Bandol donne de l’air aux 2-roues

La rénovation des allées Vivien ne m’a donné à entendre que des commentaires satisfaits : le tronçon entre l’office du tourisme de Bandol et son stade est une réussite, pour avoir su garder des arbres très appréciés, pour avoir mis un terme au stationnement souvent anarchique auquel étaient condamnés les bandolais, et en particulier les boulistes, et pour un trafic bien organisé dans un espace plutôt réussi du point de vue paysager.
Mes derniers passages dans le quartier m’ont confirmé que la réussite a été poussée plus loin avec une demande récurrente satisfaite : l’intégration des deux-roues avec des stationnements ad-hoc. Il faut d’ailleurs noter que le stationnement moto qui avait été temporairement éliminé devant l’embarcadère (pour cause de travaux sur cette autre portion du quai) a repris du service. Et que l’arrière de l’Office du Tourisme intègre même un parking spécial vélo en plus des parkings motos/scooters qui l’entourent.

img_0277

Evidemment, pendant les pointes d’affluence touristique, ces nouveaux aménagements ne suffiront pas à absorber tout le flot de motos qui envahit régulièrement Bandol (destination prisée des motards en virée), mais c’est en tous cas un effort louable : il paraît que de plus en plus de boulistes ou usagers de bateaux du port descendent en ville en deux-roues, et comme beaucoup de motards civilisés, je préfère me garer sur les places ad hoc, pourvu qu’on m’en donne la possibilité. Si en plus on m’annonce que le budget a été maîtrisé et que le coût est resté raisonnable, je suis alors un contribuable heureux que ses impôts ait été utilisé ici de cette façon.

F.M. – www.bandolais.fr





2 Commentaires

  • […] déjà eu l’occasion de me féliciter de l’action de cette municipalité sur le développement des…, même s’il y a de temps à autre quelque cagade (en plus à un endroit moins riche en […]

  • Salut Fred, revenons à nos mout……….. deux roues

    deux points POSITIFS essentiels dans l’aménagement dont tu parles

    1 – la place donnée aux deux roues. Le cas des boulistes est exemplaire : avant ils venaient en voiture aujourd’hui ils viennent en deux roues dès lors qu’on leur offre cette possibilité. De toute évidence la saturation immédiate commande d’augmenter encore cette capacité, peut être aussi en remplaçant les séparations par une simple quille et en les décalant légèrement pour passer de 2 à 3 places.

    2 – le balisage en épi pour les 4 roues : le parking du stade aussi est un excellent exemple. il faut reconnaitre que c’est le meilleur principe. Il impose un sens, et donc il sert de « poteau indicateur » de sens de circulation. Ce principe pourrait être réhabilité un peu partout également sur les parkings commerciaux. Parking central devant la SNB ; parking de Super U ; parking de Carrefour market etc . L’épi est aux parkings ce que les circulaires sont aux croisements : l’intelligence en douceur. Et en plus il accélère les manouvres : merci les vertèbres cervicales.

    3 – le bémol c’est que ces réalisations, bonnes ou mauvaises ne suivent pas un schéma directeur dans lequel le plus grand nombre des besoins des Bandolais serait listé et intégré dans les réalisations … mais ceci est une autre histoire. Il doit y avoir de bonnes raisons pour que ce principe soit enseigné partout en architecture comme en urbanisme ; en aménagement intérieur, en création de sites industriels, etc… Non ? C’est je crois le principe du PLU.