Avenue du 11 novembre: déception annoncée

J’ai à plusieurs reprises évoqué ma satisfaction de voir un Maire (François Barois, battu aux dernières élections) prendre en main la réfection de cette artère essentielle de Bandol, tout en réservant mon avis sur le résultat final.
Ca fait des jours que je me promets de faire un billet partiel sur le sujet. Malgré l’indéniable impression générale de rénovation (c’est le minimum), j’ai déjà évoqué les places de stationnement (mal) réservées aux deux-roues, mais c’est l’étroitesse de la voie qui me fait monter en pression depuis pas mal de temps.
Si la largeur des trottoirs piétons est évidemment une amélioration presque luxueuse comparée à la situation antérieure, la place réservée à la circulation est pathétique (vous aviez émis des réserves à ce sujet pendant les travaux, notamment en commentaires au sujet des virages de l’avenue – cimetière/cinéma en particulier).
En effet, des véhicules y stoppent régulièrement, ne serait-ce que pour laisser des voitures entrer dans les places de stationnement (mais pas seulement): le flux s’arrête donc fréquemment, et bloque quasi totalement l’artère. Aucun deux-roues ne peut plus se faufiler. Je ne parle même pas des motos, puisqu’une simple bicyclette est bloquée: idiot dans la descente, c’est carrément rageant dans la montée, quand on doit faire l’effort de se relancer sur les pédales. Si le relief de Bandol autorisait davantage la pratique du vélo, on les verrait en permanence sur les trottoirs, avec quelques excuses…
Encore un peu plus étroite, et cette artère devenait tout simplement piétonne. Quand l’exagération dénature les aménagements de voirie, on finit par gâcher une opération qui était pourtant une nécessité… J’espère que la nouvelle équipe gardera en tête ces exemples contre-productifs à l’heure de toucher aux équipements structurants de la ville pendant son mandat.





12 Commentaires

  • Dans le virage du cimetière, il est impossible croiser un car. Donc c’est stop, voire marche arrière pour le plus petit des véhicules si quelqu’un n’est pas collé à vous. Mais ce qui me fait le plus peur, c’est que l’on assiste à une montée en puissance de construction d’immeubles à la place de maisons individuelles. Un immeuble de 20 appartements, c’est au minimum 25 à 30 voitures de plus. Où vont elles se parquer, et comment allons nous résoudre les problèmes de circulation ?

  • Je ne voulais plus parler des réalisations de l’ancienne municipalité, car comme j’ai pu le dire par ailleurs, je pense à l’avenir et ne garde du passé qu’une vision historique. Mais je vais tout de même répondre à certaines réflexions qui m’ont semblées un peu trop excessives.
    Pour les constructions d’immeubles, si les promoteurs respectent la loi, ils doivent prévoir 2 places de parking ou garage par appartement.
    La largeur des trottoirs étaient une nécessité tant pour les mamans avec une poussette que pour les handicapés circulant avec fauteuil roulant.
    Le virage du cimetière est la partie la plus étroite, car les familles ayant une sépulture en bordure du mur d’enceinte ont refusé qu’elle soit déplacée ( Ce n’est pas une critique, ce n’est qu’une constatation).
    La création de quelques places de stationnement aux abords du cabinet médical (Ophtalmo-Cardio-dermato) réduisent un peu plus la largeur de l’avenue mais bien commodes.
    Je pense que la création de la gare routière sur l’esplanade de la gare SNCF permettrait de supprimer la circulation des cars avenue du 11 novembre.
    Pour les deux roues, vélos, cyclos et motos, se faufiler n’est pas prévu dans le code de la route et en franchissant l’axe médian de la chaussée, celà devient une incivilité!!! Même si en cas d’arrêt, le cycliste doit mettre pieds à terre, l’avenue du 11 novembre n’étant pas le col du Galibier, il est facile de reprendre sa marche. Lorsque je circule avec un cycliste devant, je ne peux pas le dépasser en respectant le code de la route, donc aux deux roues de se comporter correctement et de ne prendre aucun risque!!
    A+ Serge

  • Serge: l’utilisation du deux-roues n’est pas toujours un choix passion, mais souvent une réponse à l’engorgement des villes. Si je dois rouler à vélo comme en voiture, alors je préfère rouler en voiture… Les deux-roues bénéficient encore à ce jour de tolérances diverses selon leurs types. Une publicité d’un constructeur montrait un jour en parallèle une photo et un dessin: photo de la place de la Concorde saturée de voitures, puis le dessin avec la même quantité de véhicules, mais des deux-roues, et elle paraissait déserte…
    Pour la montée de Bandol en vélo, je t’invite à la faire avec moi quand tu veux, et on verra si repartir dans la montée deux ou trois fois de suite après arrêt forcé ne t’arrachera pas quelques jurons. 😉
    Enfin, à mes yeux, une inicivilité est une pratique qui se fait au mépris des autres, et un vélo qui dépasse des voitures arrêtées fusse-t-en franchissant l’axe médian ne rentre pas à mes yeux dans cette catégorie, car il ne gêne que…? personne! D’ailleurs, si on ne franchit pas l’axe médian, « remonter une file de voiture » est une tolérance qui était au moins officielle à l’époque de mon permis moto (je crois qu’était précisé « à vitesse réduite » ou « pieds au sol »).
    Sur les autres points: la gare routière semble un sujet de débat permanent à Bandol, et attendons de voir si la nouvelle municipalité y touche et avec quel projet/cohérence.
    Pour l’obligation des promoteurs de construire des places de stationnement pour chaque appartement, c’est à côté de la question car c’est le centre ville le problème, beaucoup moins le stationnement dans les quartiers (sauf en août). Bandol peut-il accueillir beaucoup plus de logements et un tourisme de masse, ou doit-il choisir un profil moins cages-à-lapins (en vacances, ça se supporte quelques semaines par an) comme on me l’a soufflé avec une population annualisée plus stable et proportionnée à son territoire et ses infrastructures…? Mais là on assume des choix liés aux permis de construire des 30 dernières années.

  • @Fred
    Gagné!!!Je savais que tu allais bondir!!! C’est mon esprit frondeur et amical qui m’a fait écrire ces quelques lignes.
    Mais malgré tout, remonter une fille arrétée dans une rue étroite, peut être très dangereux, car l’automobiliste qui sait ne pouvoir être dépassé, peut faire une manoeuvre en toute bonne fois qui peut provoquer la chute du 2 roues pas toujours visible dans le rétro!!
    A+ Serge

  • @ Serge:
    😀
    Evidemment que j’allais bondir, avec 20 ans de pratique de la moto partout autour du monde (et beaucoup dans l’enfer parisien ou celui de Dakar)…
    Les 2-roues doivent anticiper les risques autour d’eux, et les voitures le devraient aussi (ah les rétroviseurs jamais utilisés!)…

  • @Fred
    J’ai été cyclotouriste et j’ai fait plusieurs fois NICE – MARSEILLE et le brevet des 200 Kilomètres, j’ai aussi fait de la mobylette, donc je peux comprendre tout ce que tu ressens. Maintenant c’est une question de civisme et de savoir vivre, lorsqu’en voiture sur rue étroite, tu patientes afin de pouvoir dépasser un cycliste en laissant le mètre règlementaire, il n’y a rien de plus énervant que de voir le cycliste venir se replacer devant la voiture au feu tricolore suivant. Alors lorsque je parle d’incivilité, je n’en suis pas loin!!
    Lorsque je vois un cyclo zigzaguer entre les files de voitures, j’ai toujours peur d’une fausse manoeuvre et de voir le pilote au sol devant mon véhicule!!
    Quand à prendre les trottoirs alors là cela devient une « atteinte à l’ordre public »!!
    Faisons chacun un effort, automobiliste respectons les deux roues, cycliste ou motocycliste respectons les automobilistes, il y a de la place pour tous, il suffit d’être un peu tolérant.
    Serge

  • @Serge GERVAIS. Je connais la loi pour ce qui concerne les parkings dans les copropriétés, mais je suppose que ces véhicules doivent descendre en ville quelques fois. Ce qui nous sauvera, c’est peut être le cout du carburant qui réduira le trafic intramuros.

  • @ Serge:
    Je ne te connaissais pas ce passé à deux-roues… Chapeau!
    Pour autant dans mon cas, même si j’apprécie la pratique de ce mode de transport, ça reste avant tout un mode de transport qui me confère des avantages en milieu urbain. A ce propos, si le cycliste que tu viens de dépasser vient à se remettre devant toi plusieurs fois, c’est parce qu’en ville, quand ça roule mal, les cyclistes sont plus rapides que les voitures (d’ailleurs c’est avec mon vélo que je descends le plus vite au centre ville)… Parfois il faut savoir rester derrière.
    Pour la remontée c’est différent: je suis tellement lent, que j’enquiquine tous les automobilistes qui suivent. Alors il m’arrive d’emprunter le trottoir sur quelques mètres s’il est vide pour laisser passer le flux bloqué derrière moi. Je crois que je pourrais même le faire s’ily avait des piétons, car je suis pratiquement plus lent qu’eux (je suis fumeur et jamais été cyclotouriste – et mon VTC pèse plus de 20kgs).
    Civilité et incivilité n’ont jamais eu pour moi le sens d’un respect strict de la loi, mais plutôt l’analyse judicieuse des situations pour s’y adapter en causant le moins de tort possible. Il y a la loi, l’esprit de la loi, et son application à chaque cas particulier. On sait tous qu’il y a des représentants de la loi qui vont l’appliquer aveuglément, et parfois idiotement en verbalisant des choses qui ne le méritent pas. Il y en a d’autres qui vont même t’indiquer comment la contourner dans une situation précise où la règle s’adapte mal, devient absurde, et ils savent fermer les yeux sur des infractions qui n’en sont plus (j’ai des exemples en sotck). Tu ne me verras pas descendre l’avenue du 11 novembre fonçant couché sur mon vélo via les trottoirs. Mais il se peut que tu me vois la remonter en empruntant l’esplanade vide de la Poste sur 20m pour libérer la voie aux voitures qui piaffent derrière moi… Et même si je dois prendre un jour un PV pour ça, je le recevrai plus comme une médaille accordée à mon sens civique que comme la sanction d’une infraction que je juge indolore pour tous…
    Tout le problème des dérogations à la règle, c’est qu’elles doivent rester l’exception (si la règle est assez bien faite), et que du point de vue formel, tu as raison de dire haut et fort que les règles sont faites pour être respecter.
    Mais je persiste: pour le 11 novembre, pour les piétons ça va, pour les autos, c’est même pas la mention passable, pour les deux-roues, c’est simple, on les a oublié (peut-être parce que ceux qui ont conçu/validé les plans ne savent même pas ce que c’est). Et on ne va pas parler des camions et autocars, tu es d’accord? Donc je réfute ton analyse: non il n’y a pas de place pour tous, et la tolérance ne suffira pas à rendre au 11 novembre une physionomie conforme à l’usage qui en est fait par tous ceux qui l’empruntent. C’est un loupé, qui coûte cher, mais un loupé.

  • @Fred
    OK pour toi c’est un loupé, car tu ne regardes que les côtés les moins réussis. Pour moi, je suis heureux de trouver de temps en temps une place de parking lorsque je conduis mon père (92 ans) au cabinet d’ophtalmo, chez le cardiologue ou chez le Docteur Larousse. Laissant la voiture très souvent près du collège, je suis heureux de pouvoir marcher à ma convenance sur les trottoirs, même si je suis (suivre)une maman avec une poussette ou un couple de personnes agées, je peux les dépasser facilement et beaucoup mieux qu’un vélo lorsque je suis en voiture!!!
    Je ne refute pas ton analyse, mais je la trouve un peu partisane
    A+ Serge

  • Bonsoir à tous,
    je suis dans la même opinion que fred (bandolais .fr )
    la circulation pour cet été va être impossible.
    En tant que motard les motos vont souffrir.
    Il n’y a pas que des vieux à Bandol merci de penser à nous.
    A+ testban83

  • @ testban83: euh, je crois qu’il y a aussi de « vieux » motards, et cet après-midi, j’ai failli faire une photo d’un « cheveux blancs » qui remontant à vélo le 11 novembre a emprunté la place de la poste pour dégager le passage aux voitures derrière lui (ou pour se protéger tout simplement). J’ai été un peu long à dégainer l’appareil photo.
    Les deux-roues, ça concerne toutes les générations…

  • Je reviens sur les aménagements de l’avenue du 11 novembre, pour vous dire d’abord, que je n’ai jamais pu essayer les places de stationnement 30′, car elles sont toujours toutes occupées. Bon d’accord je n’ai pas de chance. Mais en y regardant de plus près, je me suis aperçu que pratiquement toutes les places étaient avec un feu rouge, et que certaines voitures sont sur la même place depuis plusieurs jours. C’est curieux non !