Bandol en route pour 3 mois de saison estivale 2012

Le marché artisanal quotidien qui occupe le quai du port de Bandol a pris ses quartiers jusqu’au 15 septembre. Cette fois la saison n’approche plus : elle est là, et culminera entre le 14 juillet et le 15 août.

D’autant que si je n’ai pas encore entendu de cigales, on m’en a signalé dans plusieurs quartiers depuis une semaine, et que l’été sera officiellement installé sous quelques jours.

F.M. – www.bandolais.fr
Crédit illustration : DR





10 Commentaires

  • […] sujet d’un théâtre de plein air à Bandol a démarré via Patrick Lacaze en commentaires d’un anodin billet sur le début de « la saison » à Bandol. Ce même Patrick me demandait aujourd’hui par mail d’ouvrir plus largement ce sujet à vos […]

  • Françoise Musset

    Bonjour,
    merci d’apporter une rectification… ce marché nocturne n’a rien d’artisanal si ce n’est de l’Asie du sud est…La municipalité, après plusieurs réactions des professionnels, a bien rectifié et le dénomme maintenant marché nocturne. La profession des artisans d’art souffre depuis des années de ces marchés soi disant artisanaux qui , par le prix de vente et la qualité des produits, offre une concurrence déloyale à une profession qui se bat pour garder son authenticité. D’ailleurs en Asie, on appelle ces marchés des « night bazar », (c’est d’ailleurs très distrayant d’y balader) et si vous regardez bien, vous verrez que le terme est bien plus approprié…C’est une animation estivale, très bien, mais appelons les choses par leur nom!

  • Jean-Pierre HECQ

    J’en remets une couche et sur un autre point de vue!
    Je me suis toujours opposé – sans succès, je dois l’avouer – à ce marché soit-disant artisanal.
    Il n’y a jamais eu que très rarement d’authentiques artisans.
    Que ces marché constitue une animation, c’est certain; mais non seulement c’est une animation de piètre qualité, mais elle coute cher au commerce local.

    Il faut savoir que les touristes dépensent la totalité du budget qu’ils avaient mobilisé pour leur séjour de vacances (… et quelquefois un peu plus, grâce à la facilité de payer plus tard offerte par les cartes bancaires!)
    On peut en déduire que l’argent qu’ils dépensent dans ces babioles, ils l’auraient de toute façon dépensé, et que ce qui a été encaissé de ce côté du front de mer ne l’aura pas été de l’autre.

    Or, la quasi totalité de ces ambulants viennent de l’extérieur de la ville. Leur présence ôte donc une partie assez conséquente de chiffre d’affaire au commerçants résidents.

    Par ce marché nocturne, la collectivité offre donc à des opportunistes, la possibilité de venir rafler sous leur nez une assez bonne part des revenus du tourismes à ceux qui par leur présence à l’année animent et soutiennent l’activité de la ville.

    Le rapport qualité/prix d’une telle opération n’est malheureusement jamais pris en compte!

  • Très Intéressante analyse de monsieur Hecq qui pose la question de la finalité de l’action.

    Je suis arrivé à la même conclusion que lui à propos du salon nautique de Bandol. J’y ai participé les 4 premières années. Ensuite la main est passée et nous avons vu arriver des dizaines de professionnels extérieurs en même temps que le prix a été multiplié par 5 puis par 10.
    Nous avons cessé d’y participer puisque ça revenait à entrer en concurrence avec des « étrangers » qui n’étant pas sur zone, pouvaient tout promettre sachant qu’ils n’assumeraient pas leurs promesses (je parle d’assurer le suivi technique des ventes).
    Actuellement le salon nautique de Bandol est la porte ouverte à ceux qui viennent manger la laine sur le dos des professionnels locaux.
    La seule réponse possible c’est pour les locaux de faire la même chose chez les autres… Et de s’apercevoir que ça n’est ni facile, ni très rentable.

    Pour le marché d’été, le marché offert aux opportunistes, selon JP Heccq je rapprocherais ce type d’activité du marché de Noel. Devant cette injustice vis à vis des commerçants locaux à Noel un très grand nombre de communes ont placé des contraintes identitaires pour pouvoir y participer. C’est ainsi qu’on a pu se rendre compte que les locaux n’étaient pas toujours capable d’animer des marchés dignes de ce nom. Ensuite s’est posé la question de savoir si un marché de Noel était « une obligation commerciale et de prestige » ou pas.
    C’est la question qui se pose pour le marché d’été de Bandol. Un marché plus élitiste c’est forcément très flatteur mais pour quels clients et combien d’années faudra t-il ramer pour que ce marché ait une renommée régionale rentable 1 / pour les exposants; 2/ pour la réputation de la ville.
    les vielles charrues, le puits du fou, festival d’Avoriaz, etc … Les références existent mais personne ne souhaite se souvenir qu’ils ont tous ramé pendant une décennie minimum avant d’atteindre la notoriété.
    Je reste convaincu que c’est dans cette direction qu’il faut aller. Le bazar pour suceurs de glace à l’eau … ça ne peut pas « enrichir » les Bandolais. On ne s’en sort que par le haut.

    La solution serait pour les artisans, de profiter des profiteurs et de se créer un « skatt » en marge de ce déambulatoire à touristes et ainsi profiter de cette « animation » sans avoir à l’entretenir. Comme autrefois la foire aux vins ou il y avait deux foires aux vins en une avec un chapiteau VIP pour les vins de luxe.
    Au fait ça y est plus …. Pourquoi ?

  • Françoise Musset

    L’animation fait que les gens aiment venir en vacances chez nous, s’il n’y a plus rien sur le port que la lignée de magasins à faire de long en large, les touristes préfèreront aller à Sanary ou ailleurs. Les stands sur le port permettent de passer la soirée complète sur le port ,d’aller boire un verre, et de voir les autres magasins. Je ne parlerais pas d’opportunistes car le prix des stands n’est pas symbolique, je crois, et il s’agit quant même d’entreprises déclarées et payant leurs charges comme tout le monde. Il faut de tout pour faire un monde, même si relever la qualité de ce qui est présenté serait largement appréciable. J’intervenais juste pour dire que la dénomination de ce marché devrait être plus en accord avec la réalité, par respect pour la clientèle et les professionnels.

  • Jean-Pierre HECQ

    je n’ai jamais dit qu’il ne fallait pas d’animation; seulement que celle constituée par le marché nocturne était non seulement de piètre qualité, ce qui ne semble contesté par personne, mais aussi qu’elle constituait une concurrence très importante et pas très loyale, même si elle est tout à fait légale, au commerce résident.
    Madame Musset apporte de l’eau à mon moulin: si le prix des emplacements n’est pas symbolique, c’est qu’il est en rapport avec la recette!
    et, certes, ces forains payent des charges, mais elles n’ont rien de commun avec celles des commerçants résidents, ni en valeur, ni en destination.
    et je ne parle pas des autres charges, invisibles mais bien réelles, pour la vie d’une commune, celles de tenir des magasins ouverts, même quant il n’y a pas grand monde, éclairer les vitrines le soir, doter les concours et épreuves sportives, les lotos, …
    sans vouloir polémiquer, on ne m’enlèvera pas de l’idée que venir faucher l’herbe quand elle est bien haute, sans jamais avoir eu le soucis de cultiver le champ, ni d’enlever les cailloux pour ne pas abimer la faux, cela apparait tout de même avoir un côté opportuniste!

  • concernant le marché nocturne il me semble que tout le monde comprend bien que le fond du débat serait : comment améliorer la qualité des exposants et non pas de contester l’opportunité d’avoir une animation qui en plus paye au lieu de se faire payer.
    Comme les inscriptions sont libres on comprend que faire participer untel ou untel ne se décrête pas. On ne peut donc que regretter que les artisans « artistes » ne soient pas présent. La question est : pourquoi ?
    Ils sont occupés dans de meilleurs sites. Ils n’ont pas été questionnés. Ils sont isolés chacun dans son monde et sont un peu peureux. Peur d’être dérangés dans leurs mondes, dans leurs bulles. Trop cher pour eux; marché véhiculant une mauvaise image de marque, … Si on vient exposer 3 mois à Bandol il faut se loger à Bandol 3 mois …

    Il faut savoir que les galeries ne sont jamais tenues par les artistes eux-mêmes mais par des fidèles ou des galeristes pro. : le Castelet; Saint Rémy de Provence; aix; Arles; les baux de Provence … pas si simple ! Ils ne quittent presque jamais leurs ateliers.
    Solution : ? ? ?
    Que chacun questionne un artiste dans sa tanière à Biot; à Salerne; au bosset vieux; etc…pour savoir comment il verrait sa représentativité à Bandol dans un marché nocturne.

    On le voit très bien à Pâques avec le printemps des potiers. Pour les exposants le « filon » s’épuise vite quand on est dans l’art. La clientèle est très restreinte. Pourtant je pense que Bandol peut essayer d’être une vitrine de l’artisanat d’art ou plutôt l’artisanat créatif à condition que les potiers n’essaient pas de nous vendre un cendrier en terre 20 euros. C’est aussi un élément du problème.
    bon remue-méninge à tous et aussi aux lecteurs qui n’interviennent jamais … mais qui lisent ;o-))

  • Le sujet de départ était 3 mois de saison.
    Nous pouvons donc évoquer d’autres sujets que le marché nocturne ?

    je voudrais évoquer un outil qui fait défaut à Bandol et qui fait partie de mes « dadas » préférés. J’ai nommé un amphithéâtre ou théâtre de verdure.
    Ce soir sur la trois à 20h35 il y a musiques en fête au théâtre antique d’orange. Si on veut donner à Bandol une dimension autre, sans copier les communes voisines, là est la bonne idée correspondant à un vrai besoin pour les Bandolais en même temps que pour les estivants.
    Un amphithéâtre : et non pas une arène qui ne correspond absolument pas aux besoins des shows actuels : chants lyriques; musique classique, musique pop, saltimbanques; spectacles annuels des clubs et associations, marionnettes, etc…

    Plusieurs projets plus ou moins réalistes peuvent être envisagés. J’avais proposé un amphi de 300 places accolé à l’office du tourisme, là où M6 et d’autres font leurs shows.
    Une deuxième solution plus ambitieuse serait de s’entendre avec la famille Ricard pour creuser un site dans la colline de Roustagnon. Ça ça aurait de l’allure ! ! ! Une preuve que Bandol peut être la citée ambitieuse et de qualité telle que nous la rêvons tous.
    Tant qu’à faire du béton, autant faire du neuf et du beau sans détruire 2000 ans d’histoire comme à Fréjus, et sans creuser un trou de 30 m de profondeur à prix d’or pour un résultat nul ou presque. Je verrais bien une découpe dans l’esprit du trou de Formentara. çà donnerait une ambiance mi Celte, mi gréco-Romaine extraordinaire. L’anti-thèse de Chateauvallon en quelque sorte, qui est un beau loupé à la sauce « la médiocrité au pouvoir ».
    CMR : ça mérite réflexion ?
    Vous connaissez Cotignac ? Allez y et vous comprendrez toute la majesté de se retrouver face à une parois rocheuse verticale. Et pourtant depuis la voie de contournement c’est simplement « gentillet ». C’est ça un amphi à Roustagnon ! et pourtant à la base ça ne serait qu’un simple décaissement et quelques gradins. C’est la roche qui apporte la féerie.

  • J’ai fait un article et plouf! Chais pas où il est passé, je disais donc:
    Je trouve l’idée exposée par P.LACAZE intéressante et même bonne. Elle va dans le sens de ce que depuis des années on évoque pour Bandol. Alors pourquoi ne pas nous concentrer sur cette idée, la creuser et déboucher soit sur un rejet démontré soit sur l’intérêt de creuser encore plus. Je pense que nous n’avons pas besoin d’un flot ininterrompu d’articles ou de sujets, pourquoi ne pas essayer par discipline une approche de fond sur ce sujet qui parait capital, d’autant plus que l’idée, le lieu, sont là.!!

    ————————————————–
    NDLR : @ Jean SARRAT, ton précédent commentaire (et non article) avait été bloqué par le système de protection « antispam de commentaires » sans que j’ai le motif pour t’expliquer pourquoi le premier a été bloqué et pourquoi le second a été publié sans problème… Ca arrive. Et si je suis disponible je peux corriger assez rapidement, mais comme j’étais en déplacement et bien occupé, tu as réécrit avant que j’intervienne sur l’administration du blog.

  • Géniale l’idée de l’amphi en pleine nature vue sur la mer.

    http://www.bestofsicily.com/taormina3.jpg