbale.

    Je rappelle qu’en tant que maître des lieux je ne suis pas responsable des commentaires qui sont librement déposés sur ce blog (mon rôle est alors celui d’hébergeur), mais seulement des articles publiés par mes soins (que j’en sois l’auteur ou non, car j’en suis dans tous les cas « éditeur »). Si vous êtes victimes d’insultes ou propos diffamatoires, il vous appartient de me contacter pour m’en demander le retrait SOUS VOTRE RESPONSABILITE (la lecture des mentions légales vous rappellera que vous n’êtes pas autorisés à demander le retrait à la légère, les sanctions en cas de demande injustifiée pouvant être TRES lourdes).

    Je rappelle comme il est précisé au pied de ce blog, qu’un commentaire anonyme peut faire en revanche l’objet d’un retrait sur simple demande (il m’appartient de décider si je peux et veux répondre de l’identité de l’auteur et/ou cautionner ses propos). Ce n’est plus la loi qui le dit mais la règle que j’ai édicté à la création de mon blog citoyen.