Bandol aplanit le concave

La dernière fois que la rue Pierre Toesca avait été refaite, elle avait un profil en V, avec une rigole centrale chargée de canaliser les eaux de ruissellement qui dévalent l’avenue du 11 novembre sans toujours trouver une bouche d’égouts pour s’écouler dans le réseau souterrain. Ce caniveau central en pierre concave a un défaut, c’est d’être assez glissant, ce qui peut s’avérer délicat pour les deux-roues, même quand le sol est sec. Ce n’est pas un vrai problème en ligne droite, rue des écoles par exemple où cette rigole est toujours présente.

Le virage devant le Buffalo (célèbre bar de Bandol à l’angle de la rue Pons), était (j’en témoigne moi-même, vieux motard toujours en activité) à négocier avec prudence. Il semblerait que d’autres s’étant étalés devant la micro-terrasse dudit bar, la municipalité ait finalement décidé de refaire le sol de cette rue sans la rigole. Sans la rigole, mais aussi sans le profil de canalisation des eaux de ruissellement : la rue Pierre Toesca n’est plus concave du tout, au mieux sa surface est elle plate. Et je me suis laissé dire que les riverains attendent avec quelque appréhension les prochains orages.

Dans le quartier, situé au bas de la ville et là où se concentrent toutes les eaux qui n’ont pu passer en sous-sol, quelques commerces ont déjà connu des inondations sporadiques. On espère que lors de cette récente réfection, les services techniques n’aient pas oeuvré trop précipitamment en négligeant les raisons de l’ancien profilage de la chaussée, et aient bien calculé leur coup.
Penser aux motards, c’est bien. J’espère que personne n’aura à se plaindre de ce choix et de la solution apportée.

F.M. – www.bandolais.fr





Un commentaire

  • aplanir un « conclave » par les temps qui courent : une très bonne idée.
    On le sait bien : on n’est jamais trop aidé !

    Sur le fond :
    on approche de la date fatidique . . . on repeint les murs . . . comme tous les 5 ans.
    Depuis le temps qu’on la charcute cette rue on aurait aimé quelle soit construite sur une dalle béton abritant un tunnel technique 3.50 m x 1.80 m comme faisaient les romains il y a . . . ans. Jusqu’en haut, en haut, en haut. Mais pour ça il faudrait des pros.