Bandol en roue libre

Soyons clairs, je déconseille cette pratique aux voitures (qui ont souvent besoin d’avoir le moteur en marche pour que certains équipements normaux fonctionnent, comme l’assistance au freinage par exemple), et suggère une conduite prudente à ceux qui veulent tester la méthode en deux-roues (mais quiconque est descendu des hauteurs de Bandol en vélo l’aura expérimenté dans des conditions très comparables)…
Bref, j’ai remarqué d’autres motos et scooters qui l’utilisent: Bandol ne manque pas de relief, et si c’est un inconvénient pour les vélos lors de la remontée, j’ai noté que je descends aussi vite moteur éteint qu’allumé sur plusieurs axes de la ville. J’ai quelques clients sur les hauts de Bandol ou sur Vallongue, et si la moto est prête à prendre la descente en quittant le stationnement, je ne tourne plus la clef… Le seul poids du véhicule suffit à fournir vitesse et accélération décentes.
Ecologie ou économie, chacun jugera, mais nos collines qui nous font consommer à la remontée, et souffrir sur les pédales en vélo, doivent bien avoir quelque avantage: on économise l’essence comme on peut!





Un commentaire

  • @ Fred
    Voila une attitude citoyenne. Economie d’énergie, moins de carbone dans l’air et moins de décibels. Tu fais toutes fois bien de le déconseiller aux voitures, car les carrosiers seraient heureux!!!!
    Toutes les initiatives qui permettent sans risque d’économiser nos devises et qui de plus sont bonnes pour la planète sont à tester et toute personne qui se sert de petits trucs de la sorte est priée de les faire connaitre.
    Le week end des 6 et 7 septembre, je vai participer à un stage en Lozère sur le retour aux sources (médecines alternatives, vie en armonie avec la nature, vie en autarcie….) J’en ferai un petit compte rendu à mon retour.
    A+ Serge