Bandol attend les résultats de la téléconsultation (de pied ferme)

La téléconsultation municipale des administrés de Bandol a eu lieu : ce n’est pas moi mais ma compagne qui a raccroché au nez de l’automate diffusant l’introduction du maire avant le début du questionnaire.
On n’en peut plus d’être appelé par des automates pour nous apprendre qu’on a gagné un canapé, ou un repas dans un nouveau restaurant de la ville voisine, quand ce n’est pas pour nous informer « sans aucune démarche commerciale » de dispositions relatives aux impôts ou à notre mutuelle. Je crois que j’aurais fait comme elle spontanément face à un énième robot, mais mes activités bloguesques bandolaises m’auraient  quand même poussé à écouter. Bref j’étais en déplacement, donc pas de regrets.
Comme elle a laissé courir les rappels suivants, c’est le répondeur qui s’est chargé de prendre le message, mais sans enregistrer les questions (il fallait interagir pour que ça puisse aller plus loin).

A un an d’une campagne électorale, ce procédé qui a un coût tombe après un autre scandale de sondages à portée nationale (les leçons ont-elles été tirées?). Les sondages quand ils sont commandités par les politiques, ça a le don de me mettre sur la défensive (qu’ils s’en servent comme éclairage, parfois ça se comprend, que ça serve d’alibi, ou pire, d’outil à vocation démagogique, ça non). Même si je comprends bien l’idée d’une consultation de masse pour faire oublier les grosses voix des opposants (ou des blogueurs de tous poils), je m’apprête à recevoir avec la plus grande prudence les chiffres pseudo-scientifico/indépendants qui vont en sortir avec force de loi. Je sens qu’on va se faire marteler des « les bandolais ont dit… » à tout-va, et qu’on aura payé tous collectivement l’ossature d’un programme (discours) de campagne pour une réélection. Ca aurait été moins répréhensible en milieu qu’en fin de mandat.

Là où ça devient comique, c’est quand chaque foyer a pu avoir droit à plusieurs consultations : quelques bandolais m’ont confié avoir répondu une fois sur leur ligne téléphonique « classique » (le numéro historique hérité ou toujours en vigueur de leur abonnement France Telecom), puis à nouveau (avec des réponses différentes, histoire d’ajouter du « fun ») sur leur ligne téléphonique internet (le « 09 » souvent attaché à leur box), voire sur un autre numéro (professionnel par exemple)…
Et puis chez moi, qui doit répondre : ma compagne ou moi? Parce que ça peut avoir un sacré impact sur les réponses (d’ailleurs moi j’aurais répondu). Et je ne parle pas de tous ceux qui allergiques à la technologie et aux serveurs téléphoniques se sont emmêlés les pinceaux avec  » tapez 1 si vous êtes tout à fait d’accord, tapez 2 si vous êtes plutôt d’accord, etc. ». Là aussi on m’a déjà parlé de ças assez nombreux pour que proportionnellement, cela soit significatif, et que tous les redressements de sondeur n’y puissent mais, sur une enquête qui veut donner la parole à tous les bandolais…

Il va sans dire qu’on attend les résultats d’une telle enquête (à la méthodologie aussi carrée sur un fichier si bien qualifié) avec une impatience dont l’importance est également proportionnelle au montant de la facture que l’agence « Connaissances » aura facturé cette aimable plaisanterie. J’avais envisagé de ressortir mes vieux manuels de marketing direct pour démonter cette initiative scabreuse d’une téléconsultation (ça aurait pu être drôle si j’avais eu le questionnaire – c’est tellement facile de manipuler un questionnaire!!!) : même pas besoin, tant les éléments déjà à notre connaissance rendent cette téléconsultation risible. Rire c’est bon pour la santé. C’est toujours ça de gagné. Parce que sinon, je me serais encore énervé (et ça c’est pas bon pour ma santé).

Terminons par un coup de chapeau à la fameuse agence qui m’a l’air formidablement douée pour exploiter la belle notion de PPP (partenariat public/privé)…

F.M. – www.bandolais.fr
Crédit illustration : Jean REVOLON et DR

P.S.: ce dossier commencé fin 2012 et qui donnera tout son sel en 2013 méritait en tous cas d’ouvrir le bal des billets de l’année après celui des voeux.





4 Commentaires

  • Il y a comme qui dirait un vieux doute sur la sincérité et l’éthique de ce type de démarche « d’intérêt général ». Il n’empêche qu’il s’agit là d’une manifestation de l’exercice démocratique. On peut soit y tourner le dos et partir perdant (comme l’opposition en Egypte) soit y participer en espérant qu’il en sortira toujours plus ou moins du positif. Après c’est une question de confiance à accorder à la personne et ça . . . c’est une autre histoire.

  • Moi, ce qui m’intéresse c’est de savoir combien a coûté, en période de crise et après les 27% d’augmentation des impôts que cette équipe municipale nous a infligée, cette plaisanterie (à des fins électorales) aux contrbuables bandolais ?

  • Zut,Fred, j’oubliais de te présenter mes voeux pour 2013.

    J’en profite aussi pour signaler à ton attention  » la page 12  » de Var Matin de ce jour, avec l’apparition d’un nouveau sigle « C A P  » et le rappel d’un ancien « A M G  » vieux de 20 années.
    Il faut dire qu’ en 2008, les deux compères étaient amis-amis. Voilà de quoi alimenter ton blog en ce début d’année préélectorale.

    PS: je ne t’ai identifié sur aucune des deux photos.

  • Puteaux vient de vivre une téléconsultation (différente de celle effectuée à Bandol : à Puteaux un institut de sondage à utiliser la méthode des quotas sur un échantillon de 1005 personnes alors qu’à Bandol on a cherché à faire parler toute la population).
    http://www.monputeaux.com/2013/01/sondage-csa.html
    Je sens qu’on va se marrer… Vite vite! Nos résultats!!!