Bandol est-il un village?

Régulièrement sous ma plume, Bandol est qualifié de village. Ca a fait réagir un bandolais, puis d’autres… Leurs commentaires ont fourni des sources d’informations de référence pour juger objectivement de la qualité de Bandol: ville ou village?

Pardon à gUiLe et autres bandolais pour qui ce qualificatif semble déplacé, mais c’est sur un plan subjectif que je me place, pas statistico-démographique.

Avec près de 9000 âmes, Bandol tourne autour de la 1100ème place des 36000 communes françaises: ça peut suffire à en faire une ville qui n’est pas sans importance (sans refaire l’historique d’un passé glorieux, lié au tourisme, au vin, ou autres atouts – ex.: personnalités ayant marqué l’histoire locale par leurs séjours plus ou moins longs).

Hélas, mon extrait de naissance portera éternellement la « tâche » parisienne, et je reconnais que jusqu’à mon enracinement plus permanent en 2003, j’ai fréquenté beaucoup plus les grandes villes que les autres, à commencer par la capitale (ma résidence principale avant Bandol).

Quand je parle de village, c’est avec ce point de vue de quelqu’un qui a connu l’anonymat quasi absolu de ces cités, et qui ne l’est plus beaucoup à Bandol. Ce blog y est pour beaucoup, mais au-delà, le fonctionnement social de notre commune, mais aussi politique ou économique, rappelle que la population est largement composée d’immigrés récents comme moi, et pas toujours autant impliqués dans la vie locale. Les personnes qui font Bandol ou l’animent  sont largement à chercher parmi les quelques 3000 appartenant aux familles qui composaient presque exclusivement la population quelques toutes petites décennies en arrière. Les autres sont généralement moins visibles, moins actifs, moins revendicatifs, moins présents dans l’agitation bandolaise: des commentateurs évoquent régulièrement leur propension à fuir le centre ville pour se tourner vers des zones commerciales tout autant accessibles en voiture et pas très loin de chez nous. Certains habitants ne connaissent de Bandol que sa vue mer, son climat, et quelques plages (et c’est leur droit).

Alors oui, malgré sa démographie, ou par sa démographie, et par son fonctionnement, par le côté clochemerle que soulignent des commentaires de temps à autre, par la perte de mon anonymat, subjectivement, je continuerai à qualifier parfois Bandol de village. Mais ce n’est jamais une offense de ma part, et si parfois ça me pèse, c’est aussi pour ça que j’ai choisi de vivre ici: l’humain (avec tous ses défauts et qualités) y est encore perceptible, en tous cas plus fort que dans les grandes agglomérations où j’ai pu séjourner.

F.M. – Bandolais.fr





9 Commentaires

  • MANZONI Salvatore

    Bonjour à toutes et à tous,
    le terme village pour moi ,malgré les définitions de divers dictionnaires,n’est pas approprié à Bandol et je m’en explique:
    -tout d’abord dans un village on se dit bonjour déjà pour commencer,à Bandol je me régale car dans les commerces je rentre en donnant un bonjour plutôt sonore,à part le taulier qui répond les autres personnes sont plutôt gênées de répondre……..
    -dans un village il y a des coutumes:tè la mémé n’a pas ouvert ses volets ce matin ,elle est fatiguée?
    -Il y a aussi le retour de battue aux sangliers
    -on peut entendre les éclats de voix de la boulangère ou du boucher et même certaines personnes parlent encore la « lengo meiralo »
    -les pépés se dorent au soleil ou prennent le frais sous les platanes
    et j’en passe à propos des vendanges,des olivades,des confitures…..
    Tout ça pour dire qu’un village a une âme,des coutumes,une histoire,un patrimoine(parlons-en de celui là,dimanche dernier:le musée du fantôme!) alors que Bandol n’a rien de tout ça;je ne crache pas dans la soupe car j’y vis très bien et cette ville me plaît mais un village Provençal (comme j’en connais et où j’ai vécu) n’a rien à voir avec une petite ville de la Côte d’Azur,terme qui lui aussi n’a pas d’âme!qu’est-ce que la côte d’azur,un terme inventé par un étranger(un pinzutu comme disent mes amis Corses) donc à partir de là où est l’âme Provençale?J’ai 58 ans et je ne suis pas un « passéiste »,j’accepte que tout change ainsi va la vie!
    Gramaci d’agué liegi moun prepaus (merci d’avoir lu mon propos)
    Bonne journée
    SM

  • Ça n’a rien à voir …quoique : http://www.monpatelin.fr/

    Site des petites annonces locales. Sans garantie du gouvernement

  • Bandol est une commune, un village, une ville.

    M° MAZONI – c’est pour vous qui vous intéressez au patrimoine :

    Permettez de vous donnez l’évolution de cette surface dénommée BANDOL. Remontons le temps et les époques de son passé territorial par des dates historiques ou il a été habité : nous sommes au 16ème siècle – c’est la construction du Fort et de son périmètre de protection d’environ 3 hectares en 1594.
    Le capitaine Antoine BOYER est propriétaire de ce minuscule lieu « Arrière Fief » trouvant cet espace restreint en 1615 négocie en (gérance) un territoire issu toujours dans de la commune de La Cadière qui sera dénommé « Sous Fief » d’environ 850 hectares.
    Le fils Antoine de BOYER n’a grandira pas le territoire mais le nom en devenant seigneur Jules de BOYER de FORESTA, ca ne sera que son petit fils François II de BOYER de FORESTA qui négociera le territoire de 850 h. par l’Acte de Séparation du 12 aout 1715 séparant la nouvelle commune Bandol de la tutelle de la commune de La Cadière.
    Bandol devient un village puis une ville et maintenant une communauté d’agglomération.

    Voici très sommairement l’évolution de Bandol de 100 habitants environ en 1720 a 1200 en 1792 à voir en mairie actuellement – a Bientôt Max MOUTTE

  • Ah voila ! Je comprend le sens que tu utilise Fred, village dans un sens affectueux, ce qui est petit est mignon, donc de mettre Bandol sur la même étagère que Paris, forcément ça fait tache 🙂 Mais n’empêche, Bandol est une ville ! Comps sur Artuby est un village par exemple (100 habitants a tout casser). Surtout si Bandol est à la 1100ème place / 36000 communes c’est quand même pas mal, on est dans la partie haute du classement ! 😀

  • Maintenant il faut résoudre le débat Bandol : Côte d’Azur ou Provence, et on est bon 🙂

  • Fred, tu fatigues les lecteurs du blog, on s’en fout de tes états d’ame, laisses un peu bandol tranquille…… bonne nuit

  • Il y a quand même des limites à la mauvaise foi.

    Les mecs, si vous n’êtes pas heureux ici, libre à vous d’aller ailleurs.

    Infos légales du site bizinformation :

    Absence de responsabilité : Les évaluations du site web et les données affichées à l’intérieur et à partir de ce site sont purement estimées, fictionnelles et auto-générées

    Ca, c’est de l’info fiable et sourcée.

    Jacques

  • @ Jacques:
    merci pour ta réaction mais souviens-toi de ton conseil : don’t feed the troll (ne pas alimenter les perturbateurs – traduction approximative).

    Il se trouve que le « Pierre » auquel tu répondais n’était autre qu’Ulumachin qui est déjà venu faire un peu de provoc la semaine dernière. Pour vous éviter de multiplier des réponses qui auraient fini par polluer et faire monter une pression inutile, j’ai préféré exclure ce prétendu professionnel de l’informatique qui visiblement n’y connait pas grand chose. Ton commentaire est moins compréhensible du fait de la suppression de ses deux « commentaires » de ce soir…

    Il faut s’attendre à ce genre de provoc ou d’intox avec le succès croissant du blog (et la part d’influence que certains semblent imaginer/redouter), et sur le conseils de professionnels de la « modération des commentaires/forums », les anonymes qui viendront faire les « trolls » subiront le sort d’Ulutruc/clonechose. Bloguer prend du temps: je n’en ai pas à perdre avec eux.

    MIse à jour: il va de soi que le « Pierre » en question (pseudo) n’a rien à voir avec les « Pierre » connus qui commentent habituellement les blogs de Bandol (Pierre C., Pierre O., etc.)

  • Si l’on écoute les Niçois, la côte d’Azur commence à St Raphaël, de Saint-Cyr à Fréjus c’est pour eux la côte Varoise.
    La côte Varoise est au moins aussi jolie que la côte d’Azur, alors d ‘Azur ou Varoise, profitons des beautées de notre côte et peut importe son appellation.